Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2013

Justice, propos agressifs, extrême péril

.

        MISE EN PERSTPECTIVE

 

        a.  Après la mise en examen de l'ancien président de la République française, des propos peu amènes ont été entendus. Il est plus que jamais indispensable de situer ces récents remous dans la perspective de ce que fut l'attitude du Pouvoir envers la justice avant le changement de mai 2012. Faute de perspective et de profondeur, on pourrait se laisser envahir par le bruit, et donc d'abord par les propos qui sont les plus bruyants, sans que cela leur confère le moindre supplément de solidité sur le plan de la logique et du raisonnement. Le bruit, en effet, n'est pas un argument...Consulter les résultats de la requête "indépendance justice" in France résiste. Lien : Lien interne (Attention : pour quitter ce lien, cliquer sur "page précédente", et non pas sur "fermer" !).

 

        QUELQUES PROPOS  

 

        b.  Des propos tenus par Henri Guaino ont provoqué stupeur et indignation. L'Union Syndicale de la Magistrature n'a pas manqué de réagir. L'article auquel nous renvoyons le lecteur fait également mémoire de "colères" de ce même intervenant de droite. Lire Geoffroy Clavel in Huffington Post, 22 03 13. Lien : Propos d'un homme de droite et code pénal.  

 

        c.  Le juge Gentil s'est exprimé au sujet des propos que nous venons de mentionner. Il va porter plainte au pénal. Dans un tout autre registre de sensibilité et d'opinion, l'article auquel nous renvoyons indique la prise de position de Georges Kiejman, lequel semble bel et bien voir dans la mise en examen de l'ancien président "un mauvais coup porté à la justice". Le Monde, 23 03 2013. Lien : JUGE GENTIL RéSISTE

 

        d.  La tension psychologique aurait-elle amené l'ancien président à tenir des propos qui peuvent paraître menaçants au juge qui venait de le mettre en examen ? L'article auquel nous renvoyons indique qu'en entendant ces propos peu aimables, le juge Gentil a peut-être pensé, tout à coup, au "sort subi par [des] juges qui ont osé défier Nicolas Sarkozy" dans le passé. L'article mentionne à ce propos Patrick Ramaël, Jean-Claude Marin, tout en donnant un bref aperçu des faits. Lire Gérard Davet, Franck Johannès, Fabrice Lhomme, in Le Monde, 23 03 2013. Lien : Ancien président trop tendu

 

        MISE AU POINT ESSENTIELLE  

 

        e.  La mise au point est finalement on ne peut plus claire dans le texte lui-même du "Communiqué du Syndicat de la Magistrature en réaction aux propos inadmissibles de certains politiques suite à la mise en examen de Nicolas Sarkozy le 21 mars 2013". Texte sur le site du Syndicat de la Magistrature, 22 03 2013. Lien : Communiqué Syndicat Magistrature.

 

        EN CONCLUSION : SUITE DE LA MISE EN PERSPECTIVE 

 

        L'enjeu n'est pas monsieur Sarkozy. il n'est pas non plus les personnes, voire les opinions exprimées par les personnes qui sont ses amis ou ses défenseurs. Tout cela capte notre regard, retient notre attention. Tout cela compte, bien sûr, et compte profondément ; mais lorsque nous disons que ce n'est pas l'enjeu, c'est pour bien souligner précisément que l'enjeu, c'est l'envahissement de nos consciences, de nos pensées, de nos coeurs, par du bruit, du vacarme, des affirmations, des mouvements d'ordre émotionnel, méprisants pour la justice, méprisants pour la démocratie, pour le droit, tous ces piliers et fondements de la Francce ; et tout cela constitue surtout un contexte déclaratif et médiatique favorable au populisme et au danger extrême qui monte ! En demandant au lecteur de bien vouloir nous excuser, nous nous répéterons donc pour crier une fois encore : l'enjeu, c'est la prise de possession de nos coeurs et de nos consciences, et il en va de l'avenir de la démocratie, tout comme de la France.  

 

La France n'étant pas une dictature, 

il convient, et il importe 

de considérer et examiner librement ce qui précède. 

.          

 

Les commentaires sont fermés.