Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2015

Violence, intolérance, même en France !

.

        A.  C'était il y a longtemps, si longtemps qu'on n'en parle même plus. Les partisans du mariage pour tous s'opposaient à ceux de la manif pour tous. Au milieu de déchirements verbaux, voire physiques (bagarre à l'Assemblée nationale), dans le fatras des erreurs et des récupérations politiciennes, Yves Jégo faisait entendre la voix de la raison, une raison généreuse, tout accordée aux idéaux historiques de la France. On retrouvera cette voix, cette expression de la raison, en lisant Laure Equy sur le site de Libération, 15 04 2013. Lien : Bagarres de corps et de mots.

 

        B.  C'était par téléphone que de nombreux, de plus en plus nombreux appels au secours parvenaient à l'association "Le Refuge". Des homosexuels n'en pouvaient plus de la souffrance que leur infligeait la discrimination exercée contre eux. Ces faits, cette souffrance avaient peut-être quelque chose à voir avec des propos très "durs", susceptibles d'attiser la haine, ou ce que nous pourrions appeler plus généralement l'intolérance à l'autre, sa personne, ses idées... Pour lire Frédéric Gal, qui s’exprimait comme directeur de l'association Le Refuge on se rendra sur le site de Nouvelobs, 20 04 2013. Lien :souffrance discrimination.

 

        C.  L'équipe de Libération était, à cette même époque, agressée lors d'une manif pour tous. C'était du reste une époque de manifs contraires et opposées, de violence dans les pensées, les mots et, donc dans le cas évoqué, les gestes ! Peut-être y avait-il, pas très loin à ce qu'il semble, une présence de la mouvance d'extrême droite. Pour essayer d'y voir plus clair dans ces événements, on lira Quentin Girard sur le site de Libération, 06 05 2013. Lien : Violence émotions et politique.

 

        D.    Un tout dernier rapport du Conseil de l'Europe fait mention de faits particulièrement inquiétants qui concernent la France. Le problème serait une montée importante de l'intolérance : étrangers, handicapés, migrants, enfants, campements, camps, personnes "évacuées" : que d'insuffisances dans l'attention envers les personnes, le respect, l'action publique et politique ! Or, la France dispose, d'après l'article ci-dessous indiqué, de moyens particulièrement favorables pour se conduire mieux qu'elle ne le fait. Serait-elle en contradiction avec elle-même, et avec ses propres idéaux ? On pourra éventuellement penser que oui, en lisant Maryline Baumard dans Le Monde du 17 02 2015. Lien : France intolérante.

 

        QUE CONCLURE ?

     Il y a de quoi se lamenter. L'honnêteté commande de le faire, sans se voiler la face, sans se réfugier dans le déni ; car, malheureusement pour nous, ce n'est pas brillant !

 

        D'un autre côté, le pays reconnaît désormais qu'il a besoin de redonner toute son importance à l'éducation, ce mot étant pris dans tous ses sens ! D'excellentes mesures sont prises aussi en matière de sécurité, de lutte contre les ides qui tuent, de consensus sur des valeurs essentielles comme la laïcité, la liberté d'expression....

 

 

        Ce qui risque de tout gâcher ? Je vois deux choses essentiellement.

1/ Notre habitude de ne croire à rien, de critiquer tout, et de dénigrer les gens dès qu'ils ont des responsabilités.

2/ La difficulté réelle qu'il y a à trouver suffisamment de moyens pour la Justice, les mouvements éducatifs, les collectivités locales, les associations et autres outils qui permettraient d’œuvrer au niveau de la population, là où les problèmes se posent, là où l’éducation est à faire.

 

 

        Il demeure malgré tout, et c'est encourageant,

qu'une prise de conscience est en train de s'opérer.

 

 

 

        Mais ce que les Français accepteront le plus difficilement, c'est ceci :

 

 

même si une chose

est le contraire d'une autre,

 

 

il peut se faire

que toutes deux soient vérité,

à condition qu'on les voie

sous un certain angle.

 

Exemple :

si j'appelle Dieu "Dieu" pendant que mon voisin le déclare "Allah", cela ne signifie nullement que Dieu et Allah sont entièrement différents, voire contraires. Cela signifie simplement que la même montagne, sur son versant sud, présente à nos regards un aspect verdoyant, tandis que le versant nord, dans notre pays notamment, est plus rocheux, plus escarpé, et de climat plus froid. De même Dieu, vu du côté des uns ou du côté des autres, peut changer d'aspect et de nom. Mais comme le dit de plus en plus le sentiment populaire en France aujourd'hui : en supposant que Dieu existe, il n'est sûrement pas un Dieu qui nous demande de nous tuer les uns les autres pour défendre sa vérité.

 

        A partir de là, peut-être que les Français finiront, un jour, par accepter de vivre ensemble, et se parleront sans s'injurier, sans se dénigrer, sans se battre pour leurs "vérités absolues" ! Je peux vous dire, pour avoir eu le privilège de visiter récemment le Paradis, que Dieu, qui ne rigole pas ces temps-ci quand il nous regarde, aura enfin, ce jour-là, le sourire. Rien que pour cet événement imaginaire, ça vaut la peine de faire un petit effort. Et pour le bonheur que cela donnerait à des millions de personnes, ça vaut la peine de faire un gros, un très gros effort !

 

       Le chemin de la critique permanente nous mène dans un ravin.

       Le chemin de l'émerveillement,

celui du cœur comme de la pensée,

nous conduit à devenir des familiers de tout ce qui est beau et digne de notre nature : l'humanité. 

.

18/04/2013

Jouer sur la peur, jouer sur la hargne : c'est pas beau !

.

      Mon cher Marc, 

merci pour tes nouvelles de Chine, et courage pour tes études du mandarin !

 

        Ici, rien ne change, mais tout suit sa pente : vers le bas !

        Pendant les "questions au gouvernement" aujourd'hui (mardi 16 avril), j'ai eu plusieurs fois l'impression que les politiques s'attendent, peut-être, à des violences dans la rue. 

        En fin de journée, le ministre de l'Intérieur a reçu les organisateurs d'une manifestation prévue contre le "mariage pour tous". La droite hurle qu'on empêche les manifestants de droite de manifester. Elle ne semble pas avoir peur des dérapages que peut ou pourrait provoquer l'extrême droite dans ces manifestations. Sorte de réponse indirecte, Valls, répondant à une "question au gouvernement," avait été jusqu'à mentionner le GUD ! Tout cela, mis bout à bout, m'inquiète : seraient-ils au courant, tous, que quelque chose se prépare ? L'extrême droite aurait-elle repéré que la droite classique est en mauvaise forme, que le pouvoir socialiste est susceptible de faire facilement l'objet d'une colère populaire, et que le moment serait, dans ces conditions, propice à un mai 68 à l'envers, à une grande manif pour l'ordre, pour la morale, pour la droite dont j'annonçais il y a belle lurette la "droitisation" ? Des prêtres catholiques pourraient-ils imiter le rôle de l'Eglise orthodoxe que j'évoquais dans le message précédent si, un jour, notre pays prenait Poutine en plus grande amitié que jusqu'à présent ? 

 

        Le pire est-il déjà (presque) sous nos yeux ? 

        Faire assez de bruit pour faire tourner les têtes,

faire tourner les têtes au point de jeter des foules dans la rue,

chauffer la colère populaire jusqu'à provoquer la dissolution de l'Assemblée nationale et des élections fort populaires qui porteraient au pouvoir ces dames et messieurs de la droite populaire, du Front...

        Lors de la même séance de Questions au gouvernement, répondant lui aussi à une question, Jean-Marc Ayrault a tellement insisté sur l'importance de ne pas faire de mal à la démocratie que mes craintes s'en sont trouvées avivées ! Lui aussi, partagerait-il des inquiétudes et prévoirait-il un prochain scénario populiste de rue ? Toujours est-il que le ton est très agressif du côté de l'opposition. La majorité mène à bien des réalisations que l'Histoire louera : mais on les enterre sous un profond silence. Je pense à la nouvelle façon, dont l'étude est annoncée, de calculer les loyers, ou à la réforme du Syndicat de la Magistrature, entre autres...

        De plus en plus, si la France était une salle de classe, les élèves travailleurs auraient du mal à suivre le cours et à se concentrer sur leur travail, cependant que les élèves les plus bruyants vociféreraient de plus en plus fort, provoquant ainsi une souffrance des nerfs susceptible de déboucher sur des affrontements physiques violents entre élèves. Le professeur, quant à lui, serait l'élément le moins bien "toléré" par la bande vociférante ! Allons-nous voir, d'ici la fin du printemps, les foules se muer en vagues protestataires ? Et le peuple souverain se laisser transformer en "populace" violente ?

Je t'embrasse affectueusement, parle bien "mandarin" mon cher neveu,

ton oncle : Estival. 

Post scriptum : nous sommes déjà jeudi et j'ai dû m'éloigner de mon ordinateur depuis mardi... Les nouvelles semblent aller dans le sens de mes craintes car la violence contre les homosexuels s'exprime plus librement, et le vacarme politique continue de plus belle quant à lui. Gare aux provocations ! Et maintenant je mets enfin ce message en ligne.  

.

       

21/01/2013

Mariage, homosexualité et homophobie

.

        Le projet de loi sur le mariage pour tous a déchaîné une vague passionnelle qui est allée jusqu'à s'exprimer dans la rue et qui suscite le débat y compris à l'intérieur des familles de pensée.

        Y a-t-il là matière à disserter pour le blog "France résiste" ? __Oui ! Car : aux réalités que sont le mariage, l'hétérosexualité et l'homosexualité est venue s'ajouter une passion émotionnelle de nature facilement violente, l'homophobie. L'homophobie, mépris de l'autre, intolérance à la différence, a entraîné, au cours de l'histoire, des déportations, des morts ! Et elle fait, dans notre société française actuelle, des dégâts en matière de souffrance, de discrimination, de détresse, de suicides.

        Le pouvoir socialiste a décidé d'oeuvrer pour que la réalité des choses soit mieux prise en compte par la législation. L'intention, nettement dirigée contre l'homophobie, est bonne mais n'a pas empêché que, une fois le débat lancé dans l'opinion publique, chacun se mette à exprimer des avis, voire des oppositions, et le fasse d'une façon maladroite, ou pire malveillante, ou pire encore violente. 

        Le mieux, si c'était possible, serait que les sujets qui relèvent de la réflexion fassent l'objet de toute la réflexion nécessaire ; et que ceux qui relèvent de l'aciont publique, notamment législative, soient traités à leur juste niveau, sans que viennent interférer des condisérations d'un autre ordre. Et le mieux serait, surtout, que le ton général soit bien calme, chacun s'occupant de son propre domaine de compétences et faisant confiance à l'autre pour le sien propre ! Mais c'est peut-être trop demander... 

 

 

hétérosexualité,homophobie,homosexualité,mariage,mariage pour tous

 

        RELIGION

        L'homosexualité occupe une certaine place dans la pensée religieuse : une place qui varie suivant les religions, et même à l'intérieur d'une religion donnée. Mais la discussion se fait ici en fonction d'impératifs et de finalités qui ne se situent pas sur le même plan que les objectifs concrets visés par le projet de loi sur le mariage entre personnes de même sexe. On pourra consulter les liens A et B ci-dessous, pour ce qui est de la position chrétienne et principalement catholique. 

 

PLUS LARGEMENT QUE POUR LES SEULES EGLISES

LE MOT

"MARIAGE"

EST UN ENJEU FRAGILE 

ET PORTEUR D'HISTOIRE, DE CIVILISATION...  

        Une opinion qui ne se limite pas à la seule population d'obédience religieuse, notamment chrétienne, s'est manifestée pour refuser l'emploi du mot "mariage" dans une perspective non hétérosexuelle. L'association du mariage à la différenciation des sexes ainsi qu'à la fertilité naturelle (homme femme) emporte l'assentiment profond de nombreuses personnes et familles de pensée. On peut se poser la question de savoir s'il est urgent de passer outre, ou si ce débat pourrait se voir attribuer une certaine lenteur, favorable à la réflexion sur des enjeux qui, somme toute, dépassent le cadre d'une simple loi destinée à permettre aux homosexuels de vivre les avantages du mariage civil, même si le contenu de la loi n'était pas enveloppé dans le mot "mariage". "L'union entre époux" étant une expression déjà utilisée pour parler du mariage, on pourrait s'en servir également pour désigner, dans les cas d'union de personnes de même sexe, un statut de légitimité au regard de la loi civile, sans préjuger des contenus et évolutions à venir sur le point à la fois précis et immense soulevé par le mot (mariage) qui fâche... 

 

 

MANIFESTATIONS

 

        Que ce soit pour défendre des personnes discriminées ou pour soutenir des valeurs  jugées (par beaucoup) essentielles, des manifestations ont eu lieu, et auront lieu : ce qui montre bien que la question n'est pas seulement théorique, et qu'elle implique la dignité des personnes, les traditions de notre société, son passé et son devenir. On consultera les liens C et D ci-après.

 

 

LA DEMARCHE SIMPLE DU PROJET DE LOI

 

        On est étonné, quand on a entendu le vacarme des idées, des insultes, des sottises, des peurs, des invectives ou menaces, de constater que la démarche socialiste en cours est simple, en quelque sorte au ras du sol, non pardon : au ras de la réalité vécue par des personnes de même sexe. Cela signifie-t-il que les passions soulevées par le projet seraient totalement injustifiées ? La réponse est non : mais les indignations, les protestations, les dogmes, les émotions relèvent de domaines plus idéologiques, voire théologiques ! Ces domaines existent, ils doivent être respectés. D'un côté comme de l'autre. Mais, redisons-le, on est surpris de découvrir la réalité simple, calme, sans bruit des ambitions nourries par le projet de loi sur le mariage pour tous. On consultera à ce sujet les liens ci-dessous E et F.

 

 

JEUNES DANS L'ISOLEMENT ET LA SOUFFRANCE

 

        De jeunes homosexuels souffrent angoisse, isolement, perte de repères, voire errance, isolement familial et social, tentative de suicide. Le taux de suicides est bien plus élevé chez eux que dans la moyenne des autres personnes de leur âge. Il ne s'agit plus ici de dogmes, ni de traditions, ni à l'inverse de projets nouveaux, voire révolutionnaires, d'idées généreuses bouillonnant avec exhubérance : il s'agit de souffrance ! Il s'agit de discrimination, d'exclusion, de manque d'humanité ! Et la réponse apportée est susceptible d'évoquer la notion d'une France qui résiste à la bêtise, à l'obsession d'exclure, à l'étroitesse d'esprit associée à l'intolérance et à la peur. La réponse apportée, généreuse et responsable, est le fait d'une association dont on trouvera le lien à la lettre G ci-dessous.

        A travers les lectures que nous proposons, c'est un périple, un voyage, auquel chacun pourra s'abandonner. Histoire de découvrir combien la vie est complexe, riche, et belle d'un côté comme de l'autre ! Sauf, sans doute, pour celles ou ceux qui (d'un côté comme de l'autre) tiennent à avoir raison seuls contre tous, à mépriser l'autre quelle que soit son opinion, du moment que ce n'est pas "la bonne" (!) et qui en viennent, dans certains cas, à une forme de violence : violence d'une pensée simplifiée, violence de propos où manquent la patience et la réflexion, violence des invectives, violence de la récupération doctrinaire ou politique,

violence enfin qui peut se faire physique,

ce dont il a été question précédemment

dans ce blog

(paragraphes C et D du message du 18 11 2012).

 

 

        La peur d'un côté, l'amour du pouvoir de l'autre sont les passions qui nourrissent et pourrissent un débat qu'on aimerait voir plus serein et plus beau. Et nous nous permettrons ici de décerner une mention admirative de la part de "France résiste" à toutes celles et tous ceux qui, quelles que soient leurs opinions, essaient d'agir de leur mieux sans haine, sans refus de l'autre, et dans un souci de solidarité, de service ! Bien sûr, chacun se reconnaîtra...  

 

 

hétérosexualité,homophobie,homosexualité,mariage,mariage pour tous

 

 

        A/  Le titre est : "Sciences humaines et position de l'Eglise", concernant l'homosexualité. L'auteur est Noël Simard, D. Th., à lire sur le site Culture et Foi. Lien : HOMOSEXUALITé SCIENCE FOI.

        B/  Le dossier "Chrétiens et homosexualité" comporte une douzaine d'articles du 05 02 2004 au 13 12 2012. On découvre des positions, ou des recherches riches par leurs complémentarités et leur diversité. C'est dans La Vie. Lien : HOMOSEXUALITé APPROCHES CHRéTIENNES DIVERSES

        C/ Le mariage "entre personnes de même sexe" n'est plus ici objet de discussion, mais de "manifs" ! Strasbourg, Toulouse et autres villes de province à la date du 19 janvier 2013 et malgré la neige, on compte le nombre des manifestants, on s'affirme, on défend le droit au "mariage pour tous". Libération, 19 01 2013. Lien : MANIFESTATIONS POUR MARIAGE MÊME SEXE.  

        D/ Un appel à prier en public, devant l'Assemblée nationale, une invitation à nous tourner vers Dieu... On sera peut-être surpris de voir apparaître, en même temps que ces intentions pieuses et louables, des termes qui semblent moins doux : "inique", "forces du mal"... L'Institut Civitas, lui, a pris fait et cause pour la Divinité. Libération, 18 01 2013. Lien : CIVITAS PRIE.

        E/  Exposé des motifs : c'est à lire avant d'aborder le texte lui-même du projet de loi sur le "mariage entre personnes de même sexe". On trouvera dans l'exposé des motifs : rappel historique, évolution sociologique passée et présente. La réalité d'aujourd'hui, qui est aussi celle du projet de loi socialiste, est présentée telle qu'elle est : simple, sans prétention autre que l'amélioration de notre façon de vivre ensemble, dans une perspective sous-jacente de lutte contre l'homophobie. Site de Légifrance. Lien : MARIAGE TOUS EXPOSé DES MOTIFS.

        F/ Présentation du projet de loi lui-même, avec liens vers des articles portant sur le sujet ou des questions connexes. On constate, ici encore, que le gouvernement, sous l'impulsion du président Hollande, agit à un niveau factuel, législatif. Les Echos, 11 01 2013. Lien : PROJET DE LOI MARIAGE MÊME SEXE.

        G/ Et quand des jeunes, en France, souffrent et se trouvent dans l'isolement, il est des français qui résistent à l'abrutissement homophobe au point, figurez-vous, de leur venir en aide ! On pose alors des actes concrets, on fait appel à des personnes compétentes, on fait preuve de réalisme et le mot si beau de "résistance" trouve une illustraion, une de plus, dans notre pays. Il s'agit de l'Association (et de son site) : Le Refuge. Lien : Homosexualité jeunes souffrance isolement.

 

hétérosexualité,homophobie,homosexualité,mariage,mariage pour tous

.