Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2015

Intelligence ou bête violente : que sommes-nous ?

.

       

 

art,barbares 2015,cornette,culture,destruction de notre esprit,destruction de notre pensée,education nationale,enseignement latin grec,esprit,former l’esprit,france intelligence,spectacle de la barbarie,trésors archéologiques,violence en nous,violence qui nous habite,voile

 

 

A.  Hospitalisée à Toulouse, elle avait été agressée à cause d'un vêtement qui cachait ses cheveux.

        L'agresseur aurait-il éprouvé, à la vue de l'article vestimentaire en question, une avalanche d'émotions furibondes qui l'auraient secoué intérieurement au point de l'amener à se conduire de façon violente ? Deux questions se trouvent donc posées :

 

Question numéro 1.

        Comment un être humain, l'un de nous, peut-il en arriver à de tels actes, comment se fait-il qu'il perçoive la réalité et l'éprouve en lui-même d'une façon telle qu'il se transforme, souffre, et fasse souffrir ? A cette question, la réponse ne semble pas vraiment s'étaler sur la voie publique. Un certain silence règne, alors qu'il nous semble que le sujet mérite une attention non seulement sérieuse, mais également immédiate, de toute urgence !

        Peut-on suggérer une explication simple ? Nous soulignerons donc ceci : d'une part, la perception d'une pièce de tissu n'est pas reçue par nous de la même façon si nous l'associons à la protection contre la chaleur du soleil ; ou si elle nous rappelle le temps où la France encore pas mal chrétienne revêtait ses "bonnes sœurs" de voiles divers et variés, dont par exemple la célèbre cornette des sœurs de la charité ; mais nous pouvons aussi associer le voile d'aujourd'hui à la pratique et à la présence d'une autre religion, elle-même assimilée de façon hâtive à un certain nombre de pays et à certaines choses qui nous déplaisent, ou nous dérangent, ou nous inquiètent à tort ou à raison. Or, on objectera que quel que soit le cas, la vue d'un peu de tissu ne peut pas, ne devrait pas raisonnablement conduire à des actes violents.

        Et c'est ici qu'intervient le deuxième facteur : la violence existe en nous avant même que le prétexte de son déclenchement ne nous soit fourni. Nous sommes par nature capables d'amour, d'émerveillement, de délicatesse, de souffrance, de compassion, et de bien d'autres choses encore parmi lesquelles la violence. La violence fait partie de ce dont nous sommes capables pour nous défendre, au même titre que l'appétit nous invite à nous nourrir ou que l'instinct de conservation nous évite la mort. C'est simple, et cela ne nous oblige pas forcément à être violents. Mais cela signifie que la violence qui nous habite, véritable force comparable à celle d'un fleuve, est régie par quelques lois. Le fleuve suit le cours qui lui est imposé par le relief. De même la violence qui sort de nous prend telle ou telle direction, selon les circonstances qui nous entourent, ou nous façonnent de l'intérieur. Et c'est ainsi que nous prenons avec force et détermination, dans notre activité, la direction du sport, ou de l'étude intellectuelle acharnée et passionnée, ou encore de l'ambition, de la création artistique, entre bien d'autres choses. Dis-moi à quoi tu "tournes" la violence saine et humaine qui t'habite, et je te dirai qui tu es.

        Dans certains cas, à certains moments de notre vie, notre violence saine et naturelle est sollicitée de façon plus combative, plus instinctive et irraisonnée, plus destructrice... Par exemple à la vue d'un ennemi qui va nous tuer,  ou à la vue d'un objet qui, pour notre vécu intérieur, représente quelque chose d'insupportable. 

        On pourrait donc envisager de mieux prendre conscience de cette présence en nous d'une certaine bonne violence, force saine, naturelle et utile. On pourrait donc aussi apprendre à se méfier des idées, ou des souvenirs, ou des images qui nous amènent à ressentir le réel d'une façon trop douloureuse, si bien que la violence s'éveille alors en nous et nous conseille mal.

        Connaître l'autre, les autres, réfléchir, méditer, prendre du temps pour accueillir en soi la diversité du réel et pour prendre du recul par rapport à ses propres instincts violents, voilà qui aiderait peut-être les uns à ne pas céder à l'impulsion d'un moment, et les autres à ne pas construire de façon délibérée des guerres fondées sur la bêtise, l'ignorance, le non-respect systématique de l'autre. Et cela vaut pour toutes les doctrines, toutes les chapelles, aussi bien celles qui haïssent l'étranger que celles qui haïssent les musées et les statues de l'Antiquité...

 

Question numéro  2. 

        Peut-on tolérer ce genre de comportement ?

        Cette fois, la réponse n'est pas bien loin, elle est même sous nos yeux, elle vient du ministre de l'intérieur lui-même.

On lira avec intérêt Le Monde, 27 03 2015. Lien : vêtement et intolérance.

 

 

art,barbares 2015,cornette,culture,destruction de notre esprit,destruction de notre pensée,education nationale,enseignement latin grec,esprit,former l’esprit,france intelligence,spectacle de la barbarie,trésors archéologiques,violence en nous,violence qui nous habite,voile

 

       B.  Pour Aurélie Filippetti, alors ministre de la culture et de la communication, c'est en se cultivant et en exerçant son intelligence que l'on combat au mieux les mauvaises idées d'une certaine droite extrême. Elle invoquait à ce sujet Albert Camus, dans une tribune de l'année 2013 que l'on trouvera sur le site de Libération (voir le lien ci-dessous). Et l'on voit comment se rejoignent un écrivain d'hier (ou d'avant-hier ?) et nos préoccupations, nos problèmes de ce début 2015.

        Il est urgent, en effet, de continuer à bâtir la France, pays de culture et de pensée, de finesse et d'éducation, aussi bien dans la société en général que dans le cadre de l’Éducation nationale dont il sera question ci-après. On ne prépare pas l'avenir en détruisant des dizaines de milliers d'emplois d'enseignants (précédent quinquennat). On le prépare en appliquant et en continuant d'appliquer le programme socialiste annoncé, notamment pour l’Éducation nationale, source d'intelligence et de tolérance pour aujourd'hui et pour demain...

Lire : Libération, 01 12 2013. Lien : Filippetti culture Front national

 

 

art,barbares 2015,cornette,culture,destruction de notre esprit,destruction de notre pensée,education nationale,enseignement latin grec,esprit,former l’esprit,france intelligence,spectacle de la barbarie,trésors archéologiques,violence en nous,violence qui nous habite,voile

 

        C.  "L'abandon progressif du latin et du grec" dure déjà depuis des décennies, mais est-ce une raison pour continuer de suivre cette mauvaise pente ? L'auteur de l'article auquel nous renvoyons le lecteur par le lien ci-dessous est passionné par ces deux langues, et il montre à quel point leur étude contribue à former l'esprit et à le rendre cultivé.

        Nous remarquerons par ailleurs que son propos revêt un caractère particulièrement pertinent en ce début de 2015 où des barbares, vrais et actuels, détruisent systématiquement et sauvagement des trésors archéologiques et historiques d'une valeur inestimable pour notre identité et pour les origines de notre civilisation.

        Devant les horreurs perpétrées par Daech, on hésitera peut-être à déclarer que l'étude des langues anciennes est d'une brûlante actualité... Et si la vérité se trouvait être le contraire ? Et si la cible de ces destructions écœurantes était non seulement les statues, les objets matériels hérités du passé, mais aussi, voire même davantage, notre pensée, notre esprit ? N'est-il pas grand, noble et courageux de cultiver l'histoire, la pensée, la vivacité de l'esprit et l'élargissement des connaissances ? Ce courage-là est, en vérité, aussi beau et réconfortant que le spectacle de la barbarie est laid et décourageant. L'intelligence, la culture sont à la fois notre avenir et la sauvegarde de notre passé. Ce sont des armes redoutables, que les imbéciles redoutent, et cherchent à supprimer. Voir le site Focus Campus, 04 04 2015. Lien : latin et grec pour l'intelligence

 

 

art,barbares 2015,cornette,culture,destruction de notre esprit,destruction de notre pensée,education nationale,enseignement latin grec,esprit,former l’esprit,france intelligence,spectacle de la barbarie,trésors archéologiques,violence en nous,violence qui nous habite,voile

 

L'homme est un animal curieux.

Il est barbare et fou furieux.

Il est cependant merveilleux,

Accueillant, doux, ami des dieux. 

Pour arrêter les flots barbares

Nous invitons l'esprit, et l'art.

 

 

.

20/03/2015

Haine et violence de basse espèce !

..

        Les djihadistes de la plus basse espèce font assaut de violences, de crimes, de prétention et de haine. Ils veulent régner par les armes, par le pouvoir. Ils veulent régner sur les territoires, sur les êtres vivants, sur les esprits, sur les cœurs, sur le présent et l'avenir, sur la passé lui-même !

        Les affreux qui osent s'en prendre aux musées les plus précieux pour l'esprit et la civilisation s'attirent le mépris et l'indignation de la part des gens ainsi que des institutions civilisées.

        La haine la plus bête, la plus aveugle ne date pas d'aujourd'hui. Et si les armes sont et doivent être mises à contribution contre ses débordements et ses prétentions, n'oublions pas que l'antidote le plus radical, le plus subtil, le plus fatal à la haine, c'est l'intelligence : et ses alliés se nomment culture, histoire, mémoire, droit universel, connaissances, science, élévation de l'esprit et du cœur, éducation.

       

 

        A.  Les djihadistes épris de califat ont attaqué l'Assyrie, la civilisation babylonienne, le passé de notre civilisation, notre mémoire, notre identité humaine, le trésor même que nous espérons léguer à nos enfants. Il s'agit donc bien, de la part de ces acteurs d'infamie, d'une véritable "soif de destruction", comme on s'en rendra compte en lisant Alexandre Bogaert in Le Monde, 26 02 2015 et 12 03 2015. Lien : Destruction musée Mossoul

 

        B.  Les réactions indignées n'ont pas tardé : Unesco, Ligue arabe, autorité musulmane égyptienne, musée du Louvre, François Hollande, Manuel Valls, François Bayrou, Jack Lang : et l'on pourrait sans aucun doute, nous semble-t-il, glaner à travers les pays du monde des dizaines, des centaines de voix qui s'expriment ou se sont déjà fait entendre pour abonder dans le même sens. Non seulement le monde se mobilise militairement, mais encore il manifeste la vigueur de l'esprit et de la civilisation, l'émotion et la détermination ! Lire Le Parisien, 27 02 2015. Lien : INDIGNATION CONTRE DAECH

 

        C.  Et nous voilà de retour en Europe, en 1933, dans l'Allemagne où Hitler vient, il y a quelques mois tout juste, de conquérir le pouvoir. Que voit-on ? Vingt mille livres sont brûlés à Berlin, sans compter ceux qui le sont ailleurs en Allemagne. La haine de la culture fera bientôt fuir à l'étranger d'éminents artistes, écrivains, penseurs, savants... Belle leçon à méditer si nous voulons essayer de prendre la mesure des événements de 2015, non ? Bel exemple de ce que peut donner de lui-même l'animal humain, d'un siècle à l'autre, d'un continent à d'autres, d'une prétendue théorie politique à une autre ! Mais cela n'éveille-t-il pas en nous un désir renouvelé d'intelligence, de culture, ces armes tant redoutées par les régimes atroces dont l'espèce humaine se montre hélas capable ? Il est bon et éminemment utile de lire ! On peut commencer par l'article de Fabrice Grenard, in Jalons, un site de l'INA. Lien : Autodafés nazis.

 

autodafé nazi,berlin 1933,culture,djihadistes,éducation,haine,histoire,indignation,musée mossoul

 

        D.  En France, en 2015, le salut nazi et d'autres signes inquiétants sont apparus dans la population, y compris chez le collégiens, oui, au collège ! On peut, quand on est professeur, se trouver confronté à des indices désarmants de dégradation des esprits... On peut aussi essayer d'en faire bon usage par la réflexion, la concertation et l'action éducative. L'éducation dresse sa barrière d'amour et de lumière fasse à l'instinct bestial haineux et face aux ténèbres immondes. Ce n'est pas seulement un professeur, ce sont des foules de françaises et de français qui peuvent résister, qui résistent, dans toutes sortes de situations, de milieux sociaux, de cadres de responsabilité ! Mais à l'école, on peut apprendre, savoir, comprendre : redoutables pouvoirs que ceux de l'esprit face à l'Immonde ! Comme le dit un collégien dans l'article cité ci-dessous : "Sans histoire, on est perdu". Alors, que vivent les historiens ! Lire Matteo Maillard in Le Monde, 19 03 2015. Lien : Histoire contre barbarie

 

 

    Conclusion :

 

Dire bonjour à un ami,

Respecter même un ennemi,

Orner son cœur de belles pierres

Venues des fonds de l'Âge d'Or :

Autant de raisons d'être fiers

De nos pays, de nos trésors,

Autant de preuves qui abondent

Pour venir à bout de l'Immonde.

C'est en riant, c'est en aimant

Que l'on fait partie des vivants, 

La barbarie est bien trop bête : 

A nous de relever la tête !

 

 

 

 

12/10/2014

Malala et Kailash

.

Malala et Kailash,

Kailash et Malala,

Yousafzaï et Satyarthi,

Satyarthi et Yousafzaï :

Ces mots descendus du ciel

Resteront gravés en nous.

 

Vous avez donné l’espoir,

 

Vous avez rendu la vie

 

A des peuples, des enfants,

 

Mais aussi à tous les autres,

 

A tous ceux qui pensent juste,

 

A tous ceux qui servent bien.

 

Vous voici félicités,

 

Soutenus, encouragés  

 

Au nom de tous ces humains

 

Pour qui vous luttez sans peur.  

 

Vous habitez nos pensées,

 

Car nous chantons en nous-mêmes

 

Vos prénoms et vos succès :    

 

Ils nous sont raisons de vivre !

 

Vous embellissez nos cœurs,

 

Vous avez chassé la nuit :

 

Dès que nous pensons à vous

 

Nous contemplons le bonheur !

.

.

15/05/2014

Le père et son enfant

.

Le père° et son enfant

Regardent droit devant

Et lisent les étoiles

Comme un grand livre°° ouvert.

Ils marchent dans la nuit

Sans parler, sans un bruit

Pour ne pas effrayer

La paix qui les habite. 

Le père et son enfant

Légers comme le vent

Sont au milieu du monde

Comme un bonheur sans fin,

Ignorant les horreurs,

Les guerres, la famine 

Dont souffrent tant de femmes,

Tant d'hommes innocents

Qui n'ont pas fait le mal

Et n'aspirent qu'à vivre.

Le père et son enfant

S'éveilleront demain,

Peut-être,

Dans le monde infernal

Qui préfère la mort

A l'amour créateur,

Et qui frappe de haine°°°

Les peuples°°°°, dans leur cœur.

Le père et son enfant

Triomphent par le rêve°°°°°

Quand ils marchent la nuit

Au milieu des étoiles.

De leur profond silence,

De leur immense paix

Jaillira pour toujours

L'esprit de renouveau

Pour transformer le monde

En vision de bonheur.

Et tous, petits ou grands,

Ne seront qu'un seul cœur.

 

 

°père : A.  Père de deux enfants qui sont nés en France, où il est arrivé il y a dix ans, "monsieur MO a été expulsé le 7 janvier". Site : 20 minutes, 06 01 2012. Lien : père expulsé.

 

°°livre : B.Le droit à l'éducation pour chaque enfant, les faits, la souffrance, les causes et les conséquences de "l'exclusion de l'école des enfants roms", les idées fausses, des exemples concrets, des témoignages et même des raisons de se féliciter, voire d'espérer... Et pour clore le message la composition du "Collectif pour le droit des enfants roms à l'éducation". Voilà de quoi faire une saine lecture pour (presque) tout apprendre sur le sujet. Site : Romeurope, novembre 2012. Lien : droit de l'enfant à l'éducation.

 

°°°haine : C. La couverture d'un hebdomadaire, en France, a été dénoncée au motif suivant : "incitation à la haine raciale". Le Monde, 25-26 09 2013. Lien : haine raciale France

 

°°°°peuples : D.  Les auteurs d'un article, dans l'un des blogs du Monde, ont donné la parole à Stéphane François, "historien des idées et spécialiste des sous-cultures d'extrême droite" à propos de l'arrestation en Corrèze (France) d'un néonazi venu de Norvège. On constatera, à la lecture, qu'il peut être question, hélas, de débarrasser "notre" Europe de "peuples métissés"... Lire Abel Mestre et Caroline Mounot, journalistes au Monde, in Le Monde,  blog "Droites extrêmes" 16 07 2013. Lien : haine peuples.

 

°°°°°rêve : E. Le rêve peut tout changer. Et le dire, ce n'est pas se montrer rêveur : c'est tout simplement dire vrai ! Marc Vachon vérifie cela dans des domaines aussi divers que l'art, les sciences, les difficultés de la vie. Parmi bien d'autres, il cite les exemples de Dmitri Mendeleïev, Niels Bohr (savants), Richard Wagner (compositeur), Robert Louis Stevenson (écrivain).. A lire sur Oser changer. Lien : rêve pour sauver le monde.  

 

Poésie, quand tu nous tiens !

 

.

 .

 

19/11/2013

Haine raciale, triomphante, délictueuse et bête !

.

        La haine s'exprime, elle gagne du terrain dans le domaine de l'expression décomplexée. Des voix s'élèvent, nombreuses, pour protester contre elle, s'en indigner,la  condamner.

        On peut s'élever contre des opinions, on peut protester contre elles et les condamner. C'est bien.

        Il ne s'agit pas d'opinions, mais d'un délit : le racisme ! Et ce délit, confiné d'abord dans le domaine des mots, ne tarde pas à engendrer des actes. Parfois même les actes deviennent un système qui affecte la politique, et en outre la société en entier.

        La progression de la haine raciste, d'abord déguisée sous l'apparence d'une opinion, puis s'efforçant d'obtenir la maîttrise du jeu et des forces de la société tout entière, voilà ce qui se joue peut-être en ce moment.

        La haine n'est pas un mot, une idée, une façon de parler, elle n'est pas une sorte d'élégance à l'envers de la pensée humaine : la haine est un instinct, une passion, une maladie de l'âme, une perversion de l'humain.

        Le but de la haine, quand elle se met en marche, est dans certains cas la conquête du pouvoir. Mais ce qu'elle exige est un pouvoir total : il faut qu'elle règne non seulement sur les choses, les biens, les lois, le pouvoir politique, mais aussi sur les pensées, les mots, les clichés ou pensées automatiques, enfin sur les coeurs, les sentiments, les passions, les volontés, les âmes. Il faut qu'elle remplace le sang et l'esprit par l'instinct, ce côté de la vie que nous partageons avec la bête.

        C'est pourquoi il est réconfortant de noter, à l'inverse, les qualités d'humanité, de profondeur, de sagesse, de beauté, de respect qui se manifestent quand la France s'insurge contre l'expression de plus en plus choquante du racisme.

 

 

        1. Le président de la FNARS (870 associations pour l'accueil et la réinsertion sociale) en est bousculé, stupéfait : un maire va, semble-t-il, réussir à chasser des êtres humains pour les remplacer par d'autres. Il va, pour loger "ses" sans-abri, mettre dehors une famille qui, par voie de conséquence, "sera éclatée", et dont "les enfants seront déscolarisés". Or, il ne s'agit pas d'une substitution banale, mais d'un fait choquant. Pour en savoir davantage, lire Marie Piquemal in Libération, 31 10 2013 et 03 11 2013. Lien : Résistance par connaissance vraie.

 

 

        2. Roms, Gitans, Manouches, Tziganes, Gens du voyage : ces mots ont un sens, ils ont un poids historique, au point que si nous n'en prenons pas conscience nous devenons complices d'une attitude néfaste ! Que de surprises, et non des moindres, quand on découvre la richesse que ces mots abritent ! On sera surpris également de découvrir la situation de la France au regard de ces populations, les erreurs commises, l'inexactitude de la pensée et la perversité des faits réels...

        Peut-on compter sur l'avenir ? A en croire l'auteur cité, l'avenir promet d'être essentiellement "policier" ! Lire Jean-Pierre Liégeois, fondateur du Centre de recherches tziganes, in Le Monde, 28 (et 30) 07 2010. Lien : Résistance par rigueur intellectuelle.

 

 

        3. Le bon combat, Le Nouvel Observateur le mène ! Pour faire valoir le droit de dire que le FN est un parti "d'extrême droite", et pour défendre ce droit même si cela se passe en justice ! Eh oui, "extrême droite", ce sont des mots, deux mots, et ici comme ci-dessus dans le paragraphe 2., rien n'est plus important que les mots, pardi ! Lire Laurent Joffrin, Nouvel Observateur 07 10 2013. Lien : RéSISTANCE par les MOTS.

 

 

        4. "Tziganes, gitans, bohémiens et manouches".

A travers la chanson, la musique et les mots

On voit l'intelligence tourner en dérision,

Sans que ce soit peut-être propos délibéré,

La haine primitive, la raciste pensée,

Les traits de la sottise aux laides contorsions.

Superbe, la musique, dans sa délicatesse

Peut réduire à néant la haine en sa bassesse...

Et l'arbre de l'espoir voit fleurir ses rameaux.

 

Lire ? Non point, mais : écouter l'émission de Philippe Meyer, in "La prochaine fois je vous le chanterai", sur France Inter le samedi 16 11 2013. Lien : Résistance de l'art.

 

 

5. Laide, faite d'instinct et de violence épaisse, la prétendue opinion raciste s'est acharnée récemment sur la garde des Sceaux. Nombreux sont ceux et celles qui sont venus soutenir madame Christiane Taubira, et mener avec elle le combat pour les plus hautes valeurs qui nous animent. Voir de nombreuses réactions et interventions en lisant Alice Géraud et Laure Bretton, in Libération, 13 et 14 11 2013. Lien : France indignée résiste au racisme.

 

 

On n'y peut rien : 

 

la vérité ne se sent pas à l'aise

 

dans les frontières des esprits mesquins.

 

Au diable les petites phrases,

 

et vivent les paradis

 

du coeur et de l'intelligence

 

lorsque, fort heureusement,

 

il se trouve qu'en France,

 

ça résiste !

 

 .

23/09/2012

"Néonazi" : France, passants, retraités, laïcité, mentalités, mépris, racisme, xénophobie

.

        Le néonazisme n'est pas en France. Le néonazisme, cependant, possède en France des atouts, des éléments favorables à son instauration. Cela va du simple vent d'opinions et d'émotions qui peut souffler sur les mentalités jusqu'à la systématisation de la xénophobie, de l'intolérance, autant de faits petits ou grands qui peuvent devenir des signes précurseurs au fil du temps.

 

bloc identitaire,front national,insignes nazis,laïcité,mentalités,mépris,racisme,xénophobie

Mentalités

        1Un éboueur nous débarrasse de ce qui pour nous est à la fois sale et encombrant. Il le fait dans des conditions de travail souvent particulièrement pénibles. En guise d'admiration, de remerciements et de considération, il lui arrive souvent, trop souvent de recevoir moqueries, agressions verbales, agressions physiques. Il lui arrive souvent, trop souvent, de devoir "...faire face à la méchanceté et au mépris..." (ce sont les mots de l'un d'entre eux). La France n'est pas un régime néonazi. L'élévation spirituelle de quelques français en présence d'un éboueur peut cependant éveiller quelque inquiétude. Des français, de simples passants... On lira, pour des exemples dans la ville de Paris, l'article de Willy Le Devin, in Libération 21 09 2012. Lien : MéCHANCETé MéPRIS.

 

bloc identitaire,front national,insignes nazis,laïcité,mentalités,mépris,racisme,xénophobie

Passage à l'acte

        2.  Des français, des retraités, à Aigues-Mortes en France, quoi de plus doux, quoi de plus sympathique ? Ils n'aiment pas les arabes, à ce qu'il semble. Si des arabes offrent de renseigner des automobilistes, et si ces automobilistes récompensent ces arabes à coups de plomb de chasse, les retraités font connaître leur sentiment : éloquent ! On peut se demander si les pensées sont indifférentes, si la pensée raciste ne risque pas de favoriser le passage à l'acte raciste, même lorsqu'il est susceptible d'entraîner la mort. Il est bon de lire Alice Géraud, in Libération, 16 08 2012. Lien : PENSéES PAROLES ACTES.

 

bloc identitaire,front national,insignes nazis,laïcité,mentalités,mépris,racisme,xénophobie

Fierté sans complexes : la banalisation

    3.  Un homme, un adulte, un français adulte, ça n'est pas du genre qui pourrait ignorer le sens et la portée des insignes nazis qu'il porte sur son "tee-shirt". Si vous rencontrez un adulte qui porte ce genre de signes extérieurs visibles (non religieux), ne manifestez pas trop vite, ni trop fort votre indignation. Surtout, ne le giflez pas : ce serait imprudent de votre part, la violence n'étant pas admise par la loi française. Et vous désirez plus que tout respecter la loi de notre pays, pas vrai ? L'épisode, qui n'a rien de comique si l'on y pense, est présenté par Vincent Coquaz, Le Point 13 07 2012. Lien : INSIGNES NAZIS

 

bloc identitaire,front national,insignes nazis,laïcité,mentalités,mépris,racisme,xénophobie

Fraîcheur, vigueur : c'est la jeunesse. 

Mais leurs couteaux, leurs barres de fer, 

Que peut-on faire ? 

    4.  Jeunesses, c'est beau. Nationalistes, c'est séduisant, non ? Rassemblement, c'est rassurant, convivial, social, on dirait presque fraternel. Rassemblement interdit par le préfet du Rhône? Les "Jeunesses nationalistes" ne sont pas désarmés pour autant, ni moralement, ni matériellement ! Ils sont fiers de leurs opinions. Pour de plus amples informations les concernant, lire Catherine Coroller in LibéLyon, 23 06 2012. Lien : JEUNESSES RASSEMBLEMENT BARRES DE FER COUTEAUX

 

bloc identitaire,front national,insignes nazis,laïcité,mentalités,mépris,racisme,xénophobie

 

Parole publique, partis politiques d'extrême droite

    5.  Ont-ils fait leur rédaction ensemble ? Le professeur s'apercevra-t-il que pour dire à peu près la même choses ils ont utilisé à peu près les mêmes mots ? Toujours est-il que le Bloc identitaire et le Front national laissent voir publiquement des ressemblances flagrantes, si l'on en croit la façon dont ils s'y sont pris pour mentionner Harlem Désir... C'est dans Le Monde, 12 09 2012. Lien : FN BLOC IDENTITAIRE HARLEM DéSIR.

 

bloc identitaire,front national,insignes nazis,laïcité,mentalités,mépris,racisme,xénophobie

Propos, sentiments : une synthése politique

comme un début de systématisation ? 

    6.  La loi de 1905 a défini la laïcité, c'est notre histoire, y compris en ceci : tous les essais que l'on fit à l'époque pour la rendre intolérante aux signes religieux dans la rue furent repoussés ! La laïcité à la française sépare l'Etat des religions, mais ne se permet pas de refuser que, dans la rue, on puisse porter un signe visible qui évoque une religion. Malgré cela, madame Marine voudrait interdire le port du voile comme celui de la kippa. Elle voudrait... Elle voudrait aussi être au pouvoir, dans la mesure où elle pourrait alors faire cette autre chose qu'elle voudrait : mettre "à la porte tous les intégristes étrangers. Tous". Pour savoir si le FN est toujours le même, ou bien s'il a changé au point de devenir doucement anodin, lire Le Monde, 22 09 2012. Lien : FRONT NATIONAL PAS SI NOUVEAU.

    Nous reprenons donc le refrain :

la France est un simple terrain,

terrain propice ou favorable,

dans certains cas, aux dérapages.

La France : un grand enfant bien sage,

qui de xénophobie s'enrage.

Je me dérobe ou je m'engage ? 

. 

13/06/2012

"Langage" : comportement, sagesse, rôle, discrétion, bruit médiatique

.

        Le langage tient lieu parfois de comportement. Un langage discret exprime la délicatesse des sentiments. Dans le cas contraire, en donnant son avis, on peut prendre le risque de se montrer envahissant. Les conséquences peuvent être graves. Au point qu'il faut un Premier ministre pour mettre les choses au point et rappeler qu'à chacun revient son rôle tout simplement. Dans le cas qui nous occupe, celui d'une première dame de France qui prend position dans la vie politique et électorale, les conséquences peuvent peser lourd pour le Président, pour les socialistes, pour la France. Sagesse, rôle, discrétion : tout ne se résout pas du seul fait que survient un grand bruit médiatique ! Lire la réaction de Jean-Marc Ayrault : L'Express, blog de Renaud Revel, 13 06 2012. Lien : DISCRéTION

        Mais oui, la sagesse la plus lointaine dans le temps et dans l'espace géographique nous enseigne que pour ne pas se faire remettre à sa place, on devrait éviter de trop parler. Site Proverbes français. Lien : LAO-TSEU

        Le langage sert donc à faire du bruit. Puis, le bruit affole le monde. En outre, la diffusion médiatique amplifie à la fois le bruit et ses possibles conséquences. Or, si l'intervention de la première dame de France nous choque tant, ne pourrait-on pas envisager de traiter cette intervention par le silence, par le mépris mêlé d'une forme de respect, de prudence du silence* ? Et cela ne serait-il pas en même temps un service rendu au bienfait de la sérénité publique ? Faut-il donc que chacun s'efforce de crier plus fort que tous les autres ; s'évertue à donner son avis, hurler son avis ? Le monde ne souffre-t-il donc pas du bruit, source de violence (voir dans ce blog "bruit violence") ?

*(mépris de l'irruption et de la confusion des rôles, respect de la personne dont on critique l'intervention et qui est une personne, donc respectable ainsi que nous l'avons annoncé dès l'ouverture de ce blog...)

     Le bruit de quelques mots peut s'avérer nuisible. Prudence et discrétion servent le bien de tous... Tel est, vraisemblablement, le sens des vers que voici  (la source qui nous a inspiré est un fait divers tragique relaté par le journal Le Monde il y a un certain nombre d'années, nous n'avons pas réussi à retrouver l'article et prions nos lecteurs, ainsi que Le Monde, de bien vouloir nous en excuser ; ledit fait divers, si horrible, est resté dans notre mémoire, lui !) :

 

Les chemins de la mort

 

Un voilier de plaisance

Sous un beau ciel d'été.

Soudain, un homme crie :

"Tous à la mer, bon Dieu !

Nageons dans l'eau salée !"

Cette parole folle,

Chacun l'a répétée : 

Tous firent le plongeon, 

Tous burent l'eau salée. 

Mais aucun n'en revint, 

Car tous avaient sauté. 

Personne, donc, à bord, 

Ne pouvait plus jeter 

L'échelle du salut, 

La corde où s'agripper 

Pour sortir de la mer, 

Monter sur le voilier. 

 

C'est ainsi qu'un seul mot, 

Si chacun s'en empare, 

Finit par entraîner 

Toute une multitude 

Sur des chemins de mort 

Et de décrépitude. 

 

N'étant qu'un simple artiste, 

Ici je me tairai. 

.