Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2013

Au pays du mépris, le populisme est roi

.

Un souvenir

 

        Lorsque la France hésitait, à l'un des carrefours de son histoire, un pays voisin s'en inquiétait beaucoup. Dans le métro, on ne pouvait plus distinguer le visage des voyageurs, car chacun d'eux s'était plongé, le temps d'un bref voyage souterrain, dans la lecture de toute une variété de journaux, magazines et revues qui titraient esentiellement en fonction de leur affection et de leur pensée anxieuse à l'égard de la France. C'était avant le "retour du général", et chacune, chacun dans ce pays étranger mais proche du nôtre pressentait que l'avenir s'ouvrirait tôt ou tard par un changement de régime politique. Ce qui fut fait lorsque fut instaurée la Vème République.

        Un jeune français se trouvait dans le train, revenant de ce pays vers la France. Un arrêt, des bruits nouveaux, des voix peu aimables, un rien "gueulardes" le tirèrent de la douce somnolence dans laquelle il retrouvait comme en rêve ses souvenirs agréables, après ce séjour en pays étranger, un étranger prévenant, courtois, soucieux d'action publique et de bien commun, ouvert à toutes les lectures d'actualité et d'opinion dans une presse abondante et riche par ses courants de pensée. Mais tout à coup, que se passait-il ? Notre voyageur ne rêvait plus ; une voix misérable, méprisante, provocante, hurlait sur le quai de la gare : "Les politiques ? Tous les mêmes ! Tous pourris !" Eh oui, le train venait de passer la frontière, on était en France : changement de ton, changement de mots... 

        Le lecteur a sans doute déjà compris que ce trait de caractère du Français méprisant, se déclarant apolitique pour mieux se situer au-dessus de tout le monde, sans prendre ses responsabilités, sans faire d'effort en vue d'améliorer  le sort d'un pays, le sien, n'est pas un trait de caractère né de la dernière pluie. C'est de très longue date que le Français méprise en bloc, et fait de l'acrimonie sa drogue quotidienne et sa disposition d'esprit favorite. 

        Pourquoi ce rappel ? Parce que nous ne devons pas croire que le populisme et le pessimisme d'aujourd'hui sont caractéristiques du seul moment présent. Néanmoins, le moment présent, la crise, et certains encouragements venus d'en haut pendant au moins cinq années d'un certain quinquennat très à droite, ont fait souffler l'air du temps dans le mauvais sens. Le fait que le Français soit enclin au mépris, à la rancoeur, à la rouspétance, à la généralisation, à la rapidité du jugement qui dénigre, tout cela n'excuse pas le mal du temps présent, mais au contraire l'aggrave ! Car si l'on veut faire tomber un combattant, une personne, un peuple, le plus simple et le plus commode consiste à solliciter son point faible. 

 

Ce qu'il en est au moment présent

 

        Une France qui veut se connaître elle-même sonde sa propre opinion. Ce dont Gérard Courtois se fait l'écho dans Le Monde.  Nous avons isolé les mots de l'article qui sont utilisés pour caractériser l'opinion française, ou plutôt l'état d'esprit en France tel qu'il semble se dessiner au vu d'un récent sondage, et le résultat est peu commun : 

pessimisme,

réticence,

crainte,

jugement sans pitié,

irritation,

rejet,

anxiété,

peur de l'autre,

hostilité,                                  

acrimonie,autorité,bouc émissaire,chef,crispation,dénigrement,hostilité,mépris,peur,populisme,rejet

 

crispation autoritaire,

demande d'autorité,

crispation identitaire,

rejet religieux,

désignation de boucs émissaires.

 

        A.  La conclusion de l'article de Gérard Courtois ne saurait être évoquée dans ces lignes : il faut lire tout l'article, car 1/ : il justifie pleinement (hélas!) la liste des mots donnés ci-dessus, et 2/ : la conclusion elle-même est une pièce d'orfèvrerie dont la briéveté n'a d'égal que l'éclat. Le Monde, 24 et 25 01 2013. Lien : OPINION POPULISME.

 

 

acrimonie,autorité,bouc émissaire,chef,crispation,dénigrement,hostilité,mépris,peur,populisme,rejet

 

       B.   Le chef est quelqu'un qui sait trouver des mots, des intonations et des postures de telle sorte qu'il puisse incarner en sa propre personne les pensées, les sentiments, et surtout les émotions de la population. Le peuple dès lors se reconnaît dans le chef, et l'investit de toute sa confiance, le désignant par là même comme... son chef ! Devons-nous reconnaître l'art d'être chef dans la façon dont, au Front national, on semble s'être réjoui en lisant l'article ci-dessus cité ? Le mieux serait de lire à ce sujet Abel Mestre, in Le Monde, 26 01 2013. Lien : FN DISCOURS CHEF

 

Savoir à qui l'on a affaire

 

        C.  Enfin, si vous avez la désagréable impression que le précédent quinquennat aurait, sait-on jamais, plutôt favorisé en France le mépris, le dénigrement, la désignation de boucs émissaires, vous pouvez lire ou relire France résiste sur l'Acrimonie, 17 11 2011. Lien : DéNIGREMENT ET ACRIMONIE. (Lien interne, pour en sortir revenez à la page précédente (flèche sur fond coloré) au lieu de fermer la page web !) 

 

Conclusion

Puissions-nous ne pas oublier,

en étant pris dans le tourbillon des nouvelles médiatisées, faites de peurs, d'horreurs, de tensions, de menaces, et de toutes sortes de raisons de mépriser, 

que l'essentiel se joue dans les choix intérieurs que nous faisons, qui nous permettent d'espérer, de résister, enfin d'agir dans la confiance.

.

23/09/2012

"Néonazi" : France, passants, retraités, laïcité, mentalités, mépris, racisme, xénophobie

.

        Le néonazisme n'est pas en France. Le néonazisme, cependant, possède en France des atouts, des éléments favorables à son instauration. Cela va du simple vent d'opinions et d'émotions qui peut souffler sur les mentalités jusqu'à la systématisation de la xénophobie, de l'intolérance, autant de faits petits ou grands qui peuvent devenir des signes précurseurs au fil du temps.

 

bloc identitaire,front national,insignes nazis,laïcité,mentalités,mépris,racisme,xénophobie

Mentalités

        1Un éboueur nous débarrasse de ce qui pour nous est à la fois sale et encombrant. Il le fait dans des conditions de travail souvent particulièrement pénibles. En guise d'admiration, de remerciements et de considération, il lui arrive souvent, trop souvent de recevoir moqueries, agressions verbales, agressions physiques. Il lui arrive souvent, trop souvent, de devoir "...faire face à la méchanceté et au mépris..." (ce sont les mots de l'un d'entre eux). La France n'est pas un régime néonazi. L'élévation spirituelle de quelques français en présence d'un éboueur peut cependant éveiller quelque inquiétude. Des français, de simples passants... On lira, pour des exemples dans la ville de Paris, l'article de Willy Le Devin, in Libération 21 09 2012. Lien : MéCHANCETé MéPRIS.

 

bloc identitaire,front national,insignes nazis,laïcité,mentalités,mépris,racisme,xénophobie

Passage à l'acte

        2.  Des français, des retraités, à Aigues-Mortes en France, quoi de plus doux, quoi de plus sympathique ? Ils n'aiment pas les arabes, à ce qu'il semble. Si des arabes offrent de renseigner des automobilistes, et si ces automobilistes récompensent ces arabes à coups de plomb de chasse, les retraités font connaître leur sentiment : éloquent ! On peut se demander si les pensées sont indifférentes, si la pensée raciste ne risque pas de favoriser le passage à l'acte raciste, même lorsqu'il est susceptible d'entraîner la mort. Il est bon de lire Alice Géraud, in Libération, 16 08 2012. Lien : PENSéES PAROLES ACTES.

 

bloc identitaire,front national,insignes nazis,laïcité,mentalités,mépris,racisme,xénophobie

Fierté sans complexes : la banalisation

    3.  Un homme, un adulte, un français adulte, ça n'est pas du genre qui pourrait ignorer le sens et la portée des insignes nazis qu'il porte sur son "tee-shirt". Si vous rencontrez un adulte qui porte ce genre de signes extérieurs visibles (non religieux), ne manifestez pas trop vite, ni trop fort votre indignation. Surtout, ne le giflez pas : ce serait imprudent de votre part, la violence n'étant pas admise par la loi française. Et vous désirez plus que tout respecter la loi de notre pays, pas vrai ? L'épisode, qui n'a rien de comique si l'on y pense, est présenté par Vincent Coquaz, Le Point 13 07 2012. Lien : INSIGNES NAZIS

 

bloc identitaire,front national,insignes nazis,laïcité,mentalités,mépris,racisme,xénophobie

Fraîcheur, vigueur : c'est la jeunesse. 

Mais leurs couteaux, leurs barres de fer, 

Que peut-on faire ? 

    4.  Jeunesses, c'est beau. Nationalistes, c'est séduisant, non ? Rassemblement, c'est rassurant, convivial, social, on dirait presque fraternel. Rassemblement interdit par le préfet du Rhône? Les "Jeunesses nationalistes" ne sont pas désarmés pour autant, ni moralement, ni matériellement ! Ils sont fiers de leurs opinions. Pour de plus amples informations les concernant, lire Catherine Coroller in LibéLyon, 23 06 2012. Lien : JEUNESSES RASSEMBLEMENT BARRES DE FER COUTEAUX

 

bloc identitaire,front national,insignes nazis,laïcité,mentalités,mépris,racisme,xénophobie

 

Parole publique, partis politiques d'extrême droite

    5.  Ont-ils fait leur rédaction ensemble ? Le professeur s'apercevra-t-il que pour dire à peu près la même choses ils ont utilisé à peu près les mêmes mots ? Toujours est-il que le Bloc identitaire et le Front national laissent voir publiquement des ressemblances flagrantes, si l'on en croit la façon dont ils s'y sont pris pour mentionner Harlem Désir... C'est dans Le Monde, 12 09 2012. Lien : FN BLOC IDENTITAIRE HARLEM DéSIR.

 

bloc identitaire,front national,insignes nazis,laïcité,mentalités,mépris,racisme,xénophobie

Propos, sentiments : une synthése politique

comme un début de systématisation ? 

    6.  La loi de 1905 a défini la laïcité, c'est notre histoire, y compris en ceci : tous les essais que l'on fit à l'époque pour la rendre intolérante aux signes religieux dans la rue furent repoussés ! La laïcité à la française sépare l'Etat des religions, mais ne se permet pas de refuser que, dans la rue, on puisse porter un signe visible qui évoque une religion. Malgré cela, madame Marine voudrait interdire le port du voile comme celui de la kippa. Elle voudrait... Elle voudrait aussi être au pouvoir, dans la mesure où elle pourrait alors faire cette autre chose qu'elle voudrait : mettre "à la porte tous les intégristes étrangers. Tous". Pour savoir si le FN est toujours le même, ou bien s'il a changé au point de devenir doucement anodin, lire Le Monde, 22 09 2012. Lien : FRONT NATIONAL PAS SI NOUVEAU.

    Nous reprenons donc le refrain :

la France est un simple terrain,

terrain propice ou favorable,

dans certains cas, aux dérapages.

La France : un grand enfant bien sage,

qui de xénophobie s'enrage.

Je me dérobe ou je m'engage ? 

. 

26/03/2012

Jeu de grimaces sur scène publique ?

.

    Mon cher neveu,

non, je ne t'ai pas écrit comme prévu et je n'ai pas envie de t'écrire. Je n'ai envie de rien écrire, d'ailleurs. Les propos, les échos, les mots (y compris "salauds") qui occupent la scène publique ces temps-ci me donnent envie de fuir, non pas d'écrire !

CE QUE NOUS VIVONS

CES JOURS-CI :

1/  Une campagne de grimaces

pour occuper l'espace public

    Si les arguments en cours sur la scène de la vie publique, tels qu'ils nous parviennent, étaient des couleurs, et si on les traduisait par des mots, ces mots pourraient être ceux que voici : horreurs, peurs, discrédit, accumulations de soupçons, éveil de soupçons, formules susceptibles de rester en mémoire et de remuer des émotions négatives (peur, mépris, haine). Des procédés honteux, des suggestions malsaines, des préoccupations bassement électoralistes.

2/  Des actes réels pour enjoliver,

afin de mieux séduire

    Un budget est prévu, sur une durée de un an, pour financer les emplois aidés. Pour la période en cours, le budget en question est prévu, voté, mis en oeuvre. Mais voilà : il est utilisé de façon intensive dès les premiers mois de l'année, si bien qu'après les élections il restera moins d'argent que normalement prévu, et cela n'aura pas, en fin de compte, uniquement des conséquences heureuses, peut-être ! Alors pourquoi agir ainsi ? Tout simplement pour que le chiffre des demandeurs d'emploi soit moins élevé, et le plus vite possible, avant les élections, tiens ! C'est le parti socialiste qui accuse, sur son site, 23 02 2012. Lien : CHÔMAGE MASQUER.

 

MAIS AUSSI

3/  Un appel, et des signataires

     L'appel est un refus du "discours basé sur la peur", un refus des annonces de "mesures régressives et discriminatoires". C'est le refus du "moteur de l'avidité" et autres égarements qui ont conduit à la crise. Et c'est, à l'opposé, un engagement dans la recherche du bien commun par la discussion, l'engagement, la vie démocratique.

    Les signataires sont nombreux, ce sont des "plateformes" et "organisations", ce sont des associations. La liste des signataires est une invitation à l'espérance. Et un honneur fait à notre pays. Totalement à l'opposé de ce que, mon cher neveu, je ne peux plus supporter dans l'atmosphère d'une certaine campagne, d'une partie surtout de cette campagne en cours. Site Libérons les élections. Lien : RECHERCHE DU BIEN COMMUN.

    Mon cher neveu, j'espère que tu me pardonneras de n'avoir pas répondu à ton dernier courrier. Le coeur n'y était pas. Il faut, de toute urgence, se remettre à vivre hors de la haine, de la peur, et de propos dont le seul but est de type électoraliste. Il faut quitter le bruit et l'affolement pour bâtir, de façon paisible, la paix d'aujourd'hui et de demain. Sois assuré de mon entière affection, ton oncle, Estival.

22/02/2012

L'école tient tête, des parents jusqu'aux inspecteurs !

.

    Résister à la mise à mal de l'école, c'est ce qui se fait désormais dans notre pays. Et si vous en doutez n'hésitez pas à consulter une modeste revue de presse avec sa bonne soixantaine de liens vers des pages consacrées à des actions menées ici ou là, un peu partout en France. Vous trouverez, par exemple, sous le titre "La Capelle", le lien "Fermeture de classe (...) barrage" ; cliquez dessus, vous aurez vaguement l'impression qu'en somme on peut bien à la fois fermer des classes et détruire des rased sans se contredire, puisque tout cela va dans le même sens : création de conditions d'enseignement difficiles (pour les professeurs, pour les élèves!) concomitante à des suppressions dans ce qui se faisait de mieux en matière d'assistance (pour des élèves en mauvaise passe) ! Bien sûr, vous aurez envie de cliquer sur les soixante quatre (environ) autres liens, tous plus éloquents les uns que les autres ! C'est sur le site de Sauvons l'école, 22 02 2012. Lien : ECOLES LA REVOLTE.

    Michel Gonnet a écrit une Lettre ouverte au ministre, intitulée "L'inspection n'est pas un simulacre". Il l'a fait de la part du bureau de son syndicat (syndicat national des personnels d'inspection). La lettre reproche au ministre "une attitude qu'aucun de (ses)prédécesseurs n'avait encore osée".  On verra dans le texte comment un ministre a pu tenir des propos jugés "méprisants" par ceux qui s'efforcent de remplir la mission qui leur est confiée, cependant que la politique même du gouvernement n'est vraiment pas favorable à l'école et ne contribue pas à l'améliorer. Postes en moins, "contrôle administratif" privilégié par rapport à la pédagogie, pas de formation des professeurs ou presque, en tout cas de moins en moins, semble-t-il ! Les actes et les paroles seraient-ils donc un véritable ensemble placé sous le signe du mépris ? Telle est la question que nous nous posons en constatant de si nombreux prétextes à rancoeur chez des professionnels avertis.

    Au passage, le sens du mot "simulacre" est bien élucidé, et l'on comprend encore plus intensément la communication du bureau syndical, lui-même reflet de nombreuses réactions qu'il a traduites sous la forme de cette Lettre ouverte au ministre. Bonne lecture, c'est sur le site du SNPI-FSU, 22 02 2012. Lien : SIMULACRE.

.

06/03/2011

Le règne du mépris. 1.

.

    Le monde ne vit que par la force de l'admiration. Voilà qui pourrait être une belle devise. Mais une devise qu'on aurait bien du mal à appliquer au Pouvoir, dont le règne agresse et méprise le monde de la santé, l'Education nationale, la justice, la diplomatie et les diplomates, les historiens et archivistes... Pas vrai ? Lisez plutôt ce qui suit ! 

    L'histoire de France, l'Histoire, les historiens... Il faut lire ce que signe un collectif d'archivistes, historiens, chercheurs, dans un article du Monde (02 03 2011) qui donne une lumière bien utile au sujet du départ (ou limogeage !) d'Isabelle Neuschwander, elle qui portait un certain projet pour les Archives nationales ! L'article (Le Monde en ligne éditions abonnés, sinon version papier du 02 03 2011 page 23 rubrique Débats Décryptages) va bien dans le sens de ce que nous écrivions au début du présent message, puisqu'on peut y lire (avant-dernier paragraphe) : "(...) il est urgent de témoigner de nouveau au personnel et aux usagers des Archives nationales la considération qu'ils méritent". Pourquoi tant de sévérité ? La lecture de l'article en donne l'explication, hélas fort triste pour notre pays ! 

    En matière de diplomatie, le gouvernement s'est permis d'"ignorer" une note rédigée pourtant par ce qu'il y a en France de qualifié et d'intelligent pour renseigner, éclairer, aider à bien gouverner, bien voir, et même prévoir à l'avance par exemple les actuelles révolutions du monde arabe. C'est Augustin Scalbert qui nous en parle dans Rue89 du 26 02 2011 et son article est, tragiquement, l'expression de la réalité. Trois fois hélas ! Méprisez, méprisez, il en restera toujours quelques ruines ! 

    On gagne parfois à prendre du recul par rappot à l'objet que l'on observe. L'Afrique vue par Tidiane Diakité nous en apprend un peu plus sur l'art de l'autocratie et les dérives par lesquelles on s'éloigne de l'état de citoyenneté pour établir un état humainement indigne. Il convient de noter que nous renvoyons à cet article non pas pour prétendre que la France ressemble à tel ou tel exemple calamiteux cité par Tidiane Diakité, car la France est "supérieure", c'est connu (!!!)..., mais bien plutôt pour faire réfléchir sur le fait que si un Pouvoir se convertissait et abandonnait le mépris pour se mettre à pratiquer le respect, voire l'admiration, on pourrait espérer un monde plus doux...  Mais oui, mais oui, être capable d'admirer (et donc de respecter) le peuple, tout comme savoir prendre l'avis des professionnels compétents (et donc les respecter), c'est déjà commencer à devenir bon gouvernant. Voir l'article dans le blog de Tidiane Diakité.

    Les lignes que vous venez de lire ne constituent pas un recensement complet des actes de mépris dont on nous abreuve. Qu'a-t-on fait de la parole compétente et experte de médecins, avocats, juges, travailleurs sociaux, Cimade, France terre d'asile, syndicats d'enseignants, recteurs et autorités qui ont renvoyé leurs palmes académiques... ?

    La France n'étant pas une dictature (refrain habituel )...  

 .