Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2014

Notre langage nous engage

.

    A. Notre langage nous engage lorsque nous l'utilisons pour éveiller dans les cœurs la passion de la haine raciale. Et c'est pourquoi la justice passe, et condamne la phrase monstrueuse qui fut produite au sujet de madame Christiane Taubira. Voir Le Monde, 30 10 2014. Lien : PHRASE RACISTE ODIEUSE.

 

B. Notre langage nous engage lorsque nous l'utilisons pour éveiller dans les cœurs l'admiration de la beauté, la tendresse pour les êtres, aussi bien les choses que les personnes, au point que nous vivons un profond bonheur, un bonheur si intense qu'il nous amène à devenir plus vrais, plus simples et sincères, et à nous conduire avec bonté. Tout ce travail, si l'on peut dire, est réalisé discrètement en nous par la poésie : celle que nous créons, celle que nous lisons ou entendons, celle aussi que nous fréquentons sans même y prendre garde lorsque nous contemplons avec ravissement  la vie, l'être, le beau et le bien, qui sont, disent quelques métaphysiciens, inséparables... Rédiger des poèmes, changer le réel et l'élever sur les ailes du langage, c'est déjà faire acte de résistance. Rédiger une biographie du poète Louis Aragon, la mettre à la portée des lecteurs en ligne, c'est aussi un acte de pure résistance. Notre langage, en effet, non seulement nous engage vis-à-vis des autres, publiquement, mais encore il nous engage, nous invite et nous entraîne sur des chemins qui feront de nous soit des haineux, soit des résistants... Voir le site  Éternels Éclairs. Lien : poète Louis Aragon.

    C'est ainsi, et pas autrement, que les poètes et les haineux s'affrontent à mots mouchetés. Mais en réalité les mots sont capables de vie et de mort, il en est parmi eux qui sont des offenses à la civilisation, d'autres par contre la servent et lui font honneur. France résiste !

.

 

 

22/11/2014

Célébration des droits de l'enfant

.

        La journée internationale consacrée à la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE), c'était le jeudi 20 novembre 2014 et ce fut une belle célébration, par exemple dans le cadre d'Arte infos avec deux enfants présents pour préparer l'émission télévisée et y prendre une part active jusque sur le plateau. Ceci entre autres, bien entendu.

 

        Qu'il nous soit permis d'évoquer ici non seulement le texte de cette Convention, l'événement historique que représente sa signature, mais aussi et peut-être plus encore les diverses façons dont ces droit sont défendus au quotidien et en actes par nos compatriotes. Nous n'ouvrirons qu'une toute petite fenêtre, avec admiration, et les quelques exemples ci-dessous sont une goutte d'eau dans un océan d'associations, de démarches, d'actions individuelles ou collectives, privées ou publiques qui convergent dans la défense des enfants et la mise en œuvre de la Convention internationale des droits de l'enfant. 

 

        A. La Convention internationale des droits de l'enfant est présentée : son histoire, son contenu avec un lien pour télécharger le texte lui-même de ce document. Cela se trouve sur le site de l'UNICEF. Lien : Convention internationale des droits de l'enfant

 

        B. "Agir ensemble pour les droits de l'enfant" (AEDE), tel est le nom d'un collectif qui oeuvre pour qu'en effet le texte de la Convention (la CIDE) ne reste pas lettre morte dans notre pays. Un texte, c'est beau. Réalisé dans la pratique, c'est bien plus beau encore ! On découvrira l'AEDE sur le site Défense des enfants international (dei-france). Lien : Agir pour les droits de l'enfant

 

        C. Sous la signature du président de son Conseil d'administration, Jean-Charles Huver, l'Institut Coopératif de l’École Moderne (ICEM) a écrit a madame la ministre de l’Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, lettre ouverte datée du 17 novembre 2014. 

        Ce document fait le point sur ce qui se fait, ou ne se fait pas, ou se fait de façon plus ou moins insatisfaisante dans le cadre de l’Éducation nationale au regard de la Convention internationale des droits de l'enfant. Non seulement madame la ministre pourra mettre à profit cette lecture, mais de nombreux parents, professeurs, acteurs de l’Éducation nationale ou simples citoyens y trouveront également matière à information, réflexion et perspectives d'action.

       Rappelons que l'ICEM met en œuvre la pédagogie initiée par Augustin Freinet dans le cadre de l’École Moderne (EM), pédagogie infiniment novatrice et qui garde aujourd'hui encore toute sa pertinence, toute sa jeunesse.

        A découvrir sur le site de l'ICEM (Institut Coopératif de l’École Moderne) "(bis repetita placent" !). Lien : Pédagogie Freinet droits de l'enfant Éducation nationale

 

        D. Dei-France nous a donné l'occasion d'accéder aux deux pages auxquelles nous venons de renvoyer nos lecteurs. C'est un site qu'on ne peut ni ne doit manquer quand il est question de défendre les enfants, et leurs droits ! On y trouve de nombreux liens vers des associations, mouvements, acteurs, initiatives de toutes sortes, des exemples d'ingéniosité et de courage, c'est un outil comme c'est une référence de valeur humaine au service des enfants. Voir plus précisément ce site. Lien : DEI-France résiste.

 

        E. Allant encore plus avant dans le concret de ce qui est fait pour que la CIDE ne reste pas un texte inutile, nous tournons nos regards vers des Foyers de jeunes où renaît l'espoir. Il s'agit du site de l'Association d’Éducation Populaire Concorde (AEPC Concorde). Lien : Découvrir l'Association Concorde. 

 

        F. L'une des réalisations de l'association Concorde, c'est le foyer Chevreul, à Montfermeil. Là, "la joie de vivre règne". On accueille des "enfants venus d'ailleurs", des "mineurs isolés étrangers". On fera connaissance avec le foyer, comme aussi avec les parcours de ces enfants venus en effet de bien loin, à travers tant d'épreuves avant de retrouver la joie et le bonheur... Voir le site de Youphil, 18 10 2011. Lien : enfants étrangers Montfermeil

 

        Rédiger les quelques lignes de ce message, découvrir et admirer cette France qui résiste par la force de la vie, de l'accueil, et qui agit au bénéfice des valeurs les plus humaines qui nous sont aussi les plus chères, ce fut un réel plaisir. Nous souhaitons le même à nos lecteurs.