Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2014

Les immigrés stigmatisés abusivement

.

        A. Les immigrés sont-ils grassement enrichis, à nos dépens, en mobilisant à leur profit des prestations sociales qui, du coup, nous font défaut ? Nous ravissent-ils donc nos prestations sociales, les nôtres ? La réponse n'est pas donnée par l'auteur de ce blog mais par Dominique Seux. Émission "l’Édito éco" sur France Inter 24 11 2014. Lien : Immigrés prestations sociales.

 

        B. Les immigrés envahissent-ils la France par vagues annuelles d'une ampleur folle ? Posent-ils à notre pays des problèmes d'autant plus pénibles qu'ils viendraient de contrées de plus en plus lointaines, géographiquement et culturellement, au point qu'ils exerceraient sur notre identité une pression de plus en plus insurmontable ? Sont-ils insuffisamment capables de se montrer chez nous intelligents et utiles ? Si l'on doute de la réponse, ou si l'on pense que les étrangers sont coupables de tout cela, on lira avec profit Samuel Laurent, in Le Monde, 28 11 20114. Lien : Les immigrés sont-ils un fardeau ou pas

 

        C. L'immigré est-il coupable de nos problèmes sociaux et économiques actuels ? Faut-il le critiquer, le rejeter, le désigner, le dénoncer ? Le fait de porter sur lui un regard systématiquement défavorable nous permettra-t-il de retrouver l'espoir, l'emploi, la prospérité ? La réponse est : NON ! Et l'on pourra à ce sujet signer en prenant connaissance d'un manifeste de la CIMADE, citée par Mediapart, 30 11 2014. Lien : ÉTRANGER VALEUR AJOUTÉE CIMADE.

 

        La Bête se nourrit et grandit parmi nous, en nous, grâce à nos peurs, grâce aussi à nos petits accommodements avec la vérité. A nous de réagir ! Merci à ceux qui, dans la presse ou dans la vie de tous les jours, par des associations et des engagements, en paroles et en actes, traitent l'étranger ou l'immigré comme une personne humaine. C'est ainsi, et pas autrement, que nous pourrons être nous-mêmes des personnes humaines, et ne pas disparaître dans le ventre immonde de la Bête haineuse.

 

05/04/2012

Pas en guerre, mais !

.

    Nous ne sommes pas en guerre, mais dans nos coeurs, dans nos têtes un flot continu de bruit, de mots, de "nouvelles" médiatiquement acheminées nous habite.

    A./ Les syndicats ne sont pas l'objet de la délectation présidentielle. On parle d'insultes (présidentielles) à leur encontre,  dans un article qui cite plusieurs journaux : lire Frédéric Couteau, Rfi 03 04 2012. Lien : SYNDICATS.

    B./ Le Président n'en est pas à sa première remarque concernant les corps intermédiaires. Quelques épisodes peuvent rafraîchir la mémoire sur le sujet. Quant à la sollicitude déployée au profit des travailleurs, l'affaire de Florange se rappelle à nous, elle aussi, par la bouche d'un syndicaliste CFDT, Alain Gatti : dans les 17 millions annoncés, il conviendrait de considérer que 15 ne sont pas ce dont ils ont l'apparence, et deux seulement concernent effectivement le redémarrage des hauts fournaux. Ce qui n'est pas sans poser quelques menus problèmes au niveau pratique, et une grave question au niveau de l'honnêteté intellectuelle (les termes employés sont plus durs). Lire Louis Morice in NouvelObs, 03 04 2012. Lien : CORPS INTERMéDIAIRES.

    C./ Nous avons bien longtemps vécu sans mesurer, peut-être, à quel point nous étions en danger. Et cela en raison de la présence en France de prédicateurs islamistes (c'est ainsi qu'ils sont désignés) contre lesquels il est, chacun en conviendra, urgent d'agir. Il paraît que cela, d'après certains, pourrait s'avérer untile pour "faire oublier les défaillances de la lutte des services français dans l'affaire Merah" (article cité en fin de paragraphe).  Lire l'article de Sylvain Mouillard in Libération, 03 04 2012. Lien : AFFAIRE MERAH.

    D./ Dans l'affaire des islamistes de Forsane Alizza, le syndicat de la magistrature évoque l'idée d'une "récupération" (du problème de l'islamisme radical) "par le président-candidat" (voir en fin d'article : in Rue89Lyon, 03 04 2012. Lien : RéCUPéRATION POLITIQUE.

    E./ En marge de toutes ces peurs ou antipathies, nous vivons actuellement la campagne électorale, laquelle SEMBLERAIT, paraîtrait tout au moins emprunter parfois les chemins détournés d'une (peut-être) campagne de publilcité ? Une chaîne de télévision, des chaînes de radio diffusent en effet ce genre de chose pour un institut dont l'idéologie va plutôt dans le sens du candidat sortant. Au point que le CSA s'en est ému et se sent concerné par le problème, ou la question posée si l'on préfère. Lire Nabil Touati, NouvelObs, 30 03 2012. Lien : INSTITUT MONTAIGNE radio télé CSA.

    F./ Mais revenons aux émotions : dans une prise de parole (peu de jours après les tueries de Montauban et Toulouse), Marine candidate parle d'une "avancée du fascisme vert dans notre pays", elle évoque les "bateaux" et leur contenu d'immigrés, elle se demande, elle demande quel est le nombre de personnes (dans ces bateaux) qui sont des Mohamed Merah... Du reste, les bateaux sont "remplis" d'immigrés, et ils arrivent, ainsi que des "avions", "chaque jour en France". On voit que les mots de Marine candidate sont riches en images, qu'ils s'adressent à l'imagination au sens propre (voir mentalement des images) et au sens figuré (imaginer une possibilité avec assez de précision pour qu'elle semble réelle). C'est de bonne guerre, dans le registre de l'éloquence et sur ce point précis nous pouvons reconnaître un certain mérite à Marine, candidate, car elle vit intensément ses convictions, et cela aiguise son verbe. Ce qui ne constitue pourtant en aucune manière une quelconque raison de souscrire à ses convictions. Voir NouvelObs, 25 03 2012. Lien : MERAH BATEAUX IMMIGRéS.  

    G./ Des discours à la qualité des gestes, il y a un pas que l'information nous fait franchir. Des tunisiens, en voyage, se sont retrouvés pris en charge par des policiers français, placés ("parqués", dit l'article cité en fin de paragraphe) dans un garage, et pour bien les identifier les policiers leur ont écrit à chacun un numéro, sur le bras. Certains voient là une atteinte à la dignité de la personne, conformément à des textes qui font autorité (article cité en fin de paragraphe).  Précisons que ces tunisiens n'avaient apparemment pas commis de crimes. Pour vous faire une opinion, le mieux reste de lire Olivier Bertrand in LibéMarseille, 31 03 2012. Lien : TUNISIENS POLICE NUMéROS.

    H./ Soyons bref désormais, pour épargner le lecteur, et disons qu'une "descente 'antiterroriste' au Mirail" (Toulouse) a donné lieu, à son tour, à quelques exemples de manque de délicatesse. Bien sûr, le rôle de la police dans ce genre d'occasions n'est pas d'être des modèles d'affabilité, mais plutôt d'être d'une irréprochable efficacité. Néanmoins, dans le cas précis, on a peut-être le droit de rester pensif...  On a pu observer des faits de nature assez semblable dans un quartier voisin, la Reynerie. Lire Jean-Manuel Escarnot, LibéToulouse, 31 03 2012. Lien : ANTITERRORISME.

    I./ A Toulouse également, un jeune homme était chez sa mère et a été interpellé, c'était dans le quartier de la Faourette. Bilan : ils (les policiers) "ont tout cassé". Et l'on ajoutera "pour rien", pour aller jusqu'au bout des propos entendus sur place, puisque le jeune homme en question fut relâché... Et, rassurez-vous, comme le montre la fin de l'article, les arrestations d'islamistes se poursuivent (il s'agit d'islamistes soupçonnés d'être terroristes, sans doute, mais le vocabulaire tend à se simplifier ces derniers temps). Et le mot "islamiste" continue de faire ses pirouettes dans nos têtes, nos rêves, ou plutôt nos cauchemars. L'article, c'est dans LibérationToulouse, 02 04 2012. Lien : TOUT CASSé POUR RIEN.

    J./ Tout cela est certes inquiétant. Nous sommes inquiets. Inquiets, les sénateurs le sont aussi. Inquiets au sujet de l'affaire Merah, au point qu'ils ont demandé qu'une Commission sénatoriale puisse entendre les responsables des services de renseignement. Ils osent prétendre, figurez-vous, qu'une telle audience est constitutionnelle, relève de leurs attributions, et fait partie du contrôle par le peuple de l'application des lois. Ah, c'est beau, mais le gouvernement a refusé. Alors, pourquoi et comment ce refus est-il inquiétant (pardon pour la répétition des mots "inquiets", et "inquiétude", mais c'est l'air que nous respirons) ? La réponse, vous la découvrirez sous la plume d'Estelle GROSS, NouvleObs 02 04 2012. Lien : COMMISSION SéNATORIALE.

    Non, la France n'est pas en guerre. Mais les mots, les images, et jusqu'à l'imagination qui se déversent dans nos cerveaux nourrissent en nous des rêves qui sont des cauchemars.

.

30/10/2011

Solidarité

.

       

        Si l'on en croit l'air du temps... les grecs seraient fort gênants. Les roms aussi. Les tsiganes, également.

        Les juges, eux aussi parfois peut-être. Hélas !  

        N'oublions pas les professeurs, jamais contents, les médecins et autres personnels de santé, l'hôpital, les personnels pénitentiaires, les avocats, les roumains, les tchétchènes, les français venus d'ailleurs et surtout s'ils sont nombreux, les polonais dont personne ou guère ne parle, les lithuaniens qu'on semble ignorer pour de bon, les britanniques qui donnent des leçons aux glorieux peuples du continent, les révoltés de banlieues, les malades, les immgrés, les mineurs étrangers isolés, les familles qu'on voudrait bien envoyer au Kosovo, les consommateurs de services publics, les pauvres qui ne peuvent pas payer d'impôts, les riches qui ne sont pas contents parce qu'ils voudraient être taxés davantage ("Taxez-nous !", disaient-ils), les socialistes qui veulent que la jeunesse se forme auprès de professeurs eux-mêmes formés à l'exercice de leur difficile métier...

    Sans parler de tous ces peuples qui produisent meilleur marché, nous font concurrence, incitent les entreprises à délocaliser, nous menacent non seulement par leur étrangeté et les bizarreries de leurs langues (que nous n'apprenons pas de façon intensive à l'école, bien sûr !) mais encore font peser sur notre "sécurité" le poids intolérable de leur pauvreté

    Tous ceux-là, bien que nombreux et divers, ont un point en commun : ils sont "les autres" ! Ils offrent le terriffiant visage de l'altérité, sujet si brillamment abordé par René* Guitton dans son blog. Lien : L'AUTRE (Un vrai régal, à lire pour le contenu informatif, mais aussi pour la beauté de la pensée et du style).  

        Et, si vous voulez trouver un coupable pour expliquer que nous soyons endettés, chômeurs, en crise politique, économique, financière, européenne, morale, spirituelle, et j'en passe, si donc vous voulez trouver un coupable, ne cherchez pas plus loin. Le coupable est là, ce sont "les autres", ce véritable bouc émissaire collectif et multiforme, modulable à souhait, support et victime de l'ostracisme instinctif dont on a vu, dans l'Histoire, les sinistres méfaits.

    Nous aurions pu être solidaires de nos propres enfants et investir dans l'Education. Nous aurions pu être solidaires des autres peuples d'Europe en commençant par réfléchir tous ensemble à la façon d'organiser une communauté politique chargée de faire progresser l'intégration économique et les projets communs. Nous aurions pu développer (à tous les niveaux de responsabilité) des réflexes de solidarité, de respect, de moralité, de véracité dans le langage et d'exemplarité par les promesses tenues.

    Nous avons servi le dieu Argent.

    C'est un monstre : il est bien ingrat !

    Voilà !

    Et lui, pour le coup, il n'est solidaire de personne, sauf des riches, c'est à dire de lui-même.

    Tiens, pour faire sérieux, sachez qu'il existe une page web où l'on présente l'économiste François Perroux, juste histoire de réfléchir un peu. En toute liberté d'appréciation, simplement pour pratiquer la lecture. Lien : LIRE.

    François Perroux est le fondateur de l'Institut des Sciences Mathématiques et Economiques Appliquées : ISMEA. .

 

argent,altérité,autre,françois perroux,immigrés,ismea,guitton jean,kosovars,pauvres,pauvreté menace,roms,solidaire,taxes

* Nous avions tout d'abord écrit "Jean", ce qui vient d'être corrigé ce 31 octobre à 17h 28, avec toutes nos excuses, Estival.

 

.

27/06/2011

Enfants d'immigrés, échec scolaire, l'INSEE a parlé

.

            Notre message d'hier comportait pour le lecteur un petit problème d'arithmétique à résoudre, s'il voulait s'assurer que le ministre avait raison, ou pas, et que son assertion relevait du "vrai" ou du "faux". De nombreux lecteurs ont sans doute compris que 10,7% des dix pour cent ne peuvent pas, rapportés à l'ensemble initial de 100, faire environ 66%, soit les deux tiers.

            Si notre explication est trop ténébreuse, voyez plutôt la parole MAGISTRALE de la direction de l'INSEE dans un communiqué de ce jour 27 06 2011.

            Tournant les chiffres en tous sens, envisageant plusieurs manières de les présenter, l'INSEE aboutit à un chiffre maximum de 22%, selon le choix effectué pour définir ce que sont des parents immigrés.

            Les déclarations d'un homme proche du Pouvoir aboutissant à une proportion de "deux tiers des échecs scolaires" (de l'ordre de 66% desdits échecs, nous semble-t-il donc, non ?), il y avait apparemment erreur du simple au triple pour le moins. 

.

 

14/05/2011

Les migrants parmi nous : tragédie tunisienne

 

    Ils souffraient de la faim, ils souffraient de la soif.

Dans leur corps ils souffraient ; mais surtout dans leur coeur.

Avides de rencontres, de joie, de liberté,

Ils ont tout affronté pour arriver chez nous :

Les dangers de la mer, l'étrange enfermement

Sur une île hantée par de vrais naufragés...

Venus chercher fortune, prisonniers de l'espoir, 

Ils se sont dirigés, jeunes et conquérants, 

Vers la patrie des Droits, le peuple des Lumières : 

Ils ont trouvé l'errance, la faim, le dénuement, 

La grande solitude au coeur de nos cités, 

Les lois, les règlements, le rejet, le renvoi, 

L'Europe indifférente, la France militant 

Pour leur faire comprendre qu'ils n'ont pas vocation 

(Comme on le dit parfois) à rester parmi nous 

Même pour quelques mois ou bien, disons, un an. 

Les lois, les règlements, y compris ceux d'Europe, 

Ne peuvent remplacer au pays des Lumières 

Cette bonté du coeur qui rend intelligents...

Quand leur espoir mourra, peut-être pour toujours, 

Nous n'aurons plus le droit de geindre sur leur sort : 

Victimes de nos peurs, victimes de nous-mêmes, 

Nous serons, nous, Français, des vivants déjà morts ! 

 

dscf1712.jpg

 

 a./  Mathieu Palain a rencontré cinquante tunisiens en train d'attendre, dans les locaux de France terre d'asile (FTDA) à Paris 13ème. Combien d'entre eux errent dans la capitale ? Où dorment-ils ? Quel est à leur égard l'attitude de l'Etat ? Et celle de la police ? Les principaux intéressés parlent de "policiers qui déchirent les papiers de l'Italie et lancent des lacrymogènes". Des précisions dans l'article de Mathieu Palain, Libération 03 05 2011.

b./  D'après Olivier Bertrand, la préfecture aurait souhaité les reconduire hors de France, mais la justice, les avocats les ont défendus ! Véritable lutte de nature juridique, la confrontation de ces trente six tunisiens avec la France d'aujourd'hui en dit long sur leur souffrance, et sur nos façons de faire... C'est dans LibéMarseille 04 05 2011

c./  Jeanne Ferney a vu Hakim. Elle l'a écouté. Elle a appris combien il a espéré, mais aussi comment il a connu la traversée de la mer (trois jours), Lampedusa (un mois), l'hébergement chez un ami d'où il est reparti pour ne pas "déranger" ; le Parc de la Villette, la police, la Fontaine-au-roi. Pourquoi tout cela ? Quels sentiments éprouve-t-il ? Où ira-t-il ? L'article est dans Libération du 09 05 2011.

d./  Elodie Calas, journaliste, s'est intéressée à l'attitude de la mairie de Paris confrontée aux immigrés et plus particulièrement aux "sans-papiers tunisiens". Sous sa plume, on découvre en même temps la présence, le courage et la compétence de nombreux autres acteurs : "collectif des tunisiens de Lampedusa", l'Europe (directive du Conseil européen, 2001), France terre d'asile (FTDA), Emmaüs, Aurore, La Chorba. Ce sont autant de liens que le lecteur pourra activer pour compléter sa lecture de l'article posté par Elodie Calas dans Rue89 11 05 2011.

e./  Le rapport annuel d'Amnesty International révèle de tristes réalités dans l'attitude de la France envers les immigrés, ou également envers les Roms. Et la France se distingue ! C'est à lire dans Le Monde 13 05 211.

     Comme on peut le voir dans ces exemples, il existe parmi nous des citoyens qui résistent car ils ont en eux "Cette bonté du coeur qui rend intelligents"...

.