Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2012

"Mariage" : évêque, LDH, gauche, associations, extrême droite, Civitas

.

        Le mariage peut-il ou ne peut-il pas être une réalité entre deux personnes de même sexe ? A cette question, nous n'apporterons ici ni réponse, ni même la moindre recherche de réponse, du moins pour l'instant.

        Par contre, il est peut-être utile d'observer comment raisonnent et s'expriment différents acteurs de la vie publique, lorsqu'on les sollicite autour de ce mot : "mariage".

        Et pour l'instant nous laisserons de côté, ou presque, les opinions des uns et des autres, les justifications, les idéologies sous-jacentes. Autant et même plus que les idées, observons les comportements : ils nous aideront à comprendre ce que sont les associations, les chrétiens, les partisans ou adversaires du mariage gay, les "religieux" extrêmes, les militants de droite extrême !

       A.   Le 17 novembre, à Toulouse, deux points de vue se sont exprimés dans la rue. Les participants étaient d'origine variée, et c'est ce qui nous paraît révélateur. Surtout si l'on examine l'une, puis l'autre de ces deux "manifs" ! NouvelObs, 17 11 2012. Lien : MARIAGE GAY DEUX MANIFS TOULOUSE

        B.  Et la police, à Toulouse précisément, a dû intervenir pour protéger ceux qui manifestaient contre le projet de loi socialiste. Site de TF1, 17 11 2012. Lien : POLICE GARANTIT CALME.

        C. Mais c'est chez les opposants au mariage gay que s'est exprimée la plus forte violence. Ils s'en sont pris à leurs "adversaires" non seulement en paroles, mais surtout en actes, en gestes violents. Caroline Fourest a reçu des coups. Curieux, me direz-vous : la veille, les adversaires du projet de loi n'avaient pas eu pareille attitude, ils avaient défendu leurs convictions avec force, mais de façon pacifique. Et justement, voilà la différence : samedi, les "anti mariage gay" se nommaient catholiques de préférence à droite, gens de droite d'inspiration modérée, parfois aussi gens de gauche, voire socialistes qui se font du mariage une idée disons classique ; samedi, les "anti mariage gay" pouvaient être un évêque, ou bien des personnalités de sensibilité plus conservatrice que progressiste. Au contraire, dimanche, les opposants au mariage gay se situaient plus près de l'extrême droite, et plus particulièrement de l'Institut Civitas ! Comme disait Jésus (ces gens-là veulent faire de "Notre Seigneur" notre doux maître à tous), "c'est à ses fruits qu'on juge l'arbre". Les fruits de Civitas n'auront pas converti les personnes passées à tabac, probablement. Auront-ils plu à notre "Seigneur" ? La violence a-t-elle été préconisée par le Christ pour établir son Règne ? A notre humble avis, l'institut Civitas va devoir définir un programme de recyclage idéologique à l'intention du mauvais élève Jésus, qui devra faire acte de conversion : demi-tour, et au boulot, on tape sur l'adversaire ! La non-violence dans l'Evangile ? Des clous ! Lire Le Point, 18 11 2012. Lien : INFLUENCE CIVITAS COMPORTEMENT VIOLENT

        D.  Civitas, c'est un mot latin qui signifie "La Cité" : allusion possible à "la Cité de Dieu" (saint Augustin). C'est du très bon religieux, tu parles ! Le mouvement, pardon : l'institut voudrait bien que l'on pense qu'il ne fait pas de politique. Il défend seulement les valeurs de Notre Seigneur Jésus Christ. Et il lançait tranquillement, en février, une campagne contre François Hollande. Notre lecteur comprendra aisément pourquoi nous avons tendance, dans ce blog, à mettre souvent le mot "religieux" entre guillemets. Si c'est ça la religion, alors il va falloir organiser une manif avec le diable pour la reconquérir : à l'assaut ! On pourra lever une partie du voile et découvrir une partie du doux visage de Civitas (pardon : l'Institut Civitas) en lisant Le Monde, 07 02 2012. Lien : CIVITAS CONTRE F. HOLLANDE

 

        On l'aura compris : les opinions comptent énormément, et les idées ne sont pas sans influencer nos comportements. Ainsi, par exemple, les idées nazies firent en leur temps des morts par millions ! Mais ce sont les actes qui témoignent de ce que nous pensons vraiment : parfois, certains affichent des opinions que leurs actes démentent. Et puis surtout : avec certains, on peut placer le débat au niveau des idées. Avec d'autres, l'affrontement est déplacé et se retrouve d'emblée sur un autre terrain, à un autre niveau ; et ça "vole bas" !  

. 

 

Les commentaires sont fermés.