Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2015

Intelligence ou bête violente : que sommes-nous ?

.

       

 

art,barbares 2015,cornette,culture,destruction de notre esprit,destruction de notre pensée,education nationale,enseignement latin grec,esprit,former l’esprit,france intelligence,spectacle de la barbarie,trésors archéologiques,violence en nous,violence qui nous habite,voile

 

 

A.  Hospitalisée à Toulouse, elle avait été agressée à cause d'un vêtement qui cachait ses cheveux.

        L'agresseur aurait-il éprouvé, à la vue de l'article vestimentaire en question, une avalanche d'émotions furibondes qui l'auraient secoué intérieurement au point de l'amener à se conduire de façon violente ? Deux questions se trouvent donc posées :

 

Question numéro 1.

        Comment un être humain, l'un de nous, peut-il en arriver à de tels actes, comment se fait-il qu'il perçoive la réalité et l'éprouve en lui-même d'une façon telle qu'il se transforme, souffre, et fasse souffrir ? A cette question, la réponse ne semble pas vraiment s'étaler sur la voie publique. Un certain silence règne, alors qu'il nous semble que le sujet mérite une attention non seulement sérieuse, mais également immédiate, de toute urgence !

        Peut-on suggérer une explication simple ? Nous soulignerons donc ceci : d'une part, la perception d'une pièce de tissu n'est pas reçue par nous de la même façon si nous l'associons à la protection contre la chaleur du soleil ; ou si elle nous rappelle le temps où la France encore pas mal chrétienne revêtait ses "bonnes sœurs" de voiles divers et variés, dont par exemple la célèbre cornette des sœurs de la charité ; mais nous pouvons aussi associer le voile d'aujourd'hui à la pratique et à la présence d'une autre religion, elle-même assimilée de façon hâtive à un certain nombre de pays et à certaines choses qui nous déplaisent, ou nous dérangent, ou nous inquiètent à tort ou à raison. Or, on objectera que quel que soit le cas, la vue d'un peu de tissu ne peut pas, ne devrait pas raisonnablement conduire à des actes violents.

        Et c'est ici qu'intervient le deuxième facteur : la violence existe en nous avant même que le prétexte de son déclenchement ne nous soit fourni. Nous sommes par nature capables d'amour, d'émerveillement, de délicatesse, de souffrance, de compassion, et de bien d'autres choses encore parmi lesquelles la violence. La violence fait partie de ce dont nous sommes capables pour nous défendre, au même titre que l'appétit nous invite à nous nourrir ou que l'instinct de conservation nous évite la mort. C'est simple, et cela ne nous oblige pas forcément à être violents. Mais cela signifie que la violence qui nous habite, véritable force comparable à celle d'un fleuve, est régie par quelques lois. Le fleuve suit le cours qui lui est imposé par le relief. De même la violence qui sort de nous prend telle ou telle direction, selon les circonstances qui nous entourent, ou nous façonnent de l'intérieur. Et c'est ainsi que nous prenons avec force et détermination, dans notre activité, la direction du sport, ou de l'étude intellectuelle acharnée et passionnée, ou encore de l'ambition, de la création artistique, entre bien d'autres choses. Dis-moi à quoi tu "tournes" la violence saine et humaine qui t'habite, et je te dirai qui tu es.

        Dans certains cas, à certains moments de notre vie, notre violence saine et naturelle est sollicitée de façon plus combative, plus instinctive et irraisonnée, plus destructrice... Par exemple à la vue d'un ennemi qui va nous tuer,  ou à la vue d'un objet qui, pour notre vécu intérieur, représente quelque chose d'insupportable. 

        On pourrait donc envisager de mieux prendre conscience de cette présence en nous d'une certaine bonne violence, force saine, naturelle et utile. On pourrait donc aussi apprendre à se méfier des idées, ou des souvenirs, ou des images qui nous amènent à ressentir le réel d'une façon trop douloureuse, si bien que la violence s'éveille alors en nous et nous conseille mal.

        Connaître l'autre, les autres, réfléchir, méditer, prendre du temps pour accueillir en soi la diversité du réel et pour prendre du recul par rapport à ses propres instincts violents, voilà qui aiderait peut-être les uns à ne pas céder à l'impulsion d'un moment, et les autres à ne pas construire de façon délibérée des guerres fondées sur la bêtise, l'ignorance, le non-respect systématique de l'autre. Et cela vaut pour toutes les doctrines, toutes les chapelles, aussi bien celles qui haïssent l'étranger que celles qui haïssent les musées et les statues de l'Antiquité...

 

Question numéro  2. 

        Peut-on tolérer ce genre de comportement ?

        Cette fois, la réponse n'est pas bien loin, elle est même sous nos yeux, elle vient du ministre de l'intérieur lui-même.

On lira avec intérêt Le Monde, 27 03 2015. Lien : vêtement et intolérance.

 

 

art,barbares 2015,cornette,culture,destruction de notre esprit,destruction de notre pensée,education nationale,enseignement latin grec,esprit,former l’esprit,france intelligence,spectacle de la barbarie,trésors archéologiques,violence en nous,violence qui nous habite,voile

 

       B.  Pour Aurélie Filippetti, alors ministre de la culture et de la communication, c'est en se cultivant et en exerçant son intelligence que l'on combat au mieux les mauvaises idées d'une certaine droite extrême. Elle invoquait à ce sujet Albert Camus, dans une tribune de l'année 2013 que l'on trouvera sur le site de Libération (voir le lien ci-dessous). Et l'on voit comment se rejoignent un écrivain d'hier (ou d'avant-hier ?) et nos préoccupations, nos problèmes de ce début 2015.

        Il est urgent, en effet, de continuer à bâtir la France, pays de culture et de pensée, de finesse et d'éducation, aussi bien dans la société en général que dans le cadre de l’Éducation nationale dont il sera question ci-après. On ne prépare pas l'avenir en détruisant des dizaines de milliers d'emplois d'enseignants (précédent quinquennat). On le prépare en appliquant et en continuant d'appliquer le programme socialiste annoncé, notamment pour l’Éducation nationale, source d'intelligence et de tolérance pour aujourd'hui et pour demain...

Lire : Libération, 01 12 2013. Lien : Filippetti culture Front national

 

 

art,barbares 2015,cornette,culture,destruction de notre esprit,destruction de notre pensée,education nationale,enseignement latin grec,esprit,former l’esprit,france intelligence,spectacle de la barbarie,trésors archéologiques,violence en nous,violence qui nous habite,voile

 

        C.  "L'abandon progressif du latin et du grec" dure déjà depuis des décennies, mais est-ce une raison pour continuer de suivre cette mauvaise pente ? L'auteur de l'article auquel nous renvoyons le lecteur par le lien ci-dessous est passionné par ces deux langues, et il montre à quel point leur étude contribue à former l'esprit et à le rendre cultivé.

        Nous remarquerons par ailleurs que son propos revêt un caractère particulièrement pertinent en ce début de 2015 où des barbares, vrais et actuels, détruisent systématiquement et sauvagement des trésors archéologiques et historiques d'une valeur inestimable pour notre identité et pour les origines de notre civilisation.

        Devant les horreurs perpétrées par Daech, on hésitera peut-être à déclarer que l'étude des langues anciennes est d'une brûlante actualité... Et si la vérité se trouvait être le contraire ? Et si la cible de ces destructions écœurantes était non seulement les statues, les objets matériels hérités du passé, mais aussi, voire même davantage, notre pensée, notre esprit ? N'est-il pas grand, noble et courageux de cultiver l'histoire, la pensée, la vivacité de l'esprit et l'élargissement des connaissances ? Ce courage-là est, en vérité, aussi beau et réconfortant que le spectacle de la barbarie est laid et décourageant. L'intelligence, la culture sont à la fois notre avenir et la sauvegarde de notre passé. Ce sont des armes redoutables, que les imbéciles redoutent, et cherchent à supprimer. Voir le site Focus Campus, 04 04 2015. Lien : latin et grec pour l'intelligence

 

 

art,barbares 2015,cornette,culture,destruction de notre esprit,destruction de notre pensée,education nationale,enseignement latin grec,esprit,former l’esprit,france intelligence,spectacle de la barbarie,trésors archéologiques,violence en nous,violence qui nous habite,voile

 

L'homme est un animal curieux.

Il est barbare et fou furieux.

Il est cependant merveilleux,

Accueillant, doux, ami des dieux. 

Pour arrêter les flots barbares

Nous invitons l'esprit, et l'art.

 

 

.

20/03/2015

Haine et violence de basse espèce !

..

        Les djihadistes de la plus basse espèce font assaut de violences, de crimes, de prétention et de haine. Ils veulent régner par les armes, par le pouvoir. Ils veulent régner sur les territoires, sur les êtres vivants, sur les esprits, sur les cœurs, sur le présent et l'avenir, sur la passé lui-même !

        Les affreux qui osent s'en prendre aux musées les plus précieux pour l'esprit et la civilisation s'attirent le mépris et l'indignation de la part des gens ainsi que des institutions civilisées.

        La haine la plus bête, la plus aveugle ne date pas d'aujourd'hui. Et si les armes sont et doivent être mises à contribution contre ses débordements et ses prétentions, n'oublions pas que l'antidote le plus radical, le plus subtil, le plus fatal à la haine, c'est l'intelligence : et ses alliés se nomment culture, histoire, mémoire, droit universel, connaissances, science, élévation de l'esprit et du cœur, éducation.

       

 

        A.  Les djihadistes épris de califat ont attaqué l'Assyrie, la civilisation babylonienne, le passé de notre civilisation, notre mémoire, notre identité humaine, le trésor même que nous espérons léguer à nos enfants. Il s'agit donc bien, de la part de ces acteurs d'infamie, d'une véritable "soif de destruction", comme on s'en rendra compte en lisant Alexandre Bogaert in Le Monde, 26 02 2015 et 12 03 2015. Lien : Destruction musée Mossoul

 

        B.  Les réactions indignées n'ont pas tardé : Unesco, Ligue arabe, autorité musulmane égyptienne, musée du Louvre, François Hollande, Manuel Valls, François Bayrou, Jack Lang : et l'on pourrait sans aucun doute, nous semble-t-il, glaner à travers les pays du monde des dizaines, des centaines de voix qui s'expriment ou se sont déjà fait entendre pour abonder dans le même sens. Non seulement le monde se mobilise militairement, mais encore il manifeste la vigueur de l'esprit et de la civilisation, l'émotion et la détermination ! Lire Le Parisien, 27 02 2015. Lien : INDIGNATION CONTRE DAECH

 

        C.  Et nous voilà de retour en Europe, en 1933, dans l'Allemagne où Hitler vient, il y a quelques mois tout juste, de conquérir le pouvoir. Que voit-on ? Vingt mille livres sont brûlés à Berlin, sans compter ceux qui le sont ailleurs en Allemagne. La haine de la culture fera bientôt fuir à l'étranger d'éminents artistes, écrivains, penseurs, savants... Belle leçon à méditer si nous voulons essayer de prendre la mesure des événements de 2015, non ? Bel exemple de ce que peut donner de lui-même l'animal humain, d'un siècle à l'autre, d'un continent à d'autres, d'une prétendue théorie politique à une autre ! Mais cela n'éveille-t-il pas en nous un désir renouvelé d'intelligence, de culture, ces armes tant redoutées par les régimes atroces dont l'espèce humaine se montre hélas capable ? Il est bon et éminemment utile de lire ! On peut commencer par l'article de Fabrice Grenard, in Jalons, un site de l'INA. Lien : Autodafés nazis.

 

autodafé nazi,berlin 1933,culture,djihadistes,éducation,haine,histoire,indignation,musée mossoul

 

        D.  En France, en 2015, le salut nazi et d'autres signes inquiétants sont apparus dans la population, y compris chez le collégiens, oui, au collège ! On peut, quand on est professeur, se trouver confronté à des indices désarmants de dégradation des esprits... On peut aussi essayer d'en faire bon usage par la réflexion, la concertation et l'action éducative. L'éducation dresse sa barrière d'amour et de lumière fasse à l'instinct bestial haineux et face aux ténèbres immondes. Ce n'est pas seulement un professeur, ce sont des foules de françaises et de français qui peuvent résister, qui résistent, dans toutes sortes de situations, de milieux sociaux, de cadres de responsabilité ! Mais à l'école, on peut apprendre, savoir, comprendre : redoutables pouvoirs que ceux de l'esprit face à l'Immonde ! Comme le dit un collégien dans l'article cité ci-dessous : "Sans histoire, on est perdu". Alors, que vivent les historiens ! Lire Matteo Maillard in Le Monde, 19 03 2015. Lien : Histoire contre barbarie

 

 

    Conclusion :

 

Dire bonjour à un ami,

Respecter même un ennemi,

Orner son cœur de belles pierres

Venues des fonds de l'Âge d'Or :

Autant de raisons d'être fiers

De nos pays, de nos trésors,

Autant de preuves qui abondent

Pour venir à bout de l'Immonde.

C'est en riant, c'est en aimant

Que l'on fait partie des vivants, 

La barbarie est bien trop bête : 

A nous de relever la tête !

 

 

 

 

09/07/2014

L'intelligence n'est pas facultative

.

        L'abrutissement fait le lit de la Bête. Heureusement, l'intelligence habite parmi nous. La lutte pour la culture, même si elle se situe parfois au niveau des nécessités matérielles et de la survie des artistes, ne tourne pas le dos à l'exercice contemplatif de l'intelligence. Quant à la créativité, si elle est signe d'épanouissement personnel, elle est également tournée vers le public, vers le spectacle et la vie culturelle comme réalité collective d'une société. Tout cela fait la vie, tout cela fait même l'actualité. 

 

 

        A. Un mouvement se dessine parmi les personnels du festival d'Avignon. Il s'agit de dépasser l'affrontement immédiat au profit d'une lutte plus longue, faite de rencontres et de réflexion créative. 

        Les commentaires de l'article auquel nous renvoyons ci-dessous contestent ce projet jugé trop naïf, et d'une certaine manière trop peu guerrier : il faut se battre ! Bon d'accord : se battre est bien évidemment important, mais le faire dans l'immédiateté ne suffit peut-être pas. On aura remarqué que des affrontements durs sur des points précis, malgré la valeur des arguments invoqués, ont souvent mené à une défaite au niveau de la bataille des forces en présence, et dans ce cas la défaite est lourde, sans lendemains d'espoir. On a perdu... Au contraire, se rassembler en plus grand nombre, réfléchir ensemble et par là-même donner du poids et de la durée au mouvement revendicatif, voilà peut-être ce qui compte le plus, dans la mesure où l'on ne peut pas compter véritablement sur une "victoire" factuelle, rapide, si l'affrontement est réduit aux dimensions limitées du moment présent. 

        Pour tous, le but est le même : défendre la culture en défendant les intermittents, y compris au niveau de leurs problèmes matériels, financiers. Même si les avis divergent quant à la méthode à suivre, la cause est de première importance non seulement pour les personnes concernées directement, mais aussi pour la vie culturelle du pays tout entier, la vie de l'intelligence et de la créativité en France ! On lira Odile Quirot sur le site du Nouvel Observateur, 01 07 2014. Lien : INTERMITTENTS AVIGNON DURER

 

 

        B.  "La réforme 2014" du statut des intermittents entre en application le premier juillet. Le gouvernement fait en sorte que les personnes concernées n'aient pas à souffrir d'une diminution de leurs ressources à l'occasion de la mise en place du nouveau dispositif. Mais les artistes et techniciens critiquent sévèrement la réforme, et ses conséquences. Sur le site Orlam. Lien : INTERMITTENTS réforme 2014

 

        C.  "L'invité du 5/7" était, ce neuf juillet 2014, Axel Kahn. 

        Il représente à lui seul une montagne d'enthousiasme, de ferveur intellectuelle et scientifique, d'amour passionné pour les gens, les paysages, la France ; il est un exemple de lucidité face aux conséquences de la crise et à une certaine dégradation de l'opinion publique. Grand sportif, plus précisément immense marcheur, il nous invite à nous étonner, à respirer, à laisser jaillir en nous la vie qui nous habite et la vie qui nous est donnée au spectacle du monde. Une leçon vivante d'espérance et de confiance renouvelées. Voir "L'invité du 5/7", sur le site de France inter, 09 07 2014. Lien : Axel Kahn résistance enthousiasme

 

 

 

        L'intelligence est diverse : militante, collective, personnelle, contemplative et créatrice.

        L'intelligence n'est jamais facultative : pour que France résiste ! 

.

 

 

         

 

14/10/2013

"Roms" : coeur, culture, musique, école, vivre ensemble !

.

        Il est ici question des gens, voisins, musiciens, membres d'associations, politiques, maires, les gens qui vivent, les gens vivants dont le coeur bat au rythme de ce qui est à la fois beauté et bonté, droit de vivre et de grandir, d'aller à l'école, mais aussi de chanter, de partager, d'espérer. Accepter de vivre pleinement, humainement, c'est une forme très haute et parfois héroïque de résistance à l'avilissement des coeurs. Cela demande parfois des efforts, du courage, du discernement, de l'indépendance d'esprit.

 

        Or, tout cela, nous le voyons à l'oeuvre. Osons le dire : il n'est pas fou d'espérer, il n'est pas maladif de partager, il est carrément bon d'être ensemble. La joie est présente parmi nous ! 

 

        A.  Nous renvoyons à un article qui est un hommage à la qualité humaine, à la culture, à la vie du coeur et de l'esprit par la musique d'un peuple qui est à la fois profondément européen et profondément musicien. On se retrouve en compagnie de Maria Tanase, de "lautaris", d'artistes tels Oana Catalina Chitu, Saban Bajramovic et Esna Redzepova. Cela se passe dans le cadre d'enregistrements sur disques ("CD"), et c'est un régal en matière de contemplation  et de plaisir musical. Lire l'Humanité, 11 10 2013. Lien : ROM CULTURE MUSIQUE CD.

 

        B.  Municipalité, population, la grande métropole voisine, tous ont oeuvré, tous ont réussi : des roms ne sont plus dans la boue, dans l'attente de la prochaine expulsion après celle qui les a mis dans le lieu précaire du moment ! Tout au contraire, ils commencent à construire leur insertion, l'assIduité scolaire, la possibilité de penser un futur et de le préparer... L'emploi, l'alphabétisation sont aussi de la partie. Les Roms du "camp" préfèrent désormais parler de leur "petit village", quand d'autres disent plus volontiers "village d'insertion". Mais tous y mettent leur coeur, leur travaux et leurs efforts. Le maire d'Indre a fait preuve d'une belle détermination, sans laquelle la boue et les expulsions renouvelées seraient encore le seul horizon pour les personnes concernées... Lire Frédéric Potet, envoyé spécial à Indre, près de Nantes, in Le Monde, 10 et 12 10 2013. Lien : ROM VILLAGE INSERTION

 

        Il est une résistance aussi simple que la simple vie : car elle est la vie !

 

La France n'étant pas une dictature, 

il convient, et il importe 

d'examiner et considérer librement 

ce qui précède. 

 

16/09/2013

La laideur est bien là. La beauté qui résiste : aussi !

.

Un militant de l'intelligence nous a quittés

 

        1.  Le site d'Evene nous offre un résumé dense de la vie et des oeuvres d'Albert Jacquard. Lien : Résumé Albert Jacquard.

 

        2.  Propos d'Albert Jacquard, recueillis par Christophe Labbé et Olivia Recasens : nombreuses précisions d'ordre biographique, mais aussi sur les opinions, le parcours intellectuel et engagé. A lire sur le site Le Point en date du 21 06 2012 et modifié le 12 09 2013. Lien : Albert Jacquard complet

 

        3.  En plus bref, on trouvera une approche originale et des informations variées, très vivantes, peut-être même pittoriesques, sur le site de France 24, 12 09 2013. Lien : Albert Jacquard surprenant

 

 

La lutte continue sous diverses formes

 

        4.  Des libraires s'installent dans le 93, la culture et la lecture vivent et se développent. Lire à ce sujet Sylvia Zappi, in le blog de Sylvia Zappi, journaliste au Monde, blog du journal Le Monde 13 09 2013. Lien : Lecture librairie.  

 

        5.  Manifestants contre le FN à Marseille, ils expriment des opinions et leur façon d'envisager la meilleure façon de lutter, en tenant compte de l'effondrement de l'UMP (illustrée par les propos de François Fillon). Libération, 14 09 2013. Lien : Contre le FN et comment.

 

        6.  Rappel des propos de monsieur François Fillon au sujet des partis plus ou moins sectaires, et réaction critique de monsieur Jean-Pierre Raffarin. Lire Jean-Baptiste de Montvalon et Abel Mestre, in Le Monde, 15 09 2013. Lien : FILLON RAFFARIN FN

 

        7.  Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, fait le point sur la dérive de l'UMP en direction de l'extrême droite politique. Il identifie et dénonce plusieurs dangers de nature extrêmement grave. Le Point, 15 09 2013. Lien : FILLON UMP FN Jean-Marc AYRAULT

 

        8.  Monsieur Alain Juppé s'insurge et défend les valeurs républicaines. Il n'est pas seul, puisque d'autres voix s'élèvent également, à droite, et notamment à l'UMP, pour défendre les valeurs républicaines : Jean-Pierre Raffarin (déjà cité), Henri Guaino, Luc Chatel, Benoist Apparu ("proche d'Alain Juppé", nous dit le Monde, article dont référence ci-dessous), Copé... En sens inverse : Geoffroy Didier. A lire dans Le Monde, 16 09 2013. Lien : UMP valeurs républicaines

 

 

La France évolue : vers quel abîme ?

 

        9.  L'avenir appartient-il à monsieur Alain Juppé ? Que peut-on, ou que doit-on comprendre dans l'affaire de St-Eloi à Bordeaux ? Quelles sont les forces à l'oeuvre dans les coulisses du théâtre où se joue le devenir de la France ? Lire ou relire dans ce blog "France résiste" le message du 28 01 2012 "France résiste avait vu juste", notamment la partie A et plus précisément l'alinéa 2. Lien : FORCES OBSCURES DROITE ET EXTRÊME

 

        10.  Le message se situe dans la logique du mois de février 2012. Longue explication d'Estival, auteur de ce blog, sur le sens possible d'une évolution en cours : la droitisation extrême de la droite ! Nous pourrions reprendre, en ce mois de septembre 2013, une phrase de ce message (dans la début de la partie sur fond rouge) : "Nous admettons comme hypothèse de réflexion (...) la notion d'une droite une, et non pas diverse, allant de la droite de l'UMP à Marine, et à d'autres, dans la mouvance du FN, voire plus loin et plus à droite encore, AUTREMENT DIT UNE DROITE extrémisée". 

        Le lecteur avisé objectera sûrement qu'une droite entièrement déportée vers l'extrême droite est impensable, puisque tant de voix s'élèvent non seulement à gauche mais aussi au centre, à droite, et jusqu'au sein même de l'UMP, pour dénoncer la dérive. Certes ! Encore faudrait-il s'interroger sur ce que chacun a fait pour soutenir, ou pas, le quinquennat précédent, celui des petites phrases et menus propos qui, avec persistance, installaient dans les coeurs des habitudes de classifications humaines, d'ostracisme ! Quinquennat pendant lequel l'indépendance de la Justice fut attaquée, l'Education nationale fut amputée de dizaines de milliers de personnes... France résiste, 11 02 2012. Lien : DROITE EXTRéMISéE DROITE RUINéE.

        Il est  donc plus urgent que jamais de militer par l'intelligence, la vigilance et l'engagement !     

.

18/06/2013

La beauté, l'Autre, le sport et la culture : des cibles pour la bêtise !

.

        Sauvages, non civilisés, barbares, nous sommes une civilisation de l'agression, du meurtre, de l'indécence. Ah oui ? Mais comment cela se fait-il ? Pourquoi le viol, la mort, la haine sont-ils comme la trame de fond de notre information quotidienne et de notre mode de vie relationnelle ? Les faits divers et autres erreurs dont la laideur nous accable jour après jour ne sont-ils pas explicables ? Sont-ils là par hasard ? __Peut-être bien que non...

 

 

 

admiration,arbitre,beauté,commerce,considération,culture,dieu,étranger,femme,haine,parlement européen,personne humaine,sport

 

 

        A.  Dans des époques qui, aujourd'hui, paraissent à beaucoup d'entre nous avoir été des époques rétrogrades, on associait à l'idée de la femme celle de la beauté. Dans des religions encore plus rétrogrades du moins si l'on en croit l'air du temps, on associait Dieu à l'idée de ce qui est totalement l'autre, ce qui est Autre : l'Autre, l'inconnaissable, le mystérieux, le transcendant bien au-dessus de nos pensées, de nos forces intellectuelles. Et l'étranger, qui est différent de nous, qui est autre que nous, était peut-être un peu proche de ce grand Autre, objet de toute admiration et de toute vénération infiniment respectueuse. Une dame de notre France d'aujourd'hui, française, née à Paris, portant les beaux prénom et nom de famille de Rokhaya Diallo, aurait pu bénéficier de ces motifs de respect, de considération, d'admiration, d'autant plus qu'elle a montré par ses actes qu'elle se dévouait généreusement au bien de son prochain. Hélas ! Autres sont les temps, autres sont les moeurs ! Est-ce pour la récompenser ? Un anonyme a proposé qu'on la viole, il a présenté son idée avec haine, avec racisme, avec laideur et vulgarité, ne respectant rien de tout ce que nous venons d'évoquer, et surtout pas la personne humaine, la personne de cette dame, cette française, cette personne tout simplement ! Et la personne en question a porté plainte. Voir Le Monde, 17 06 2013. Lien : Beauté l'Autre.

 

        B.  Le sport est une école de maîtrise de soi, de vie collective, de respect des règles et des personnes, de discipline en équipe et, à ce titre, de respect d'une autorité qui fait en quelque sorte partie des règles du jeu. Des jeunes, forts et sportifs, probablement heureux d'être en forme, ont dirigé contre l'arbitre l'énergie qu'ils auraient pu réserver exclusivement à l'ingénieux maniement de leurs pieds, du terrain de foot, et du ballon. L'arbire est mort. Le plus grave, c'est que cela n'est pas sans rapport avec une certaine abondance de "faits divers" qui présentent un peu les mêmes caractéristiques : violence, force appliquée là où ce n'était pas en principe prévu (!), absence du respect de la personne, absence, peut-être, de l'idée même de ce qu'est une personne et du respect que cela entraîne... Mais aussi : oubli de ce qu'est une communauté, sportive ou autre, refus des notions d'ordre, de discipline, de soumission (aux lois, aux règlements...). En somme, si je suis bien représentatif de ce que nos sociétés, y compris française du reste, peuvent nous offrir de pire au quotidien, je dirait haut et fort que quiconque s'oppose à mon 'MOI, JE SANS LIMITES' ne va pas tarder à se faire traiter par mes soins de fasciste ou de rétrograde... Et le résultat n'est pas très probant, pourtant : car l'arbitre est mort ! Et ça ne compterait pas, ça ? Lire Jean-Pierre Stroogants, correspondant à Bruxelles, Le Monde, 17 06 2013. Lien : VIOLENCE PERSONNE AUTORITé ORDRE COLLECTIVITé.

 

 

        C.  La culture, depuis des temps immémoriaux, a partie liée avec le commerce. Poussons le bouchon un peu plus loin, et supposons qu'il s'agisse d'un mariage : le mariage de la culture et du commerce, béni par l'argent et parrainé par l'échange. Beau, non ? Mais voilà : même si je suis marié à une jolie femme, je suis moi, et je ne suis pas elle. La culture, serait-elle mariée au commerce, n'en serait pas pour autant devenue le commerce. La culture comporte ses propres règles de vie interne, de processus créatifs, de densité humaine, que le commerce ignore. Le commerce aide la culture à se répandre, et parfois à se créer grâce aux échanges et apports mutuels entre pays, villes, civilisations... Mais cela ne donne aucun droit au commerce sur la culture, qui demeure souveraine en son propre domaine. La France prétend défendre ce genre de préoccupations dans des discussions internationales, et l'Europe est d'accord avec la France. L'Europe, représentée en l'occurrence par le Parlement européen, institution notablement démocratique au sein même des institutions de l'Europe ! Or, un certain président de la Commision européenne a émis son avis, critiquant du même coup la position de la France, sous-estimant l'importance et le rôle du Parlement européen, s'attribuant en quelque sorte le droit de remplacer tout le monde et toutes les opinions à lui seul. SANS TENIR COMPTE DE L'AVIS ET DU MANDAT qu'il a reçus de la part DES ETATS DE L'EUROPE, NI DU VOTE DU PARLEMENT DE L'EUROPE ! Modeste va ! A travers ses propos, le commerce tyrannise sa belle épouse la culture, l'individu s'érige en juge des institutions, et le particulier prétend exercer des compétences qui ne lui ont pas été reconnues.

 

        A un si haut degré de responsabilité publique, on s'attendrait à un peu de retenue devant l'Autre : cet Autre si gênant, alors que MOI, JE SANS LIMITES, c'est si doux, si agréable : comme si l'on était seul au monde, sans Dieu ni diable, sans lois ni règlements, sans équipes ni parlements, sans compétences ni distribution des rôles... et finalement sans Europe ! Un comble ! Le comble ! Lire Le Point, 17 06 2013. Lien : CULTURE PARLEMENT EUROPéEN COMPéTENCES.

 

 

Que penser de ces quelques exemples insupportables de bêtise humaine ?  

        Les fleuves sont utiles, ils sont source de vie et nourrissent les cultures, animent la nature, attirent les villes. Mais leurs débordements tuent, détruisent. Telle est la vie des hommes que nous sommes : une fois sortis des digues que représentent le respect et l'admiration de l'Autre, nous envahissons tout sans nulle gêne, violemment, dans la haine, le meurtre, le racisme, l'arrogance et la destruction de la société démocratique. Certes, les dieux d'autrefois n'ont pas bonne presse au moment où vous lisez ces lignes, chères lectrices et chers lecteurs : mais, même si l'étoile polaire a cessé de nous sembler mystérieuse, ou transcendante, elle continue malgré tout d'indiquer le nord. C'est ainsi que les dieux et les mythes, les règles et les tabous que nous nous acharnons à détruire n'en continuent pas moins, eux aussi, de nous donner quelques conseils que nous ferions bien de suivre.

 

        L'Autre existe toujours. Et s'il n'existe pas, il nous faudra l'inventer au moins, je dis bien au moins pour ne pas sombrer dans la folie complète dont nous avons, à ce qui semble, un petit aperçu.

Merci de m'avoir lu, Estival.

.

31/08/2011

Ils n'ont pas lu "Zadig et Voltaire". Pourtant, ils aiment les livres !

.

    1 . / Les responsables socialistes qui se sont retrouvés à La Rochelle tout récemment ont été consultés sur leurs préférences en matière de livres. Malgré une recherche intraitable et fouillée, nous n'avons pas réussi à découvrir parmi leurs nombreux choix une seule mention de l'ouvrage dont, à l'occasion, il fut ici question : "Zadig et Voltaire".

    Néanmoins, nous tenons à rassurer le visiteur de "France résiste" : les lectures mentionnées sont abondantes et riches, variées et dignes de recommandation. A raison de trois livre par responsable socialiste concerné, on arrive à plus de 150 objets en papier capables de nous occuper pendant des mois, si nous voulions tout lire... Le choix ci-dessous proposé est donc parfaitement minuscule, arbitraire, justifié seulement par le désir de découvrir d'"autres" beaux et grands ouvrages d'auteurs, car il n'y a pas que Zadig, ou Voltaire, enfin peut-être "Zadig et Voltaire", dans la vie culturelle de notre beau pays. Mais voyons donc tout d'abord les socialistes et leurs lectures, une liste longue quoique incontournable, sur le site du parti socialiste. Lien : WELL-READ FRENCH SOCIALISTS.

 

civilisation,contrôles d'identité,culture,frontières,ibn khaldûn,intelligence,livres,sociologie

 

    2 . / Certains (y compris responsables socialistes) aiment, quand ils lisent, tourner leurs regards vers ce qu'ils viennent peut-être de quitter quelques instants plus tôt : le réel, pourtant quotidien et souvent accablant ! Avec des chercheurs du CNRS, institut des sciences humaines et sociales, 03 09 2009, nous abordons l'enquête qui fut menée sur "Police et minorité visible : les contrôles d'identité à Paris". Méthode utilisée pour cette enquête, lieux, populations, critères et importance de l'apparence, du vêtement etc., les résultats et les conclusions de l'enquête, tout cela nous est donné ainsi que des réactions de la part des autorités, de syndicats de police (...). Lien : CNRS ATTENTIF

 

civilisation,contrôles d'identité,culture,frontières,ibn khaldûn,intelligence,livres,sociologie

 

    3 . / Le maire de Paris lit LE LIVRE DES EXEMPLES, d'Ibn Khaldoun. Le livre est immense, au demeurant assez coûteux pour bon nombre d'entre nous, et de toute manière il est probablement fort utile de commencer par se familiariser avec le contexte de façon à mieux comprendre, et plus aisément, l'immensité et le trésor humain que représente cet ouvrage. Or, Pierre Lepape, dans Le Monde Diplomatique, archives, janvier 2003, fait du Livre d'Ibn Khaldûn une présentation fondée sur une approche sociologique Il considère comme "l'initiateur de la sociologie" le célèbre représentant de la pensée arabe. Nous pouvons donc parcourir l'époque lointaine qui vit la naissance du 'Livre des exemples', ainsi que les siècles suivants jusqu'au 21ème, le nôtre, et prendre conscience à la fois de l'histoire et de l'universalité de la pensée d'Ibn Khaldoun, pensée ancienne et d'une brûlante actualité. Lien : IBN KHALDûN FONDE SOCIOLOGIE

 

civilisation,contrôles d'identité,culture,frontières,ibn khaldûn,intelligence,livres,sociologie

 

    4 . / Mais une autre présentation du Livre des exemples s'impose à notre attention : celle que nous devons à Abdessalam Cheddadi, historien, traducteur de cet ouvrage d'Ibn Khaldoun. L'angle d'approche est, sous sa plume, celui d'une humanité élargie aux dimensions du phénomène humain de civilisation, sous le titre : "Ibn Khaldûn : L'homme et le théoricien de la civilisation". On peut consulter une présentation de l'éditeur sur le site Librairie catholique. Lien : CIVILISATION.

    Monsieur le maire de Paris ne saurait nous en vouloir d'avoir recommandé en premier lieu deux livres (ci-desus paragraphes 3 . / et 4 . /) qui ne peuvent que nous préparer à ouvrir l'un de ses grands livres préférés.

 

civilisation,contrôles d'identité,culture,frontières,ibn khaldûn,intelligence,livres,sociologie

 

    5 . / Les frontières, causes de tant de maux, tant de guerres ! Mais Régis Debray veut nous inviter à raisonner en sens contraire. Sa pensée vive, entraînante, nous montre l'envers du décor de notre pensée habituelle sur le sujet. Et nous nous retrouivons en train de lire "Eloge des frontières", un livre d'intelligence et de recul, que Gilles Fumey (universitaire, Paris-IV Sorbonne) présentait dans La Croix du 03 12 2010. Lien : ESPACE LIMITE OUVERTURE.

civilisation,contrôles d'identité,culture,frontières,ibn khaldûn,intelligence,livres,sociologie

    Si dérisoire que puisse paraître notre choix de ces quelques livres, gouttes d'eau dans l'océan de LA CULTURE, c'est toujours un bonheur que de sentir vivre autour de soi l'intelligence ; de savoir que des français s'émerveillent en voyant le monde ou en découvrant des idées, lisent, parlent, abordent de nouveaux horizons, que ce soit au plus près des réalités (paragraphe 2 . / ci-dessus) ou avec le recul intellectuel d'un géant de la civilisation (4 . / ) ou encore dans le feu d'un Régis Debray toujours étonnant, autant que profond. Bonnes lectures, chères lectrices et chers lecteurs de "France résiste" !

    L'intelligence est une forme de résistance essentielle 

lorsque l'humanité menace de se montrer sous un jour

inhumain.

civilisation,contrôles d'identité,culture,frontières,ibn khaldûn,intelligence,livres,sociologie

.