Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2013

"Roms" : coeur, culture, musique, école, vivre ensemble !

.

        Il est ici question des gens, voisins, musiciens, membres d'associations, politiques, maires, les gens qui vivent, les gens vivants dont le coeur bat au rythme de ce qui est à la fois beauté et bonté, droit de vivre et de grandir, d'aller à l'école, mais aussi de chanter, de partager, d'espérer. Accepter de vivre pleinement, humainement, c'est une forme très haute et parfois héroïque de résistance à l'avilissement des coeurs. Cela demande parfois des efforts, du courage, du discernement, de l'indépendance d'esprit.

 

        Or, tout cela, nous le voyons à l'oeuvre. Osons le dire : il n'est pas fou d'espérer, il n'est pas maladif de partager, il est carrément bon d'être ensemble. La joie est présente parmi nous ! 

 

        A.  Nous renvoyons à un article qui est un hommage à la qualité humaine, à la culture, à la vie du coeur et de l'esprit par la musique d'un peuple qui est à la fois profondément européen et profondément musicien. On se retrouve en compagnie de Maria Tanase, de "lautaris", d'artistes tels Oana Catalina Chitu, Saban Bajramovic et Esna Redzepova. Cela se passe dans le cadre d'enregistrements sur disques ("CD"), et c'est un régal en matière de contemplation  et de plaisir musical. Lire l'Humanité, 11 10 2013. Lien : ROM CULTURE MUSIQUE CD.

 

        B.  Municipalité, population, la grande métropole voisine, tous ont oeuvré, tous ont réussi : des roms ne sont plus dans la boue, dans l'attente de la prochaine expulsion après celle qui les a mis dans le lieu précaire du moment ! Tout au contraire, ils commencent à construire leur insertion, l'assIduité scolaire, la possibilité de penser un futur et de le préparer... L'emploi, l'alphabétisation sont aussi de la partie. Les Roms du "camp" préfèrent désormais parler de leur "petit village", quand d'autres disent plus volontiers "village d'insertion". Mais tous y mettent leur coeur, leur travaux et leurs efforts. Le maire d'Indre a fait preuve d'une belle détermination, sans laquelle la boue et les expulsions renouvelées seraient encore le seul horizon pour les personnes concernées... Lire Frédéric Potet, envoyé spécial à Indre, près de Nantes, in Le Monde, 10 et 12 10 2013. Lien : ROM VILLAGE INSERTION

 

        Il est une résistance aussi simple que la simple vie : car elle est la vie !

 

La France n'étant pas une dictature, 

il convient, et il importe 

d'examiner et considérer librement 

ce qui précède. 

 

Les commentaires sont fermés.