Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2013

D'Istanbul à Garonne, via planète et gaz sarin

.

        A.//  Istanbul construit. Istanbul aménage. Istanbul voit grand. Istanbul détruit les arbres, pulvérise la mémoire, annihile la présence du passé, supprime un lieu de vie, menace l'eau potable ! Ô surprise : la révolte se fait entendre ! Lire Audrey Garric, Le Monde, 04 06 2013. Lien : Pouvoir contre nature.

 

        B.//  Simples citoyens, gouvernants et autres responsables, nous préparons avec compétence et efficacité un réchauffement climatique suffisamment important pour que nous soient promises les plus graves conséquences ! Est-ce facile de fabriquer ainsi la catastrophe ? Oui ! C'est facile : il suffit de continuer à être ce que nous sommes, et il suffit de continuer à faire ce que nous faisons. "Après nous le déluge" ou je ne sais quoi de pire... Voir Le Monde, 04 06 2013. Lien : Nous contre la vie sur la terre.

 

        C.//  Quand nous sommes au pouvoir, il nous arrive de devenir autoritaires. L'exemple actuel donné par le régime syrien est tout à fait parlant. Certes, le monde a connu d'autres exemples de cruauté barbare. On parle, ces jours-ci, du gaz sarin... Lire l'article écrit par Le Monde avec Christophe Ayard, Le Monde, 04 06 2013. Lien : Guerre contre humanité.

 

        D.//  Rivières en crue, les conséquences sont désastreuses. Même au plus profond de la France sereine et paisible, l'eau qui sort de son lit cesse d'être bienfaisante ! cf. Sud Ouest, 31 05 2013. Lien : Rivières débordent.

 

        Le dictateur, le fleuve, l'humanité entière peuvent se comporter de façon constructive. Le dictateur, le fleuve, l'humanité entière peuvent aussi se comporter sans le moindre respect pour ce qui n'est pas eux-mêmes. Ils ne savent pas s'arrêter, limiter leurs ambitions, leur force, leur pouvoir. Ils savent peut-être vivre, mais ils ne savent pas laisser vivre, et ils savent exister, mais sont incapables de laisser exister ce qui est Autre. La vie quotidienne est riche en exemples du même genre, dans toutes sortes de domaines fort différents. Cette situation tragique est-elle inéluctable ? Pouvons-nous faire un peu mieux ?

.

Les commentaires sont fermés.