Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2015

L'Autre, ce trésor

.

       

       Remarque, ce vendredi 3 juillet à 8h58,

sur le message ci-dessous qui date du 30 mai

 

       Ce message, "L'Autre, ce trésor", est bien dans la sensibilité de ce blog : nous pouvons être fiers de celles et ceux qui font acte de profonde résistance par la générosité solidaire, fraternelle, universelle et par l'usage de la culture, de l'intelligence, de la politique au sens le plus noble du terme.Dans ce sens, c'est un bonheur de vivre dans la France de 2015 A tous nos lecteurs, bon courage pour ce vendredi de très, très forte chaleur (dans plusieurs sens du terme, au milieu de crises de toutes sortes!) et que vive la fraîcheur de l'esprit. Bien sincèrement, Estival.

...........................................

30 mai 2015

 

L'Autre, ce trésor

 

        La diversité ne doit pas nous effrayer. Même lorsqu'elle prend visage humain. Surtout lorsqu'elle prend visage humain.

 

 

 

        A. L'UNESCO et le trésor de la diversité culturelle.

- Enrichir les compétences,

- disposer d'un moyen de lutte contre le repli identitaire,

- découvrir de nouvelles façons de gouverner (de nouvelles "gouvernances"),

- équilibrer toujours mieux le commerce mondial des biens culturels,

- équilibrer et encourager l'activité de création culturelle dans le monde,

- observer, pour mieux en tenir compte, les effets de la mondialisation,

- sauver et promouvoir les langues et le multilinguisme,

- rendre l'éducation plus "pertinente" : 

tout cela fait partie des recommandations contenues dans le Rapport mondial de l'UNESCO, qui invite à investir dans la diversité culturelle et dans le dialogue interculturel. Voir le communiqué de presse de l'UNESCO du 20 10 2009. Lien : UNESCO diversité culturelle.

 

 

alliance mondiale des civilisations,autre,bébés froid glacial,droits de l'homme,cimade réfugiés,création culturelle,dialogue interculturel,dignité humaine,diversité,diversité culturelle,fête cimade,irina bokova,multilinguisme,unesco

 

        B. L'ALLIANCE MONDIALE DES CIVILISATIONS et la diversité culturelle

Les 28 et 29 mai 2015 s'est tenu à Rio de Janeiro le forum de l'Alliance mondiale des civilisations. Pour Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO, la diversité culturelle est à la fois richesse de l'humanité et clé pour l'avenir. Le Rapport de 2009 présenté ci-dessus (A.) est d'une brûlante actualité aujourd'hui encore. Voir site de l'UNESCO, service de presse, 28 05 2015. Lien : Alliance mondiale des civilisations Diversité culturelle

 

 

alliance mondiale des civilisations,autre,bébés froid glacial,droits de l'homme,cimade réfugiés,création culturelle,dialogue interculturel,dignité humaine,diversité,diversité culturelle,fête cimade,irina bokova,multilinguisme,unesco

 

        C. CIMADE en fête pour les réfugiés

La Fête du Partage et du vivre ensemble est, cette année, à la Cimade, consacrée à la 15ème Journée Mondiale du Réfugié. Date : le 30 mai 2015. Fête, parole, amitié donnent ici comme en écho une réponse vivante et conviviale aux plus grandes institutions et aux déclarations les plus estimables. Or, même si le cadre et les acteurs ne sont pas identiques, de l'UNESCO à la fête en France on retrouve le même élan au service d'une même vérité humaine, faite d'amour et de solidarité. Voir le site de la Cimade, 06 05 2015. Lien : Fête Cimade Réfugié diversité culturelle.  

 

 

alliance mondiale des civilisations,autre,bébés froid glacial,droits de l'homme,cimade réfugiés,création culturelle,dialogue interculturel,dignité humaine,diversité,diversité culturelle,fête cimade,irina bokova,multilinguisme,unesco

 

 

        D. Militants des droits de l'homme gardés à vue.

Des militants des droits de l'homme ont défendu les droits de l'homme et se sont retrouvés gardés à vue. Ils ont ensuite été "assignés devant le tribunal correctionnel pour violence envers la force publique". Les militants en question n'avaient pas supporté, semble-t-il, que soient fermées les portes d'une mairie dans laquelle souhaitaient entrer, pour s'abriter du froid, des êtres humains chassés de leurs abris de fortune et exposés aux intempéries, même s'ils étaient, pour un certain nombre d'entre eux, des mamans avec leurs enfants, leurs bébés, en hiver semble-t-il encore une fois, si l'on en croit cette histoire apparemment (encore!) incroyable. Mais le mieux serait sans doute de lire ce qu'en dit la Cimade, sur le site de la Cimade, 26 05 2015. Lien : Roms Cimade Droits de l'homme Froid glacial.

 

 

alliance mondiale des civilisations,autre,bébés froid glacial,droits de l'homme,cimade réfugiés,création culturelle,dialogue interculturel,dignité humaine,diversité,diversité culturelle,fête cimade,irina bokova,multilinguisme,unesco

 

 

        Nous sommes, ces temps-ci, gâtés en matière de témoignages remarquables, par exemple à la télévision, sur les conduites héroïques des Français dans la Résistance contre l'occupant nazi. 

 

        Bien sûr, l'époque est différente, bien sûr la France n'est pas sous occupation. Les témoignages du passé ne cherchent ni à nous faire aimer davantage le présent, ni à nous en détourner. Ils témoignent ! Et cela, sans ajouter rien d'autre, est immense. Et ils éveillent certes notre vigilance.

        Soyons simplement attentifs, dans un contexte différent, et toutes choses égales par ailleurs, à ne pas nous abandonner à l'idée que seul le passé serait digne d'éloges, que seules les périodes devenues historiques mériteraient notre admiration. Car de belles choses sont à dire aujourd'hui aussi lorsqu'on prend en considération tout ce qui se fait de splendide aussi bien à l'échelle la plus modeste de la vie citoyenne qu'à celle des instances mondiales pour que vive la diversité culturelle, source de bonheur, de paix, de dignité humaine. Refuser de considérer les gens comme des choses, accueillir l'Autre, c'est déjà aller très loin dans la résistance à la haine, à l'inhumanité et au racisme.

        La France de l'amour fraternel et solidaire est là, elle vit, elle accueille et fait la fête, elle parle, elle chante, elle cherche à connaître et à comprendre, elle est France qui résiste. 

 

 

 

05/01/2013

Le ver qui nous ronge

.

        LOIS  DE  VIE

 

        Une bougie se consume, elle disparaît donc et c'est chose normale. Pourquoi ? Parce qu'elle se nourrit d'elle-même, et ne renouvelle pas sa propre réserve d'énergie.

        Une famille de pensée se durcit jusqu'à la raideur de la mort à partir du moment où elle ne cherche qu'en elle-même le renouvellement de la vie. Si elle tient à survivre, elle doit absolument s'ouvrir à la nouveauté, écouter l'autre, accueillir, admirer, découvrir, aimer.

        Un travailleur en pleine activité se vide de ses propres forces psychiques et nerveuses s'il ne cherche que dans son activité le renouvellement de son propre être. Il s'enrichit par contre, se nourrit intérieurement s'il sait, (et s'il peut) trouver à l'occasion de son activité la chancce d'accueillir, de découvrir, de s'étonner devant l'autre. En l'absence de nourriture du coeur et de l'esprit, en l'absence de vie venue d'ailleurs, l'individu le mieux disposé se dessèche.

 

 

EN  FRANCE  JANVIER  2013

 

        Le ver qui nous ronge est celui qui s'en prend à toutes les familles politiques, ou autres que politiques, pour leur suggérer, de l'intérieur, qu'il est délicieux de ne pas vivre vraiment. Pous leur inspirer la mauvaise attitude : celle de l'isolement, de la suffisance intellectuelle. Pour leur enseigner l'art de ne pas s'ouvrir, de ne pas accueillir, de ne pas admirer, de ne pas aimer !

 

       A.   Alors la droite devient extrême, elle pratique l'idéologie et la mise en oeuvre de l'exclusion, elle déteste l'étranger, elle ouvre la voie aux risques les plus graves de dérive vers l'extrême abomination. Et, pour commencer, elle prend possession de la vie de l'esprit, elle "dirige" la culture, comme on le voit en Hongrie. Joëlle Stolz, Le Monde, 19 12 2012. Attention, édition Abonnés. Lien : POSSéDER LES ESPRITS.  

        Alors, la gauche risque de se replier sur ses valeurs, pourtant si belles et si grandes, et de semer la division à la fois dans ses propres rangs et parmi la population de ses électeurs, sans parler des autres. 

        Alors chacun se croit le seul  et le meilleur au monde, et clame sa supériorité. Pour commencer, cela le rend insupportable. Et en fin de compte, cela l'empêche d'aimer, de vivre, de se renouveler : la raideur gagne, et c'est la mort. Que chaque famille idéologique sache ici se reconnaître, sauf si ce n'est pas le cas pour elle, et alors nous nous en réjouirons !

 

        B.   Accessoirement, une société peut en arriver au point de ne plus croire à rien, sinon à l'Argent ; mais elle peut aussi produire des êtres dont le jugement en matière de démocratie semble tout à fait contraire à ce que nous entendons par ce mot, ainsi que par les droits de l'homme notamment. Et cette situation peut favoriser l'émergence de certains épisodes plus ou moins grotesques, dans lesquels monsieur Poutine semble acquérir l'éclat d'un dieu de l'Antiquité païenne : un dieu que l'on adore, que l'on admire. Alors il devient impératif de rappeler ce qu'est Poutine, de reparler d'Anna Politkovskaïa, de préciser qu'elle n'est pas la seule journaliste victime des mêmes forces obscures, il est urgent aussi de rappeler la façon dont fonctionne la démocratie à la mode Poutine, et celle dont furent menées certaines guerres, en Tchétchénie... Lire, pour la ferveur à l'égard de Poutine, Le Monde du 05 01 2013. Lien : Poutine objet d'ADMIRATION

             Il est intéressant aussi de noter qui sont les admirateurs de Poutine, par exemple en écrivant ce nom propre dans l'onglet de recherce de notre blog (attention, dans la page qui s'affiche la référence à Poutine ne se trouvera qu'au fil d'une lecture attentive et fouillée des messages).

 

TOUT  N'EST  PAS  PERDU,  AU  CONTRAIRE

       

        C.    On parle de la crise, et il est bien vrai que sans issue sociale, sans résolution du chômage, sans guérison de l'économie, de l'activité, de la banque, de la finance, nous serions, nous étions quasiment perdus. Une embellie est apparue et il est indispensable de continuer sur la bonne voie...  Voir le point que fait "Lui président", un blog du Monde, le 02 01 2013, à ce sujet. Lien : Bilan des promesses.

 

 

LA  CRISE,  LA  NÔTRE,  CHEZ  NOUS,  PLUS  QUE  JAMAIS

 

        Mais une autre crise, celle qui s'en prend à nos manières d'être et de vivre ensemble, est elle aussi d'une immense importance. Nous ne pouvons pas continuer à nous disputer et nous démoraliser les uns les autres sans cesse ! La notion même de démocratie implique que l'on soit capable de vouloir vivre ensemble, tout en travaillant à approfondir ce qui nous différencie, ce qui nous unit, ce qui est vrai pour l'un tout en étant faux pour l'autre. Voir tout cela ensemble, et regarder ensemble au-delà de ces différences mêmes, en direction précisément d'un accord de nature supérieure, c'est déjà un apprentissage de la démocratie, de la laïcité. Une vérité ne devrait plus exclure l'autre vérité, encore moins "l'autre" !

         L'humanité a fait d'immenses progrès : sauf en ce qui concerne l'art de vivre ensemble entre êtres humains et, de façon harmonieuse, avec les autres animaux et les autres réalités de la planète. Nous ne sommes pour l'instant que des débutants.  

        Alors, il y a place pour les homos et les autres, pour les cathos, les bouddhistes et les autres, pour les mous et les passionnés, pour les artistes et les froids calcultateurs : place pour tous et pour chacun. Inutile de prendre peur à l'idée qu'on va passer quelques instants en compagnie de l'autre, qu'on va sympathiser avec lui, en le comprenant de l'intérieur ; quitte à reconnaître, avec lui, que le moment n'est pas encore venu d'une unité fusionnelle qui abolirait toutes les différences.

        Du reste, dans l'uniformité totale, y aurait-il encore de la vie ? Dans une musique dont le rythme n'aurait qu'un seul temps, pourrait-on encore danser la valse, le tango, la mazurka ? Sans la diversité des couleurs, y aurait-il encore une harmonie dans le tableau ? Sans la pluralité, voire le pluralisme sous toutes leurs formes, dans de nombreux domaines, pourrait-on encore parler d'ensembles, de synthèses, de convergences, de résolutions harmonieuses ? La vie n'est-elle pas l'exemple de la marche du simple vers le complexe, de l'unique vers le diversifié, en mêmee temps que de la formation d'un tout, d'un ensemble, avec l'union des contraires, la résolution des dissonances du moins lorsque l'être humain se mêle d'organiser les sons pour en faire la musique dite d'harmonie consonante ?

        Nous pouvons former à l'égard de la France des voeux de démocratie pluraliste, de laïcité, d'admiration et de courage dans l'art de vivre ensemble... La révolution ne commence pas au sommet de l'Etat : elle ne peut se faire que dans l'ensemble de notre mentalité, de nos habitudes, de notre vie en société. Et cela commence par un travail sur soi-même, dans l'apprentissage de la sagesse : celle que recherchaient les Anciens, la culture grecque, et d'autres ! .  

       

13/03/2012

France qui perd son âme. Histoire et moment présent

.

        Bonsoir mon cher neveu,

        oui, je sais que tu n'en peux plus (ce sont tes mots) de la tournure prise par la campagne électorale d'un certain côté politique qui semble hanté par le niveau publicitaire de la vie publique ! Plus que par la solidité de la réflexion et la cohérence des actes. Je ne comprends que trop bien ton dégoût. Alors, essayons d'aller plus en profondeur : quelle est la nature de la dérive profonde que connaît notre pays ?

        Pour ne pas poser le problème trop directement en termes philosophiques, je prendrai deux points d'appui.

a.  Tout d'abord, un article qui place des paroles publiques d'aujourd'hui sous la lumière des années trente en Allemagne.

b.  Ensuite, le cri d'horreur de citoyens français qui constatent, au plus fort de leur engagement et de leur action, à quel point le pauvre, le petit, l'étranger, le malchanceux, le rom, le malade pourtant protégés par la loi et dans le cadre précis de la loi qui les protège, sont autant de cibles d'une espèce d'acharnement contre eux : acharnement du sort, peut-être, mais aussi quelque chose comme de l'acharnement, ou comme de la mauvaise volonté non avouée, de la part de notre pays, de son pouvoir, de son administration. 

        a.  Notre présent est celui de la recherche de boucs émissaires ; de la hiérarchisation des civilisations ("toutes ... ne se valent pas" déclarait récemment un ministre de l'intérieur néanmoins philosophe) ; de la peur, voire du refus d'entendre le  mot "rafle", cependant que dans la pratique on peut être amené à utiliser ce mot pour réfléchir sur le présent... Or, précisément, la mémoire historique éclaire d'un jour glauque et glaçant toutes ces réalités d'aujourd'hui. L'éclairage par la connaissance des années trente en Allemagne est habilement réalisé par Laurent Binet, in : Bibliobs, site littéraire de NouvelObs en ligne, 09 et 11 02 2012. Lien : RéMINISCENCES DE NAZISME

        b.  D'abord, une mère hospitalisée car sur le point d'accoucher, pendant que sa fille âgée de quelques années disparaît dans la rue aux regards du père lui-même complètement abasourdi par tout ce qui lui arrive comme malheurs. Mais aussi : une épidémie qui relève d'une campagne de vaccination, et cette campagne de vaccination rendue inapplicable par des mesures administratives d'expulsion ; mais encore :  quatre mille malades qui relèvent de mesures sociales leur permettant d'être soignés (du moins pour 95 % d'entre eux), et voilà que leurs droits ne sont pas des droits réels, car la loi qui les protège s'avère inopérante en raison des complications que comporte sa mise en oeuvre réelle ! Donc, cette loi les laisse dans l'obligation de recourir à Médecins du Monde, "quatore ans après la promulgation de la loi !". Sommes-nous au pays de l'absurde ? Est-ce bien vrai, tout cela ? Il faut lire le blog Activistes 2012, message du 13 03 2012. Lien : ROUGEOLE SOINS RUE.

        Pour conclure un peu philosophiquement (loin de moi l'idée d'épuiser le sujet à ce niveau de profondeur et de réflexion !) retenons seulement :

1/  que la France est malade dans ses mots, ses préoccupations, ses jugements intellectuels, dans lesquels les années trente en Allemagne trouvent des éléments de réminiscence qui exigent des mises en perspective et un questionnement ;

2/  qu'elle est également malade dans sa volonté, car l'accomplissement des devoirs de l'Etat envers certaines personnes qui souffrent (notamment de maladie) ne se fait pas comme il devrait, au moment et avec la détermination nécessaires ;

3/  qu'on peut douter, pour un pays dont l'intellect et la volonté sont à ce point malades, qu'il soit en bonne santé spirituelle. Que l'on comprenne ce terme en référence à une religion ou simplement pour évoquer une certaine profondeur de ce qui se cache à l'intérieur de la pensée et de la volonté humaine, il semblerait en effet que tout n'aille pas pour le mieux au pays de droits de l'homme et de la fraternité. C'est le moins qu'on puisse dire.

Mon cher neveu, il est tard et je te souhaite un sommeil peuplé de rêves intelligents... et bons (pleins de bonté) ! Ton oncle, Estival.

.

16/11/2010

Déclaration universelle des droits de l'Homme

.

       ONU, Assemblée générale, 10 12 1948: Déclaration universelle des droits de l'Homme.

    Ce document figure désormais dans notre rubrique "TEXTES FONDATEURS", à la lettre O (ONU) de la liste alphabétique.

    Vous pouvez aussi y accéder par le lien direct que voici.

.