Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2013

L'école selon Vincent Peillon est en marche

.

        L'école selon Vincent Peillon est en marche. Le concert des alarmes, des craintes, des défaitismes n'a pas cessé. Cependant, les actes réels de nature à sauver l'Education nationale sont déjà présents, malgré les difficultés liées à la crise, malgré les difficultés liées à la profondeur et à l'ampleur du problème. Sans oublier les dizaines de milliers de postes supprimés par la droite et tout le mal que le précédent quinquennat a fait subir à l'enseignement public en France. On fait un petit tour dans la grande maison ?

 

auxiliaire vie scolaire,candidat professeur,création postes enseignants,dignité education nationale,école,education nationale,handicap élève,horaires élèves,lecture,projet vincent peillon,résultats scolaires

 

 

1. La lecture est un sport dans lequel nos enfants n'excellent pas ; on prendra connaissance de divers constats; et de la ligne de conduite gouvernementale. C'est dans Le Monde, 12 12 2012. Lien : LIRE école.

 

2. Lire, écrire, comprendre ce qu'on lit : les résultats scolaires dans les apprentissages fondamentaux sont mauvais. Ils sont même fort mauvais si l'on se réfère à ce qui se passe dans les pays comparables pour les mêmes apprentissages. La solution devra passer par la nécessité de "(...) faire travailler plus efficacement les élèves (...)" nous dit Antoine PROST. Le Monde, 20 02 2013. Lien : Pédagogie école.

 

3. Forces et faiblesses éventuelles de l'action gouvernementale en cours ; comparaisons avec la situation à l'étranger ; aux questions les plus immédiates s'ajoutent des questions plus profondes, plus amples auxquelles il faudra remédier absolument, et qui concernent non seulement les modalités de l'enseignement, mais aussi et surtout sa nature exacte ! Voir François Dubet, interrogé par Nouvel Obs, 01 09 2013. Lien : PEILLON SOLUTION école OU PAS.   

 

4. Le projet de Vincent Peillon pour l'enseignement du premier degré apparaissait déjà comme souple, tablant beaucoup sur l'allègement des horaires quotidiens des élèves et la qualité de vie de leurs journées. Des centaines de millions d'euros étaient déjà prévus pour mener à bien cette vaste entreprise. Voir Le Monde du 18 12 2012. Lien : PEILLON NOUVELLE école.

 

5. Promesses de François Hollande ; plus précisément, les soixante mille créations de postes en cinq ans ne sont peut-être pas irréalisables ! Et Vincent Peillon s'applique quant à lui à ne pas trop fâcher les enseignants tout en leur demandant beaucoup. Or, le système Education nationale, qui était tombé en disgrâce auprès des étudiants sous le quinquennat précédent, voit désormais remonter le nombre des candidats au métier de professeur. Certains suggèrent que c'est peut-être parce que ce métier offre une sécurité très recherchée en période de crise, d'incertitude... Mais nous ferons remarquer que cette explication n'est sans doute pas la bonne, puisque le précédent quinquennat avait vu fondre les candidatures, alors que la crise avait déjà largement marqué les esprits ! Au contraire, on pourrait dire que le gouvernement socialiste a non seulement offert davantage de postes et donc d'espoir aux étudiants désireux de devenir professeurs, mais il a aussi et peut-être surtout redonné sa dignité à l'Education nationale et aux personnels qui la font vivre ! Lire l'éditorial du Monde, 25-26 02 2013. Lien : CHOISIR l'école.

 

6. En début d'année, l'Assemblée nationale adoptait en première lecture le "projet de loi pour la refondation de l'école", de Vincent Peillon. On remarquait que l'accent était mis sur la création de nombreux postes d'enseignement et sur la formation professionnelle des professeurs.  Le Monde, 19 03 2013. Lien : PROFESSEURS nombreux formés école.

 

7. Témoignage d'un auxiliaire de vie scolaire (AVS) qui a jusqu'à présent connu la précarité dans son travail. Mais voici que le gouvernement annonce la titularisation de vingt-huit mille auxiliaires de vie scolaire. Notre "témoin" espère faire partie des bénéficiaires et pouvoir désormais se consacrer sereinement, dans la stabilité, à un véritable métier au service des élèves handicapés pour leur permettre de profiter pleinement de l'enseignement scolaire. Nouvel Obs 22-23 08 2013. Lien : AIDE handicapé école

 

8. Rappelons à titre d'exemple l'un de nos messages : 24 10 2010, "On tape sur l'Education".  

9. Ou encore celui du 12 10 2011 : "Education nationale : redisons "Stop au massacre" ! 

 

EN GUISE DE CONCLUSION :

Le précédent quinquennat avait multiplié les suppressions de postes. Le gouvernement Ayrault multiplie les créations de postes ! Le précédent quinquennat avait rendu le métier de professeur si odieux, si mal considéré, si mal aimé que les candidats éventuels se détournaient et cherchaient un métier ailleurs. Le gouvernement socialiste offre un plus grand nombre de places dans le cadre des concours de recrutement, restaure l'image du professeur et la dignité de l'Education nationale, si bien que les candidats au professorat se font bien plus nombreux ! Et voici qu'apparaît l'espoir d'un véritable métier pour les "auxiliaires de vie scolaires" (AVS), parmi lesquels des milliers vont d'ores et déjà être titularisés !

Certes, le coeur du problème devra être abordé, mais les mesures en cours permettront précisément de pouvoir le faire sans que tout soit ruiné par le manque de professeurs, le manque de considération, le manque de "visibilité" et d'espoir pour les professeurs présents et à venir. Alors, comme le souhaitent certains des spécialistes qui se sont exprimés (voir les liens ci-dessus), on pourra et il faudra aller plus avant et plus profond dans la réforme, pédagogique notamment. On pourra s'inspirer de certains modèles étrangers qui réussissent. On pourra commencer par aider les professeurs à vivre avec plus de souplesse, plus d'espoir, plus de confiance les changements qui leur seront demandés. La route ne fait que commencer, elle va dans la bonne direction, et surtout elle tourne résolument le dos à un grand nombre d'erreurs commises dans le passé.

Bon courage, Monsieur Peillon. Bonne rentrée à chaque enfant, à chaque professeur, à chaque personne qui travaille pour l'Education et pour que vive notre pays !

.

Les commentaires sont fermés.