Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2013

S'injurier ou bâtir ensemble : il faut choisir !

.

        Une oreille inattentive ne perçoit dans le bruit du moment que scandales, invectives, dénonciations, échecs, impopularité, assurance que le pire est en train de se produire, mépris, dénigrement, violence des pensées, des mots...

        Un examen superficiel de la situation ne permet de percevoir que les feux éblouissants, aveuglants de toutes les raisons de désespérer. Des disputes, dignes d'une cour de récréation en l'absence d'une présence adulte éducative, rabaissent le bruit des prétendus débats au niveau passionnel et à la limite de la malhonnêteté.  

        L'attention aux commentaires les plus compétents, les moins passionnels, permet de garder espoir. C'est moins bruyant, moins "payant" en matière électorale, ça fait moins appel aux passions élémentaires (la peur, la hargne...) mais ça pèse sûrement davantage au chapitre de ce qui peut nous sauver, "nous" c'est à dire conjointement la France et l'Europe, la France dans l'Europe, l'Europe inévitable à la France, que ce soit comme un poids ou comme un levier économique et social. 

 

        Il convient donc de discerner, trier, analyser parmi tout ce qui est dit, affirmé de tous côtés. C'est le cas également pour ce qui suit.

  

        A.  Décembre 2012 : François Hollande venait d'aider l'Europe à prendre, au fil des mois, les bonnes décisions pour éviter la cassure. C'était une bonne chose de faite, ou plus exactement plusieurs choses qui permettaient de retrouver le souffle et de croire en la vie. Voir Libération, 10 12 2012. Lien : zone euro progrès accomplis

 

        B. Après l'intervention télévisée de François Hollande (jeudi 28 mars 2013), les commentaires faits par Harlem Désir, Premier secrétaire du Parti socialiste, dressaient un bilan admiratif des actions du Président de la République. Mais le Premier secrétaire notait aussi qu'en face de François Hollande se dressaient des forces contraires, qu'il désignait comme "l'opposition systématique des conservateurs européens". Et c'est bien là, en effet, que le bât blesse. Voir Site du Parti socialiste, 28 03 2013. Lien : conservateurs européens

 

        C.  Les raisons de perdre espoir sont, apparemment, un tourbillon dévastateur dans lequel sont engloutis tout aussi bien le "moral" des français que la capacité de raisonner calmement, en essayant très simplement de mener une réflexion constructive. Dans le tableau désespérant de la situation auquel nous renvoyons le lecteur via Courrier international, on notera que ce qui tient le plus de place, ce qui fait le plus de vacarme, ce sont semble-t-il les attaques, les critiques, les commentaires, l'acharnement plutôt que l'argumentation à proprement parler ! Et on notera que la droite politique y joue pleinement sa partition ! Courrier international, 29 03 2013. Lien : ACHARNEMENT CONTRE F. HOLLANDE.

 

        D.  Décrire la situation européenne, la crise, la récession ; évoquer la reprise, qui devra malheureusement attendre : voilà qui permet de situer la France dans un contexte difficile, et largement dangeureux. Mais des directions sont indiquées, qui permettent d'agir là où cela est le plus utile. La politique monétaire européenne, en particulier, doit être plus "agressive". Lire Richard Hiault, in Les Echos, 29 03 2013. Lien : France Union européenne récession

 

        E.  La "parité de l'euro face aux principales autres devises" constitue, en elle-même, un enjeu majeur pour les pays de la zone euro. Les causes et les remèdes ne peuvent pas être appréhendés si l'on s'en tient à une vision simpliste des choses, mais même si la réalité est très complexe, et très décourageante, tout n'est pas perdu. On trouvera dans l'article auquel nous renvoyons ci-après des suggestions fort constructives qui, notons-le, exigent de la part de nombreux acteurs une ferme volonté de réussir ensemble, en y mettant le prix. La baisse du niveau de l'euro fait partie des remèdes envisagés... Lire Emmanuel Cugny, sur le site : Le Cercle des économistes, février 2013. Lien : EURO ET SORTIE DE CRISE.   

 

       F. Michel Rocard, dans le cadre du Forum de Rennes, vient de tenir des propos à la fois lucides (froidement lucides) et pleins d'idéal : des propos qui mettent l'accent sur la solidarité, aussi bien européenne qu'internationale. La solidartié tout à la fois comme but et comme moyen. La solidarité comme valeur, ou référence, et comme remède. Les mots de Michel Rocard, les conditions et le prix à payer dans cette perspective d'espoir qu'il ouvre pour l'action, se découvrent sous la plume d'Audrey Lebel, in Libération, 01 04 2013. Lien : crise, penser et construire solidairement

 

 

acharnement contre françois hollande,conservateurs européens,paix,parité euro,politique monétaire européenne,récession,solidarité,volonté européenne,zone euro

 

 

        Tout est sombre, mais tout n'est pas impossible. La plus grande catastrophe qui menace notre avenir est peut-être bien le scepticisme, le manque d'audace, d'idéalisme, de solidarité, de projets.

Il est peut-être temps de désespérer, mais si possible pour les bonnes raisons : ce n'est pas partout dans le monde et dans la galaxie la faute du président Hollande (ou de toute autre cible que la droite décide d'attaquer de façon passionnelle avec acharnement).

Il est, surtout, temps d'espérer et d'oser, temps de proposer, de construire, d'exiger, de concourir, d'encourager ! Stop à l'acharnement hargneux : le chantier est là, devant nous !

Et plus les motifs de hargne nous sont amenés sur un plateau par toutes sortes d'acteurs nombreux sur scène où ils vocifèrent, plus l'importance de ce que nous pouvons faire risque d'échapper à nos regards, détournés et dirigés ailleurs...

 

        Résistons ! Résistons de coeur, de pensée, par la parole et l'engagement ! Par la paix, ce trésor si précieux parmi tous les peuples, comme parmi les nations d'Europe, mais aussi dans nos relations et actions citoyennes, et ("last but not least") en chaque personne.

.

31/03/2012

Propos majoritaires : on croit rêver...

.

    A rêveur, rêveur et demi. C'est ainsi que le même secteur d'opinion qui a feint de considérer le rêve comme une faute en politique n'a de cesse de faire rêver la France, les électeurs bien sûr, quitte à ce que la vérité doive être parfois légèrement restaurée, comme on peut le voir ci-après.

    Par ailleurs, un de ces rêves, et plus précisément l'une de ces illusions soigneusement entretenues, voudrait que l'opposition, et plus particulièrement le candidat socialiste, n'ait ni idées, ni projets, ni financement prévu, ni rigueur, ni réalisme... Dans ce cas comme dans d'autres, la vérité souffre bien volontiers qu'on la rétablisse.

budget,cgt,élections démocratie,financement campagne 2007,financement illégal,france démocratie,quartiers populaires,récession,schengen,sécurité,terrorisme lutte contre

    a./ Le parti socialiste, s'exprimant par la voix de deux de ses spécialistes dans le domaine des finances publiques,  n'a pas souscrit à la satisfaction de monsieur le candidat sortant. En matière budgétaire, a déclaré le PS, le sortant peut au contraire s'enorgueillir "des six pires déficits publics de notre histoire budgétaire récente". Le Monde, 30 03 2012. Lien : COMPTABLE.

    b./ Quand le Pouvoir s'exprime, on est prié de faire passer le message : naturel, non ? Mais voilà que le Pouvoir accuse la CGT d'avoir "empêché la diffusion" de sa (bonne et respectable, rappelons-le) parole ! Cette accusation néanmoins semble porter à faux, pour des raisons simples et précises. C'est à se demander si le candidat sortant, en cette occasion-là au moins, ne se serait pas montré un peu trop rêveur... Voir Le Monde, 26 03 2012. Lien : ACCUSER CGT.

    c./ Le Président (ou quelqu'un qui lui suggère parfois ce qu'il faut dire, ou comment le dire),  aurait lancé l'idée saugrenue de s'en prendre à l'application des accords de Schengen : le but était-il de faire preuve de rigueur intellectuelle, de bonne connaissance du sujet, de maîtrise de la situation, de sens politique, de lumières inédites en matière européenne ? Pour Jean Quatremer, il s'agissait hélas d'un "beau salmigondis bourré d'inexactitudes". Voir son blog de Libération, Coulisses de Bruxelles, 27 03 2012. Lien : SCHENGEN.  

    d./  Pour le candidat sortant, la France serait le seul "pays occidental" qui n'aurait "pas connu la récession" depuis 2009. C'est faux : comment, et pourquoi ? Voir l'article de Samuel Laurent in Le Monde, blog Les Décodeurs, 30 03 2012. Lien : AFFIRMATION A REVOIR.

    e./ Les drames humains de l'exclusion sociale, la souffrance de la pauvreté, voilà  qui devait faire l'objet d'une action vigoureuse, déterminée, volontaire, présidentielle, si l'on en croit les annonces ou les promesses d'un candidat qui fut élu en 2007. Pour Emmaüs France, la réalité n'a pas le visage des promesses d'alors. Des chiffres, des points de vue sont donnés par Christophe Deltombe, président d'Emmaüs France, in Nouvelobs Le Plus, 28 03 2012. Lien :  PRéSIDENT 2007 ACTION SOCIALE.

budget,cgt,élections démocratie,financement campagne 2007,financement illégal,france démocratie,quartiers populaires,récession,schengen,sécurité,terrorisme lutte contre

    f./ Et plus précisément en ce qui concerne les quartiers populaires, il se trouve que François Hollande a l'intention de travailler de façon plus "horizontale", ou si l'on préfère plus inter-disciplinaire, donc plus harmonieuse et mieux assurée du succès que ce ne fut le cas récemment. La démocratie, le bon usage des financements, et l'efficacité y gagneront. Les paroles de Razzy Hammadi, de l'équipe du candidat socialiste, ont été recueillies par Thomas Wieder pour Le Monde, 30 03 2012. Lien : QUARTIERS DIFFICULTé DéMOCRATIE EFFICACITé.

    g./ En matière de sécurité, l'action de François Hollande s'orientera autour de la prévention, de la sanction, de la dissuasion et de la justice à l'égard des victimes. Les projets sont précis. Pour ce qui est du terrorisme, pas davantage d'états d'âme. Au passage, il convient de remarquer que la France se signale TRISTEMENT quand à la part de budget qu'elle consacre à la justice. Il est pourtant courant d'entendre la voix majoritaire s'exprimer contre le PS en usant de termes du genre "laxisme" ! Explications fournies par François Rebsamen, du pôle sécurité de l'équipe de François Hollande. NouvelObs, 28 03 2012. Lien : PS SéCURITé LUTTE TERRORISME.

    h./ Oui, mais les meilleures intentions et le caractère solide, disons même sérieux d'un candidat ne font pas forcément le poids, pour la conquête des électeurs, face à la puissance de procédés quasi publicitaires s'appuyant sur des moyens financiers énormes. C'est pourquoi il n'est pas sans intérêt de garder en mémoire l'affaire Bettencourt avec des incidences de plus en plus évoquées sur le financement de la campagne de 2007 ! L'affaire, en effet, se rapproche de celui qui fut le candidat élu cette année-là, et la possibilité d'un financement illégal grossit comme une lourde menace à l'horizon de l'actuel sortant. Lire à ce sujet Anne-Sophie Hojlo, journaliste au Nouvel Observateur,  article en date de 28 et 30 03 2012. Lien : BETTENCOURT FINANCEMENT ILLéGAL.

    i./ Et dans cette affaire, précisément, il semble que la justice pèse d'un poids de plus en plus important sur la recherche de ce qui s'est véritablement passé : l'éventualité d'un financement illégal devient presque lancinante pour quiconque tient à la bonne tenue de notre pays en matière de bonnes moeurs démocratiques. Libération, 30 03 2012. Lien : 400.000 EUROS 2007.

    j./ On respire pourtant la démocratie, en France, en cette fin du mois de mars 2012 : des animations, ateliers, échanges, un concert, étaient annoncés pour ce jour par l'ensemble des soutiens de Libérons les élections. Lien : DéMOCRATIE éLECTIONS.

 

budget,cgt,élections démocratie,financement campagne 2007,financement illégal,france démocratie,quartiers populaires,récession,schengen,sécurité,terrorisme lutte contre

    En somme, si nous voulons croire à autre chose qu'à ce qui fait le plus de bruit et cherche à envahir nos pensées, nous le pouvons, nous sommes libres de résister aux "rêves" (mot beaucup trop flatteur en ce cas) répétés avec assurance, et insistance, comme s'ils étaient réalité ALORS QU'ILS NE LE SONT PAS. Ils constituent au mieux un écran de fumée. Au pire...

.

22/12/2011

Crise européenne : maladie, perspectives...

.

    Pour commencer, on peut faire une petite révision, avec le journal Le Monde, 24 11 2011 et 01 12 2011. LIEN 1 A.

    Prenons bien notre élan, en voyant avec Jean Quatremer comment Moody's provoque ce qu'il annonce, comme s'il souhaitait que la France perde son triple A. Pourtant, nous est-il rappelé, la France emprunte à un taux remarquablement bas (le 21 novembre) : in Libération, 21 11 2011. LIEN 2 B.

 

austérité,bce,chili,crise,euro,europe,europe divisée,euro-obligations,pétrole,récession,relance économique,sanctions automatiques,trésor européen,triple a

 

    A Bruxelles, on a renforcé la discipline budgétaire et prévu des sanctions automatiques, nous dit Mathieu Bruckmüller. Mais cela ne saurait suffire pour relancer la croissance. Cela ne remplace pas l'indispensable engagement de la BCE, qui fait toujours défaut... Voir dans 20 minutes(.fr), 09 12 2011LIEN 3 E

    Et tant que nous y sommes, mentionnons une autre expérience désagréable, à savoir le "rétropédalage" du chef de l'Etat au sujet du fameux triple A : il s'agit sans doute d'une conséquence de ce qu' Emilie Lévêque qualifie de "stratégie de communication", voir L'Expansion, 19 12 2011. LIEN 4 K.

    Et puis, autre échec : au sein même de ce qui semble satisfaire le Pouvoir, on trouve la déchirure de l'Europe, une Europe sous direction franco-allemande et pas forcément contente de cela, une Europe qui avance en étant divisée ! Lire (en allemand) Michael Bergius et Thorsten Knuf, in Frankfurter Rundschau, 10 12 2011. LIEN 5 F.

 

§

§            §

 

  Pourtant, ô merveille, voici que plusieurs pays souhaitent rejoindre la zone euro : Lituanie, Pologne... Et ils ont pour cela des raisons parfaitement plausibles, (voilà qui pourrait nous mettre du baume au coeur si vous voulez mon avis) ! Explications sous la plume de Dominique Albertini, Libération 13 et 17 12 2011. LIEN 6 H.

    Et pendant que ces pays regardent l'euro avec espoir, nous commençons à envisager sérieusement "l'explosion de la zone euro" comme une possibilité. Des banquiers, des chefs d'entreprise, des responsables économiques travaillent sur le sujet, mais il faut rappeler tout de même que leur rôle fait qu'ils doivent toujours envisager le plus grand nombre possible d'hypothèses... Lire Claire Gatinois avec Anne Michel et Francine Aizovici, Le Monde, 20 12 2011. LIEN 7 I.

austérité,bce,chili,crise,euro,europe,europe divisée,euro-obligations,pétrole,récession,relance économique,sanctions automatiques,trésor européen,triple a

    Revenons à l'essentiel : d'Alain Juppé à Laurent Joffrin en passant par le chef de l'Etat, il est tout de même des éléments de solution qui font l'unanimité. C'est le cas d'une intervention massive de la Banque Centrale Européenne ; on souhaite également le renforcement (ou l'apparition !) d'un "gouvernement économique de l'Europe"  : tout cela afin de rétablire la confiance des prêteurs, et ainsi éviter la panique et la déconstruction de l'Europe. Lire Laurent Joffrin in Nouvel Obs, 24 11 2011. LIEN 8 C.

    Or, la BCE vient précisément de prendre une décision immense : elle prête à des banques de la zone euro près de cinq cent milliards d'euros, afin que ces banques puissent à leur tour prêter aux ménages et aux entreprises ! Et c'est ainsi que la consommation pourrait repartir, un effondrement de la vie économique serait évité, les perspectives de rentrées d'argent par le biais des taxes et impôts seraient meilleures, en somme un cercle vertueux serait amorcé. Las ! des inquiétudes subsistent... France 24, 21 12 2011. LIEN 9 L.

    Précisément, "les marchés" qui ont d'abord réagi favorablement n'ont pas tardé, le jour même, à clôturer à la baisse. Explications in Nouvelobs, 21 12 2011. LIEN 10 M.

€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€

    Pour la commodité de la démonstration (disons plus modestement : un essai de conclusion qui viendra clore ce long message), il paraît convenable de mentionner maintenant que, d'après Olivier Rech, le pétrole ne va pas tarder à se faire plus rare. Chacun sait que ce qui est rare est cher ! Le Monde, 20 12 2011LIEN 11 J.

    Donc, avant les affres de vraies difficultés à venir, considérons non seulement l'erreur que constitue l'actuel recours à l'austérité sans q'il y ait relance de l'activité, mais aussi l'exemple que nous a donné, dans le bon sens cette fois, le CHILI EN 1991 : taxer les flux à court terme, afin d'interrompre précisément ces flux spéculatifs... Cette mesure nous paraît absolument essentielle, et c'est avec plaisir qu'on peut lire les propos de Jean-Paul Fitoussi, recueillis par Christian Losson, Libération 06 12 2011. LIEN 12 D.

 

austérité,bce,chili,crise,euro,europe,europe divisée,euro-obligations,pétrole,récession,relance économique,sanctions automatiques,trésor européen,triple a

 

    Alors, encore une fois, avant d'envisager le déclin de la production pétrolière, finissons-en définitivement avec l'actuelle crise dans sa dimension européenne :

voyons quelles mesures permettraient de relancer la croissance, d'utiliser les euro-obligations, de profiter d'un Trésor européen, de "drainer l'épargne vers un véritable budget fédéral pour lancer de grands projets...".

    Ces mesures, certes, sont pour l'instant contraires à ce que nous impose "la droite ordo-libérale allemande". Et pouir l'instant, hélas, certaines mesures (prises après la rédaction de l'article vers lequel nous allons vous orienter) s'avèrent (telles les "sanctions automatiques") parfaitement odieuses, voire une chose "inacceptable pour la démocratie". N'empêche ! Lisons dans cet article toute la part d'espoir qui s'y trouve, sous la plume de l'économiste socialiste Liêm Hoang Ngoc, sur le site de Un monde d'avance, 12 12 2011. LIEN 13 G.

austérité,bce,chili,crise,euro,europe,europe divisée,euro-obligations,pétrole,récession,relance économique,sanctions automatiques,trésor européen,triple a

    En guise de conclusion (ça, cher lecteur, c'est prendre un grand risque !), nous envisageons comme plausibles les hypothèses suivantes :

1./ Le "rétropédalage" qui nous a été servi par la communication du Pouvoir à propos du triple A serait un simple avant-goût de ce qui nous attend au sujet du sauvetage de l'euro, et de la construction européenne : autrement dit, après des discours, des mesures drastiques, des sommets toujours plus nombreux et plus contraignants, nous verrions non seulement la France en perte de triple A, mais l'euro défait, l'Europe stoppée ! Et qui sait ? Peut-être nous dirait-on alors que ce n'est pas la fin du monde...

2./ Privés de la sécurité, de la stabilité qu'offrait l'euro, les pays de la vieille Europe se trouveraient en ordre dispersé pour faire face à la concurrence mondiale dans le contexte d'une production pétrolière déclinante. En d'autres termes, les plus forts pourraient se fortifier pendant que les plus faibles péricliteraient. Je sais, cela paraît peu crédible, trop pessimiste. Pourtant, si l'on veut comprendre quel genre de phénomène se produirait, il suffit de regarder ce qui s'est passé ces dernières années à l'échelon de la richesse et de la pauvreté dans un pays modèle, phare du monde, aujourd'hui plus que jamais exemplaire (cocorico !) : la France ! La France, hélas, néo-libérale et déchirée, les riches favorisés, les pauvres de plus en plus pauvres et nombreux. Et voici qu'à l'instar de la France les pays européens seraient livrés aux affres du néo-libéralisme. Voici que la lutte entre nations, entre peuples, pourrait reprendre. Chacun pour soi ! Que le plus riche gagne !  Voeux de bonheur pour la nouvelle année, libéralement vôtre...  

3./ La gauche, revenue au pouvoir, ne ferait pas de bêtises, prendrait directement le meilleur chemin autant de fois que nécessaire, rétablirait la confiance, innoverait, travaillerait à promouvoir à l'échelon européen les meilleures suggestions que contiennent les références ci-dessus : l'Europe ferait miracle, tel le Chili d'il y a vingt ans, et cela ferait du bien aux peuples, cela ferait du bien au monde. L'Europe, enfin, jouerait le rôle qui est le sien. Socialistement vôtre ? 

. .