Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2014

Haine et solidarité active, au choix !

.

        A.  De nombreux organismes nous invitent à participer à la vingt-huitième Journée mondiale contre la misère.

Ce sera le 17 octobre 2014.

A la lecture de cette longue et joliment pédagogique invitation, on regarde en face la crise (depuis 2008), les souffrances qu'elle a provoquées et provoque encore, mais aussi les solutions qui sont concrètement mises en œuvre et qui créent du bonheur, de la richesse, de l'espoir, de la vie. Une "pensée nouvelle" est en train de naître, éloignée à la fois du repli sur soi, des préjugés paralysants et de la résignation facile. C'est bien peu et vraiment dérisoire que de parler de ce texte qu'il convient de lire en détail, sur le site de ATD QUART MONDE FRANCE. Lien : CRISE ESPOIR

 

        B.  Un "rassemblement néo-fasciste", "l'appel à la constitution d'une milice privée", "l'exhibition de symboles et de propos nazis", tels sont quelques uns des traits sous lesquels le MRAP évoque un récent événement qui s'est déroulé dans une ville de France ! L'association dénonce avec vigueur le "laxisme des autorités" à cette occasion. Le MRAP mène le bon combat : il y a chez nous, en France, une France qui résiste, aujourd'hui comme hier. Elle résiste à la haine, à la violence de la pensée et des actes, à l'erreur intime et profonde par laquelle notre nature humaine elle-même est dévoyée. Cette France qui résiste fait preuve d'une vie saine de l'esprit et du cœur, et reste fidèle au monde de valeurs que nous avons construit par des sacrifices et des efforts de plusieurs siècles. Voir sur le site du MRAP. Lien : laxisme versus événement néo-nazi.

 

        La politique est une question de choix d'une immense importance, mais le bruit des petits mots, des hésitations, des vraies ou fausses disputes encombre notre perception et nous distrait des problèmes réels.

        La vie de la France est, elle aussi, une question de choix d'une immense importance, mais le bruit des paroles qui incitent à la haine, au doute, au mépris, au sarcasme facile encombre nos médias et cache à nos yeux la beauté d'un pays merveilleux : le nôtre. Que France résiste ! 

.

 

 

20/08/2014

Ils refusent ce qui est indigne

.

        Les préjugés sont de bonnes armes pour qui voudrait nous conditionner à l'incompréhension de l'autre, du petit, du pauvre. Lutter contre les préjugés, contre "nos préjugés", "c'est combattre la pauvreté". Mais c'est aussi, nous semble-t-il, aussi et surtout lutter contre l'envahissement de nos cerveaux par l'habitude du mépris, du dénigrement, de l'erreur coupable qui engendre l'animosité, et jusqu'à la haine des populations qui nous dérangent, des personnes qui nous dérangent, des situations qui nous dérangent.

        C'est pourquoi nous tenons, dans ce blog "France résiste", à saluer les militants et les organisations qui œuvrent en sens contraire, qui éveillent nos cœurs à une attitude de compréhension, et qui nous préparent à l'intelligence des situations : non seulement en organisant la réflexion et l'information, mais aussi en luttant par des actes contre ce qui est inhumain et indigne.

       Voici trois exemples de ces luttes qui nous paraissent particulièrement estimables :

a. contre les préjugés que nous avons à l'égard des pauvres,

b. contre l'enfermement des enfants "derrière les barreaux" (en rétention, donc !)

c. et contre la politique qui fait intervenir la force publique pour mettre des enfants sous la pluie, à la rue, sans le moindre toit au-dessus de leur tête, avec en prime l'impossibilité de facto de fréquenter régulièrement l'école. 

 

        a. Le 17 octobre 2014 sera marqué par des rassemblements, des manifestations, une réflexion autour du thème suivant : "combattre nos préjugés, c'est combattre la pauvreté". Et ce combat est déjà activement engagé, comme cela sera souligné lors de cette grande journée. Plus d'une trentaine d'associations ou de mouvements sont mentionnés, (liste non exhaustive) dans un article qui offre en outre un lien pour que chacun découvre ce qui se passera non loin de chez lui. Site ATD Quart Monde, 28 07 2014. Lien : Préjugés, pauvreté, journée du 17 octobre 2014.

 

        b. Des enfants dorment "derrière les barreaux" : ce sont des adolescents, ou des enfants plus jeunes, voire des bébés. Cela se passe en France et non pas dans un lointain et vague pays aux mœurs barbares ! L'ACAT (association des chrétiens contre la torture et pour l'abolition de la peine de mort) a écrit au ministre de l'Intérieur pour que la France soit vraiment la France. Pétition à consulter sur le site de l'ACAT, 02 07 2014. Lien : Enfants prison honte

 

        c. En juin 2014, une lettre était adressée par DEI-France au Président de la République et à la Défenseure des enfants. En effet, dans notre pays, des enfants sont mis à la rue et condamnés à vivre et dormir sous la pluie particulièrement abondante cette année, ils sont condamnés à vivre sans le moindre semblant de toiture au-dessus de leur tête, sans réelle possibilité d'aller à l'école normalement comme devraient pouvoir le faire tous les enfants de leur âge ; et, pire encore, dès que leurs familles réussissent à bricoler un petit abri de fortune, la situation est de nouveau compromise par l'intervention de la force publique qui vient détruire le modeste début de résurrection sociale et humaine de ces familles, des ces enfants. 

        Bien sûr, cela est absurde. Bien sûr, cela nous paraît sans doute invraisemblable en France, incroyable, bien trop inhumain et contraire à notre histoire, à notre civilisation ! Bien sûr, non seulement c'est idiot et cruel, mais en outre cela coûte cher et l'argent dépensé pour pratiquer une sorte de "chasse à l'enfant" version moderne pourrait être engagé de façon utile et bénéfique pour ces mêmes enfants et leurs familles. Sans parler des ressources financières prévues mais non utilisées...

        La lettre est illustrée d'exemples concrets, le style est poignant, autant que constructif, digne des grands auteurs de notre tradition à la fois littéraire et humanitaire. On pense à Victor Hugo, mais trêve de (belles) rêveries, les faits sont là, la résistance aussi : site de DEI-France, 09 06 2014. Lien : Chasse à l'enfant en France.

        d.  Pour mémoire : un enfant rom qui souffre, c'est un enfant qui souffre (pour paraphraser la lettre d'un célèbre cardinal à Toulouse pendant la période douloureuse de l'influence nazie sur la France).  Voir le site Le Pharisien libéré. Lien : cardinal Salièges.

.

       

23/09/2013

Pauvres parmi nous... Aider ou condamner ?

.

        On verra dans les exemples auquels nous renvoyons ci-dessous que malgré le mépris instinctif dont sont victimes les pauvres, les petits, les étranges, les étrangers, il existe bien des façons de réagir dans l'autre sens : celui de la compréhension, de l'intelligence, de l'ouverture d'esprit, sans oublier un réel engagement dans l'action.

 

        a.  Des idées reçues, des condamnations automatiques parfois simplement par le jeu du langage, il en existe beaucoup et elles envahissent facilement nos habitudes, régnant souverainement sur nos pensées et nos émotions, sans être remises en question. Eh bien, un livre "répond point par point à plus de 80 de ces idées reçues sur la pauvreté". Ceci parce qu'il conviendrait plutôt de "se connaître au lieu de s'ignorer". Et pour dépasser les "discours faciles". A voir sur le site des Editions Quart Monde, 2013. Lien : PAUVRES VICITMES de PRéJUGéS.

 

        b.  Les préjugés et les idées reçues n'épargnent pas les Roms ! Des mises au point, solidement étayées par des sources sérieuses, sont apportées sur le site de Romeurope. Lien : ROMS PRéJUGéS

 

        c.  Constatant la présence de personnes victimes de l'exclusion sociale, Vinci Park et la SNCF joignaient leurs efforts et se mettaient au travail. Cela remonte à 2011. Voir Categorynet, octobre 2011. Lien : SANS-ABRI AIDE COORDONNéE

 

        d.  Un jeune a commis des actes très graves, et il a été condamné à la réclusion à perpétuité. MAIS il était mineur au moment des faits. L'instinct (qui nous habite plus ou moins, et qui est susceptible de surgir plus ou moins fortement...) peut pousser à trouver cela convenable. Pourtant, ce n'est ni certain, ni légal ! Il convient donc de lutter pour que ne disparaisse pas la justice qui tient compte de la minorité, et pour que soit respectée la charte des droits de l'enfant ! Site de Défense des enfants international (DEI-France), 12 09 2013. Lien : JUSTICE MINEURS DROITS de l'ENFANT.  

 

        Bonnes lectures, la France vit au rythme de ses indignations humaines et engagées. 

.  

14/11/2012

Racisme et consorts : urgence !

.

        L'intolérance s'en prend à tout ce qui peut passer pour "étranger", dans bien des sens de ce mot ! Un français un peu étrange peut, parfois, jouer le rôle de l'étranger et devenir victime de notre intolérance : il suffit dans certains cas que ce français-là soit pauvre, ou fasse partie des gens du voyage, ou appartienne à une grande famille philosophique, religieuse, ou autre... L'intolérance recule ici, augmente là : il ne faut pas s'imaginer que l'heure est à la pause ! Bien au contraire !

        A.  L'acquisition de la nationalité française a été rendue plus difficile par l'ancienne majorité. Le ministre Manuel Valls fait preuve d'une plus grande largeur d'esprit par sa circulaire du 18 octobre 2012. Sur cette question, sur l'évolution de la droite au cours des récentes années, on lira avec profit Elise Vincent, in Le Monde, 18 10 2012. Lien : VALLS CIRCULAIRE NATIONALITé FRANçAISE

        B.  Islamophobie, racisme, antisémitisme, préjugés, intolérance, "ethnicisation du discours politique" : à la Bourse des valeurs d'inhumanité, celles-là sont orientées à la hausse ! La ligne de séparation entre la droite politique et l'extrême droite s'est affaiblie (le "discours de Grenoble" correspond à un moment qui peut servir de repère dans le temps). A l'inverse, la résistance citoyenne et humaniste se mobilise de plus en plus, et unit des personnes ainsi que des mouvements d'origines et d'appartenances de plus en plus variées. Surtout, surtout, surtout : passer à la vitesse supérieure dans ce combat fondamental et fondateur ! Lire sur ce thème de l'intolérance Louise Couvelaire in Le Monde, 09 et 10 11 2012. Lien UNIS CONTRE RACISME.  

        C. Le Sénat a voté en faveur d'une mesure de "retenue" qui vise les sans-papiers. Comme on le sait, les sans-papiers sont couramment des migrants, des étrangers. La "retenue" représente, dans la réalité des faits, une version un peu raccourcie de la garde à vue ! Il s'agit d'une privation de liberté infligée à des étrangers, des sans-papiers en situation illégale. Ceux qu'on désigne sous ces vocables sont des personnes, que défendent, dans leurs droits humains incontestables, des associations comme France terre d'asile, la Cimade, le Gisti... Il faut amorcer un mouvement de retour vers plus d'humanité, loin de la désastreuse "politique du chiffre". Lire Céline Rastello, in NoubelObs, 09 11 2012. Lien : SANS-PAPIERS PRIVATION DE LIBERTé

        En somme, si d'un côté le ministre de l'Intérieur, dans le cadre de sa circulaire du 18 octobre 2012, contribue à améliorer la situation, on constate que par ailleurs le problème continue de se poser de façon à la fois profonde et politique : rien n'est gagné... France résiste a malheureusement de beaux combats en perspective ! 

.