Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2013

Jouer sur la peur, jouer sur la hargne : c'est pas beau !

.

      Mon cher Marc, 

merci pour tes nouvelles de Chine, et courage pour tes études du mandarin !

 

        Ici, rien ne change, mais tout suit sa pente : vers le bas !

        Pendant les "questions au gouvernement" aujourd'hui (mardi 16 avril), j'ai eu plusieurs fois l'impression que les politiques s'attendent, peut-être, à des violences dans la rue. 

        En fin de journée, le ministre de l'Intérieur a reçu les organisateurs d'une manifestation prévue contre le "mariage pour tous". La droite hurle qu'on empêche les manifestants de droite de manifester. Elle ne semble pas avoir peur des dérapages que peut ou pourrait provoquer l'extrême droite dans ces manifestations. Sorte de réponse indirecte, Valls, répondant à une "question au gouvernement," avait été jusqu'à mentionner le GUD ! Tout cela, mis bout à bout, m'inquiète : seraient-ils au courant, tous, que quelque chose se prépare ? L'extrême droite aurait-elle repéré que la droite classique est en mauvaise forme, que le pouvoir socialiste est susceptible de faire facilement l'objet d'une colère populaire, et que le moment serait, dans ces conditions, propice à un mai 68 à l'envers, à une grande manif pour l'ordre, pour la morale, pour la droite dont j'annonçais il y a belle lurette la "droitisation" ? Des prêtres catholiques pourraient-ils imiter le rôle de l'Eglise orthodoxe que j'évoquais dans le message précédent si, un jour, notre pays prenait Poutine en plus grande amitié que jusqu'à présent ? 

 

        Le pire est-il déjà (presque) sous nos yeux ? 

        Faire assez de bruit pour faire tourner les têtes,

faire tourner les têtes au point de jeter des foules dans la rue,

chauffer la colère populaire jusqu'à provoquer la dissolution de l'Assemblée nationale et des élections fort populaires qui porteraient au pouvoir ces dames et messieurs de la droite populaire, du Front...

        Lors de la même séance de Questions au gouvernement, répondant lui aussi à une question, Jean-Marc Ayrault a tellement insisté sur l'importance de ne pas faire de mal à la démocratie que mes craintes s'en sont trouvées avivées ! Lui aussi, partagerait-il des inquiétudes et prévoirait-il un prochain scénario populiste de rue ? Toujours est-il que le ton est très agressif du côté de l'opposition. La majorité mène à bien des réalisations que l'Histoire louera : mais on les enterre sous un profond silence. Je pense à la nouvelle façon, dont l'étude est annoncée, de calculer les loyers, ou à la réforme du Syndicat de la Magistrature, entre autres...

        De plus en plus, si la France était une salle de classe, les élèves travailleurs auraient du mal à suivre le cours et à se concentrer sur leur travail, cependant que les élèves les plus bruyants vociféreraient de plus en plus fort, provoquant ainsi une souffrance des nerfs susceptible de déboucher sur des affrontements physiques violents entre élèves. Le professeur, quant à lui, serait l'élément le moins bien "toléré" par la bande vociférante ! Allons-nous voir, d'ici la fin du printemps, les foules se muer en vagues protestataires ? Et le peuple souverain se laisser transformer en "populace" violente ?

Je t'embrasse affectueusement, parle bien "mandarin" mon cher neveu,

ton oncle : Estival. 

Post scriptum : nous sommes déjà jeudi et j'ai dû m'éloigner de mon ordinateur depuis mardi... Les nouvelles semblent aller dans le sens de mes craintes car la violence contre les homosexuels s'exprime plus librement, et le vacarme politique continue de plus belle quant à lui. Gare aux provocations ! Et maintenant je mets enfin ce message en ligne.  

.

       

Les commentaires sont fermés.