Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2014

Poutine et la lumière chrétienne de l'Occident

.

       Vous le saviez, peut-être : Poutine défend les valeurs de la civilisation chrétienne.

        En attendant le jour où les pélerins afflueront à Moscou pour vénérer le nouveau saint pape du monde, une délégation française (qui compte parmi ses membres des catholiques français) joue peut-être un rôle d'élément précurseur, voire prophétique pourquoi pas ? Désormais, nos clochers se rapprochent un peu de ceux du Kremlin. Ce qui, en soi, pourrait bien sûr n'avoir rien de choquant...

 

        Pour tout savoir sur : 

+ cette délégation

+ les valeurs morales naturelles

+ la dignité hautement chrétienne de la personne humaine

+ la juste façon dont l'on peut apprécier le mariage et les diverses questions en cours dans le débat français 2014

+ une présentation de l'actualité qui ne dédaigne pas d'évoquer la sensiblitié dite "Manif pour tous"

+ la "bonne" utilisation de la foi chrétienne en Russie, et plus particulièrement la bonne entente qui règne entre le pouvoir politique et le patriarcat de Moscou

+ la Russie réelle, en actes, telle qu'elle apparaît non pas d'après les paroles pieuses, mais à la lumière de ce qui se passe dans la Russie des années Poutine

+ et autres nuances à méditer

on pourra lire avec profit la Tribune de René Poujol in Rue89, 29 03 2014. Lien : POUTINE APÔTRE du CHRIST.

 

Nocezzr2002.gif

 

 

  ... ou faudrait-il plutôt modifier le titre de ce message ? Ce pourrait être :

 

"Poutine

EST

la lumière chrétienne de l'Occident" ;

 

 

ou encore :

 

"Poutine

HAIT

la lumière chrétienne".

 

        Mais, bien sûr, dans le cadre de l'observation, de l'analyse et de la réflexion, nous avons judicieusement préféré le mot "et", puisqu'il laisse une large place à la réflexion de chacun.

        A cette fin, il nous a semblé indispensable de mentionner l'éclairage qu'apporte René Poujol lorsqu'il écrit sous le titre : "Reçue à Moscou, la Manif pour tous en voie de poutinisation"...

.

24/12/2013

Europe : sombrer dans l'extrême droite ou réussir pleinement ?

.

        Quand la France résiste, elle le fait en tant qu'elle est une nation parmi d'autres qui connaissent elles aussi la menace de l'extrême droite, ou même de partis ouvertement néonazis. Le présent message sortira donc du cadre de nos frontières, mais ce n'est en somme qu'une bonne façon de prendre en considération les problèmes, dans leur dimension réelle, c'est-à-dire dans et aussi hors de l'hexagone : en Europe. 

 

 

aube dorée,cercle des économistes,europe,europe espoir pour le monde,extrême droite,fascisme,nation,parti néonazi,poutine,rappeur anti-fasciste grec,réseau criminel néonazi,revue cultures et conflits,saint eloi bordeaux

 

En Grèce, Aube dorée

 

        A./ En  raison de son engagement "contre le fascisme", un rappeur a été mortellement poignardé. On a très vite soupçonné un lien avec le parti Aube dorée. Le Monde, 18 09 2013. Lien : Meurtre d'un rappeur grec.

 

        B./ Un peu plus tard, le parti Aube dorée est qualifié de parti "néonazi", et on lui reproche d'avoir mis en place un "réseau criminel", d'où résulterait le meurtre évoqué ci-dessus de Pavlos Eyssas, rappeur engagé contre... : Aube dorée ! Des signes inquiétants s'accumulent sur la tête de ce parti... Libération, 04 et 05 10 2013. Lien : Aube dorée et réseau criminel

 

       C./  Des actions en justice semblent de plus en plus appropriées, et sont en cours, pour lutter contre le "parti néonazi Aube dorée". Dans l'article auquel nous renvoyons le lecteur, le caractère néonazi du parti en question apparaît comme particulièrement impressionnant. Le Point, 13 12 2013. Lien : Aube dorée parti néonazi

 

 

aube dorée,cercle des économistes,europe,europe espoir pour le monde,extrême droite,fascisme,nation,parti néonazi,poutine,rappeur anti-fasciste grec,réseau criminel néonazi,revue cultures et conflits,saint eloi bordeaux

 

Une double logique dans le devenir de l'Europe

 

        D./ "Les partis d'extrême droite et l'Europe", tel est le titre d'un article non pas très récent, mais tout à fait pertinent dans le contexte actuel : analyse de ce qui fait le devenir de l'Europe, et celui des partis d'extrême droite qui s'y trouvent, avec des exemples précis de prises de position, par exemple en France, mais pas seulement. C'est un document à conserver. Ou plutôt un trésor de documentation et de réflexion. Le danger semble bel et bien grandir, et il est particulièrement instructif de relire cet article aujourd'hui. Oui, l'extrême droite est diverse, dans divers pays d'Europe, mais le danger à la taille de l'Europe n'en est pas amoindri, au contraire. Des nations peuvent être indépendantes, et cependant converger dans la construction d'un ensemble extrêmement à droite... A l'extrême ! Site de la revue "Cultures et conflits", il s'agit du numéro 7 (1992) et l'on trouvera en fin d'article des précisions sur les Droits d'auteur et autres, à lire évidemment. L'auteur de l'article est : Arianne Chebel d'Appolonia, maître de conférence à l'Institut d'Etudes Poliltiques de Paris. Rappel du titre : "Les partis d'extrême droite et l'Europe". Lien : Europe extrême droite partis

 

        E./ Vue par des observateurs qui ne sont pas européens, l'Europe suscite un espoir à la fois immense et solidement fondé, d'une importance primordiale non seulement pour nous, les Européens, mais pour d'autres peuples, d'autres populations dans le monde... On est ici loin, très loin de ce qui se dit ou se pense, de ce qui est ressenti couramment autour de nous, chez nous. Le changement de perspective est bouleversant. Peut-être, cependant, tenons-nous à ne pas évoluer, à ne pas changer de mentalité, à ne pas quitter la gangue de notre manque d'espoir qui nous colle à la peau et oriente nos façons d'être, et d'agir ? Raison de plus, bien sûr, pour lire de toute urgence le livre "Et si le soleil se levait à nouveau sur l'Europe ?", que nous devons à Christian de Boissieu, Jean Hervé Lorenzi, Olivier Pastré ; édité chez FAYARD, paru en novembre 2013. Voir la présentation qui en est faite sur le site de la librairie Richer. Lien : un livre trois auteurs mille espoirs

 

        F./ Les auteurs du livre cité ci-dessus appartiennent au Cercle des économistes. On trouvera un très intéressant sommaire de l'ouvrage en allant sur le site du Cercle des économistes. Lien : Cercle économistes Europe espoir.

 

 

aube dorée,cercle des économistes,europe,europe espoir pour le monde,extrême droite,fascisme,nation,parti néonazi,poutine,rappeur anti-fasciste grec,réseau criminel néonazi,revue cultures et conflits,saint eloi bordeaux

 

A la croisée des chemins, il faut choisir

 

I.  Chemin d'Apocalypse

 

        Il est donc indispensable de reconnaître à la fois la diversité des partis ou mouvements d'extrême droite dans les pays d'Europe, d'une part, et leur convergence profonde à l'échelon de l'Europe en devenir. De quoi faire quelques mauvais rêves. Une Europe de nations indépendantes, qui serait à notre avis (auteur de ce blog) en harmonie avec la Russie de monsieur Vladimir P., toujours dans le cadre de l'indépendance des nations, ou des "patries" et d'une solide convergence profonde et calamiteuse Si nous n'y prenons garde, c'est dans cet océan d'horreurs que nous ferons naufrage, comme si la deuxième guerre mondiale n'avait rien appris aux Européens. 

 

II. Chemin de lumière

 

        Mais il est en même temps urgent de bâtir, d'éclairer les consciences, de nous saisir de notre chance immense car les réalités de l'Europe sont là, il nous est possible d'en tirer parti et de sauver l'avenir de nos pays, de nos enfants, dans une Europe dynamique, prospère et utile aussi bien à elle-même qu'au monde. Si nous nous en donnons la peine, nous réaliserons l'une des grandes merveilles de l'histoire. Il faut savoir regarder en face non seulement le danger, mais aussi la chance, le bonheur !   

 

 

 

aube dorée,cercle des économistes,europe,europe espoir pour le monde,extrême droite,fascisme,nation,parti néonazi,poutine,rappeur anti-fasciste grec,réseau criminel néonazi,revue cultures et conflits,saint eloi bordeaux

 

Le fascisme continental tout doux, tout proche ! 

 

        G./  Ce blog a fait mention de V. Poutine et de la Russie qui est la sienne ! On s'en rendra compte en ouvrant la page des résultats de recherche interne à propos du mot "Poutine", mais il faut  parfois aller fouiller du regard dans les coins et recoins des nombreux messages proposés !

Sache, ô admirable lecteur, et néanmoins souvent lectrice encore plus admirable, que le héros de la Russie trop peu démocratique se cache dans ce blog tout comme sa véritable et dangereuse influence se cache dans les recoins de notre France tranquille. Cela vaut bien la peine de chercher un peu, non ? Voir donc le lien (interne, et donc à ne quitter qu'en cliquant sur "page précédente" pour ne pas fermer la page de France résiste) : Poutine.   

        H./ Plus précisément, parmi tous les liens présents dans les nombreux messages auxquels on peut accéder par G./ ci-dessus, on retiendra celui qui renvoie à un message que nous postions le 14 août 2011 sous le titre "Quelles forces s'en prennent à la France ?". Dans ce message, de nouveau, nombreux seront les liens que l'aimable lectrice (ou lecteur) pourra suivre et qui concernent notamment l'affaire de Saint Eloi à Bordeaux. 

        Oui, le message de "France résiste" du 14 08 2011 est long, et il renvoie à des articles nombreux et longs eux aussi. Pas de quoi s'étonner si l'on tient compte de l'importance de l'enjeu ! Mais si notre lecteur veut vraiment ne suivre qu'un seul des nombreux liens et renvois que nous avons proposés en août 2011, qu'il aille au moins chercher le paragraphe 5, pour suivre le lien intitulé "AMPLEUR DE LA CATASTROPHE". Bon courage, l'affaire est immense, elle reste, elle est restée, elle restera sans doute longtemps encore trop discrètement portée à la connaissance du grand public. Discrètement hélas, car à la mesure inverse de sa gravité dont nous pourrions payer le prix, si vous avez bien suivi le message de ce jour, en décembre 2013... Merci de votre patiente attention, bon Noël et voici le lien (interne, éviter de le refermer en le quittant, donc cliquer sur "page précédente" quand vous aurez tout lu, oh! là! là!)... : Saint Eloi Bordeaux.

 

 

Pour que la joie de Noël ait un sens,

n'oublions pas de rester éveillés

1/ à l'espoir

2/ au danger !

.

28/04/2013

Les Français veulent un roi

.

        "... ... le plus impopulaire des présidents.... ..."

(d'après un sondage)

 

 

 

        Mais partons de quelques réalités plus ou moins sondagières, justement ! 

 

        A.  Un sondage donne 75% des Français partisans d'un "gouvernement d'union nationale". Cela n'est pas sans évoquer les idées de François Bayrou et son ambition de "rassembler" en transcendant les frontières politiques. JDD, 27 et 28 04 1013. Lien : SONDAGE UNION NATIONALE.

 

        B. On pourrait profiter de cette occasion pour voir ou revoir ce qu'était le programme économique du candidat à l'élection présidentielle Françoois Bayrou : sinon, comment parler sans connaître ? Voir L'Expansion, 19 03 2013. Lien : PROGRAMME CANDIDAT BAYROU.  

 

        C.  L'utilisation des sondages est-elle une façon de faire donner par le peuple des leçons de bonne conduite au président de la Répuglique ? La publication régulière des résultats de sondages peut-elle guider les pas d'un Prmier ministre ? Toujours est-il que le sondage mentionné ci-dessus (A. ) indiquerait d'abord et avant tout en quel piteux état se trouve l'opinion publique en France : face aux réalités, la France a peur ; face au monde politique et à ses responsables, la France se situe dans le manque de considération. De quoi désespérer. Pas forcément de quoi tisser une union nationale ! Lire Pierre Haski, Rue 89, 28 04 2013. Lien : FRANCE OPINION EN RUINES

 

        D. Si la fable "Les grenouilles qui demandent un roi" ne peut évidemment pas rendre compte de la situation politique actuelle, elle ne manque pas d'un certain à-propos quant à notre façon de nous comporter collectivement, et à l'insatisfaction permanente dont nous faisons preuve depuis longtemps dans notre pays (voir dans ce blog ce qui relève du "dénigrement"... Site Poésie webnet. Lien : GRENOUILLES ROI

 

        E.  Nous avons eu des rois, en France. Lorsque François Hollande nous engage au Mali, il retrouve les pas d'un passé qui a, plusieurs siècles avant le nôtre, préparé la figure d'une partie d'un grand continent, notre voisin... "Louis XIV et l'Afrique noire", ouvrage de Tidiane Diakité, montre la complexité, l'humanité et l'importance pour les siècles suivants de ce qui concernait notre ancien monarque et l'Afrique, d'hier à aujourd'hui. Le roi, en ce temps-là, agissait selon son pouvoir, certes, mais aussi selon les exigences et les immenses ressources de la relation personnelle, fortifiée par l'amitié, l'estime, la compréhension. Il y eut des erreurs, de la grandeur, toutes sortes de valeurs bonnes ou moins bonnes de part et d'autre ! Mais la lecture de ce livre récemment paru est bonne conseillère, et d'excellente culture pour l'esprit, même si elle n'est pas de nature sondagière ! Voir  site des éditions arléa. Lien : ROI FRANCE HIER AUJOURD'HUI

 

POURQUOI PARLER DE "ROI"

SI LES SONDAGES N'EN PARLENT PAS ?

 

        D'abord, parce que les sondages n'ont pas posé la question. Ce que France résiste aurait pu oser faire. Mais les personnes interrogées se seraient sans doute montrées surprises, hésitant bien souvent à donner une réponse immédiate à une préoccupation si inhabituelle. 

 

        Alors, en fin de compgte, les Français ne veulent peut-être pas d'un roi : un roi, on n'en change pas tous les sept ans, voire depuis peu tous les cinq ans, quinquennat oblige ! Un roi, ça n'est pas issu des urnes, encore moins des sondages ! Un roi, ça ne se remplace pas au bout d'un an au lieu de cinq parce que le peuple a faim d'emplois réels (ça, c'est bien) et d'effets d'annonce à effet garanti (ça, on y a trop goûté pendant cinq ans) !

        Mais les Français veulent un roi : un roi, on peut le critiquer et le tourner en ridicule, quand il est capable de ne pas vous intenter un procès pour outrage à roi ! Un roi, on peut le placer au-dessus des pouvoirs régionaux, au-dessus des batailles de partis, des féodalités, des rivalités ! Un roi, c'est une forme de sérénité, une sorte de confiance lointaine, que même les critiques populaires ne sauraient atteindre. Une sorte de François Hollande divinisé. 

        Car les Français ont déjà un roi : avec son pouvoir de diriger lui-même le gouvernement, avec ses querelles de palais ! Avec son caractère, son vocabulaire et ses façons d'agir. Avec son peuple qui gronde. Avec, en matière de politique internationale, ses relations personnelles très humaines quand il le faut, très décidées lorsque cela convient.

        Alors, pourquoi un "gouvernement d'union nationale" ? Parce qu'avec ça les Français seront servis : ils auront un gouvernement de féodalités opposées, les rigoristes contre les relanceurs de pouvoir d'achat, les européens contre les nationalistes, les pro-Merkel contre les contre-Merkel ! Ils auront tout cela, qu'ils ont déjà ! Mais en plus, ils l'auront dans la même équipe ! Pour tirer en sens inverse, ils s'y mettront à tous, à Matignon, sur la même ficelle ! Et pendant ce temps, les critiques de la population se multiplieront comme jusqu'à présent, mais les critiques pourront tirer dans tous les sens, sur "tout ce qui bouge" au gouvernement ! Et la vérité, c'est que plus rien ne bougera, les forces contraires se neutraliseront mutuellement, si bien que la seule chose bien vivante en France sera la tension. Ou plutôt, peut-être, la critique. Ou plus encore, sans doute, le découragement. 

         Surtout, il faut à la France un roi : non pas pour rêver devant la beauté de ses fastes ou la hauteur de sa fonction, comme pourraient le faire des nations étrangères . 

        Non, en France, si nous devenions monarchie, nous aurions un roi pour le tourner en dérision ! Et nous aurions le pouvoir d'en changer : un roi remplaçable pour cause de besoin d'une nouvelle cible pour le sport favori des Français : le dénigrement !

        Alors, si nous en arrivons un jour à ce point de perfection dans l'art de dénigrer, alors paraîtra l'étoile de l'espoir populiste extrême, l'étoile de la haine et du racisme, l'étoile du dénigrement dirigé vers des cibles préalablement désignées : sans-papiers, Roms, immigrants venus en barques ou bateaux de fortune, si bien que le mécontentement des Français aura enfin une bonne, une vraie cible, sur laquelle un consensus sera établi.  On aura enfin élu un roi qui saura détourner de sa personne l'animosité du peuple, un roi qui sera capable de diriger la colère, d'orienter le mécontentement ! Quelques personnes humaines en feront peut-être les frais, mais l'ordre régnera de nouveau, et ces personnes ne seront pas nommées et respectées comme des personnes mais feront partie de catégories : arabes, musulmans, priants "de rue", sans-papiers, illégaux : par exemple... Et qu'est-ce que vous pariez que le royaume alors fondé sur de telles bases sera plus stable ? Il sera devenu, peut-être, aussi solide, aussi durable, aussi "pérenne" (drôle de mot...) que le règne de monsieur Vladimir Poutine... (Voir ce mot dans le blog "France résiste", et chercher celles ou ceux qui ne le vomissent pas, voire qui l'admirent peut-être, depuis la Norvège jusque chez nous)... 

        Les Français, telles les grenouilles de la fable, réclameront jusqu'aux cieux qu'on leur donne un autre roi, lorsqu'ils auront fini par souffrir de la belle royauté stable et solidement établie, impossible à modifier tous les sept ans, tous les cinq ans, tous les ans. Mais la réponse sera la même que sous la plume de Jean de La Fontaine. Dès lors, les Français devront apprendre à dénigrer, critiquer, se moquer, ridiculiser le pouvoir comme ont appris à le faire, depuis des siècles jusqu'aux jours de Poutine, les Russes. 

.       

05/01/2013

Le ver qui nous ronge

.

        LOIS  DE  VIE

 

        Une bougie se consume, elle disparaît donc et c'est chose normale. Pourquoi ? Parce qu'elle se nourrit d'elle-même, et ne renouvelle pas sa propre réserve d'énergie.

        Une famille de pensée se durcit jusqu'à la raideur de la mort à partir du moment où elle ne cherche qu'en elle-même le renouvellement de la vie. Si elle tient à survivre, elle doit absolument s'ouvrir à la nouveauté, écouter l'autre, accueillir, admirer, découvrir, aimer.

        Un travailleur en pleine activité se vide de ses propres forces psychiques et nerveuses s'il ne cherche que dans son activité le renouvellement de son propre être. Il s'enrichit par contre, se nourrit intérieurement s'il sait, (et s'il peut) trouver à l'occasion de son activité la chancce d'accueillir, de découvrir, de s'étonner devant l'autre. En l'absence de nourriture du coeur et de l'esprit, en l'absence de vie venue d'ailleurs, l'individu le mieux disposé se dessèche.

 

 

EN  FRANCE  JANVIER  2013

 

        Le ver qui nous ronge est celui qui s'en prend à toutes les familles politiques, ou autres que politiques, pour leur suggérer, de l'intérieur, qu'il est délicieux de ne pas vivre vraiment. Pous leur inspirer la mauvaise attitude : celle de l'isolement, de la suffisance intellectuelle. Pour leur enseigner l'art de ne pas s'ouvrir, de ne pas accueillir, de ne pas admirer, de ne pas aimer !

 

       A.   Alors la droite devient extrême, elle pratique l'idéologie et la mise en oeuvre de l'exclusion, elle déteste l'étranger, elle ouvre la voie aux risques les plus graves de dérive vers l'extrême abomination. Et, pour commencer, elle prend possession de la vie de l'esprit, elle "dirige" la culture, comme on le voit en Hongrie. Joëlle Stolz, Le Monde, 19 12 2012. Attention, édition Abonnés. Lien : POSSéDER LES ESPRITS.  

        Alors, la gauche risque de se replier sur ses valeurs, pourtant si belles et si grandes, et de semer la division à la fois dans ses propres rangs et parmi la population de ses électeurs, sans parler des autres. 

        Alors chacun se croit le seul  et le meilleur au monde, et clame sa supériorité. Pour commencer, cela le rend insupportable. Et en fin de compte, cela l'empêche d'aimer, de vivre, de se renouveler : la raideur gagne, et c'est la mort. Que chaque famille idéologique sache ici se reconnaître, sauf si ce n'est pas le cas pour elle, et alors nous nous en réjouirons !

 

        B.   Accessoirement, une société peut en arriver au point de ne plus croire à rien, sinon à l'Argent ; mais elle peut aussi produire des êtres dont le jugement en matière de démocratie semble tout à fait contraire à ce que nous entendons par ce mot, ainsi que par les droits de l'homme notamment. Et cette situation peut favoriser l'émergence de certains épisodes plus ou moins grotesques, dans lesquels monsieur Poutine semble acquérir l'éclat d'un dieu de l'Antiquité païenne : un dieu que l'on adore, que l'on admire. Alors il devient impératif de rappeler ce qu'est Poutine, de reparler d'Anna Politkovskaïa, de préciser qu'elle n'est pas la seule journaliste victime des mêmes forces obscures, il est urgent aussi de rappeler la façon dont fonctionne la démocratie à la mode Poutine, et celle dont furent menées certaines guerres, en Tchétchénie... Lire, pour la ferveur à l'égard de Poutine, Le Monde du 05 01 2013. Lien : Poutine objet d'ADMIRATION

             Il est intéressant aussi de noter qui sont les admirateurs de Poutine, par exemple en écrivant ce nom propre dans l'onglet de recherce de notre blog (attention, dans la page qui s'affiche la référence à Poutine ne se trouvera qu'au fil d'une lecture attentive et fouillée des messages).

 

TOUT  N'EST  PAS  PERDU,  AU  CONTRAIRE

       

        C.    On parle de la crise, et il est bien vrai que sans issue sociale, sans résolution du chômage, sans guérison de l'économie, de l'activité, de la banque, de la finance, nous serions, nous étions quasiment perdus. Une embellie est apparue et il est indispensable de continuer sur la bonne voie...  Voir le point que fait "Lui président", un blog du Monde, le 02 01 2013, à ce sujet. Lien : Bilan des promesses.

 

 

LA  CRISE,  LA  NÔTRE,  CHEZ  NOUS,  PLUS  QUE  JAMAIS

 

        Mais une autre crise, celle qui s'en prend à nos manières d'être et de vivre ensemble, est elle aussi d'une immense importance. Nous ne pouvons pas continuer à nous disputer et nous démoraliser les uns les autres sans cesse ! La notion même de démocratie implique que l'on soit capable de vouloir vivre ensemble, tout en travaillant à approfondir ce qui nous différencie, ce qui nous unit, ce qui est vrai pour l'un tout en étant faux pour l'autre. Voir tout cela ensemble, et regarder ensemble au-delà de ces différences mêmes, en direction précisément d'un accord de nature supérieure, c'est déjà un apprentissage de la démocratie, de la laïcité. Une vérité ne devrait plus exclure l'autre vérité, encore moins "l'autre" !

         L'humanité a fait d'immenses progrès : sauf en ce qui concerne l'art de vivre ensemble entre êtres humains et, de façon harmonieuse, avec les autres animaux et les autres réalités de la planète. Nous ne sommes pour l'instant que des débutants.  

        Alors, il y a place pour les homos et les autres, pour les cathos, les bouddhistes et les autres, pour les mous et les passionnés, pour les artistes et les froids calcultateurs : place pour tous et pour chacun. Inutile de prendre peur à l'idée qu'on va passer quelques instants en compagnie de l'autre, qu'on va sympathiser avec lui, en le comprenant de l'intérieur ; quitte à reconnaître, avec lui, que le moment n'est pas encore venu d'une unité fusionnelle qui abolirait toutes les différences.

        Du reste, dans l'uniformité totale, y aurait-il encore de la vie ? Dans une musique dont le rythme n'aurait qu'un seul temps, pourrait-on encore danser la valse, le tango, la mazurka ? Sans la diversité des couleurs, y aurait-il encore une harmonie dans le tableau ? Sans la pluralité, voire le pluralisme sous toutes leurs formes, dans de nombreux domaines, pourrait-on encore parler d'ensembles, de synthèses, de convergences, de résolutions harmonieuses ? La vie n'est-elle pas l'exemple de la marche du simple vers le complexe, de l'unique vers le diversifié, en mêmee temps que de la formation d'un tout, d'un ensemble, avec l'union des contraires, la résolution des dissonances du moins lorsque l'être humain se mêle d'organiser les sons pour en faire la musique dite d'harmonie consonante ?

        Nous pouvons former à l'égard de la France des voeux de démocratie pluraliste, de laïcité, d'admiration et de courage dans l'art de vivre ensemble... La révolution ne commence pas au sommet de l'Etat : elle ne peut se faire que dans l'ensemble de notre mentalité, de nos habitudes, de notre vie en société. Et cela commence par un travail sur soi-même, dans l'apprentissage de la sagesse : celle que recherchaient les Anciens, la culture grecque, et d'autres ! .  

       

27/02/2012

Ces voix qui résistent

.

        En ordre de bataille contre le rêve, ils se déconsidèrent eux-mêmes !

           Au conseil national de l'UMP, alors que le candidat n'était pas encore déclaré, on a vu se manifester des satisfactions étonnantes, et une sorte de déclaration de guerre encore plus ahurissante : contre le rêve, accusé d'être le grand défaut (de la gauche, s'entend) alors que le Pouvoir et l'UMP sont des exemples de la grande, l'immense vertu de réalisme, sans doute ? Mais non : vous serez surpris de découvrir la vertu qu'ils s'attribuent à eux-mêmes ! Voir pour mieux réfléchir l'article de Pauline de Saint Rémy in Le Point 28 01 2012. Lien : CONTRE LE RêVE 

berlusconi,chômeurs,étrangers situation irrégulière,mépris du peuple,peuple,poutine,référendum,rêve,ump

Référendum, chômeurs, situations irrégulières : désigner, diviser !

 

           C'est bien beau de considérer que les chômeurs ont besoin qu'on les oblige à travailler, mais quand en plus on fait appel pour cela au référendum, c'est un peu gros et ça aurait plutôt tendance à passer mal. Libération, 10 02 2012. Lien : CHôMEURS COUPABLES

           Le mépris du peuple s'est manifesté assez clairement, et cela ne changera rien de demander maintenant le secours du peuple, par voie de référendum, pour faire ce qu'on a envie de faire et promettre ce qu'on a envie de promettre avant de gonverner la France plus longtemps : trop de contradictions affectent la démarche, et c'est plutôt le mépris qui, du coup, se retrouve bien visible au premier plan. Telle est du moins l'impression que nous avons eue, mais vous vous ferez votre propre opinion en lisant l'article d'Eric Dupin, Rue89, 17 02 2012. Lien : MéPRIS ET CONTRADICTIONS

           François Bayrou est bien sûr au courant, lui aussi, des grandioses projets de référendum, concernant les chômeurs et les étrangers en situation irrégulière ! Son analyse souligne tout particulièrement l'aspect dangereux, extrêmement dangereux de la démarche : le risque serait pris, en effet, de diviser, de porter atteinte à la solidarité  qui fonde la cohésion profonde, la vie démocratique du pays, et cela pourrait en somme "mettre le pays à feu et à sang". Le Point, 09 02 2012. Lien : DéRIVE RéFéRENDUM EXTRéMISME 

berlusconi,chômeurs,étrangers situation irrégulière,mépris du peuple,peuple,poutine,référendum,rêve,ump

Poutine, Berlusconi, valets, bande organisée : le rêve !

 

           Elle porte la parole du candidat socialiste, elle ne manque pas de courage, elle brise sans doute en soixante mille morceaux quelques rêves de droite mal fondés... S'agisssant du Pouvoir et du parti qui le soutient politiquement, elle a la dent dure et fait appel à un vocabulaire qui ne laisse guère de doute, ni du reste la moindre place à la rêverie ! Et le pire, si l'on peut dire, c'est que tout cela est présenté dans la perspective du comportement adopté en campagne présidentielle de ce côté-là de l'échiquier politique : un comportement désespéré, comme si l'on se croyait soi-même perdu au point de ne pas pouvoir jouer "à la loyale". Au lieu de considérer le rêve comme une faute, le porte-parole du candidat socialiste n'hésite pas à désigner, identifier et mettre au clair le cauchemar, là où il se trouve, de Berlus. à Pout. en passant par ... ? Devinez ! Libération, 26 02 2012. Lien : CAMPAGNE EN BANDE ORGANISéE.  

        Les hochets que l'on nous présente presque chaque jour, ces promesses qui engagent le peuple à faire des rêves et à voter pour le marchand de rêves, il semblerait, après lecture des articles auquels nous renvoyons ci-dessus, que la France en ait assez ! Plus qu'assez ! Certains articles, certains communiqués relèvent de la résistance qu'offre notre démocratie. Nombreuses sont les voix qui résistent ! Nous souhaitons que ce libre jeu d'opinion et d'expression publique se poursuive conformément à la Constitution et permette à la France de rayonner demain de toute sa lumière ! Pour elle-même, pour l'Europe, pour le monde. "A la loyale", bien sûr...   

berlusconi,chômeurs,étrangers situation irrégulière,mépris du peuple,peuple,poutine,référendum,rêve,ump

Note : on peut reprendre la lecture de nos messages du 11 02 2012 et du 28 01 2012 partie "C.", si l'on souhaite les placer dans une persepective commune avec celui de ce jour. A considérer en particulier la notion de désespoir dont nous faisions usage dès le 28 janvier, et qui apparaît désormais dans le communiqué qu'on vient de lire (lien CAMPAGNE EN BANDE Org.      .........)  

 

 

 

11/02/2012

1. La droite "extrémisée" 2. La grande mauvaise surprise

.

        A/  Si l'on veut retrouver un nombre intéressant de déclarations de monsieur l'actuel ministre de l'Intérieur, on peut avec profit consulter un article qui s'enrichit de quelques réactions de la part d'acteurs importants : le numéro deux du PS, Harlem Désir ; Sos racisme ; le MJS (Mouvement des jeunes socialistes). Une place de choix est faite au mouvement qui s'amorce en direction de la hiérarchisation des êtres humains, et au risque d'un "basculement vers un véritable racisme culturel".  Voir l'Humanité, 05 02 2012. Lien : HIéRARCHISER LES  HUMAINS.

        B/  Une judicieuse analyse nous est proposée, concernant la démarche du possible candidat, actuel locataire de l'Elysée : il ferait des déclarations proches de ce qu'on associe à l'extrême droite pour attirer à lui des électeurs du FN. Mais, nous dit-on, l'actuel locataire risque tout au contraire de faire fuir de son propre électorat des gens qui, votant habituellement à droite, ne voudront pas aller si loin et se tourneront vers la modération : au profit du candidat François Bayrou. Cette judicieuse analyse se trouve dans l'Humanité, 03 02 2012. Lien : PRéSIDENT SE TROMPE-T-IL DE TACTIQUE ?.

book01.gif

 

        Avec un manque de modestie absolument effroyable, nous proposons une autre interprétation, assez peu crédible selon certaines apparences, et, pourtant, tout à la fois redoutable et difficile à exclure. Il s'agit d'une façon de voir qui ne nous est pas vraiment nouvelle*, mais dont les lignes semblent se préciser d'une façon fort désagréable. 

        Au lieu de supposer, comme cela serait normal, que les hommes politiques les mieux placés sont parfaitement conscients et organisés, que le candidat se bat pour être élu, ce qui semblerait normal, que la partie est de nature politique, ce qui correspond aux termes employés (élection, programme etc.), nous admettons l'idée surprenante d'un pouvoir qui ne dépendrait que de ceux qui l'ont fait roi, d'un candidat qui se sentirait perdu, de forces politiques de droite qui auraient permis à la sensibilité xénophobe et nationaliste de se banaliser, d'un parti réputé d'extrême droite qui s'afficherait depuis quelque temps comme raisonnable, doux, modéré, à l'occasion même opposé aux thèses soutenues par la génération précédente du même parti ! Nous admettons l'idée que la défaite probable de l'actuel président aurait été prévue dans son camp, lequel aurait "mis à l'essai", pour ainsi dire, messieurs Juppé, puis Fillon. Et nous serions aujourd'hui en présence d'un candidat non déclaré qui se préparerait à se déclarer : soit par conviction, soit parce qu'il serait la seule carte jouable pour les forces qui l'ont fait roi ! Les deux sont possibles : il serait confiant tout en étant le candidat de son camp simplement par manque d'autre candidat, les mises à l'essai (Juppé, puis Fillon sur Antennne 2) n'ayant pas été concluantes. On serait donc dès à présent dans une stratégie perdante pour le candidat supposé, malgré sa sincère persévérance et son entier dévouement ; perdante aussi, et surtout, pour la droite non extrême et non compatible avec l'extrême : ces mêmes électeurs que d'aucuns craignent de voir déserter Sarkozy pour Bayrou (ci-dessus B/) .  

        Dans quelle mesure cette stratége perdante serait-elle réellement adoptée par ces forces qui ont fait le roi, c'est ce qui nous reste à voir. Nous admettons comme hypothèse de réflexion, en plus de ce qui précède, la notion d'une droite une, et non pas diverse, allant de la droite de l'UMP à Marine, et à d'autres, dans la mouvance du FN, voire plus loin et plus à droite encore, AUTREMENT DIT UNE DROITE extrémisée. Cette droite-là occuperait tout le terrain laissé libre par la défaite de l'actuel président. Certes, quelques modérés rejoindraient Bayrou, par exemple. Et vive le terrain libre !

         Mais supposons que le président sortant ne perde pas ? Que le vainqueur ne soit point Marine, mais l'actuel président sortant ?

        L'identité et le nom de la personne importent peu : la victoire reviendrait dans tous les cas à la droite une et non pas diverse, la droite "extrémisée". Cette victoire serait acquise grâce aux forces populaires de la stigmatisation et de la "bonne" (!) civilisation (?), celle du rejet de l'autre (chômeur, rom, sans-papiers...) ! Grâce au "bon" travail de radicalisation des cerveaux que nous ne cessons de dénoncer !  

        On objectera que tant de droitisation est fort peu probable, et que la France est une démocratie : l'opinion est plutôt prête, semble-t-il, à élire un François, Bayrou ou plus probablement encore Hollande. A toutes fins utiles, cependant, on pourra lire (ou relire) le paragraphe "C." de notre message "France résiste avait bien vu..." (lien ci-dessous, en bas de message) pour méditer sur les risques propres à certaines périodes difficiles... Et l'on pourra entrevoir que le pire n'est pas exclu.

 

cornetroselend03.jpg

KICX6012.jpg

martigny01.jpg

 

                Quant on gravit une montagne, on voit d'abord une première ligne de crête qui semble située très haut, par rapport à la vallée ; une fois parvenu sur cette première ligne, on découvre une nouvelle hauteur, que l'on prend pour le sommet ; mais lorsqu'on s'est hissé à cette hauteur on voit enfin le sommet, jusque là plusieurs fois caché aux regards. De même, une fois atteint le degré de droite de l'actuel Pouvoir, on peut apercevoir une droite plus résolument à droite malgré ses allures verdoyantes et riantes dans un soleil tout printannier et la grâce d'une candidate raisonnable et rassurante : depuis cette droite-là, si l'on continuait en quelque sorte une "ascension", on découvrirait peut-être une droite plus radicalement extrême et, qui plus est, à taille européenne. Et là, ce serait la grande mauvaise surprise : 

         on se croyait en France à l'abri de l'Europe,

        on se croyait en France dans le jeu d'élections démocratiques...

        Et l'on était en réalité en Europe, dans le jeu sordide du futur avènement

d'un mouvement profond, radical, violent, nationaliste et capable de hiérarchiser les êtres humains 

(non pas l'Europe des nations, mais celle des nationalismes alliés entre eux, une Europe allant de la Russie de Poutine avec son sinistre parti nationaliste jusqu'à la Hongrie en cours de développement haineux à l'égard des pauvres, à la Grèce qui, déstabilisée, privée de véritable Etat, livrée à la violence directe, serait un jour ou l'autre proche du naufrage entre les mains de l'extrême).

 

       lactignes.jpg Tout ceci est impossible à croire. Certes. Aussi devons-nous redouter d'être surpris. Ne l'avons-nous pas été, surpris, lorsque les pays de l'ancienne Yougoslavie se sont retrouvés en guerre entre eux, et à l'intérieur de chacun d'eux entre les diverses ethnies, et ce très rapidement après que la chappe de la dictature communiste eût été levée ? 

        Ne l'avons-nous pas été, surpris, lorsque le Liban où vivaient chrétiens et musulmans dans une paix et une fraternité à la fois populaires, quotidiennes et institutionnelles (avec les nuances qu'une simple phrase comme celle-ci ne peut aborder) s'est en quelque sorte réveillé un "beau" matin en pleine guerre civile, l'une des plus horribles, la "guerre du Liban" ?

        Ne l'avons-nous pas été, surpris, lorsque la République de Weimar a majestueusement étendu les branches de la légalité constitutionnelle pour abriter la naissance du futur monstre ?

        N'avons-nous pas en ce jour des signes alarmants et de nature convergente, à des niveaux divers et variés : l'opinion, la xénophobie, le discrédit de la politique (donc de la démocratie avec ses rites, ses élections : le référendum, c'est mieux ! ! !), ses actes, ses nouvelles lois d'enfermement (mineurs étrangers) et ses attaques contre l'école, la justice... ? N'avons-nous pas, surtout, cette véritable tenaille dont un côté est celui du monde politique, et l'autre celui des cerveaux, judicieusement "travaillés" depuis plusieurs années ? Tant de maladresses, tant d'échecs lorsque le bonheur des pauvres et en jeu, sont-ils pur hasard, pur "échec", simple incompétence ? Ou y aurait-il une logique des ténèbres, une logique du retour en arriière, une logique qui a été douleur pour Serge Letchimy, au point qu'elle lui a arraché le cri de l'éloquence ?  

XXXXXXXXXXXXXXXXXXX

* cf. dans ce blog 27 01 2012 : FRANCE RéSISTE AVAIT BIEN VU et les liens vers des messages antérieurs. 

Il est recommandable de

 considérer et examiner librement ce qui précède !

.

.

04/07/2011

Complot DSK, Poutine, France, le Mistral, FMI, USA : bon, et alors ?

.

    Rien ne prouve que Dominique Strauss-Kahn (DSK) ait été attiré dans une embûche à la faveur d'un complot international ; un complot qui aurait été dirigé à la fois contre le futur candidat à la présidence de la République française et contre le directeur du FMI, ses actes, ses déclarations, ses intentions.

    Cela étant dit, on peut observer une sorte de mouvement d'ensemble, de convergence, entre des éléments aussi disparates que ceux qui constituent le titre de ce message. Ouvrons les yeux sur quatre champs d'observation :

    A./ Le déclenchement de "l'affaire" et les réactions ; B./ Complot ou pas complot ? C./ Un maire et un Pouvoir amis de Vladimir ; D./ Russie face au monde, Russie chez nous, en France.

    A./ Le déclenchement de "l'affaire" et les réactions

    a. Tout commence par l'arrestation de DSK à New York, et l'accusation de viol portée contre lui. Lire Julien Billot, in Les Echos, 07 06 2011. Cliquer sur ce lien a

    b. Des réactions se manifestent de divers côtés, notamment pour signifier que même s'il aime les femmes et les séduit, DSK  --pour ceux qui le connaissent bien--  n'est pas, ne peut pas être un épouvantable violeur. SudOuest, 16 05 2011. Lien b

    c.Des voix s'élèvent pour évoquer la possibilité d'un complot. Nous retrouverons ce phénomène beaucou plus tard, c'est à dire la veille du jour où le présent message est rédigé : en effet des socialistes semblent, le 3 juillet, avoir des reproches à faire à la direction de l'hôtel où séjournait la victime d'un... ne disons plus "complot," mais dans ce cas plutôt "piège" dans le cadre d'un "attentat politique". Nouvelobs 03 07 2011. Lien c

    d. Revenons aux réactions peu après le déclenchement de l'affaire. Nous trouvons en France et en Russie deux hommes d'importance au visage particulièrement humain, aux propos particulièrement sages, émus, responsables, pondérés. Si nous avions choisi de faire de ce message un conte pour faire rêver, nous les appellerions Nikalaï (le "o" étant prononcé "a", façon russe, pour nobre chef d'Etat) et Vladimir (accent tonique sur "di", comme ci-dessus pour le Premier ministre russe dont c'est effectivement le prénom).  RTBF Info, 27 05 2011. Lien d

.

B./ Complot ou pas complot ?  

    e. Dominique Strauss-Kahn avait exprimé auprès de Claude Bartolone sa vive crainte d'être prochainement victime d'un complot. Il s'y voyait visé en particulier par la Russie et en relation avec sa présence au Fonds Monétaire International (FMI). DSK vivait dans la méfiance, l'appréhension... Ses propos ne nous ("nous" : l'auteur de ce blog) ont pas donné l'impression d'avoir été imaginés à la légère, mais bien plutôt de reposer sur sa compétence et ses connaissances en tant que directeur général du FMI. Nouvelobs, 19 05 2011. Lien e

    f. Vous avez dit complot ? Soyez raisonnable ! Nous vivons une époque de méfiance, de bavardages électroniques, de craintes au sujet de tout, et beaucoup d'entre nous s'en contentent au lieu de s'informer réellement, s'engager, participer à la vie politique et citoyenne. Nous vivons dans une société politique dominée par : la hantise du complot ! Voilà qui vous refroidit un peu, hein, vilains visionnaires qui ne voyez que des complots ! Et cette dénonciation du tout-complot est fondée intellectuellement, vous pouvez du reste lire le livre de Bruno Fay "Complocratie", aux éditions du Moment. Bon ! C'est peut-être la fin de la thèse du complot ? Voir tout cela grâce au travail de Tristan Berteloot dans : Nouvelobs 19 05 2011. Lien f

    g. Patatras ! Voilà que nous ne pouvons plus ignorer la possibilité d'un complot, même si rien n'est prouvé. Mais franchement, jugez plutôt : les 28 et 29 avril de cette année, donc peu avant d'être arrêté et inculpé, Dominique Strauss-Kahn parlait avec ses amis, à Paris où il était de passage. Exprimant ses craintes (dont nous avons parlé ci-dessus, voir paragraphe e.), il imagine un scénario dans lequel il sombre, victime ! Et ce scénario est proche, très proche de ce qui s'est passé à New York peu après ! Non, d'accord, cela ne prouve rien. Mais cela nous interdit de renvoyer la thèse du complot d'un simple revers de la main... Pressentiment ? Prophétie ? Plus simplement, lire l'article de Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin : Le Monde, 02 07 2011. Lien g

 

C./ Un maire et un Pouvoir amis de Vladimir 

    h. Nous évoquions récemment le maire de Bordeaux sur un autre sujet (lien o) mais c'est en 2004 que nous le voyons en train d'accueillir l'ami Poutine, accueil auquel Alain J. n'était apparamment pas contraint par les règles de la diplomatie en la circonstance. Or, il est bon de se souvenir parfois de qui est ce monsieur venu de l'est, contre qui se déchainait la foule des manifestants venus crier leur colère le jour même de la réception. Si vous ignorez tout de monsieur Vladimir P., sachez que c'est un grand serviteur de la Russie dont il fut Président, (il en est actuellement Premier ministre) et il sera peut-être de nouveau Président en 2012 : un grand serviteur qui, pour des démocrates, présente quelques défauts. Mais revenons à Bordeaux en 2004 avec Bilan d'Alain Juppé. Cliquer sur "Juppé et son ami le criminel Poutine" après avoir ouvert le Lien h.

     i. Lorsque le maire de Bordeaux recevait le grand russe en 2004, il savait probablement quelque chose des côtés peu démocratiques de la Russie dans l'Histoire contemporaine. L'année précédente, en 2003, il semble bien en effet qu'il se soit rendu à Saint-Pétersbourg et qu'il y ait rencontré Boris Grislov, fondateur du mouvement (on ne peut pas dire exactement 'parti') : "RUSSIE UNIE". Ce mouvement est clairement nationaliste, avec sans doute quelques défauts et pas n'importe lesquels : d'un profil assez fortement de droite, il est considéré par beaucoup d'observateurs comme bien moins recommandable que d'autres partis de droite (cf. lien i, ci-après). Le maire de Bordeaux et Boris Grizlov ? Rencontre assez réussie, probablement, puisqu'il y est décidé de créer un "groupe de travail" et que le français déclare "...nous avons des affinités évidentes..." en parlant, nous a-t-il semblé, de ce mouvement politique ! cf. l'article de Marie-Pierre Subtil pour Le Monde, 11 07 03, que cite Le Ruisseau Iguane. Lien i

    j. Il existe apparement une belle et enthousiasmante vision sarkozienne de la Russie. Et de son actuel Premier ministre , Vladimir P. Essayons un moment de nous glisser dans les perspectives de cette pensée et de les faire nôtres. Une vaste fresque de beauté et d'Histoire semble guider les choix du Pouvoir français, un profond et splendide avenir semble réservé à l'amitié de nos deux pays, et de nos peuples. 

    C'est donc dans le souffle d'une inspiration généreuse, ambitieuse au meilleur sens du terme, prophétique peut-être, que la vente du navire "LE MISTRAL" à la Russie s'est préparée, minutieusement. Cela évoque aussi des emplois en France pendant une certaine période de temps, et puis il y a l'avenir, les grandes alliances naturelles des peuples et du continent. Préparons donc la vente du Mistral à la Russie ! Chantons les louanges de nos intérêts communs : stratégiques, énergétiques, culturels, monétaires, diplomatiques, et puis tout simplement, pourquoi pas, l'amitié. Nouvelobs 11 06 2011. Lien j

    k. C'est aux conditions de Moscou, cependant, qu'il faudra que la France vende son Mistral. Normal : on négocie des conditions de vente et d'achat, cela est pratique courante, en toutes sortes d'affaires et d'échanges. La Russie veut qu'il y ait "transfert de technologie". Ce qui veut dire ? Eh bien, en l'absence de précisions venues à notre connaissance, supposons (raisonnablement) que les Russes ont bien envie de pouvoir faire le maximum par eux-mêmes ! En tout cas, ils se montraient fermement résolus lors des négociations. Voir Le Point, 24 07 2010. Lien k.  

    l. Et voilà que nous sommes en 2011, nous avons vendu le Mistral à la Russie, qui s'enorgueillit d'avoir acheté non seulement le bâtiment, la façon de le construire, mais aussi toutes les TECHNOLOGIES "promises depuis le début" par la France : elles seront transférées au constructeur russe. Nouvelobs, 17 06 2011. Lien l

 

D./ USA et Russie face au monde. Russie chez nous, enFrance  

    m. Cette Russie que nous aimons tant, à qui nous avons vendu le Mistral, qui est-elle ? Déjà, en août 2007, elle prétendait avoir son candidat à la direction générale du FMI. Déjà, elle n'était pas l'alliée de Dominique Strauss-Kahn.

    Et les Etats-Unis, eux non plus, ne sont pas ne sont pas particèlièrement favorables à DSK comme directeur générale du FMI : ils n'aiment guère ses conceptions et son désir d'instaurer, ou de s'acheminer vers un "système multimonétaire", dans lequel le dollar perdrait un aspect de son importance. Russie, USA : lire Elisabeth Suder, in Le blog finance, 18 05 2011. Lien m

    n. Enfin, avant de quitter le sujet, voyons comment on croit à un complot, mais pas à un complot russe, quand on est en Russie. Voyons comment les Etats-Unis semblent, vus de Russie, faire un auteur de complot vraisemblable (au sens de "logique", ou de la vraisemblance d'un personnage en littérature). Et pourquoi les USA peuvent vouloir se débarrasser de Dominique Strauss-Kahn

    Voyons aussi dans le même article de Nathalie Ouvaroff ce qui s'est passé en France depuis quatre ans, alors même que nos deux amis, l'un Vladimir, l'autre incarnant le Pouvoir chez nous, ne cessaient de voir grandir et se renforcer leur amitié, sans doute :

  §   Achat, par un russe, de la maison Hédiard

  §   Achat, par un russe, du quotidien France-Soir

  §   Création à Paris, par une amie de Vladimir, d'un Institut chargé de nous aider à mieux prendre conscience des atteintes aux droits de l'Homme de ce côté-ci de l'Europe : une sorte d'aide pédagogique de la part d'une amie de l'"ami" des tchétchènes ?

  §   Achat, par la fédération de Russie, d'un immeuble en plein Paris afin d'en faire une cathédrale et un centre culturel. La cathédrale étant placée sous l'autorité du patriarcat de Moscou. 

  §    et autres aspects de la présence en France du patriarcat de Moscou : tout cela est à voir avec précision, dans le passionnant article de Nathalie Ouvaroff ; c'est sur le site Slate.fr, 25 05 2011. Lien n

§

 

ga013.gif

 

En guise de conclusion :

    Nous sommes partis d'un problème de candidat socialiste accusé de viol. Nous avons parcouru pays et continents. Que reste--il ? Des impressions, des convergences, et le sentiment que France et Russie sont peut-être plus liées qu'on ne le croyait jusque là : pour le meilleur ? pour le pire ? ...seul le sait, comme on dit ! 

§ 

    La France n'étant pas une dictature, il est bon de penser, examiner

et lire toutes sortes de revues de presse, d'opinion

et de documentation sur le réseau Internet libre, n'est-ce pas ?     

Pour signer la pétition,

rendez-vous dans notre message du 01 07 2011

concernant la liberté et Internet !      

.