Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2013

La violence envahit d'abord nos pensées

.

 

A. Le monde que nous leur avons fait !

 

        L'enfant s'éveille, il entend les oiseaux. Il pense à sa mère, à son père, sa grande soeur et son tout petit frère, il pense à tout ce qu'il aime, à tout ce qui est beau... Stop ! Ceci est absurde et nous devons revenir à la réalité, la vraie, celle du monde que nous avons fabriqué, et que nous imposons à nos enfants : ce monde-là n'est pas fait d'oiseaux et de beauté seulement, loin s'en faut !

        Si les notions qui envahissent nos cerveaux (par la force des images, des écrans, des "musiques", des publicités) se transformaient un de ces jours en menus gastronomiques, nos enfants profiteraient bien sûr des repas en notre compagnie et le menu offert serait par exemple :

 

Midi : pape

Soir : pape

Midi : pape et lasagnes

Soir : lasagnes et pape

Midi : lasagnes sans pape

 

        Jours suivants : lasagnes, et les épices habituels qui refont surface intensément, sous la forme d'assassinats, coups de poings, coups de couteaux, balles, fusils, armes à feu, cadavres, vengeance, règlements de compte, argent, drogue, désespoir, aliénation, chantage entre élèves. La liste n'est pas exhaustive. Le cerveau de nos enfants absorbe, conserve, grandit et se fortifie dans la "culture" qui les entoure et les imprègne : culture d'agressivité, de peur...

 

        Mais voici déjà l'heure de partir à l'école. La violence est au rendez-vous, et commence entre jeunes dès que la parole est utilisée. Violence du verbe, violence verbale. Un nombre hélas beaucoup trop grand d'élèves reviennent de leur journée de classe traumatisés, tendus, parfois même malades de peur : chantage, menaces, jeux violents ne conviennent pas forcément à la nature humaine ! 

 

        Les informations du soir, en famille, permettront de reprendre contact avec la succession des menus gastronomiques. Jugez plutôt :

Soir après la classe : mariage gay et une pincée de faits divers, on devine le genre

Midi en "wikend" : mariage pour tous et un soupçon de cheval dans les lasagnes

Soir : Violences d'une manifestation contre le mariagee gay  ou le mariage pour tous. Rappel de la cruauté en Syrie, deux ou trois coups du genre couteau ou arme à feu, un chantage, un cadavre retrouvé.

 

        Lendemain matin au réveil : Syrie, Tunisie, Mali, effondrement économique, effondrement boursier, catastrophes sur le plan des usines, de l'emploi, de la production, des échanges commerciaux.

 

         Messages de dernière minute : comme d'habitude, chauffeur agressé, policier agressé, épicière violentée, marchand de bonbons passé à tabac juste en face de la boutique du buraliste, chauffard ivre (en manque de sommeil, d'amour et de drogue), septuagénaire dévalisé, actrice enlevée, avion détourné, train en panne : la liste n'est toujours pas exhaustive. 

 

        Menu du soir, après un bon dimanche passé essentiellement devant des écrans : enfin un menu sans pape, ni lasagnes, ni mariages quels qu'ils soient, ni manifestations pour, contre, et autres ! Tout pour le sport : ouf ! 

 

        La part de la réflexion dans tout ça, elle a été très importante du côté des journalistes qui ont commenté, présenté... : car notre niveau intellectuel en France est intense,

 

        et de toute manière le propre du journal d'information est d'informer, y compris lorsque les nouvelles sont atroces. Les journalistes n'ont fait que leur métier. 

 

 

 Mais : 

 

        Comme la réflexion suppose une certaine prise de distance, ou de recul par rapport aux réalités de l'émotion, de la peur, de l'horreur, eh bien la réflexion n'a guère laissé de traces dans la mémoire, en particulier celle des plus jeunes de la famille. Ce sont les émotions, les violences, les horreurs qui ont "marqué" et laissé leur empreinte. 

 

        Tout ça, c'était un aperçu de notre petit monde d'aujourd'hui, imposé à nos enfants. Il faut y ajouter les jeux sur écrans, qui aideront peut-être l'enfant ou l'ado à finir sa journée tranquillement en apprenant à traquer, démasquer, viser, tuer...  

        Tout cela donne aux jeunes esprits de quoi "contempler", c'est à dire fortifier leur vie intérieure, l'enrichir dans la délicatesse et la beauté ? Oui ? Tu parles !  

 

 

 

B. Et le monde qui se prépare ?

 

 

        Il ne suffit pas de dresser un tableau même approximatif du monde que nous avons construit et que nous imposons à nos enfants ! Il importe de jeter un petit coup d'oeil sur ce qui se passe, sur les préparatifs, les inquiétudes, les bonnes ou les mauvaises intentions qui feront le monde de demain. Ainsi :

 

1/ quelques adultes de haute et grande autorité se préoccupent des conséquences que peuvent avoir les images violentes (il faut dire que ça, c'est "pas mal").

2/  avant même de s'intéresser aux plus graves problèmes de violence à l'école, on affirme en milieu gouvernemental que c'est au "climat scolaire" qu'il est urgent de prêter attention (à notre humble avis, cela n'a pas été fait au moment souhaitable : c'est à dire il y a cinquante ans, et chaque année, chaque mois, chaque jour depuis). Judicieux : car le "climat" pèse sur l'enfant chaque jour, et on l'avait un peu oublié, en soulignant surtout les épisodes les plus spectaculaires, les faits divers tragiques.

3/  Des forces idéologiques se mobilisent, de Moscou à Paris, pour créer demain une télévision identitaire sur internet. "Identitaire", cela pourrait nous renvoyer à des inquiétudes de la nature la plus grave ! Le mieux, pour voir de quoi il s'agit, est de lire attentivement ET DE TOUTE URGENCE l'intégralilé du message d'un blog du Monde auquel nous renvoyons notre visiteur par le lien n° 3 ci-après.

 

 

VOIR DONC :

 

1/ Le CSA soulevait il y a peu la question des conséquences que peuvent avoir des images réalistes, par exemple sur de tout jeunes spectateurs. Le Monde, 26 02 2013. Lien : IMAGES PAS ANODINES.

2/   De source officielle, le "climat scolaire" doit faire l'objet de nos préoccupations. Il convient même de former les futurs professeurs à ce sujet. Et de source officielle également, les moyens de communication actuels permettent, via le portable, d'envahir la vie d'un jeune, d'un enfant, même en pleine nuit, même pour le harceler ! Ouest-France, rubrique Education, 27 02 2013. Lien : HARCELER ENFANT VIOLENCE.

3/  L'extrême droite serait-elle impliquée ? Et des milieux proches du grand Poutine serait-ils comme une ombre planant sur la future télévision identitaire internet ? Voilà qui mérite, SURTOUT SI VOUS VOULEZ VOIR LES CHOSES EN FACE, la lecture du Monde, blog du Monde "Droites extrêmes", 29 01 2013. Lien : TV IDENTITAIRE PARIS MOSCOU.

 

        Certains régimes politiques visent à posséder les esprits et les coeurs. Notre monde technique, violent, envahissant, a déjà bien préparé le terrain. Avant de dire que "les jeunes" n'ont rien dans la tête, ou de demander sur un ton exaspéré "Mais qu'est-ce qu'ils ont dans la tête ?", demandons-nous plutôt ce que nous leur mettons dans la tête, avec le monde que nous avons fait pour eux ! Et celui de demain !   

 

        Jusqu'où ferons-nous preuve d'irresponsabilité devant les forces qui déshumanisent l'humain ?

.

Les commentaires sont fermés.