Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2012

"Solidarité" : gouvernement, économie solidaire, délit, étrangers

.

   La solidarité au gouvernement

 

Le gouvernement Ayrault comprend un "ministre délégué à l'économie sociale et solidaire" et cela réjouit bien des "solidaires", pardi ! L'économie sociale et solidaire (ESS) a une histoire, une importance, des orientations et une efficacité ; elle a notamment permis, déjà, de créer des emplois, et elle est considérée comme un élément favorable à la bonne marche de l'économie dans son ensemble. Bien sûr, le nouveau contexte politique donne lieu à beaucoup d'espoir. Voir site Youphil, 18 05 2012, article de la rédaction et Fanny Roux. Lien : SOLIDARITé GOUVERNEMENT ESS.

 

Délit de solidarité

    Le "délit de solidarité" a une assez longue histoire ; et aussi une histoire récente ! Le sens des mots n'a pas toujours été le même. Tout récemment, des citoyens français ont dû souffrir pour avoir fait preuve d'humanité, tout simplement ! On verra que de nombreuses associations, et de nombreux individus se sont montrés solidaires de la personne humaine en détresse, cependant qu'un certain pouvoir tentait de régner sur les mots, les actes, les coeurs, les esprits, grâce à l'utilisation du vocabulaire : "solidarité" et "délit", dans certains esprits d'une droite 'extrémisée', cela fait un drôle de remue-ménage. L'exemple de "Moustache" est une illustration du nouveau sens de l'expression "délit de solidarité" (voir les trois derniers paragraphes du texte cité par le lien qui suit) pendant une certaine période si récente, si récente de notre histoire... Lire Violaine Carrère et Véronique Baudet sur le site du Gisti, 29 04 2004. Lien : SOLIDARITé DéLIT

 

Coupables de ce "délit" : sanctionnés !

    Bien sûr, le délit de solidarité pourrait n'être qu'une fable et les gens n'auraient jamais été inquiétés sous un tel prétexte. Hélas, les gens ont bel et bien été inquiétés, mis en justice, condamnés : pour s'être montrés humains. Et à ce titre, ils revendiquent l'existence de ce délit de solidarité dont, précisément, ils sont fiers. Tout cela est fort paradoxal : on y verra très clair en lisant les dizaines d'exemples fournis par le site de RESF, 20 05 2012. Lien : SOLIDARITé CONDAMNATIONS.

 

Les mots, est-ce vraiment si important ?

    Mais oui, le sens des mots en dit long sur les dispositions de ceux qui les emploient. Acteurs de l'économie sociale et solidaire, membres d'associations d'aides aux plus malheureux (Lien : DéLINQUANTS SOLIDAIRES) , membres d'un pouvoir ou d'un parti très à droite, chacun de ces acteurs de la vie en France donnent, ou ont donné à la "solidarité" une couleur différente, parfois fort laide ! La solidarité, vertu magnifique, a donc reçu en plein visage la puante accusation liée au simple mot "délit". Des français ont résisté par des actes, et par leurs souffrances, à cette opération qui mettait en jeu jusqu'à la pensée humaine, jusqu'à la langue française : d'une part, défendre l'étranger privé de tout revient ausi à défendre la beauté de la langue française et des actes de notre histoire comme l'humanité, l'hospitalité, la solidarité, la fraternité ; d'autre part et à l'inverse,  défendre les mots, c'est parfois défendre la dignité et les droits de l'Homme. Mots, sons et lettres, avez-vous donc une âme ?

.