Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2015

Violence, intolérance, même en France !

.

        A.  C'était il y a longtemps, si longtemps qu'on n'en parle même plus. Les partisans du mariage pour tous s'opposaient à ceux de la manif pour tous. Au milieu de déchirements verbaux, voire physiques (bagarre à l'Assemblée nationale), dans le fatras des erreurs et des récupérations politiciennes, Yves Jégo faisait entendre la voix de la raison, une raison généreuse, tout accordée aux idéaux historiques de la France. On retrouvera cette voix, cette expression de la raison, en lisant Laure Equy sur le site de Libération, 15 04 2013. Lien : Bagarres de corps et de mots.

 

        B.  C'était par téléphone que de nombreux, de plus en plus nombreux appels au secours parvenaient à l'association "Le Refuge". Des homosexuels n'en pouvaient plus de la souffrance que leur infligeait la discrimination exercée contre eux. Ces faits, cette souffrance avaient peut-être quelque chose à voir avec des propos très "durs", susceptibles d'attiser la haine, ou ce que nous pourrions appeler plus généralement l'intolérance à l'autre, sa personne, ses idées... Pour lire Frédéric Gal, qui s’exprimait comme directeur de l'association Le Refuge on se rendra sur le site de Nouvelobs, 20 04 2013. Lien :souffrance discrimination.

 

        C.  L'équipe de Libération était, à cette même époque, agressée lors d'une manif pour tous. C'était du reste une époque de manifs contraires et opposées, de violence dans les pensées, les mots et, donc dans le cas évoqué, les gestes ! Peut-être y avait-il, pas très loin à ce qu'il semble, une présence de la mouvance d'extrême droite. Pour essayer d'y voir plus clair dans ces événements, on lira Quentin Girard sur le site de Libération, 06 05 2013. Lien : Violence émotions et politique.

 

        D.    Un tout dernier rapport du Conseil de l'Europe fait mention de faits particulièrement inquiétants qui concernent la France. Le problème serait une montée importante de l'intolérance : étrangers, handicapés, migrants, enfants, campements, camps, personnes "évacuées" : que d'insuffisances dans l'attention envers les personnes, le respect, l'action publique et politique ! Or, la France dispose, d'après l'article ci-dessous indiqué, de moyens particulièrement favorables pour se conduire mieux qu'elle ne le fait. Serait-elle en contradiction avec elle-même, et avec ses propres idéaux ? On pourra éventuellement penser que oui, en lisant Maryline Baumard dans Le Monde du 17 02 2015. Lien : France intolérante.

 

        QUE CONCLURE ?

     Il y a de quoi se lamenter. L'honnêteté commande de le faire, sans se voiler la face, sans se réfugier dans le déni ; car, malheureusement pour nous, ce n'est pas brillant !

 

        D'un autre côté, le pays reconnaît désormais qu'il a besoin de redonner toute son importance à l'éducation, ce mot étant pris dans tous ses sens ! D'excellentes mesures sont prises aussi en matière de sécurité, de lutte contre les ides qui tuent, de consensus sur des valeurs essentielles comme la laïcité, la liberté d'expression....

 

 

        Ce qui risque de tout gâcher ? Je vois deux choses essentiellement.

1/ Notre habitude de ne croire à rien, de critiquer tout, et de dénigrer les gens dès qu'ils ont des responsabilités.

2/ La difficulté réelle qu'il y a à trouver suffisamment de moyens pour la Justice, les mouvements éducatifs, les collectivités locales, les associations et autres outils qui permettraient d’œuvrer au niveau de la population, là où les problèmes se posent, là où l’éducation est à faire.

 

 

        Il demeure malgré tout, et c'est encourageant,

qu'une prise de conscience est en train de s'opérer.

 

 

 

        Mais ce que les Français accepteront le plus difficilement, c'est ceci :

 

 

même si une chose

est le contraire d'une autre,

 

 

il peut se faire

que toutes deux soient vérité,

à condition qu'on les voie

sous un certain angle.

 

Exemple :

si j'appelle Dieu "Dieu" pendant que mon voisin le déclare "Allah", cela ne signifie nullement que Dieu et Allah sont entièrement différents, voire contraires. Cela signifie simplement que la même montagne, sur son versant sud, présente à nos regards un aspect verdoyant, tandis que le versant nord, dans notre pays notamment, est plus rocheux, plus escarpé, et de climat plus froid. De même Dieu, vu du côté des uns ou du côté des autres, peut changer d'aspect et de nom. Mais comme le dit de plus en plus le sentiment populaire en France aujourd'hui : en supposant que Dieu existe, il n'est sûrement pas un Dieu qui nous demande de nous tuer les uns les autres pour défendre sa vérité.

 

        A partir de là, peut-être que les Français finiront, un jour, par accepter de vivre ensemble, et se parleront sans s'injurier, sans se dénigrer, sans se battre pour leurs "vérités absolues" ! Je peux vous dire, pour avoir eu le privilège de visiter récemment le Paradis, que Dieu, qui ne rigole pas ces temps-ci quand il nous regarde, aura enfin, ce jour-là, le sourire. Rien que pour cet événement imaginaire, ça vaut la peine de faire un petit effort. Et pour le bonheur que cela donnerait à des millions de personnes, ça vaut la peine de faire un gros, un très gros effort !

 

       Le chemin de la critique permanente nous mène dans un ravin.

       Le chemin de l'émerveillement,

celui du cœur comme de la pensée,

nous conduit à devenir des familiers de tout ce qui est beau et digne de notre nature : l'humanité. 

.

04/03/2013

La violence envahit d'abord nos pensées

.

 

A. Le monde que nous leur avons fait !

 

        L'enfant s'éveille, il entend les oiseaux. Il pense à sa mère, à son père, sa grande soeur et son tout petit frère, il pense à tout ce qu'il aime, à tout ce qui est beau... Stop ! Ceci est absurde et nous devons revenir à la réalité, la vraie, celle du monde que nous avons fabriqué, et que nous imposons à nos enfants : ce monde-là n'est pas fait d'oiseaux et de beauté seulement, loin s'en faut !

        Si les notions qui envahissent nos cerveaux (par la force des images, des écrans, des "musiques", des publicités) se transformaient un de ces jours en menus gastronomiques, nos enfants profiteraient bien sûr des repas en notre compagnie et le menu offert serait par exemple :

 

Midi : pape

Soir : pape

Midi : pape et lasagnes

Soir : lasagnes et pape

Midi : lasagnes sans pape

 

        Jours suivants : lasagnes, et les épices habituels qui refont surface intensément, sous la forme d'assassinats, coups de poings, coups de couteaux, balles, fusils, armes à feu, cadavres, vengeance, règlements de compte, argent, drogue, désespoir, aliénation, chantage entre élèves. La liste n'est pas exhaustive. Le cerveau de nos enfants absorbe, conserve, grandit et se fortifie dans la "culture" qui les entoure et les imprègne : culture d'agressivité, de peur...

 

        Mais voici déjà l'heure de partir à l'école. La violence est au rendez-vous, et commence entre jeunes dès que la parole est utilisée. Violence du verbe, violence verbale. Un nombre hélas beaucoup trop grand d'élèves reviennent de leur journée de classe traumatisés, tendus, parfois même malades de peur : chantage, menaces, jeux violents ne conviennent pas forcément à la nature humaine ! 

 

        Les informations du soir, en famille, permettront de reprendre contact avec la succession des menus gastronomiques. Jugez plutôt :

Soir après la classe : mariage gay et une pincée de faits divers, on devine le genre

Midi en "wikend" : mariage pour tous et un soupçon de cheval dans les lasagnes

Soir : Violences d'une manifestation contre le mariagee gay  ou le mariage pour tous. Rappel de la cruauté en Syrie, deux ou trois coups du genre couteau ou arme à feu, un chantage, un cadavre retrouvé.

 

        Lendemain matin au réveil : Syrie, Tunisie, Mali, effondrement économique, effondrement boursier, catastrophes sur le plan des usines, de l'emploi, de la production, des échanges commerciaux.

 

         Messages de dernière minute : comme d'habitude, chauffeur agressé, policier agressé, épicière violentée, marchand de bonbons passé à tabac juste en face de la boutique du buraliste, chauffard ivre (en manque de sommeil, d'amour et de drogue), septuagénaire dévalisé, actrice enlevée, avion détourné, train en panne : la liste n'est toujours pas exhaustive. 

 

        Menu du soir, après un bon dimanche passé essentiellement devant des écrans : enfin un menu sans pape, ni lasagnes, ni mariages quels qu'ils soient, ni manifestations pour, contre, et autres ! Tout pour le sport : ouf ! 

 

        La part de la réflexion dans tout ça, elle a été très importante du côté des journalistes qui ont commenté, présenté... : car notre niveau intellectuel en France est intense,

 

        et de toute manière le propre du journal d'information est d'informer, y compris lorsque les nouvelles sont atroces. Les journalistes n'ont fait que leur métier. 

 

 

 Mais : 

 

        Comme la réflexion suppose une certaine prise de distance, ou de recul par rapport aux réalités de l'émotion, de la peur, de l'horreur, eh bien la réflexion n'a guère laissé de traces dans la mémoire, en particulier celle des plus jeunes de la famille. Ce sont les émotions, les violences, les horreurs qui ont "marqué" et laissé leur empreinte. 

 

        Tout ça, c'était un aperçu de notre petit monde d'aujourd'hui, imposé à nos enfants. Il faut y ajouter les jeux sur écrans, qui aideront peut-être l'enfant ou l'ado à finir sa journée tranquillement en apprenant à traquer, démasquer, viser, tuer...  

        Tout cela donne aux jeunes esprits de quoi "contempler", c'est à dire fortifier leur vie intérieure, l'enrichir dans la délicatesse et la beauté ? Oui ? Tu parles !  

 

 

 

B. Et le monde qui se prépare ?

 

 

        Il ne suffit pas de dresser un tableau même approximatif du monde que nous avons construit et que nous imposons à nos enfants ! Il importe de jeter un petit coup d'oeil sur ce qui se passe, sur les préparatifs, les inquiétudes, les bonnes ou les mauvaises intentions qui feront le monde de demain. Ainsi :

 

1/ quelques adultes de haute et grande autorité se préoccupent des conséquences que peuvent avoir les images violentes (il faut dire que ça, c'est "pas mal").

2/  avant même de s'intéresser aux plus graves problèmes de violence à l'école, on affirme en milieu gouvernemental que c'est au "climat scolaire" qu'il est urgent de prêter attention (à notre humble avis, cela n'a pas été fait au moment souhaitable : c'est à dire il y a cinquante ans, et chaque année, chaque mois, chaque jour depuis). Judicieux : car le "climat" pèse sur l'enfant chaque jour, et on l'avait un peu oublié, en soulignant surtout les épisodes les plus spectaculaires, les faits divers tragiques.

3/  Des forces idéologiques se mobilisent, de Moscou à Paris, pour créer demain une télévision identitaire sur internet. "Identitaire", cela pourrait nous renvoyer à des inquiétudes de la nature la plus grave ! Le mieux, pour voir de quoi il s'agit, est de lire attentivement ET DE TOUTE URGENCE l'intégralilé du message d'un blog du Monde auquel nous renvoyons notre visiteur par le lien n° 3 ci-après.

 

 

VOIR DONC :

 

1/ Le CSA soulevait il y a peu la question des conséquences que peuvent avoir des images réalistes, par exemple sur de tout jeunes spectateurs. Le Monde, 26 02 2013. Lien : IMAGES PAS ANODINES.

2/   De source officielle, le "climat scolaire" doit faire l'objet de nos préoccupations. Il convient même de former les futurs professeurs à ce sujet. Et de source officielle également, les moyens de communication actuels permettent, via le portable, d'envahir la vie d'un jeune, d'un enfant, même en pleine nuit, même pour le harceler ! Ouest-France, rubrique Education, 27 02 2013. Lien : HARCELER ENFANT VIOLENCE.

3/  L'extrême droite serait-elle impliquée ? Et des milieux proches du grand Poutine serait-ils comme une ombre planant sur la future télévision identitaire internet ? Voilà qui mérite, SURTOUT SI VOUS VOULEZ VOIR LES CHOSES EN FACE, la lecture du Monde, blog du Monde "Droites extrêmes", 29 01 2013. Lien : TV IDENTITAIRE PARIS MOSCOU.

 

        Certains régimes politiques visent à posséder les esprits et les coeurs. Notre monde technique, violent, envahissant, a déjà bien préparé le terrain. Avant de dire que "les jeunes" n'ont rien dans la tête, ou de demander sur un ton exaspéré "Mais qu'est-ce qu'ils ont dans la tête ?", demandons-nous plutôt ce que nous leur mettons dans la tête, avec le monde que nous avons fait pour eux ! Et celui de demain !   

 

        Jusqu'où ferons-nous preuve d'irresponsabilité devant les forces qui déshumanisent l'humain ?

.

11/10/2012

Comprendre la violence

.

    La violence est envahissante. On en parle beaucoup...  

Et pour commencer, quelques faits récents :   

 

1.  Professeur agressé (pendant son cours) par une mère d'élève. Le Parisien, 13 09 2012. Lien : DéRANGER PENDANT LE TRAVAIL.

    2.  Une surveillante demande son carnet de notes à un jeune homme : elle se fait frapper à la tête. La Nouvelle République, 16 09 2012. Lien : JEUNE HOMME EN VISITE.

    3.  Amoureux, désespéré, il joue du couteau, met la vie de l'aimée en danger de façon extrêmement grave, menace de se suicider. RTL.fr, 09 10 2012. Lien : SOUFFRANCE MAUVAISE CONSEILLèRE

    4.  Par erreur un étudiant se fait tabasser par un vigile, pourtant chargé de le protéger, non ? Le vigile n'aurait pas, semble-t-il, bien compris la situation : d'où l'erreur... Lire l'article de Laura Orosemane  Rue89, 09 10 2012. Lien : ERREUR BÊTE ET MéCHANTE

   

causes de la violence,nourriture et violence,bêtise et violence,prétention et violence,rire,sacré,politesse,théâtre,souffrance et violence,orgueil et violence,violence

Des explications et  des remèdes ont, depuis longtemps été recherchés. Une certaine modernité se glisse désormais dans ces recherches. 

   

    5.  Le sport, longtemps considéré comme particulièrement utile pour lutter contre la violence, est au moins partiellement remis en question par des sociologues aujourd'hui. Voir ce qu'en pensent Dominique Bodin et François Le Yondre, sociologues, in NouvelObs Le Plus, 09 10 2012. Lien : SPORT SANS ADOUCIR LES MOEURS.  

    6.  La nourriture, et son influence sur le comportement, voilà qui n'est pas bien nouveau comme piste de réflexion en ce qui concerne la violence. La nourriture rend plus dépressif, ou plus agressif, bref elle pourrait jouer un rôle important dans bien des cas douloureux et difficiles. Mais si cela est un fait d'observation depuis des lustres, les plats que nous ingurgitons aujourd'hui sont, eux, nouveaux. Lire Laurent Bègue, universitaire, psychologue en psychologie sociale, in NouvelObs, Le Plus, 09 10 2012. Lien : ÊTRE OU NE PAS ÊTRE CE QUE JE MANGE

   

causes de la violence,nourriture et violence,bêtise et violence,prétention et violence,rire,sacré,politesse,théâtre,souffrance et violence,orgueil et violence,violence

Comment expliquer ? Comment essayer de comprendre ce qui se passe ? 

L'exemple 1. incite à croire qu'on ne respecte plus rien : on ne se rend plus compte du sacrilège que représente l'intrusion d'une mère mécontente en pleine séance de travail d'un professeur avec sa classe. On semble avoir oublié qu'il existe des lieux, des temps, des actes auxquels s'appliquait (autrefois) la notion (disparue) de sacré

L'exemple 2. nous montre une sorte de jeune homme en visite dans un établissement scolaire. On lui adresse la parole en le prenant pour un élève, cela l'offusque, il frappe ! Et à la tête, s'il vous plaît ! Comme au numéro 1. ci-dessus, le sacré n'est pas la valeur quotidienne de l'élégant bipède. Mais il a aussi en commun avec la mère d'élève du numéro 1 une chose bien vilaine que nous nommerons : la prétention. On a la prétention de valoir plus que le surveillant ou le professeur, on a la prétention de pouvoir faire la leçon à tous, et on a la prétention de pouvoir faire régner ses propres idées à coups de poings, à coups de violence. Après mûre réflexion, il nous semble pouvoir avancer ceci : quand il n'y a plus de sacré, alors peut régner sans partage, sans limites, l'imbécile orgueil, ou son masque vulgaire et plus répandu : la sotte prétention

L'exemple numéro 3. est plus attendrissant. Derrière l'horreur, plus grande et plus sanglante, on pourrait invoquer la souffrance et le désespoir de l'amoureux éternel, de l'éploré de toujours. Et c'est peut-être bien le cas. La violence est généralement le fruit d'un arbre mauvais qui a pour nom : souffrance. Le cas serait donc moins "moderne" que les deux précédents. Moins moderne, mais pas moins grave quant à ses conséquences... Pourtant, direz-vous, ce fou furieux d'amoureux n'a pas, lui non plus, respecté le sacré, l'amour, la divine beauté de l'amour et de la passion, il a eu la prétention d'infliger à son aimée le cruel destin dont lui, et lui seul, pouvait décider. Certes... Mais tout de même dans ce cas c'est bien du côté de la souffrance que nous paraît se situer la cause de l'agression. 

Dans l'exemple numéro 4., on souffle un peu, l'atmosphère paraît, l'espace d'un instant, moins lourde. Il pourrait presque s'agir d'une farce, de l'une de ces farces qui faisaient rire pendant les veillées, autrefois, quand il n'y avait pas encore la télévision. On imaginait un bonhomme, on décidait qu'il jouerait le rôle de gros bêta, et c'était parti, on se mettait à rire. Le personnage, purement fictif, ne vexait personne. Mais aujourd'hui on ne rit plus. On a la télé, et autres luxes. Alors, la violence ne marche pas, elle court, elle vole, elle frappe aveuglément. Peut-être que ce qui nous manque, c'est tout simplement le plaisir de nous parler, de rire, de nous sourire les uns aux autres et de faire plus ample connaissance, surtout entre étudiants et vigiles ? On s'offusque facilement (exemple numéro 2.) quand on n'a pas appris à vivre socialement, comme des êtres humains

Car l'humanité, et elle seule jusqu'à plus ample informé, a ceci de particulier qu'après avoir inventé le langage et toutes ses finalités (utilité, conversation, expression, art...), elle a inventé également le sacré, le théâtre, le rire, et la politesse comme plaisir d'être ensemble.

 

causes de la violence,nourriture et violence,bêtise et violence,prétention et violence,rire,sacré,politesse,théâtre,souffrance et violence,orgueil et violence,violence

CONCLUSION (provisoire ?) : 

    Nous avons essayé dans ce blog* d'indiquer de nombreuses causes de la violence, parmi lesquelles la nourriture, la souffrance, et des particularités sociologiques actuelles (image du père...). Le bruit, intérieur autant qu'extérieur, a également retenu notre attention comme probable première cause de violence. 

    Aujourd'hui, il nous semble qu'on peut à juste titre explorer d'autres pistes, plus fondamentales, et qui nous renvoient à l'humanité de toujours, celle que notre monde a laissée de côté. Non, la modernité ne suffit pas. Non, l'explication rationnelle ne suffit pas. Nous avons besoin d'amour, d'admiration, de rire, et même de sacré, en précisant bien sûr que cela n'est pas une invitation à religiosité, mais un retour aux fondamentaux humains, plus fondamentaux et plus sacrés (pardon! ) que telle ou telle assertion religieuse. Libre à chacun, en marge de cela, d'adhérer ou non à une religion, de préférer le matérialisme, etc : mais le sacré, l'attitude qui fait qu'on est capable de ne pas avancer plus loin, de rester où l'on est, de ne pas franhir le seuil, de respecter, admirer, suspendre son souffle, cette attitude-là ne peut pas être chassée du monde sans grave préjudice pour l'équilibre des enfants que nous aimons...  

Il est facile de croire dans la science, dans le progrès, dans le bonheur matériel. Il est facile d'espérer tout résoudre à coups de raison et d'évidences. Mais ce n'est pas suffisant pour être humain. L'humain comporte des dimensions qui, si on les oublie, se manifestent sous forme de souffrance profonde. Alors, les coeurs s'égarent ; et les décisions les meilleures, les organisations sociales les plus rationnelles au lieu d'enfanter le bonheur font naître, jusqu'en nos écoles, des monstres.

    Ayons le courage de nous regarder en face : pour n'être pas des bêtes, acceptons ce qui caractérise l'humain, du rire à la politesse sans oublier ce petit détour qui est si cher à l'auteur de ces lignes : le sacré, lui-même parent du religieux et intime partenaire amoureux du théâtre.

AU QUOTIDIEN, CEPENDANT,

NE CHERCHONS PAS LA SAGESSE PHILOSOPHIQUE

MAIS PLUS UTILEMENT DEMANDONS-NOUS

QUELLE EST LA SOUFFRANCE :

QU'ELLE DISE SON NOM

ET NOUS LUI TROUVERONS SOULAGEMENT, 

ce qui constitue le grand remède à la violence. 

Dans la pratique comme dans la philosophie, 

la morale (de cette hisoitre ?) est 

LA RECHERCHE DU BONHEUR.  

* 7.  Voir notamment "Les quinze causes de la violence" (18 05 2012) dans la page de résultats sur le mot "VIOLENCE" pour ce blog. Lien : CAUSES.

 

29/02/2012

Violence de l'extrême : mots, idées, actes !

 

Przzzzr1007.gif

 

        1..  La France a eu, dans un passé pas très lointain, son école de la violence et de la haine raciste. 

        2..  Pas plus tard qu'il y a quelques jours, un discours a été tenu (par la candidate d'un parti qualifié d'extrême droite) devant un Centre de Rétention Administrative. 

        3..  C'est dans un CRA, tout récemment, qu'un père de famille s'est taillé sauvagement le bras à l'approche du moment où il allait être expulsé.

        4..  Et c'est hier soir, et en plein Paris que deux personnalités bien connues du public (Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg) ont été insultées et attaquées physiquement en des termes qu'on examinera avec soin. On est fortement tenté de retrouver là le souvenir de ce qu'une période atroce avait fait résonner à nos oreilles !

        5..  Sur ces mêmes faits, quelques rapprochements, voire contrastes, et commentaires peuvent être établis pour en suggérer toute l'importance. 

        6..  Continuant notre mise en perspective, nous rendrons visite à l'Allemange et ses ventes d'objets particuliers, dits nazis, en l'an 2008 (pas 1928, non).

        7..  Et, poursuivant le voyage, nous voilà en Russie, au tout début du présent millénaire : s'organiser est utile, quand on veut faire agir la haine à grande échelle, en commençant par vingt-sept meurtres... 

        8..  Décidément, ça manque de confort à l'étranger : revenons, pour être rassurés, dans notre douce France d'où partirent les croisades. Un ministre veille et nous garde. 

 

Przzzzr1007.gif

 

Pour chaque numéro ci-dessus,

voici maintenant une petite explication

et un lien hypertexte 

pour bien fixer les idées.

1..  Retour au 14 06 2011 dans ce blog ; à la fin de l'alinéa numéroté 2, suivre le lien "PERCUTANT" : histoire de se retrouver d'un peu plus près à Saint-Projet ! Lien : "QUELLES FORCES ... à LA FRANCE ?". 

2..  Marine Le Pen devant le CRA du Mesnil-Amelot : sa vision du monde ; nombreux sont ceux qui désapprouvent. "Observatoire Citoyen de la Rétention 77", cité par RESF, 23 02 2012. Lien : HAINE DE L'éTRANGER

3..  Sauvagerie du geste d'automutilation, cruauté de la France dont certains "traitements inhumains" dans les CRA ont pourtant donné lieu à condamnation par la CEDH. Les faits sont là : LibéToulouse, 28 02 2012. Lien : EXPULSION AUTOMUTILATION

4..  Encore des faits sur l'agression perpétrée contre Audrey et Arnaud qui font honneur à la France : in Le Point, 29 02 12. Lien : RACISTES HAINE JETS DE VERRES

5..  Sur la même agression, on appréciera peut-être quelques précisions de plus, des paroles à retenir, par exemple quelques mots de Jean-Marc Ayrault ainsi que la mise en perspective dans le contexte de la "dédiabolisation" du FN : Libération, 29 02 2012. Lien : PULVAR MONTEBOURG FN

6..   En Allemagne, on vendait alors des objets nazis, tels des vêtements "griffés" d'une façon précise, des disques de "musique haineuse", des objets chargés de symboles épouvantables : André Gunnar a écrit pour Der Rechte Hand, Antifa-Net et Searchlight (numéro 392) ont repris, ainsi qu'on peut le voir sur le site A voix autre, 20 02 2008. Lien : ALLEMAGNE OBJETS NAZIS

7.  En Russie, les meurtres de Lev Molotkov et ses acolytes faisaient partie d'une idée vaste et "nationale-socialiste". Victimes désignées : les personnes vivant en Russie et présentant une "apparence non-slave". Le sens de l'autre, ou la charité chrétienne ? Allez savoir ! Lire Pierre Gastineau in L'Express, 13 07 2011. Lien : RUSSIE HAINE ORGANISéE

8.  Le ministre qui évoqua la "croisade" de monsieur le Président et commit par la suite un certain nombre de déclarations souvent qualifiées de dérapages, ou de petites phrases, ce qui suscita beaucoup de bruit et de contre-attaques, ce même ministre parlait récemment du FN en maniant superbement les termes de "nationaliste" et "socialiste". Nous avions, en son temps, fait notre propre mise au point sur l'habileté déployée lors de l'emploi du mot "croisade". Ici, nous avons affaire à un véritable protecteur de la France contre l'extrémisme de droite : le ministre est bien là, chacun peut se rassurer, et les "élèves" de Saint-Projet dont nous nous alarmions ci-dessus (§ 1..) sont soit disparus (où ça ?), soit sans avenir (chez nous), la France restera toujours le pays de la douceur et de la fraternité républicaine, non ? C'est dans 20 minutes.fr, 26 02 2012. Lien : FRANCE NATIONALISTE ET SOCIALISTE

Ce message ne comporte pas de conclusion. Hélas, qu'il nous suffise d'attendre la suite, pardi !  

 

Przzzzr1007.gif

 

16/10/2011

Félicitations

.

        Félicitations à François Hollande, et puisse-t-il mener la France à la victoire, qui sera de redevenir la France !

        Félicitations à celles et ceux dont nous sommes fiers, qui ont mené le bon combat de la démocratie, du débat, de la participation, de façon à redonner vie et mouvement à la pensée et à l'espérance. Martine Aubry, parmi une multitude, a été la cheville ouvrière de ce renouveau, et ce soir elle a d'une certaine manière remporté, elle aussi, une grande et belle victoire !

        Courage enfin : à nous tous... Car ceux qui n'aiment qu'eux-mêmes et servent le dieu-Argent vont redoubler de violence, intellectuelle bien sûr...

        A bientôt peut-être, chère lectrice ou lecteur, et à votre service, Estival.

 

rose1.jpg

 

.

 

03/06/2011

Armée à Sevran ? Mais vive le lien social (du Gers à la Goutte d'Or) !

.

    La situation des banlieues, des quartiers abandonnés par la politique de l'Etat est devenue tragique, et le maire de Sevran ne voit pas d'issue possible sans la présence d'une armée. Il faut savoir pourquoi, comment on en est arrivé là : quand on en est réduit à "gérer la pénurie" pour faire oeuvre de maire, quand on assiste à la "fin de la politique de la ville", à un véritable "échec du droit commun", on commence à identifier le parcours impitoyable qu'ont suivi des banlieues, des quartiers de notre beau pays ! Il faut lire l'article dû à Hélène Decommer, nouvelobs le Plus, 03 06 2011

    Mais voilà qu'on nous invite dans le Gers, à Condom, pour un peu de tourisme solidaire. Là, dans un ancien carmel, quelques courageux citoyens français ont rêvé d'"accueillir des personnes retraitées", et puis ce sont des "personnes de tous horizons" qui sont venues et qui cherchent à se reconstruire. Et il y a aussi les touristes. Mélange des milieux sociaux et des expériences, lente reconstruction de soi, rencontre des autres, goût du travail, de l'effort et du service rendu, telles sont les fleurs qui poussent dans ce jardin de l'esprit pourtant bien réel et palpable. C'est un exemple, à comprendre dans le cadre plus vaste du tourisme solidaire : autant de jolies perspectives qui s'offrent à nos yeux dans l'article de Julie Schneider sur le site de Youphil 19 05 2011. Et l'article comporte de nombreux liens passionnants pour approfondir ou élargir la question. Soyons donc, ne serait-ce que quelques instants, des touristes et lecteurs de mentalité solidaire 

    Il est bon, dans Paris, en flânant quelque part dans le quartier de la Goutte d'Or, de découvrir comment Sakina M'Sa utilise la mode, le travail en atelier, et l'implantation dans cet environnement plutôt populaire pour faire de "l'insertion par le travail" et créer du lien social, qu'on appellera dans ce cas (de haute couture) du "tissu social" ! Cette flânerie instructive, nous la devons à Fanny ROUX, écrivant pour Youphil, 20 05 2011. Ici encore, des liens passionnants pour repousser l'horizon. Lire l'article.

§

 §   §   §   §   §   §   §  

§   

18/12/2010

Oh, les vilains croyants !

.

    Ils croient, et cela dérange. Nous aborderons deux faits : A/ le phénomène de la foi qui se manifeste en public et dérange les passants, ou les riverains. B/ Le grand rassemblement de ceux qui souhaitent ne plus voir ces croyants d'un autre monde qui dérangent la France.

A/ Cela dérange passants et riverains  

    L'espace est pris, et la candidate à la présidence du parti extrême joue sur les mots en évoquant l'absence de chars pour laisser à entendre que la rue n'est pas aux mains de nos ennemis des années 40 ! Par le chemin détourné du "y'a pas", elle introduit le vocabulaire qui renvoie à une violence militaire faite à la France, violence donc évoquée à propos (oui: à propos!) de ces gens qui croient en Dieu et n'ont pas assez de places dans leurs édifices religieux, car ils sont nombreux.

    On trouvera les propos de la canditate à la présidence du parti dans le Parisien du 11 12 2010.

    Le projet de la LDH de porter plainte pour "provocation à la discrimination, à la haine et à la violence", ainsi que des réactions (Fabius, Badinter, le président du Crif...) sont à lire dans Libération du 13 12 2010. 

    Les diverses réactions de nombreux représentants issus de courants politiques divers et variés sont citées par le Parisien du 11 12 2010. 

    Le collectif contre l'islamophobie en France annonce qu'il va porter plainte, lui aussi, et dans le même article nous apprenons que l'auteur (l'auteure) des propos visés persiste et signe, affirmant que ses propos sont "une analyse tout à fait réfléchie" : c'est dans Le Monde du 15 12 2010. Voir également la position très laïque et soucieuse de paix du côté du parti socialiste.  

§   §   §

B/ Le grand rassemblement de ceux qui craignent 

la conversion de la France à une religion, 

oh! là! là!, et quelle religion !

    Les organisateurs de ce rassemblement ont été mis en garde par le préfet. Des associations, et le PS, ont également protesté avant sa tenue. Cela figure dans un article de Libération (16 12 2010) qui comporte également des liens grâce auxquels nous pouvons faire plus ample connaissance avec ces organisateurs de rassemblement, leurs opinions, leurs pratiques. La lecture est à ne pas manquer. 

    Or, il se trouve que des citoyens de notre pays sont venus, ce 18 décembre, manifester contre la tenue du fameux rassemblement. Ils étaient environ deux cents, nous dit Le Télégramme (18 12 2010) et, par leurs slogans, tenaient à rappeler qu'en France, "La laïcité, ce n'est pas la haine". Eh oui, est-il besoin de le redire : laïcité signifie vivre ensemble, paix, tolérance, refus du mélange de la politique et de la religion ; laïcité signifie toutes sortes de bienfaits dont peut s'enorgueillir notre pays ; mais laîcité ne signifie pas qu'on va éprouver, et faire éprouver (par une sorte de prosélytisme, hélas!) des sentiments d'exclusion, de "provocation à la discrimination, à la haine et à la violence" comme le disait si bien la LDH citée dans la partie A / de ce message. Voir et lire.

    (Allez cher lecteur, ou néanmoins lectrice, n'attisons pas les mauvais instincts et partons tous en guerre contre les flocons ! Quelques chars nous y aideront, je plaisante, oh, pardon !) 

La France n'étant pas une dictature,

il convient de considérer et examiner librement ce qui précède.          

.