Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2014

L'écriture et le livre font de la résistance

.

        Cher Marc,

 

    je suis heureux que tu persévères dans l'étude du mandarin. Ton passage en Chine a donc été déterminant pour toi.

    A propos de livres et de lectures, tu sais qu'Amnesty international a un salon du livre qui lui est propre, et que cela n'est pas très loin pour toi en ce moment. Le salon se tient en effet à Besançon les 15 et 16 février, c'est à dire tout de suite ! Si tu peux y faire un petit tour, tiens-moi au courant de tes découvertes. Je te recommande donc de découvrir "Plumes rebelles", ou plus exactement l'annonce qui en est faite sur le site d'Amnesty international. Lien : Plumes rebelles.

    Car la résistance commence dès lors que l'esprit est libre.  

Bien affectueusement à toi, ton oncle

Estival.

.

11/08/2013

La haine aveugle voit le monde à travers des mots qui tuent

.

        Salut à toi, mon cher neveu,

 

        je t'écris du fond d'une retraite paisible et reposante dans un cadre à la fois verdoyant, bien ensoleillé, parfumé par les fleurs et les champs...

        Si tu veux savoir à quoi je pense tout en me reposant, eh bien voici : je viens de lire comment un jeune français est capable de s'organiser pour s'en prendre à des lieux de culte, et pas ni'mporte lesquels ! C'est dans Le Monde, 11 08 2013. Lien : haine ciblée

        Du coup, je me demande avec effroi pourquoi et comment il se fait que tant d'actes de violence soient commis, et continuent d'être commis dan un pays développé, civilisé comme le nôtre. La violence a de nombreuses causes... J'en dénombrais quinze dans un message posté dans ce blog le 15 05 2010, sous le titre : Les quinze causes de la violence. (ATTENTION : pour quitter la page ouverte par ce lien, ne pas "fermer" la page, mais cliquer sur la flèche "retour" car c'est un lien interne au blog)... 

       Je crois qu'il faut également préciser ceci : quand le torrent détruit une maison placée à proximité de son cours, il la détruit parce qu'il est fort et violent ; c'est la violence des flots qui vient à bout de la solidité de l'édifice. Mais si le torrent détruit la maison, c'est aussi parce que l'excès de force que lui a donné l'orage, par exemple, ne s'est pas dirigé du côté où il n'y a pas de maison : le torrent a débordé en direction de la maison

        Il en va de même de la violence : la première cause est de la même nature que la force, ou l'énergie. La seconde cause est de la même nature que la pente qui dirige l'eau destructrice vers la maison. Ou encore on pourrait penser au choix que fait le tireur lorsqu'il dirige le feu de son arme vers un point plutôt que vers un autre.

        Et dans la tête de l'homme violent, ce qui oriente l'énergie, c'est la pensée. Un individu X habité par une forte violence la dirigera plus facilement vers une personne si on lui dit que cette personne est odieuse. S'il est habité à la fois par la force de la haine et par des pensées qui dirigent cette haine vers une cible, alors les deux conditions sont réunies pour que l'acte de violence ait lieu, et pour que telle personne, ou telle cible soit concernée...

        Quand on se demande si les mots sont capables de tuer, il ne faut pas oublier de préciser que les mots orientent notre force, notre énergie, notre amour, aiinsi que notre haine...

        Oui, il est donc exact de dire qu'il est des mots qui tuent. La résistance à la Bête doit tenir compte des mots !

        Bonne fin d'été à toi, mon cher neveu,

ton oncle Estival.

.

18/04/2013

Jouer sur la peur, jouer sur la hargne : c'est pas beau !

.

      Mon cher Marc, 

merci pour tes nouvelles de Chine, et courage pour tes études du mandarin !

 

        Ici, rien ne change, mais tout suit sa pente : vers le bas !

        Pendant les "questions au gouvernement" aujourd'hui (mardi 16 avril), j'ai eu plusieurs fois l'impression que les politiques s'attendent, peut-être, à des violences dans la rue. 

        En fin de journée, le ministre de l'Intérieur a reçu les organisateurs d'une manifestation prévue contre le "mariage pour tous". La droite hurle qu'on empêche les manifestants de droite de manifester. Elle ne semble pas avoir peur des dérapages que peut ou pourrait provoquer l'extrême droite dans ces manifestations. Sorte de réponse indirecte, Valls, répondant à une "question au gouvernement," avait été jusqu'à mentionner le GUD ! Tout cela, mis bout à bout, m'inquiète : seraient-ils au courant, tous, que quelque chose se prépare ? L'extrême droite aurait-elle repéré que la droite classique est en mauvaise forme, que le pouvoir socialiste est susceptible de faire facilement l'objet d'une colère populaire, et que le moment serait, dans ces conditions, propice à un mai 68 à l'envers, à une grande manif pour l'ordre, pour la morale, pour la droite dont j'annonçais il y a belle lurette la "droitisation" ? Des prêtres catholiques pourraient-ils imiter le rôle de l'Eglise orthodoxe que j'évoquais dans le message précédent si, un jour, notre pays prenait Poutine en plus grande amitié que jusqu'à présent ? 

 

        Le pire est-il déjà (presque) sous nos yeux ? 

        Faire assez de bruit pour faire tourner les têtes,

faire tourner les têtes au point de jeter des foules dans la rue,

chauffer la colère populaire jusqu'à provoquer la dissolution de l'Assemblée nationale et des élections fort populaires qui porteraient au pouvoir ces dames et messieurs de la droite populaire, du Front...

        Lors de la même séance de Questions au gouvernement, répondant lui aussi à une question, Jean-Marc Ayrault a tellement insisté sur l'importance de ne pas faire de mal à la démocratie que mes craintes s'en sont trouvées avivées ! Lui aussi, partagerait-il des inquiétudes et prévoirait-il un prochain scénario populiste de rue ? Toujours est-il que le ton est très agressif du côté de l'opposition. La majorité mène à bien des réalisations que l'Histoire louera : mais on les enterre sous un profond silence. Je pense à la nouvelle façon, dont l'étude est annoncée, de calculer les loyers, ou à la réforme du Syndicat de la Magistrature, entre autres...

        De plus en plus, si la France était une salle de classe, les élèves travailleurs auraient du mal à suivre le cours et à se concentrer sur leur travail, cependant que les élèves les plus bruyants vociféreraient de plus en plus fort, provoquant ainsi une souffrance des nerfs susceptible de déboucher sur des affrontements physiques violents entre élèves. Le professeur, quant à lui, serait l'élément le moins bien "toléré" par la bande vociférante ! Allons-nous voir, d'ici la fin du printemps, les foules se muer en vagues protestataires ? Et le peuple souverain se laisser transformer en "populace" violente ?

Je t'embrasse affectueusement, parle bien "mandarin" mon cher neveu,

ton oncle : Estival. 

Post scriptum : nous sommes déjà jeudi et j'ai dû m'éloigner de mon ordinateur depuis mardi... Les nouvelles semblent aller dans le sens de mes craintes car la violence contre les homosexuels s'exprime plus librement, et le vacarme politique continue de plus belle quant à lui. Gare aux provocations ! Et maintenant je mets enfin ce message en ligne.  

.

       

13/09/2012

Retour en France

.

        Mon cher Marc,

        pourquoi je t'ai semblé absent ces derniers temps ? Je vais t'expliquer. Ce n'est pas seulement à cause de petits soucis d'ordre pratique que j'ai négligé mes activités habituelles.

        En ce qui concerne "France résiste", il se trouve que beaucoup de "résistants" sont maintenant aux affaires : ils ne peuvent donc pas résister à l'autorité ! Ensuite, d'autres "résistants" continuent de militer pour que la France soit plus généreuse, moins raciste, plus humaine, plus cultivée : mais leur action n'est plus aussi médiatisée que sous le quinquennat précédent. En somme, ils continuent de faire le travail qui revient aux associations (humanitaires notamment), pendant que le gouvernement essaie de résoudre la quadrature du cercle en faisant des économies tout en relançant l'activité, l'emploi...

        Nous sommes revenus en France : chacun joue son rôle.

.............................

        Et le rôle le plus envahissant, surtout au niveau des médias, revient à celles et ceux qui doutent, qui n'osent pas "y croire", ou qui vont carrément jusqu'à accuser, soupçonner, défier, mettre en cause. Je ne préciserai ici ni à qui je pense, ni à quel propos (en fait, c'est un peu tout le monde et à tout propos !) : je constate et déplore une vieille habitude bien de chez nous : ne pas céder à l'approbation enthousiaste (une faute !), ne pas laisser paraître son enthousiasme (un péché !), ne pas oser réfléchir avant d'aboyer (un délit d'intelligence) ; on préfère au contraire se démoraliser ; et si possible démoraliser tout le monde autour de soi. 

        Nous sommes revenus en France : je doute, donc je suis.  

..........................

        C'est un ronron de manque de confiance, de soupçons, de dérision, voire d'acrimonie, et tout cela bruisse dans nos oreilles et notre chant intérieur.

        En 1958, à Londres, on ne voyait plus de visages dans le métro : chaque visage était caché par un immense journal, chaque londonien ou presque était plongé dans la lecture des dernières nouvelles de France. Et chaque londonien, ou presque, était inquiet pour la France, pour la façon dont elle allait évoluer et sortir de la crise politique du moment. Ils étaient inquiets pour nous, comme pour des membres de leurs propres familles. Ils se tenaient au courant. Ils n'en finissaient plus de lire, de s'informer, d'écouter le monde et notamment les nouvelles de France...

        A quelques minutes de là, à Dieppe, sur le quai du train qui attendait les voyageurs en provenance de Londres pour les mener jusqu'à Paris, un employé des chemins de fer lançait à un autre : "Alors, ça va ?". Et l'autre répondait "Non, ça va pas, la politique c'est tous les mêmes...".

        On était revenu en France, tous les mêmes, tous pourris (sauf "moi". Mais "moi", c'est qui ?) !

..........

        Ce jour-là, Estival comprit que la France n'était peut-être pas le plus intelligent des pays du monde, mais il y demeura encore longtemps, par habitude, ne revenant à Londres qu'occasionnellement. Chaque fois, au retour, ce fut une nouvelle plongée dans l'acrimonie, le dégonflage de moral, le doute universel, le soupçon et le découragement élevés au rang de religion.

        Chaque fois, ce fut la France (contente d'elle-même, accusatrice de l'autre, de l'autorité, du politique, de "tous (les mêmes)"). Et l'envie de repartir en courant !  

........................................

        Aujourd'hui, "revenus" d'une période pendant laquelle la France n'était plus la France, période qui a rendu les pauvres plus pauvres et les riches plus riches, qui a volé aux enfants leurs professeurs et tenté de réduire l'indépendance de la justice, nous devrions nous réjouir et être heureux. Et travailler ensemble, faire des critiques constructives, des propositions, des remarques, des suggestions. Mais nous avons repris l'usage de la démoralisation, de la critique mécanique et immédiate, générale, voire abusive, critique des personnes, critique des intentions du gouvernement, critique des actes du gouvernement, critique par simple négligence, oubli de ce qui devrait nous enthousiasmer, et dont les médias n'ont pas eu connaissance, hélas, trop souvent, ou du moins c'est ce qu'il semble : ainsi, elles étaient belles, les nouvelles pour l'Europe dont Bernard Guetta faisait mention ce matin 13 septembre 2012 sur France Inter aux alentours de huit heures et quart ; mais sa voix resta bien seule sur les ondes, aux cours de la journée qui a suivi, trop seule pour accueillir la joie et le bonheur, ce genre d'accueil pire qu'un péché, même si nous sommes en terre laïque.

        Nous avons retrouvé la France. Douceur moite d'un manque de foi absolument obsédant, pays d'électeurs en colère qui n'avaient pas su voir, avant de l'élire, qui était le président précédent, et qui ont élu celui-ci pour avoir le loisir de le trouver beaucoup trop normal. Alors, pays de fous ? Ou simplement pays de déprimés ? Car la déprime, elle, on ne la considère ici ni comme une faute, ni comme une erreur, ni comme un péché, ni comme un délit. Non, c'est presque une vertu, et les vices se nomment foi, admiration, enthousiasme, confiance, élan, réflexion, échange d'idées dans le respect de l'autre... Au fait, les mots "vertu" et "vice" ne sont-ils pas trop engagés, trop croyants ?

        Douce France du doute plus que méthodique, France moite et roide de peur, de méfiance, de soupçon !

.......

        Plein de courage, je n'ai pas quitté la France sous le précédent quinquennat, et cela est fort bien. Mais je me demande si, maintenant, je ne devrais pas partir pour de bon. Vers l'un de ces pays étrangers où il fait bon vivre, l'un de ces pays où j'ai laissé une grande partie de mon coeur, et parfois des larmes de douleur profonde au moment où je voyais leurs villes, ou leurs rivages, s'éloigner cependant que train ou bateau me ramenaient chez moi, chez nous. Comme tu le sais, mon cher Marc, l'admiration et l'amour peuvent causer la joie, le rire, mais aussi les larmes, les larmes de la confiance heureuse privée de ce qu'elle aime. C'était mon cas...  

        L'adversaire n'est plus en face de nous. Il ne fait plus de déclarations en tous sens, nous n'avons pas de phrases quotidiennes à contester, de "cadeaux aux riches" à critiquer, de tentatives pour dominer la justice, l'opinion, l'éducation..., à vilipender. L'adversaire, c'est NOUS ! 

Nous voici bien en France, "chez nous" ! ! !

..........

        Nous voici donc véritablement, de nouveau, en France. La résistance contre nous-mêmes est moins exaltante. En réalité, elle est sans doute plus grave, plus fondamentale. C'est le moment de vérité pour un peuple qui peut, à l'extrême inverse, éclairer le monde : ça s'est déjà produit, mais il est urgent de rester éveillés, et "résistants". Au risque de blesser la sensibilité "à la française", j'irai jusqu'à dire : 

il est urgent "d'y croire"

par exception, pour une fois, quand même !   

.    Sinon, j'en connais un qui pourrait bien demander l'hospitalité à l'un de ces pays qu'il a quittés en pleurant, après l'un ou l'autre de ces voyages si enthousiasmants ; en pleurant d'admiration et d'amour ! Mais, bien sûr, même à l'étranger, je continuerais de payer mes impôts à la France parce que "j'y crois". You never live but where you belong ! Как хорошая и красивая родина! Voilà ! Na ! 

        Bien affectueusement à toi, mon cher Marc, 

        ton oncle Estival.

 

.

26/08/2012

Résistance au bruit médiatique démobilisateur

.

        Mon cher Marc,

        oui, je suis las et même exaspéré quand j'entends le bruit médiatique de l'été 2012. Tout ce qui se dit ou s'écrit est passionnant : l'opinion d'une chanteuse, d'un professionnel du football, d'un homme politique qui réagit aux propos d'un autre homme politique (fût-il homme ou femme, merci la langue française...), l'incendie, la noyade, l'accident, la fugue, l'enfant retrouvé, le souvenir de la lune, la découverte de Mars (moins importante, si l'on en croit la place qui lui est réservée et qui ne correspond pas forcément à la réalité), les frasques des uns, les craintes des autres : tout cela est passionnant à mourir de monotonie ABSURDE, non pas à cause de chacun de ces sujets, mais à cause du mélange qui en est fait, et qui nous est servi aussi bien dans le cadre d'un magazine que dans le moment prévu pour "l'actualité", ou "nos informations". Drôle de soupe, salade non rafraîchissante !  

        Je me fais un plaisir de relever des voix discordantes, des voix qui abordent avec force des sujets forts, avec gravité des enjeux graves, avec profondeur des questions à la fois vitales et fondamentales.

        a.  L'Inde est menacée par une sécheresse épouvantable, dont souffriraient (souffriront...) des "centaines de millions de paysans". Les causes de cette menace, ou de cette situation ; les conséquences prévisibles ; le contexte mondial : lire Le Monde, 06 08 2012. Lien : SéCHERESSE INDE.

        b.  La catastrophe de Fukushima n'est pas derrière nous. Elle risque fort d'être devant nous, avec les dimensions de plusieurs milliers de fois la bombe d'Hiroshima ! Or, ces propos ne sont pas pure fantaisie, il faut lire Vincent Jauvert in NouvelObs, 22-23 08 2012. Lien : FUKUSHIMA LE PIRE.  

        c.  Citant Le Point du 09 08 2012, Tidiane Diakité aborde la réalité de la nouvelle croissance en Afrique et surtout dépasse les seules données chiffrées pour poser de lancinantes et incontournables questions. Voir Blog de Tidiane Diakité, 19 08 2012. Lien : QUESTIONS.

        d.  MAIS SURTOUT, et plus profondément encore, et toujours dans le même blog et au sujet de la croissance en Afrique, T. D. analyse les données économiques, révèle à nos regards incrédules d'insoutenables réalités, nous promène de pays en pays mais aussi plus loin que l'Afrique dans une approche mondiale de l'économie, nous donne l'occasion de découvrir des propos d'un sadisme inconcevable, cite le journal Le Monde en ce qui concerne la Société Lonmin, enfin et magnifiquement introduit l'indispensable profondeur de la dimension humaine au coeur même de la froideur chiffrée. La notion de "croissance" cède devant celle de "développement" humain et le massacre de trente quatre mineurs grévistes en Afrique du Sud (le 16 août 2012) prend place dans une perspective riche de signification et de vérité. Lire Tidiane Diakité dans son blog, 26 08 2012. Lien : CROISSANCE AFRIQUE SOCIéTé LONMIN.

        Non, mon cher Marc, je n'éprouve pas la moindre joie en lisant toutes ces nouvelles, plus épouvantables les unes que les autres. Mais je ne peux m'empêcher d'admirer et d'aimer profondément les auteurs des articles ou messages cités ci-dessus, car ils portent nos préoccupations plus haut et plus vrai que le ronron médiatique dont la canicule de l'été 2012 a renforcé l'effet soporifique, à moins qu'il ne soit carrément démobilisateur ! L'intelligence est là, elle veille au milieu de la nuit, elle veille sur nous, elle surveille le monde. A nous de choisir nos lectures... Je t'embrasse affectueusement,

ton oncle Estival.

.

20/07/2012

Le gouvernement résiste aux rois et à l'injustice

.

        Mon cher Marc,

        ta brève visite de l'autre jour m'a fait un immense plaisir, et je ressens encore le bonheur d'être si souvent avec toi en harmonie de pensée et de sentiments ! Pour compléter certains moments de nos conversations, voici une sorte de mise au point sur ce qu'a dit, ou fait le nouveau pouvoir.

        Il y a d'une part des arguments, projets, préparatifs.

        Il y a d'autre part des actes déjà réels.

        a. / Au niveau du discours, les socialistes résistent, en n'acceptant pas n'importe quelles déclarations d'intentions ou n'importe quels arguments. Ainsi, lorsque PSA annonce qu'il veut supprimer huit mille emplois en France, et (d'après Philippe Varin) qu'il faut absolument diminuer le coût du travail dans notre pays, on voit se dresser non seulement le premier ministre Jean-Marc Ayrault, mais encore des socialistes, tel Henri Emmanuelli pour ne citer que lui. Ils infligent à PSA une volée de bois vert, oh, pardon : une volée d'arguments forts, et ainsi on peut dire que les socialistes au pouvoir ne s'en laissent pas conter ! Le Monde, 13 07 2012. Lien : COÛT DU TRAVAIL FAUX ARGUMENT.

        b. / François Hollande, président, n'a pas caché que pour lui, si PSA ferme le site d'Aulnay, il n'est pas question de rester les bras croisés ! Si tu souhaites savoir pourquoi il trouve les intentions de PSA inacceptables, comment et pourquoi il pense que l'on pourra faire mieux et infléchir les événements, je te suggère de lire Gilles Guillaume (édité par Gérard Bon) in Le Point, 14 07 2012. Lien : PSA AULNAY HOLLANDE.  

        c. / Mais il y a aussi des actes dont on peut faire le bilan, déjà : le parti socialiste propose une petite récapitulation, avec des excplications fort utiles pour qui ne se serait pas tenu au courant : les heures supplémentaires étaient défiscalisées, elles ne le seront plus ! Les plus fortunés recevaient les cadeaux fiscaux du précédent Pouvoir, désormais il leur est demandé de contribuer au redressement du pays tout en mettant fin à une injustice fiscale ! La TVA sociale (dite sociale, en réalité !) était sur le point de grever le pouvoir d'achat de tous les français, de façon inégalitaire et particulièrement regrettable pour les plus modestes d'entre nous : elle ne verra pas le jour ! Le pourquoi, le comment, le sens de ce qui était prévu, le sens des décisions prises effectivement, déjà, par les socialistes au pouvoir sont présentés sur le site du parti socialiste, 19 07 2012. Lien : FINANCES BUDGET RECTIFICATIF

        Comme tu le vois, mon cher neveu, la résistance à l'Argent roi, le zèle actif au service de la vie de notre pays et l'engagement au côté des plus faibles sont désormais à Matignon et à l'Elysée et une vraie bataille est engagée : nous n'acceptons pas qu'on nous oppose n'importe quels arguments, nous n'acceptons pas que l'injustice règne, nous n'acceptons plus ni les rois, ni les privilèges. 

        Et derrière tout cela, il y a ce monstre qui rôde, ce danger qui guette l'Europe tout entière et que tu as identifié comme moi : raison de plus pour nous battre sur tous les fronts, en paroles et en actes, dans la population, les médias, les corps intermédiaires et jusqu'au sommet de l'Etat. Nous battre pour une France de nouveau heureuse, rassurée, rayonnante.  

        Bien affectueusement à toi, ton oncle,

                                                                                  Estival.  

.

 

29/05/2012

Hollande ? Une embellie. Mais l'ouragan néonazi menace l'Europe

.

        Mon cher Marc,

 

        tu me demandes comment je vis ce changement de quinquennat.

        A vrai dire, c'est une étrange expérience. Faite d'émerveillement, d'espoir, de soulagement. Je sens aussi autour de moi une détente, une plus grande confiance dans le regard des gens. Certains, qui ne m'adressaient pas la parole, m'invitent. Quelques uns, qui passaient devant moi le visage sombre, sourient en regardant près de moi, presque en me regardant, avec un sourire discret et comme bienheureux. Un autre, qui se montrait d'habitude froid et administratif, m'a gratifié d'une salutation publique cordiale qui a provoqué un petit détournement de cérémonie par rapport au protocole. Tout cela, je l'ai vécu dans les cent mètres qui se trouvent de part et d'autre de ma porte, avec les gens simples qui m'entourent et sans aucune manifestation politique. Il y a tout simplement de la joie et du bonheur dans l'air. 

 

aube dorée,banalisation islamophobie,breivik,barde hongroise,islamisation europe,lagarde danger grèce,néonazis,néonazis europe,néonazis lettonie,néonazis tactique,néonazisme autriche,parisot contre néonazisme

 

        Tu connais mon anxiété et mon pessimisme. C'est pourquoi, tout en prenant plaisir à voir un président simple et des ministres qui amputent eux-mêmes leur salaire, et bien d'autres choses sympathiques, petites ou grandes, je n'en continue pas moins de m'inquiéter. Le président Hollande, c'est le soulagement et la lumière d'une embellie : donc, après le mauvais temps et avant la tempête ! Car des partis néonazis entrent dans les parlements des pays d'Europe, nos frères ; des partis néonazis donnent des signes bien réels de leur inféodation idéologique à un passé, à ce passé le plus regrettable et le plus redoutable qui soit ! Des partis néonazis s'avancent ici et là en Europe. La peur de l'islamisation de l'Europe n'est pas seulement le moteur du drame de Breivik : elle est aussi une ruse, celle que dénoncent des personnalités éminentes dans une déclaration collective (journal Le Monde, lien cit-dessous).

        "Last, but not least", on ne peut pas oublier qu'en France existe le risque d'une force néonazie à l'oeuvre, avec des complicités et des visées à moyen ou long terme. Une force amie des "grands" d'extrême droite qui ont dansé ensemble au bal de Vienne, qu'a visité notre Marine aux belles couleurs et aux propos parfois très, trop séduisants. Une force qui ne peut que gagner davantage lorsque les peuples perdent davantage, deviennent pauvres, miséreux, angoissés, déstabilisés. Dans une Europe pour qui la crise boursière et les autres crises qui ont suivi sont autant de facteurs favorables à la montée du néonazisme.

        Et dans ce contexte-là, il est des maladresses comme celle de la présidente du FMI parlant des grecs qui ne paient pas leurs impôts, il est, dis-je, des maladresses qui sont peut-être, qui sait ?,  aussi peu innocentes que certaines utilisations de mots, tel "croisade", ou encore "Roms", ou d'autres, que nous avons récemment vu empoisonner l'atmosphère. Dans le cas des grecs, les pousser au désespoir favorise le néonazisme : ce n'est pas moi qui le dis, c'est Laurence Parisot (ci-dessous, lien vers Boursorama en ligne)...

        Nous retrouvons donc le sens de quelques messages de "France résiste" datant de près d'un an... Oui, mon cher Marc, j'ai toujours eu le sentiment que le néonazisme était la vraie question de notre histoire contemporaine, en France comme ailleurs dans les pays d'Europe, sachant que Moscou est peut-être, dans cette problématique, au centre de l'Europe. Mais voici quelques liens qui te donneront des occasions de constater avec moi que les lignes qui précèdent, si elles paraissent invraisemblables, ne sont pas fantaisistes du tout, hélas ! Et je t'adresse, ainsi qu'à toute ta famille, mon affectueuse pensée,

ton oncle, Estival.

 

Quelques liens pour étayer ce qui précède

 

        a/  Les néonazis du parti "Aube dorée" sont entrés au parlement grec. Néonazis ? Mais oui : pour voir comment ils méritent cet adjectif, lire Mathieu Molard dans Nouvelobs, 07 et 09 05 2012. Lien : AUBE DORéE.

        b/  Laurence Parisot, présidente du Medef, a condamné les propos de Christine Lagarde concernant les grecs. Elle considère que de tels propos comportent un risque grave, du fait que la Grèce est menacée par les "extrémismes", et  "notamment par une extrême droite très dangereuse". C'est à lire dans un article (notamment en son cinquième paragraphe) de Boursorama en ligne, 27 05 2012. Lien : PARISOT AVERTIT DANGER PROPOS Chr. LAGARDE

        c/  Grèce, Lettonie, Autriche, Hongrie : les références d'extrême droite sont extrêmes, les actes confirment parfois l'idéologie, et ravivent les actions (ou exactions) passées ! Et il y a ce spectre effrayant de la tactique adoptée partout dans ces pays d'Europe : "cacher le discours de l'inégalité des races derrière le masque culturel de 'la lutte contre l'islamisation de l'Europe'" (note personnelle d'Estival, au passage : le tueur Breivik n'était-il pas habité par le zèle de la lutte contre l'islamisation ? Et n'était-il pas admirateur de Poutine ?  Fin de parenthèse...). On lira donc avec le plus grand intérêt l'article signé collectivement par Anthony Giddens, Adam Michnik et Elie Wiesel dans Le Monde, rubrique "Idées", 28 05 2012 (Le Monde version imprimée daté 29 mai, page 19). Lien : EUROPE NéONAZIE.

        d/  Pour ce qui est de la France, nous avons évoqué le danger, fort et sournois, de véritables écoles de la haine ; nous avons vu comment on en arrive à se dire qu'il faudra peut-être un jour en arriver à se méfier de presque tout le monde, puisque même les "meilleurs" d'entre nous ne sont pas sans susciter quelques interrogations, et nous donnions à ces alarmes des supports factuels, notamment par les liens hypertexte qui concluaient les paragraphes 3, 4, et pire encore peut-être 5 d'un message de "France résiste", 14 06 2011. Lien (en fin de lecture, ne pas fermer la page du navigateur mais cliquer sur la flèche de retour)  : NéONAZISME FRANCE

aube dorée,banalisation islamophobie,breivik,barde hongroise,islamisation europe,lagarde danger grèce,néonazis,néonazis europe,néonazis lettonie,néonazis tactique,néonazisme autriche,parisot contre néonazisme 

        La joie d'un printemps, ou d'une embellie, nous prépare à continuer le combat... Le vote des législatives revêt à cet égard une importance primordiale !  

.