Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2013

"Menace" : FN, ministre grec, Front de gauche, écologistes, députés, Iran

.

        On ne le dira jamais assez : nous vivons l'âge de la menace, de façon quotidienne, dans les manifestations de rue, dans les cours d'école, en classe et dans d'innombrables autres circonstances de ce qui s'impose à nous jour après jour. Mais oublions ici cet aspect "faits divers" et considérons la menace en tant que pratique politique, en particulier dans notre pays.

 

        1. Le FN ne se présente pas comme menaçant. Il fait usage de ce qu'il considère comme une menace. Le résutltat est, en tout état de cause, qu'on se sent menacé, et on comprend qu'il faut faire confiance au FN pour échapper au danger.

        2. On peut, en étant Premier ministre grec, menacer la Grèce d'une catastrophe épouvantable, à savoir la sortie de la zone euro et le retour à la drachme : cela fait peur, l'on comprend qu'il faut faire confiance au Premier ministre, accepter des sacrifices, et l'on sera sauvé.

        3. Mélenchonistes, communistes, Front de gauche, écologistes  soutiennent la majorité au pouvoir, mais cela ne les empêche pas de brandir la menace : acceptez, disent-ils, nos suggestions, nos amendements à vos projets gouvernementaux, sinon vous devrez vous passer de notre soutien et vous vous débrouillerez sans nous ! Chacun comprend que l'exécutif et la majorité socialiste sont menacés d'isolement et d'affaiblissement, il convient donc de faire preuve de confiance envers les alliés exigeants et une grave crise politique sera évitée.  

        4. Un sénateur écologiste menace lui aussi de ne plus soutenir François Hollande si les résultats promis ne sont pas au rendez-vous à la date prévue. Chacun comprend qu'il est urgent de ne pas s'enfermer dans une optique PS mais qu'il convient au contraire d'élargir l'horizon officiel des sympathies politiques, notamment du côté de l'écologie si l'on veut que le pays se tire d'affaire. 

        5. En étant membre de l'UMP, on a des idées précises sur la marche à suivre. Chacun comprend qu'il faut prendre garde à ne pas laisser telle personnalité de l'UMP quitter le parti !

        6. Même si l'Iran est un grand pays à bien des points de vue, cela ne suffit pas : il faut qu'il menace le monde de se rendre bientôt maître de l'arme nucléaire. Et l'on comprend facilement qu'il est urgent de reconnaître l'identité, l'originalité, l'existence et l'importance de l'Iran, dans son expression politique d'aujourd'hui, sauf à courir à la catastrophe.

Entre nations, entre forces politiques à l'intérieur d'un même pays, notamment la France, comme souvent entre les personnes dans notre vie en société, la menace joue donc un rôle extrêmement développé.  

        7. La menace est à la fois une arme et une façon d'être, ou, pour dire les choses autrement : un comportement social et une façon que nous avons de renforcer notre propre existence, notre propre identité. Et en ce qui concerne laFrance, on peut à juste titre réfléchir sur le rôle que joue la menace dans la vie politique et dans la question de l'identité.

        Ci-dessous, point par point, de 1 à 7, nous reprenons les quelques sujets évoqués ci-dessus et renvoyons à des sites, articles, revues qui permettent de se documenter et d'approfondir ces questions de façon compétente et professionnelle. Bonnes lectures ! 

 

 

député ump,drachme,chômage,écologie,euro,grèce,identité politique,immigration,iran,lionel tardy,menace,menace nucléaire,peur,soutien au gouvernement

 

 

        1. L'immigration est utile, elle constitue même l'un des éléments qui peuvent le plus nous aider à sortir de la situation dramatique que nous connaissons actuellement. Pourtant, le FN présente volontiers l'immigration comme une menace, en particulier en termes de chômage. Avec des nuances, certes, mais qui n'empêchent pas que l'impression la plus générale demeure surtout celle d'une menace. Pour comprendre la réalité de ce que représente l'immigration, cette peur agitée devant nos regards effrayés, mais aussi cette chance et même cette occasion à saisir impérativement, on lira Eric Le Boucher, site de Slate.fr, 26 et 28 04 2013. Lien : IMMIGRATION UNE CHANCE INOUÏE.

        2. Le danger du retour à la drachme, utilisé par le Premier ministre grec comme une menace, était présenté par Le Monde, 04 11 2012. Lien : SORTIE grecque DE L'EURO

        3. Une alliance objective avec la droite, c'est la pire menace, en un sens, que pouvait exercer l'ensemble des communistes, mélanchonistes, élus écologistes en situation de soutien poliltique à l'actuelle majorité de gouvernement. Cette menace a pourtant été mise en oeuvre, brandie, proclamée, terrible ! La Tribune 04 11 2012. Lien : MENACE des alliés politiques

        4. Sénateur EE-LV, J.-V. Placé joue la carte de la confiance qu'il accorde au gouvernement Ayrault. Cependant, il a déclaré qu'il attendait des résultats en particulier en ce qui concerne le chômage, ainsi que sur d'autres points, laissant au demeurant planer la menace du retrait de son soutien... Libération, 18 11 2012. Lien : Sénateur demandera des comptes

        5. Lionel Tardy, UMP et soutien de François Fillon, défend ses positions et donne force de conviction à ses exigences en menaçant de quitter son parti s'il le juge nécessaire. Et il n'est pas à vrai dire le seul dans ce cas, à ce qu'il à apparaît. Lire Hélène Bekmezian, Le Monde, 20 11 2012. Lien : UMP, filloniste et exigeant

        6. L'Iran menace : gare à l'arme nucléaire ! Lire Armin Arefi in Le Point, 23 04 2013. Lien : La menace iranienne

        7. Thomas Arciszevski a étudié la question de la menace en politique sous le titre "Menace, politique et identité nationale" : Université Paris Descartes, Paris 5, numéro 6 des Cahiers de psychologie politique, janvier 2005, à consulter sur le site irevues. Lien : Etude approfondie de la menace en politique

 

        C'est en renvoyant le lecteur à cette étude particulièrement intéressante que nous mettrons un terme au bavardage de France résiste pour aujourd'hui. Rien n'est plus odieux à l'horrible bête de la domination des cerveaux, nous n'hésitons pas à le redire, que l'intelligence, au reste maudite et persécutée par certains régimes politiques passés comme présents.  

 

La France n'étant pas une dictature, 

il importe, et il convient 

de considérer 

et examiner librement 

ce qui précède. 

.              

24/02/2013

Bonheur pour tous

.

        Le bonheur est pour tous, mais il n'est pas pour maintenant. Cela fait frémir d'impatience !

 

        A/  Une famille peut bien s'évertuer à lutter contre la pauvreté, les difficultés de la vie ; des enfants peuvent bien travailler avec sérieux et se montrer même "brillants", il n'en demeure pas moins que les conditions faites à la mère qui élève seule ses trois garçons, et qui fait l'impossible pour obtenir un emploi un peu moins mal considéré (et rémunéré), le succès (que ce soit pour elle ou pour ses enfants) n'est pas encore au rendez-vous ! Et voilà même que des discriminations viennent mettre leur grain de sable si d'aventure la machine commence à tourner rond ! Voir tout cela : ci-dessous lien A/ 

 

        B/  Un effort important est fait pour aider les plus fragiles, dans toutes sortes de situations et de besoins ordinaires ou extraordinaires, et la France a sur ce point des habitudes généreuses, qui ont rendu moins dramatiques, sans doute, les années de crise que nous venons de connaître et connaissons encore. Qu'en est-il des autres pays de l'Union européenne ? Voir ci-dessous lien B/

 

        C/   Peut-on oublier dans quel péril se trouvait la France il y a bien peu de temps, et avec elle l'Europe, et l'euro ? Qui a remporté des victoires décisives ? Comment se fait-il que l'on puisse désormais s'attaquer aux vrais problèmes d'avenir ? Ci-dessous, lien C/ 

 

        D/  Il est de bon ton de dire, ou de croire, que la France n'est pas à la hauteur de la situation ! Or, la France ne correspond pas à ce cliché pessimiste et méprisant. Ci-dessous, lien D/ 

 

        E/  Nous commencions ce message avec une famille qui lutte et qui peine ! Nous avons vu ensuite que des progrès ont été accomplis pour que l'Europe, l'euro, la France et d'autres échappent au naufrage. Pour terminer, voyons ce qui relève de l'Europe pour que les efforts de la France portent enfin des fruits visibles, perceptibles, y compris par les familles modestes, les pauvres, les chômeurs... Lien E/ ci-après.      

 

 

        A/  Seule, elle a élevé trois enfants déjà grands maintenant. Elle a lutté toute sa vie, ses revenus sont extrêmement modestes, et elle cherche, tout comme ses enfants, à travailler de façon digne, compétente. On remarque au passage que les enfants sont plutôt du genre "brillants". Pourquoi faut-il que non seulement la France offre à cette famille non seulement les difficultés liées au chômage et à la crise, mais aussi les affres de plusieurs sortes de discrimination ? Lire Marion Dubois, étudiante en journalisme à l'IPJ-Dauphine, in Libération, 23 02 2013. Lien : CHÔMEUR COMPéTENT.  

 

 

        B/ Les dépenses de protection sociale sont particulièrement élevées en France par rapport au PIB. On pourra situer la situation qui est la nôtre par rapport à celle des autres pays (des 27 de l'Union européenne), et voir quelles ont été les évolutions récentes et autres caractéristiques de cette politique susceptible

a/ de coûter cher à l'Etat, mais aussi

b/ d'amortir socialement les affres de la crise en lisant Le Monde, 27 11 2012. Lien : EUROPE FRANCE PROTECTION SOCIALE

 

 

        C/  Mario Draghi et François Hollande ont largement contribué à écrire une belle page de l'histoire de l'Europe, si bien que la Grèce ne sortira pas de la zone euro, et que l'euro n'est plus menacé de mort. Les questions qui, désormais, se posent, relèvent davantage des préoccupations normales d'une puissance en gestation. Il s'agit maintenant d'aller au bout du mouvement amorcé, de dépasser le franchissement des plus redoutables dangers pour mettre enfin en oeuvre une véritable politique face aux enjeux nouveaux qui apparaissent, en Italie par exemple. Le Monde, 22 12 2012. Lien : ENSEMBLE EURO AVENIR.

 

 

        D/  Alors que la France est facilement décriée non seulement à l'étranger mais aussi chez elle trop souvent, le ministre allemand des finances, Wolfgang Schäuble, précise les raisons pour lesquelles il nous fait confiance. Pour lui, les réformes structurelles entreprises pèsent d'un poids important en faveur de notre avenir économique et de notre solidité. Le Monde, 23 02 2013. Lien : CONFIANCE FRANCE SCHÄUBLE

 

 

        E/  La France met en oeuvre des mesures qui donneront leur fruit pleinement dès que la reprise se produira. Il ne peut pas y avoir de reprise si la France agit seule. La confiance, le soutien et le rythme de l'activité peuvent renaître grâce à d'importants progrès à l'échelle de l'Europe : une Europe réelle, parlementaire, profondément démocratique ; c'est à dire une Europe capable de relancer l'économie de façon autonome, avec des moyens financiers européens qui lui soient propres, au lieu de dépendre du budget des Etats, et enfin une Europe qui sache se montrer pleinement solidaire tant au plan social que dans sa démarche politique. C'est Liêm Hoang Ngoc qui développait en novembre dernier ces perspectives, notamment dans les paragraphes "Deuxièmement..." et suivants de son discours. Un Monde d'Avance, 20 11 2012. Lien : EUROPE SOLIDAIRE

 

Le pessimisme systématique est un vilain défaut qui rend aveugle... 

 

.

04/05/2012

Attente

.

        Chère lectrice, cher lecteur,

 

        dans les quelques lignes qui suivent, je ne vais mettre qu'un seul lien hypertexte (ou deux...), contrairement à mes habitudes ; mais c'est un lien à ne pas manquer si vous doutez de la sincérité ou de la solidité des propositions du candidat François Hollande (voir en fin de message).

 

        Depuis que ce blog a vu le jour, beaucoup de souffrance a été infligée à notre pays. Beaucoup de résistance a permis de faire face. Nous avons été les témoins, y compris dans les pages de "France résiste", du courage avec lequel la presse a tenu son rôle et les journalistes ont su comment dire ce que le Pouvoir aurait peut-être aimé ne pas entendre parfois. Nous avons été les témoins de la résistance qu'ont offerte non seulement des enseignants, des soignants, des syndicalistes, des partis politiques, des associations, et de nombreux simples citoyens mais aussi notre Constitution elle-même, et nos institutions : la France était donc bien faite, malgré tout ce qu'on peut trouver à redire ! Et les Français se sont montrés à la hauteur des enjeux.

        La page d'une présidence va bientôt se tourner, ou au contraire se prolonger, en pire ! Mais cela n'est que l'écume de la vague, bien que cette écume à elle seule soit d'une immense importance pour tout ce qui nous concerne, nous et l'Europe.

        L'essentiel, lui, va continuer d'être le même, quel que soit le nouveau ou l'ancien président : la droite extrémisée va se former, se conforter, se préciser et se fortifier encore. La pauvreté et le chômage ne vont pas céder brusquement la place à la richesse pour tous. La rancoeur, la peur, (et donc la tentation de haine, de discrimination) ont encore de beaux jours devant elles. Qui sait même si certains n'essaieront pas de souffler sur les braises ? Ou d'introduire la confusion dans les mots, les intentions, les débats ?

        La résistance devra continuer face à l'arrogance raciste et xénophobe, à l'acrimonie, à la xénophobie, au classement des personnes sous des étiquettes variées, voire haineuses, enfin face à tout ce qui menace l'intégrité de notre héritage humaniste et républicain. 

        Souhaitons que tout puisse se passer dans le jeu normal de nos institutions, et donc dans un cadre serein, fraternel. Que chaque compétence soit respectée et puisse s'exercer dignement, en particulier l'indépendance de la justice, et le respect de la Constitution.

        Chère lectrice, cher lecteur, nous sommes tous dans l'attente et je vous prie de bien vouloir m'excuser pour l'absence de liens hypertextes dans ce message, à l'exception notable de : Site du parti socialisteLES RéPONSES POUR VOUS CONVAINCRE, (et cette fois, franchement, je suis particulièrement heureux de vous offrir ce "clic") ; également, site du Secours catholique : PAUVRETé  ET CHÔMAGE

        En vous remerciant pour votre visite (ou vos visites !),

        Estival.

.

11/03/2012

La France en progrès passé, présent et futur ! Tu parles !

.

    Attention, jour de grand rassemblement et discours du candidat sortant. On pourrait croire que le Président sortant, après avoir sauvé la France et l'Europe, serait sur le point de nous apporter de nouvelles améliorations, de nouveaux progrès une fois que nous l'aurions élu pour un nouveau mandat. A ce genre de croyance, il faut reconnaître qu'on peut opposer des faits, des prises de position et des observations objectives : souvent en forme de bilan.

        aaa...   A propos du rôle joué par le procureur de Nanterre Philippe Courroye, dans l'affaire dite des "fadettes", on croit comprendre qu'il aurait cherché à connaître jusqu'au contenu de certains SMS. Pour en avoir le coeur net, lire Le Point 20 02 2012. Lien : FADETTES SOURCES SMS

bbb...   Un ancien procureur général près la Cour de Cassation, répondant aux questions d'Agathe Logeart, parle quant à lui en matière de justice d'un "sentiment de corruption publique". La justice, dit-il, "tout a été fait pour la réduire, la contourner, la dévaloriser". Qui donc a "tout fait" ? Devinez ! NouvelObs 07 et 08 03 2012. Lien : JUSTICE RéDUITE.

    ccc...  Le groupe de réflexion Terra Nova a réalisé un travail consistant à comparer les promesses du candidat victorieux en 2007 et le bilan tel qu'il se révèle en 2012. Chômage, dette, pauvres, emplois industriels détruits, au total cela donnerait "un contraste saisissant". On lira la présentation que nous devons à Donald Hebert dans NouvelObs, 15 02 2012. Lien : CONTRASTE PROMESSES BILAN

ddd... Quittons la France pour la Grèce, ce pays phare de la démocratie qui nous indique aussi vers quels lendemains paradisiaques nous sommes peut-être en route : sauver les apparences comptables, paupériser un pays et sa population, ne pas miser sur la relance qui pourant est seule capable d'assurer des rentrées durables d'argent pour l'Etat, cela donne lieu, parfois, à des conséquences fâcheuses quoique inattendues. Mais après avoir lu ce qui se passe en Grèce, on sera mieux à même de se prévenir contre le danger d'une montée du néonazisme qui, poussant sur le fumier fertile de la misère, pourrait apporter la peste à un plus grand nombre de pays européens. Allez ! En route vers ce quartier d'Athènes où pauvreté et néonazis se rejoignent : suivons le guide, Zineb Dryef in Rue89, 09 03 2012. Lien : PAUVERTé NéONAZISME

    Franchement, on est en droit de se demander si les électeurs pourront reconduire un champion des politiques évoquées ci-dessus. A noter que DSK aurait sans doute essayé d'infléchir le FMI vers des positions plus proches de ce que souhaite le parti socialiste, en commençant par une aide à la Grèce plus franche, voire totale, et bien plus rapide. Mais il est tombé dans son propre piège, bien entendu. La France, elle, est à l'abri : ni pauvreté, ni néonazis, pardi ! Ah, ouf : quelle chance ! Merci... Merci qui ? .

15/05/2011

Esclaves, hommes libres, un débat d'avenir

L.

L'astérisque simple, double etc renvoie aux sources et liens proposés en fin de message.

    1 . / L'esclavage* est parfois moderne. Il est est varié. On peut même se demander s'il n'est pas, de nouveau, d'actualité. Avec un bel avenir, et là où nous l'attendons le moins.

    2 . / On a longtemps considéré que l'esclave était égtranger, et de nombreux étrangers étaient esclaves. L'esclave, dans bien des cas, est né ailleurs. Et dans le regard que l'on porte sur lui, il n'a pas de personnalité, pas ou peu de droits. En outre, il appartient à quelqu'un d'autre, et pour le moins il ne s'appartient pas à lui même.**

    3 . / En Europe, et notamment en France, il faut une décision européenne pour préciser que, désormais, "(...) ce n'est pas parce qu'on est sans-papiers qu'on est forcément délinquant".***

    4 . / Cette belle décision européenne, nous lui faisions écho dès le premier jour de ce beau mois de mai.****

    5 . / Vous allez me dire que tout cela concerne la présence des étrangers sur notre sol, cela fait d'eux des sans-papiers, mais il n'est point (ou pas encore  ?) question d'esclavage ! Vous avez parfaitement raison. L'accueil (hum!) des étrangers est la mâchoire supérieure de notre propos. La 'mâchoire inférieure', musclée, puissante, faite pour broyer le malheureux, l"'individu" (ne disons pas la personne !), c'est une 'mâchoire' qui plane dans l'air du temps, c'est un écho que rencontre auprès du public (dit un sondage) la provocante déclaration faite ces derniers jours contre les bénéficiaires de soutien social, de RSA... C'est un genre de petit projet philosophique qui a pour nom, pour couleurs et pour carte de visite : "imposer des contreparties aux bénéficiaires du RSA", "plafonner le cumul de tous les minima sociaux", "trop d'assistanat en France". Déjà, l'opinion serait favorable aux propositions de travail obligatoire et de limitation des revenus d'assistance...*****

    Ce qui veut dire que des français aidés par des français doivent s'acquiter d'une sorte de dette, remboursable sous une forme ou une autre. La solidarité devient payante, pas vrai ? Et la fraternité se rembourse ? Et l'ennemi, c'est non plus le chômage, mais l'individu ! Et l'égalité devant le salaire est balayée d'un revers de la main : si tu travailles parce que t'as un boulot, t'es bien payé (au smic, pourquoi pas) ! Mais si tu travailles parce que tu as le tort d'être en détresse sociale et d'être aidé solidairement, alors t'es pas payé ! Bien fait pour ta pomme ! Change de catégorie !  Solidarité, fraternité... et pourquoi pas un petit effort en direction de la liberté ? Justement, nous avons pensé à ceci, à savoir que...  

    Si nous traitons de la sorte des citoyens français munis de tous leurs papiers et même de leur identité, et même nationale et pas roms du tout, que ferons-nous des citoyens d'ailleurs, venus de quelque part dans le monde ? Les catastrophes qui leur font quitter leur propre pays et leur terre natale ne pourront-elles pas, un jour prochain, nous fournir de la main d'oeuvre qui aura le devoir moral de se charger de travaux d'intérêt public, ou social, ou communautaire, et cela afin de s'acquitter d'une sorte de dette : après "trop d'assistanat en France", n'entendra-t-on pas dire "trop d'accueil en France", et ne reprendra-t-on pas pour ces étrangers les critères de revenu minimum à ne pas dépasser, ni égaler ? Et ne reprendra-t-on pas l'expression "imposer des contreparties" en ajoutant non plus les mots "aux bénéficiaires du RSA" mais : "aux bénéficiaires de l'accueil sur le territoire français" ?

Et c'est alors que les personnes auront bien peu de droits, étant des "étrangers", mais des devoirs, une dette morale et matérielle. L'air du temps, soufflant dans le même sens que le vent de l'histoire mondiale et des grands déplacements de population, ne va-t-il pas favoriser l'émergence d'une nouvelle condition sociale ? Moins draconienne que celle des esclaves au sens strict, mais égale, ou peut-être pire si on la compare à celle du prolétariat ! Cette nouvelle catégorie sociale nous permettrait de redevenir compétitifs sur le marché mondial, de soulager notre peur de l'étrange étranger dont la vue nous bouleverse (?), et de donner un sens aux pires fantasmes xénophobes qui se fraient un petit chemin dans les petites et les grandes déclarations politique de notre temps, notre nouvelle "France",  notre société de demain ! Un peu comme une réponse méchante envoyée de façon guerrière et malveillante à Stéphane Hessel et au Conseil National de la Résistance...

1/// * CNRTL, définition du mot "esclave"

2/// ** Psychanaliste-Paris.com, Christian Bormans, un immense article qui dépasse largement le cadre étroit du présent message, et qu'il ne faut pas manquer de lire intégralement.

3/// *** Rue89 05 05 2011, Marie Kostrz, qui montre aussi comment la France a la tête dure quand il s'agit de se conformer sur ce point à la législation européenne.

4/// **** Ce blog, en date du 01 05 2011, "Migrants dits illégaux (...)", paragraphe 4 "S'agissant encore une fois...", et le lien hypertexte qu'il contient.

5/// ***** Le Monde du 13 05 2011 sur une enquête (mise en doute par quelques uns, mais passons !).. 

11/05/2011

Aides sociales, RSA : y a-t-il eu stigmatisation exemplaire ?

.

    Le ministre qui est en charge de tout autre chose que des affaires sociales a émis une opinion qu'il souhaite voir partagée par sa droite, la "Droite sociale", ou qu'il partage déjà avec elle. Toujours est-il qu'il n'a pas hésité à proposer que les bénéficiaires du RSA soient tenus d'effectuer des heures de travail dit "service social". Il a employé le mot terrible : "assistanat", qu'il a présenté comme un "cancer de la société française". Le ministre (qui n'est point en charge des affaires sociales) entend faire évoluer les choses, donc les réalités sociales. Il est important de prendre connaissance des idées et propositions de ce ministre, par exemple en lisant Libération du 09 05 2011

    Les réactions outrées ne se sont pas fait attendre ! David Assouline, l'ANAS (Association nationale des assistants de service social), Marie-George Buffet, le NPA, Manuel Valls, mais aussi Nicole Maestracci (présidente de la Fédération Nationale des Associations de Réinsertion Sociale), le MNCP (Mouvement national des chômeurs et précaires), la CFDT... Ces révoltés et d'autres réactions, de divers horizons politiques, on peut les retrouver, et c'est de nouveau dans un article de libération 09 05 2011, qui présente un véritable arc-en-ciel d'information

    Des sensibilités qui complètent celles évoquées ci-dessus trouvent un écho auprès du Secours Catholique 11 05 2011, puisque celui-ci délivre un bref message sur le sujet et, juste en-dessous, affiche un lien vers un communiqué du collectif Alerte. On trouvera, en plus dudit communiqué, la liste des associations qui forment Alerte et l'adresse du site. Là encore, l'indignation va bon train

    Le présent message n'a d'autre but que de renvoyer le lecteur à davantage d'information. On pourrait (mais un autre jour, dans un autre cadre) s'interroger sur le comment et le pourquoi de ces déclarations si remarquées... 

.