Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2014

Malala et Kailash

.

Malala et Kailash,

Kailash et Malala,

Yousafzaï et Satyarthi,

Satyarthi et Yousafzaï :

Ces mots descendus du ciel

Resteront gravés en nous.

 

Vous avez donné l’espoir,

 

Vous avez rendu la vie

 

A des peuples, des enfants,

 

Mais aussi à tous les autres,

 

A tous ceux qui pensent juste,

 

A tous ceux qui servent bien.

 

Vous voici félicités,

 

Soutenus, encouragés  

 

Au nom de tous ces humains

 

Pour qui vous luttez sans peur.  

 

Vous habitez nos pensées,

 

Car nous chantons en nous-mêmes

 

Vos prénoms et vos succès :    

 

Ils nous sont raisons de vivre !

 

Vous embellissez nos cœurs,

 

Vous avez chassé la nuit :

 

Dès que nous pensons à vous

 

Nous contemplons le bonheur !

.

.

14/04/2012

Honte, espoir, une campagne très politique

.

        Mon cher neveu,

        voici quelques pistes pour réfléchir avant de voter. Oui, nous sommes dans un monde où la honte le dispute à l'espoir, et de ce point de vue la campagne électorale en cours n'est pas sans intérêt. Bonnes lectures et bien affrectueusement de ton oncle, Estival.  

rose1.jpg

        Il ne faut pas oublier dans quelle situation l'on se trouve, avant de choisir son bulletin de vote. Tout en glanant des raisons de désespérer, on aperçoit d'un côté ou de l'autre des lueurs d'espoir. Voici des exemples, au nombre de neuf...

1./  Université, réformes : une catastrophe ! C'est un professeur qui s'exprime, il sait de quoi il parle et donne des précisions incontournables. Loi d'autonomie de l'université (de la ministre Valérie Pécresse) ; mastérisation des concours ; méga-universités ; cela, entre autres choses, montre tristement comment l'absurde peut s'immiscer dans les meilleures intentions. Les candidats ne semblent pas offrir pour l'instant de quoi se rassurer... Lire Eric Marty, professeur de littérature comparée à l'université Paris-Diderot, in Le Monde, 10 04 2012. Lien : UNIVERSITAIRE

2./  Tests d'évaluation en fin d'années de CM1  et CM2, voilà qui procède apparemment des meilleures intentions. Il faut distinguer en la matière les buts avoués, les problèmes de fiabilité, la possibilité de conséquences indésirables sur le travail scolaire proprement dit, sans oublier tel but non avoué, peut-être légèrement lié, si l'on peut dire, à l'approche d'élections ! Lire Véronique Soulé, Libération, "samedi dernier" donc 07 04 2012. Lien : TESTS éVALUATION CM1 CM2

3./  A Toulouse, les personnels du collège de la Reynerie adressaient à leur ministre, il n'y a pas très longtemps, une lettre qui montrait à quel point on peut se révolter contre l'absurde lorsque l'éducation de nos enfants est en jeu..., et en péril ! Les signataires déclaraient ne pas très bien comprendre "pourquoi l'intérêt des élèves devrait passer après des considérations purement comptables et administratives". Leur indignation est partagée, d'une façon fort populaire. LibéToulouse, 09 04 2012. Lien : LA REYNERIE DéFEND SON COLLèGE

4./  Et voici que nous retrouvons la pleine actualité de la campagne présidentielle : un candidat, François Hollande, dénonce les affirmations erronnées d'un autre : Nicolas Sarkozy. Au sujet tout particulièrement de la présence de ce dernier  à Fukushima, les pendules sont strictement remises à l'heure ! Contrairement à ce qu'affirmait le président ou candidat à Caen, il n'était pas, non, vraiment pas là où, d'après lui... Libération, "mardi dernier" donc 10 04 2012. Lien : FUKUSHIMA VANTARDISE ?. 

5./  Présence des caméras, "mise en scène", qu'en est-il au juste de ces interpellations d'"islamistes" qui ont été, depuis, relâchés ? S'agit-il de la lutte contre l'islam radical le plus dangereux ? Y a-t-il une part de médiatisation exercée à des fins électorales ? Un peu de lumière, s'il vous plaît : Libération, 06 04 2012. Lien : ISLAM RADICAL EST-IL INSTRUMENTALISé?

6./  Tout récemment, la  ou plutôt les tueries dont se rendait coupable Mohamed Merah donnaient lieu à des interrogations légitimes de la part de la "Commission sénatoriale pour le contrôle de l'application des lois". Or, l'audition qu'elle souhaitait effectuer de certains responsables du renseignement se heurtait à un refus du Premier ministre lui-même. Le gouvernement serait-il en quoi que ce soit gêné par l'exercice de ce contrôle démocratique ? Non bien sûr, si l'on en croit le ministre lui-même... C'est Estelle Gross qui expose cette douloureuse (à notre avis) situation, avec son arrière-fond d'incertitudes inquiétantes en quelque sorte, dans un article de NouvelObs, 02 04 2012. Lien : COMMISSION SéNATORIALE NON BIENVENUE

7./  Il nous faut dépasser le côté sombre de ce qui précède et passer maintenant à des perspectives d'avenir. Ce sera fait grâce à Amnesty international qui "ne donne jamais de consigne de vote" mais nous fait connaître les réponses, ou absences de réponses, des candidats au sujet de leurs intentions en matière de "respect des droits humains en France". Un appel leur a été adressé. Leurs réponses valent de l'or. Voir sur le site de : Amnesty international, 12 04 2012. Lien : CANDIDATS ET DROITS HUMAINS. (On pourra, pour une lecture peut-être plus facile, télécharger "Appel Election Présidentielle..." sous le titre "Documents à télécharger", en bas de la page ouverte par le lien).  

8./  Déficit de la Sécurité Sociale : le sujet est d'importance. Chaque candidat à la Présidence de la France a sa méthode, et ses intentions annoncées pour faire face ! Dans l'article que nous recommandons, des liens dirigent vers de plus amples connaissances en ce qui concerne le programme de chacun des candidats. On peut, sans y passer longtemps, apprendre énormément. Lire (et suivre les liens...) Louis Morice, in NouvelObs, 10 et 11 04 2012. Lien : CANDIDATS ET SéCURITé SOCIALE

9./  Apprendre à bien parler, c'est déjà apprendre à bien penser. Connaître d'autres langues et civilisations, surtout si elles sont à l'origine de ce que nous avons de meilleur, c'est déjà devenir capable d'agrandir sa sensibilité et les capacités du raisonnement. Le français, les langues anciennes ont un rôle formateur non seulement pour l'esprit, mais aussi pour la valeur citoyenne des futures générations. Il faut offrir aux futurs Voltaire (auteurs de futurs "Zadig") la grandeur, l'intelligence, la rigueur intellectuelle que confère l'apprentissage du français, des langues anciennes, de la culture. On lira, sur son site, la "Lettre ouverte aux candidtas à la Présidence de la République française" de l'association SEL (Sauvegarde des Enseignements Littéraires). Lien : CULTURE ESPRIT DéMOCRATIE.

 

rosepair2.gif

 

        En somme, même si les exemples que nous avons donnés ci-dessus sont souvent disparates, et font référence à des domaines de compétence très divers, on peut dire en conclusion que le paysage français, à l'heure de la campagne pour l'élection présidentielle, offre vraiment de quoi avoir honte..., et de quoi "faire revivre l'espoir", pour citer de façon exacte (ou approximative?), l'un des candidats (et lequel au juste ? Mais l'essentiel n'est-il pas dans le mouvement, le vent, le souffle, sans que fasse défaut la raison, pas plus que la vertu de modération, précieuse entre toutes... ?).

..

17/09/2011

Le courage de la patience contre l'immédiateté bête et brutale

.

        Mon cher Marc,

        tu me dis que tu es surpris par l'évolution de la France, qui te paraît bien plus pauvre à ton retour de Chine qu'elle ne semblait l'être au moment où tu la quittas pour un lointain voyage (et un stage passionnant, en ce qui te concerne).

        Oui, en effet, la France est, par un côté, pauvre. Elle est pauvre surtout lorsqu'elle sert en premier les plus fortunés, s'agenouille devant "les marchés financiers"... Elle est pauvre essentiellement lorsqu'elle favorise les clichés, les peurs, et tout ce que cela peut faciliter : la xénophobie, l'islamophobie, le racisme, la division entre français.

        Tu me dis qu'à ton retour de Chine il te paraît totalement irréel, impensable, monstrueux que nous ne construisions pas l'Europe avec enthousiasme, non seulement dans notre intérêt, mais dans celui de la paix et de la vie du monde. Même sur le plan de la vie économique et financière. Je suis bien d'accord avec toi.

        Tu me dis que tu ne comprends pas comment il est possible qu'on se contente d'accuser des tranches de la population, ou de désigner au ressentiment public une tête de turc par ci, une autre par là, au lieu de mettre en oeuvre les solutions : car elles existent, elles sont à notre portée, nous ne sommes pas encore perdus et il suffit d'un geste décidé pour que tout se mette en route dans le bon sens : le geste de la fraternité, de la confiance économique retrouvée, de l'encouragement à l'intelliigence et à la solidarité. Je suis encore d'accord avec toi.

        Tu me dis que tu te sens comme une envie de te révolter, de hurler, et que tu ne vois pas le moyen de sortir de ce drame que nous vivons : là je ne suis plus d'accord avec toi.

 

cynisme,division,espoir,europe,fortunés,marchés financiers,paix,pauvreté,racisme,solidarité,tête de turc,xénophobie

 

        Car il me semble que nous sommes de plus en plus amenés à choisir entre le cynisme et l'espoir (voir "France résiste" 01 09 2011, lien : ESPOIR et dans ce message il y avait un lien "Cynisme espoir" vers Harlem Désir, lien que tu peux retrouver directement en cliquant ICI). 

        Il faut choisir l'espoir bien sûr. Et surtout, pour lui donner corps, il faut s'y prendre avec une immense patience. En effet, il suffit d'une seconde pour éveiller la haine dans un coeur, il faut deux secondes pour faire croire à pas mal de gens que tout est simple.

        Mais il faut par contre bien plus longtemps

pour faire aimer l'amour, pour nous entraîner les uns les autres sur le chemin heureux et joyeux de la fraternité, pour ouvrir les yeux et les coeurs à la complexité du monde sans que cela fasse peur. Cela demande intelligence, connaissances, ouverture d'esprit, grande valeur morale, désintéressement, éducation, enseignement, etc. ! Et c'est pourtant nécessaire si l'on veut construire une société fraternelle, généreuse, courageuse et démocratique. Une société digne de la France et de (son Conseil national de) la résistance.   

        Devine, parmi les femmes et les hommes politiques de ce jour, laquelle ou lequel représente le mieux l'attitude de la facilité, ou brutalité, et qui incarne le bonheur, la patiente intelligence, l'accueil du réel complexe, difficile mais beau, et l'acceuil des personnes, des faibles, des déplacés... ! Interroge-toi sur les émotions et parfois les simples instincts qui sous-tendent les attitudes politiques !  

        Puisque tu hésites entre l'abattement et le désespoir, permets à ton oncle qui t'aime de te recommander le vrai courage, le courage de la patience : celui dont ont fait preuve les constructeurs d'avenir et de paix, si du moins nous examinons l'Histoire. Affectueusement, Estival.

.

14/05/2011

Les migrants parmi nous : tragédie tunisienne

 

    Ils souffraient de la faim, ils souffraient de la soif.

Dans leur corps ils souffraient ; mais surtout dans leur coeur.

Avides de rencontres, de joie, de liberté,

Ils ont tout affronté pour arriver chez nous :

Les dangers de la mer, l'étrange enfermement

Sur une île hantée par de vrais naufragés...

Venus chercher fortune, prisonniers de l'espoir, 

Ils se sont dirigés, jeunes et conquérants, 

Vers la patrie des Droits, le peuple des Lumières : 

Ils ont trouvé l'errance, la faim, le dénuement, 

La grande solitude au coeur de nos cités, 

Les lois, les règlements, le rejet, le renvoi, 

L'Europe indifférente, la France militant 

Pour leur faire comprendre qu'ils n'ont pas vocation 

(Comme on le dit parfois) à rester parmi nous 

Même pour quelques mois ou bien, disons, un an. 

Les lois, les règlements, y compris ceux d'Europe, 

Ne peuvent remplacer au pays des Lumières 

Cette bonté du coeur qui rend intelligents...

Quand leur espoir mourra, peut-être pour toujours, 

Nous n'aurons plus le droit de geindre sur leur sort : 

Victimes de nos peurs, victimes de nous-mêmes, 

Nous serons, nous, Français, des vivants déjà morts ! 

 

dscf1712.jpg

 

 a./  Mathieu Palain a rencontré cinquante tunisiens en train d'attendre, dans les locaux de France terre d'asile (FTDA) à Paris 13ème. Combien d'entre eux errent dans la capitale ? Où dorment-ils ? Quel est à leur égard l'attitude de l'Etat ? Et celle de la police ? Les principaux intéressés parlent de "policiers qui déchirent les papiers de l'Italie et lancent des lacrymogènes". Des précisions dans l'article de Mathieu Palain, Libération 03 05 2011.

b./  D'après Olivier Bertrand, la préfecture aurait souhaité les reconduire hors de France, mais la justice, les avocats les ont défendus ! Véritable lutte de nature juridique, la confrontation de ces trente six tunisiens avec la France d'aujourd'hui en dit long sur leur souffrance, et sur nos façons de faire... C'est dans LibéMarseille 04 05 2011

c./  Jeanne Ferney a vu Hakim. Elle l'a écouté. Elle a appris combien il a espéré, mais aussi comment il a connu la traversée de la mer (trois jours), Lampedusa (un mois), l'hébergement chez un ami d'où il est reparti pour ne pas "déranger" ; le Parc de la Villette, la police, la Fontaine-au-roi. Pourquoi tout cela ? Quels sentiments éprouve-t-il ? Où ira-t-il ? L'article est dans Libération du 09 05 2011.

d./  Elodie Calas, journaliste, s'est intéressée à l'attitude de la mairie de Paris confrontée aux immigrés et plus particulièrement aux "sans-papiers tunisiens". Sous sa plume, on découvre en même temps la présence, le courage et la compétence de nombreux autres acteurs : "collectif des tunisiens de Lampedusa", l'Europe (directive du Conseil européen, 2001), France terre d'asile (FTDA), Emmaüs, Aurore, La Chorba. Ce sont autant de liens que le lecteur pourra activer pour compléter sa lecture de l'article posté par Elodie Calas dans Rue89 11 05 2011.

e./  Le rapport annuel d'Amnesty International révèle de tristes réalités dans l'attitude de la France envers les immigrés, ou également envers les Roms. Et la France se distingue ! C'est à lire dans Le Monde 13 05 211.

     Comme on peut le voir dans ces exemples, il existe parmi nous des citoyens qui résistent car ils ont en eux "Cette bonté du coeur qui rend intelligents"...

.