Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2012

Pas en guerre, mais !

.

    Nous ne sommes pas en guerre, mais dans nos coeurs, dans nos têtes un flot continu de bruit, de mots, de "nouvelles" médiatiquement acheminées nous habite.

    A./ Les syndicats ne sont pas l'objet de la délectation présidentielle. On parle d'insultes (présidentielles) à leur encontre,  dans un article qui cite plusieurs journaux : lire Frédéric Couteau, Rfi 03 04 2012. Lien : SYNDICATS.

    B./ Le Président n'en est pas à sa première remarque concernant les corps intermédiaires. Quelques épisodes peuvent rafraîchir la mémoire sur le sujet. Quant à la sollicitude déployée au profit des travailleurs, l'affaire de Florange se rappelle à nous, elle aussi, par la bouche d'un syndicaliste CFDT, Alain Gatti : dans les 17 millions annoncés, il conviendrait de considérer que 15 ne sont pas ce dont ils ont l'apparence, et deux seulement concernent effectivement le redémarrage des hauts fournaux. Ce qui n'est pas sans poser quelques menus problèmes au niveau pratique, et une grave question au niveau de l'honnêteté intellectuelle (les termes employés sont plus durs). Lire Louis Morice in NouvelObs, 03 04 2012. Lien : CORPS INTERMéDIAIRES.

    C./ Nous avons bien longtemps vécu sans mesurer, peut-être, à quel point nous étions en danger. Et cela en raison de la présence en France de prédicateurs islamistes (c'est ainsi qu'ils sont désignés) contre lesquels il est, chacun en conviendra, urgent d'agir. Il paraît que cela, d'après certains, pourrait s'avérer untile pour "faire oublier les défaillances de la lutte des services français dans l'affaire Merah" (article cité en fin de paragraphe).  Lire l'article de Sylvain Mouillard in Libération, 03 04 2012. Lien : AFFAIRE MERAH.

    D./ Dans l'affaire des islamistes de Forsane Alizza, le syndicat de la magistrature évoque l'idée d'une "récupération" (du problème de l'islamisme radical) "par le président-candidat" (voir en fin d'article : in Rue89Lyon, 03 04 2012. Lien : RéCUPéRATION POLITIQUE.

    E./ En marge de toutes ces peurs ou antipathies, nous vivons actuellement la campagne électorale, laquelle SEMBLERAIT, paraîtrait tout au moins emprunter parfois les chemins détournés d'une (peut-être) campagne de publilcité ? Une chaîne de télévision, des chaînes de radio diffusent en effet ce genre de chose pour un institut dont l'idéologie va plutôt dans le sens du candidat sortant. Au point que le CSA s'en est ému et se sent concerné par le problème, ou la question posée si l'on préfère. Lire Nabil Touati, NouvelObs, 30 03 2012. Lien : INSTITUT MONTAIGNE radio télé CSA.

    F./ Mais revenons aux émotions : dans une prise de parole (peu de jours après les tueries de Montauban et Toulouse), Marine candidate parle d'une "avancée du fascisme vert dans notre pays", elle évoque les "bateaux" et leur contenu d'immigrés, elle se demande, elle demande quel est le nombre de personnes (dans ces bateaux) qui sont des Mohamed Merah... Du reste, les bateaux sont "remplis" d'immigrés, et ils arrivent, ainsi que des "avions", "chaque jour en France". On voit que les mots de Marine candidate sont riches en images, qu'ils s'adressent à l'imagination au sens propre (voir mentalement des images) et au sens figuré (imaginer une possibilité avec assez de précision pour qu'elle semble réelle). C'est de bonne guerre, dans le registre de l'éloquence et sur ce point précis nous pouvons reconnaître un certain mérite à Marine, candidate, car elle vit intensément ses convictions, et cela aiguise son verbe. Ce qui ne constitue pourtant en aucune manière une quelconque raison de souscrire à ses convictions. Voir NouvelObs, 25 03 2012. Lien : MERAH BATEAUX IMMIGRéS.  

    G./ Des discours à la qualité des gestes, il y a un pas que l'information nous fait franchir. Des tunisiens, en voyage, se sont retrouvés pris en charge par des policiers français, placés ("parqués", dit l'article cité en fin de paragraphe) dans un garage, et pour bien les identifier les policiers leur ont écrit à chacun un numéro, sur le bras. Certains voient là une atteinte à la dignité de la personne, conformément à des textes qui font autorité (article cité en fin de paragraphe).  Précisons que ces tunisiens n'avaient apparemment pas commis de crimes. Pour vous faire une opinion, le mieux reste de lire Olivier Bertrand in LibéMarseille, 31 03 2012. Lien : TUNISIENS POLICE NUMéROS.

    H./ Soyons bref désormais, pour épargner le lecteur, et disons qu'une "descente 'antiterroriste' au Mirail" (Toulouse) a donné lieu, à son tour, à quelques exemples de manque de délicatesse. Bien sûr, le rôle de la police dans ce genre d'occasions n'est pas d'être des modèles d'affabilité, mais plutôt d'être d'une irréprochable efficacité. Néanmoins, dans le cas précis, on a peut-être le droit de rester pensif...  On a pu observer des faits de nature assez semblable dans un quartier voisin, la Reynerie. Lire Jean-Manuel Escarnot, LibéToulouse, 31 03 2012. Lien : ANTITERRORISME.

    I./ A Toulouse également, un jeune homme était chez sa mère et a été interpellé, c'était dans le quartier de la Faourette. Bilan : ils (les policiers) "ont tout cassé". Et l'on ajoutera "pour rien", pour aller jusqu'au bout des propos entendus sur place, puisque le jeune homme en question fut relâché... Et, rassurez-vous, comme le montre la fin de l'article, les arrestations d'islamistes se poursuivent (il s'agit d'islamistes soupçonnés d'être terroristes, sans doute, mais le vocabulaire tend à se simplifier ces derniers temps). Et le mot "islamiste" continue de faire ses pirouettes dans nos têtes, nos rêves, ou plutôt nos cauchemars. L'article, c'est dans LibérationToulouse, 02 04 2012. Lien : TOUT CASSé POUR RIEN.

    J./ Tout cela est certes inquiétant. Nous sommes inquiets. Inquiets, les sénateurs le sont aussi. Inquiets au sujet de l'affaire Merah, au point qu'ils ont demandé qu'une Commission sénatoriale puisse entendre les responsables des services de renseignement. Ils osent prétendre, figurez-vous, qu'une telle audience est constitutionnelle, relève de leurs attributions, et fait partie du contrôle par le peuple de l'application des lois. Ah, c'est beau, mais le gouvernement a refusé. Alors, pourquoi et comment ce refus est-il inquiétant (pardon pour la répétition des mots "inquiets", et "inquiétude", mais c'est l'air que nous respirons) ? La réponse, vous la découvrirez sous la plume d'Estelle GROSS, NouvleObs 02 04 2012. Lien : COMMISSION SéNATORIALE.

    Non, la France n'est pas en guerre. Mais les mots, les images, et jusqu'à l'imagination qui se déversent dans nos cerveaux nourrissent en nous des rêves qui sont des cauchemars.

.

14/05/2011

Les migrants parmi nous : tragédie tunisienne

 

    Ils souffraient de la faim, ils souffraient de la soif.

Dans leur corps ils souffraient ; mais surtout dans leur coeur.

Avides de rencontres, de joie, de liberté,

Ils ont tout affronté pour arriver chez nous :

Les dangers de la mer, l'étrange enfermement

Sur une île hantée par de vrais naufragés...

Venus chercher fortune, prisonniers de l'espoir, 

Ils se sont dirigés, jeunes et conquérants, 

Vers la patrie des Droits, le peuple des Lumières : 

Ils ont trouvé l'errance, la faim, le dénuement, 

La grande solitude au coeur de nos cités, 

Les lois, les règlements, le rejet, le renvoi, 

L'Europe indifférente, la France militant 

Pour leur faire comprendre qu'ils n'ont pas vocation 

(Comme on le dit parfois) à rester parmi nous 

Même pour quelques mois ou bien, disons, un an. 

Les lois, les règlements, y compris ceux d'Europe, 

Ne peuvent remplacer au pays des Lumières 

Cette bonté du coeur qui rend intelligents...

Quand leur espoir mourra, peut-être pour toujours, 

Nous n'aurons plus le droit de geindre sur leur sort : 

Victimes de nos peurs, victimes de nous-mêmes, 

Nous serons, nous, Français, des vivants déjà morts ! 

 

dscf1712.jpg

 

 a./  Mathieu Palain a rencontré cinquante tunisiens en train d'attendre, dans les locaux de France terre d'asile (FTDA) à Paris 13ème. Combien d'entre eux errent dans la capitale ? Où dorment-ils ? Quel est à leur égard l'attitude de l'Etat ? Et celle de la police ? Les principaux intéressés parlent de "policiers qui déchirent les papiers de l'Italie et lancent des lacrymogènes". Des précisions dans l'article de Mathieu Palain, Libération 03 05 2011.

b./  D'après Olivier Bertrand, la préfecture aurait souhaité les reconduire hors de France, mais la justice, les avocats les ont défendus ! Véritable lutte de nature juridique, la confrontation de ces trente six tunisiens avec la France d'aujourd'hui en dit long sur leur souffrance, et sur nos façons de faire... C'est dans LibéMarseille 04 05 2011

c./  Jeanne Ferney a vu Hakim. Elle l'a écouté. Elle a appris combien il a espéré, mais aussi comment il a connu la traversée de la mer (trois jours), Lampedusa (un mois), l'hébergement chez un ami d'où il est reparti pour ne pas "déranger" ; le Parc de la Villette, la police, la Fontaine-au-roi. Pourquoi tout cela ? Quels sentiments éprouve-t-il ? Où ira-t-il ? L'article est dans Libération du 09 05 2011.

d./  Elodie Calas, journaliste, s'est intéressée à l'attitude de la mairie de Paris confrontée aux immigrés et plus particulièrement aux "sans-papiers tunisiens". Sous sa plume, on découvre en même temps la présence, le courage et la compétence de nombreux autres acteurs : "collectif des tunisiens de Lampedusa", l'Europe (directive du Conseil européen, 2001), France terre d'asile (FTDA), Emmaüs, Aurore, La Chorba. Ce sont autant de liens que le lecteur pourra activer pour compléter sa lecture de l'article posté par Elodie Calas dans Rue89 11 05 2011.

e./  Le rapport annuel d'Amnesty International révèle de tristes réalités dans l'attitude de la France envers les immigrés, ou également envers les Roms. Et la France se distingue ! C'est à lire dans Le Monde 13 05 211.

     Comme on peut le voir dans ces exemples, il existe parmi nous des citoyens qui résistent car ils ont en eux "Cette bonté du coeur qui rend intelligents"...

.

01/05/2011

Migrants dits illégaux, prison, Europe : tout bouge !

.

    Bonsoir mon cher Marc, 

pendant que tu sillonnais la France à l'occasion de ce 1er mai, je suis resté tranquillement immobile et j'ai pu constater que tout bouge en ce moment, depuis le Maghreb (entre autres) jusque dans les lois et pratiques qui concernent les immigrants en situation dite irrégulière. Encore une fois, c'est au sujet des étrangers que se manifestent d'une part l'esprit mesquin, d'autre part la défense de la France et l'indignation généreuse des enfants spirituels du Conseil national de la résistance.

     Fin mars, à la frontière tuniso-libyenne, la Cimade et le Gadem (organisation marocaine) effectuaient une mission. Ils constataient que si 200 000 migrants qui fuyaient la Libye avaient été accueillis de façon remarquable par les tunisiens et avaient pu quitter la Tunisie de façon convenable, plusieurs milliers se trouvaient encore en attente, ne pouvant pas rentrer chez eux en raison de la situation dans leur propre pays. L'Europe est ici interpellée par la Cimade 13 04 2011.

    Fin avril, en France, "les contrôles se multiplient", visant en particulier les migrants venus de Tunisie en passant par l'Italie. On pourrait presque se demander si tout n'est pas fait pour que l'opinion perçoive ces migrants tunisiens comme une menace, constate la Cimade... Et elle rappelle que le nombre total d'immigrants venus de Tunisie en Italie s'élève à ving mille, ce qui représente "0,2%  de la population tunisienne". Par ailleurs, il ne faut pas oublier le nombre des citoyens de l'Europe, ni le fait que lors de précédents événements divers pays ont accueilli pendant une certaine période des réfugiés de ce qui fut autrefois la Yougoslavie : l'accueil se passa d'une façon telle que l'Europe ne s'écroula pas, figurez-vous ! Il ne faut pas oublier non plus que nombreux parmi les jeunes tunisiens qui arrivent chez nous actuellement sont ceux qui ont des diplômes mais pas de travail chez eux. Le problème ressemble donc plus à un problème de chômage, de développement, de co-développement ou de développement solidaire qu'à une catastrophe et à une invasion de la France par l'étranger. C'est dans ce sens, et dans le sens de l'espoir associé aux étrangers, que l'on peut lire le texte proposé par la Cimade le 28 04 2011

    S'agissant encore une fois de la présence en France des étrangers dits illégaux, un vrai bouleversement vient de se produire, voire une révolution. Il n'est plus possible d'envisager de façon certaine des peines de prison pour des étrangers illégaux au seul motif de leur situation ! Il n'est plus possible de les emprisonner sans se préoccuper de savoir si la mesure est conforme au "respect du principe de proportionnalité", notamment. Il n'est plus possible d'enfermer aussi facilement que c'était le cas jusqu'à présent. Pourquoi ? Parce que la Cour de Justice de l'Union Européenne vient de publier un arrêté dans l'affaire dite EL DRIDI et que cet arrêté contrarie en particulier les habitudes de la France. La criminilalisation de l'étranger en prend un coup... Voir le site du Syndicat de la magistrature, 29 04 2011

    Voilà, mon cher neveu, comment je vois que le monde bouge partout autour de moi, et pas seulement sur la route ou la voie ferrée : des populations, des pays et des régions du monde, des législations, des continents entiers changent et font l'Histoire, sous nos yeux. Et au milieu de tout cela, quelques braves de France et d'Europe osent résister à la xénophobie, et à un possible retour de sentiments barbares.

    Je te souhaite une bonne reprise du travail, une fois de retour chez toi, affectueusement ton oncle, Estival. 

    

   

29/04/2011

Relents racistes et autres à la veille de mai, le mois des roses !

.

    Nous assistons chez nous à un concours de mauvaises odeurs, à la veille du mois des roses ! En France fleurissent racisme, animosité, peur, intimidation, détérioration des relations humaines...

1. Témoignage sur des arrestations pratiquées à Paris. Les jeunes tunisiens visés ont été choqués. On évoque les termes de "ciblage raciste", d'arrestations "arbitraires". Ce sera notre premier parfum de ce jour. Comme on pourra le constater dans nouvelobs 28 04 2011 sous la signature de Laura Thouny. A lire, bien que déconseillé aux internautes qui n'auraient pas un estomac solide.

2. Un média indépendant ne doit pas déplaire ! Dans le cas présent, il est menacé de mort par ruine financière suite à action en justice à son encontre. Prétexte ? Un journaliste aurait été témoin de réalités qu'il rapporte mais, bien qu'il ait vu et puisse donc rendre compte, il n'avait pas sa carte de presse et la police la lui a demandée. La justice donne finalement raison au journaliste, mais le journal ou "média indépendant" doit payer des frais de justice, c'est la ruine... N'oublions pas tout de même l'essentiel : "le droit à l'information (...) ne dépend en aucune manière de la possession d'une carte de presse" ! Cette belle formulation des choses est à voir dans Rue89 29 04 2011

3. Une manifestation à base de cochon se prépare. Les menus sans viande (et non pas sans porc) de la cantine sont visés !  Devinez de quelle tendance "politique" sont les amis de cette manifestation distinguée ! Tout en douceur, dans le dialogue, l'ouverture à l'autre, les échanges et l'amitié, bien entendu ? Pas si sûr, peut-être. En tout cas, des élus s'insurgent et demandent l'interdiction de la manifestation. C'est dans LibéLyon 28 04 2011  

4. Isabelle Leon, conseillère à Pôle Emploi, écrit à son directeur général. Elle défend le service public auquel elle a souscrit, elle dénonce l'évolution en cours, elle refuse de faire un travail de vérification des papiers... Elle nous aide à mesurer l'horreur que, peut-être, nous avions jusqu'à présent sous-estimée. Isabelle Leon risque gros, elle défend la France, elle "s'indigne", dirait sans doute Stéphane Hessel. Lettre fondamentale, à lire et garder comme un trésor, témoignage de grandeur dans la période où nous sommes. Rue89 (Eco89) 29 04 2011.

    Et pour conclure ce message, nous souhaitons à nos lecteurs ou visiteurs un mois de mai qui sera, n'en doutons pas, rempli du parfum des muguets et des roses, de la vertu et du bon goût, sans oublier l'ouverture d'esprit, le sens de l'autre, la culture, la finesse, la générosité bien sûr ! Courage...  

arrestations,carte de presse,droit information,étrangers,islamophobie,liberté presse,pôle emploi,racisme,tunisiens

                                                          arrestations,carte de presse,droit information,étrangers,islamophobie,liberté presse,pôle emploi,racisme,tunisiensarrestations,carte de presse,droit information,étrangers,islamophobie,liberté presse,pôle emploi,racisme,tunisiens.arrestations,carte de presse,droit information,étrangers,islamophobie,liberté presse,pôle emploi,racisme,tunisiensarrestations,carte de presse,droit information,étrangers,islamophobie,liberté presse,pôle emploi,racisme,tunisiens

 

arrestations,carte de presse,droit information,étrangers,islamophobie,liberté presse,pôle emploi,racisme,tunisiens

19/04/2011

A quoi bon tant de bruit autour des étrangers ?

.

    

I.  LES EMPLOIS dits OUVERTS AUX ETRANGERS

Alors que Xavier Bertrand forme le dessein de diminuer le nombre des métiers dits "ouverts aux étrangers", de nombreuses voix s'élèvent en faveur d'une France "ouverte", justement, en ce domaine : au Parti socialiste, dans les syndicats (François Chérèque, Jean-Claude Mailly... ), et jusque chez les patrons, y compris au Medef par la bouche de sa présidente Laurence Parisot, le projet de monsieur Bertrand est vivement critiqué. Les chiffres eux-mêmes semblent plaider en sa défaveur. Alors, pourquoi afficher de telles "ambitions" ? L'explication que l'on ne peut pas envisager un instant serait de dire que le projet viendrait d'une erreur d'appréciation de la part du Pouvoir et de ses proches : ce qui est tout simplement impensable. Mais alors ??? En attendant, voir Nouvel Obs du 18 04 2011

II.  L'ETRANGER  : LA FRANCE AIDE AVEC SES AVIONS

MAIS PAS AVEC SES TRAINS

    Le pauvre président italien a dû faire face à l'arrivée soudaine de vingt cinq mille étrangers venus de Tunisie. Il a souhaité faire participer d'autres pays européens à l'effort nécessaire pour les recevoir parmi nous pendant un certain temps, mais voilà que la France refuse d'accueillir ces tunisiens, et bloque même un train ! La France renâcle parfois à se montrer solidaire, et il se peut que cette attitude ne s'avère pas un choix très éclairé, avec le temps. Le problème donne en tout cas matière à un superbe édito de Laurent Joffrin, qui rappelle que l'Europe a prouvé sa capacité et sa compétence pour l'accueil temporaire en période de guerre ; il qui envisage aussi les conséquences européennes du repli et de la frilosité : c'est dans Nouvel Obs du 19 04 11. Et si tant de refus donnaient lieu à tant de mauvaises conséquences, faudrait-il les expliquer par une erreur qu'aurait faite le Pouvoir, ou quelqu'un de ses proches ? Sûrement pas, pour les raisons que nous évoquions ci-dessus ! Mais alors ???

    Pour Pierre Henry, directeur général de France terre d'asile, le refus d'accueillir les réfugiés tunisiens est une véritable erreur historique qui augure mal de l'Europe. Cette Europe qui déclare le refus français conforme à la "lettre" de Schengen, mais qui pour P. Henry est en contradiction avec "l'esprit" du même Schengen. L'infidélité aux valeurs humaines, le manque de volonté politique commune, la frilosité n'augurent rien de bon ni pour ce que l'Europe doit être, ni pour ce qu'elle doit faire... On lira avec profit l'interview du directeur général de France terre d'asile par Benjamin Harroch pour Nouvel Obs du 19 04 11. Et encore une fois, si la France contrevient à l'esprit d'accords auxquels elle participe, ce ne peut pas être le fruit d'une erreur tactique, donc d'un manque d'intelligence de la part du Pouvoir ou de ses proches : une telle supposition serait totalement irréaliste, nous l'avons déjà dit ci-dessus ! Alors, mais alors ???  A  QUOI  BON  TANT  DE  BRUIT ???

    Alors tout cela reste mystérieux. En attendant, s'agissant des étrangers, on prend l'habitude de les considérer comme des êtres humains quand ils sont combattants libyens en Afrique du nord, là-bas, mais on refuse comme des objets non désirés d'autres étrangers, tunisiens cette fois, quand ils se réfugient chez leurs sauveurs, leurs amis, la France, l'Europe. Et en attendant, comme on parle aussi de diminuer le nombre de travailleurs étrangers venant légalement chez nous, et comme on envisage en outre de diminuer le nombre de métiers dans lesquels on déclare avoir besoin qu'ils viennent nous prêter main forte, eh bien, en attendant, l'opinion est saturée, vague après vague, d'un océan d'appréciations négatives qui font de l'étranger un danger, une menace, un facteur de misère pour nous, France de plus en plus droite de droite. Et, en attendant, le danger pour la France semble venir de la mer et tout ceci ne contredit nullement notre message du 17 courant : "EMERGENCE D'UNE NOUVELLE DROITE EN ACTES". 

La France n'étant pas une dictature,

il convient, et il importe de considérer

et examiner librement ce qui précède. 

. 

10/04/2011

Etranger, qu'est-ce à dire ?

.

    L'étranger (pour dire les choses en dix points, de 1 à dix) :

    1./  voile une partie de son visage 

    2./  a pour religion la religion musulmane 

    3./  essaie de s'introduire, pour y vivre, entre un grillage et une muraille 

    4./  excite le Pouvoir au point de lui faire oublier que la Constitution française commence par l'Article 1er 

    5./  profite, aux frais du contribuable, du confort et du réconfort que prodiguent nos "lieux de rétention" 

    6./  est parfois venu en France de façon légale, mais même sous cette forme la venue d'étrangers n'est pas forcément comprise comme une bonne chose par certains

    7./  est susceptible de s'arrêter miraculeusement aux frontières de la France, comme semble en rêver tel proche du Pouvoir

    8./  fut gratifié, en des temps très antiques, d'adjectifs flatteurs et bienveillants : étaient-ce donc des temps barbares ?

    9./  fut religieusement associé, d'une façon hautement sacrée et divine, au verbe "accueillir", et justement, ô merveille, ces temps-là étaient à l'origine des nos origines chrétiennes si revendiquées

    10./  donne lieu, chez certains en France, à une lueur d'espoir et d'humanité, oui, il s'agit toujours de l'étranger, nous ne nous sommes pas égarés. Voici du reste, ci-dessous, quelques liens pour lectures complémentaires et justificatives de ces dix "points".

§

    1.//  Le niqab est interdit en France. Elle ne porte qu'un voile, comme autrefois nos religieuses catholiques portaient une infinie variété et diversités de voiles (formes, couleurs, avec ou sans cornettes...) : voilà qu'on lui refuse l'entrée dans le collège de son enfant ! Vive la concierge ! (rue 89, 08 04 2011). 

    2.//  Le Pouvoir donne l'impression de croire que si une personne adhère à la foi musulmane, elle est étrangère. Cela surprend, mais on peut tenter de comprendre en lisant libération 09 12 2009

    3.//  Tels les vagabonds qui inspiraient l'effroi dans les siècles passés de l'histoire de France, ils poussent le Pouvoir à les pourchasser, ils sont "harcelés par les autorités françaises" qui va les chercher entre mur et grillage. C'est dans rue89 07 04 2011

    4.//  Il ne renâclait pas à l'idée de mettre à mal l'Article Ier, le Pouvoir, en demandant des mesures ciblées de façon ethnique ! Il a fallu que SOS Racisme s'en mêle, pour éviter le pire à notre Constitution ! Site de SOS Racisme, 07 04 2011

    5.//  Parce qu'ils sont étrangers, ils ont droit à l'un de nos "lieux d'enfermement des étrangers". Un sénateur et une sénatrice s'en sont allés voir ça de près. Site de la Cimade, 01 04 2011

    6.//  Le Pouvoir donne des signes qui semblent permettre de penser qu'il pourrait avoir des vélléités de s'en prendre à l'immigration légale. Incroyable ! Le pavé est lancé dans la mare (mot d'origine scandinave, "marr", soit dit en passant), et cela fait beaucoup de vagues, du tintamarre, si bien que même à droite y en a marreFrance terre d'asile 08 04 2011

    7.//   L'un des ministres du Pouvoir percevrait-il mal la réalité ? S'imaginerait-il que les tunisiens arrivés à nos portes ne pourraient que s'arrêter, figés sur place comme dans un miracle, au moment de franchir nos frontières ? Une autre personnalité politique déclare à propos de ces tunisiens qu'ils "ne rentreront pas en France". Evidemment, ils ne "rentreront" pas, car il faudrait pour cela qu'ils fussent d'abord entrés puis repartis et revenus vers notre cher pays pour y entrer une nouvelle fois ("r"entrer). Surtout, de tels propos, de telles idées donnent envie de constater plus en détail ce qui se passe dans les hautes sphères, au-dessus de nos têtes et du niveau habituel de notre vie de petits français. L'info est venue par rue89 08 4 2011

    8.//  L'étranger se vit adresser la parole. C'était il y a fort longtemps, et on s'adressa à lui par ces mots : "vénérable étranger", ou "noble étranger". Le site de Philippe Remacle nous dévoile ces immenses réalités du langage et de la civisilisation, on peut aller voir aux numéros 406 et 461, en descendant dans la page qui s'ouvre

    9.//  Nous voici maqintenant dans un lieu au sens figuré du mot "lieu" : nous sommes dans la Bible (vous savez ? Nos racines chrétiennes, non ?) et le mot "étranger" ne peut pas être séparé du mot "accueillir" : c'est sacré. Qu'on le veuille ou non, ce sont nos racines, et il faudra bien s'y faire ! Site Steinbach68 : "Accueillir l'étranger dans la Bible".  

    10.//  Changeons d'époque, comme de lieu, voire de local : dans un Centre Régional de Documentation Pédagogique, l'air est laïc, la pensée aussi. On s'intéresse à l'avenir, on apprend à vivre avec l'autre, avec celui qui est différent, ou encore celui qui vient d'ailleurs. C'est curieux comme les parallèles que sont la Bible et la laïcité* peuvent se rejoindre, et pas seulement à l'infini, pour une fois. Ici, près du futur, auprès des plus jeunes, l'humain est humain sans fausse pudeur, et l'amitié entre les peuples se bâtit dans la simplicité et le bonheur. Site du CRDP de Créteil.

............................................................. 

* (Il s'agit bien évidemment de la laïcité, et non pas du voile baptisé "laïcité" jeté négligemment sur le mot "débat" si bien que le mot "islam" se trouve caché (voilé) aux regards du public...).