Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2012

"Etranger" : responsables politiques, humanitaires, école, Université, hôpitaux, artiste

.

    Des politiques et le ministre Valls :

critères et enjeux de la naturalisation

des étrangers

 

1.  Manuel Valls annonçait de nouveaux critères pour la naturalisation des étrangers. Il annonçait également la fin du "délit de solidarité", autrement dit des mesures favorables à plus de justice et d'humanité. On en trouvera l'écho dans NouvelObs, 25 07 2012. Lien : Etrangers humanité.  

    2.  En effet, le ministre socialiste de l'Intérieur voulait que la naturalisation ne soit plus désormais une "course d'obstacles", mais bien plutôt "un moteur de l'intégration". Et, pour commencer, il bloquait la mise en oeuvre de la loi du précédent quinquennat qui se serait, sinon, appliquée dès le premier juilllet 2012, rendant les choses plus difficiles encore pour les candidats à la nationalité française. Tout cela est particulièrement bien exposé dans un article de Rached Cherif, in Courrier de l'Atlas, 26 07 2012. Lien : Valls bien compris.

    3. L'appréciation portée par une ancienne ministre de droite permettait à cette personne de faire des propositions en soulignant le fait que les critères de naturalisation des étrangers, c'était aussi un aspect de "notre pacte républicain". Etre attentifs à Rachida Dati, telle qu'elle apparaît dans Le Monde, 27 07 2012. Lien : Etrangers pacte républicain

    4.  L'appréciation portée par un autre ancien ministre du précédent quinquennat n'était pas incompatible avec celle de sa collègue ci-dessus mentionnée, puisque Claude Guéant évoquait, à propos de cette question des critères de naturalisation annoncés par M. Valls, "... la préservation des valeurs de la République". Une certaine convergence semble bien perceptible. Le Monde, 26-27 07 2012. Lien : Etrangers valeurs République.  

 

 

enfants enfermés,étrangers acteurs,étrangers pourchassés,expulsion,malades étrangers,naturalisation,opéra,régularisation,scolarisation enfants étrangers

Enfants étrangers enfermés ou pas,

étrangers pourchassés dans des

conditions inhumaines ou pas,

défense des droits de l'Homme,

des droits de l'enfant...

    5.  Un défenseur du droit des enfants sommeille en chacun de nous. Mais certains parmi nous osent lui prêter leur voix, ou leur plume, pour dénoncer l'enfermement des enfants. Ou, au contraire, pour se réjouir lorsque la circulaire du 6 juillet 2012, de Manuel Valls ministre de l'Intérieur, mettait fin à la possibilité de cette horrible aberration. Blog de DEI-FRANCE, 11 07 2012. Lien : enfermement des enfants étrangers.  

    6.  La défense de la dignité humaine trouvait également un ardent défenseur sous la plume de Thierry Brigaud, président (nouveau président) de Médecins du Monde, lorsqu'il décrivait le calvaire des clandestins de Dunkerque en attente d'un hypothétique départ vers Londres. Difficultés, présence de la police française, vie pénible, telles des "bêtes pourchassées" ! Médecins du Monde cependant trouvait le moyen de vivre avec ces clandestins des moments de riche humanité. A lire sur le site de Youphil, 06 08 2012. Lien : clandestins pourchassés

 

 

enfants enfermés,étrangers acteurs,étrangers pourchassés,expulsion,malades étrangers,naturalisation,opéra,régularisation,scolarisation enfants étrangers

De l'école à l'Université,

la dignité de l'enfant étranger

revêt parfois des allures

de tragédie exemplaire

    7.  L'accès au savoir, à l'éducation, à l'école, est un droit. Un droit pour tout enfant, quelle que soit la nationalité ou la situation de ses parents. Réseau Education Sans Frontières et la première magistrate de Montauban ont trouvé là un terrain d'affrontement, dans la mesure où l'élue contrariait l'association en refusant "l'inscription de trois enfants dans les écoles de sa ville"; Resf évoquait donc la loi de juillet 1975 et juillet 1989 sur la question ! A lire dans LibéToulouse du 14 09 2012. Lien : scolarisation enfants étrangers refusée

    8.  L'enfant a 14 ans. Il est (déjà) étudiant en médecine, en France. Son père a reçu une OQTF et s'il est expulsé de France, son brillant fils étudiant verra ses études brisées. Exposé du problème sur le site du journal Le Monde, 24 09 2012. Lien : jeune prodige étranger.

    9.  La mobilisation autour du jeune étudiant étranger a permis une issue heureuse. Resf, tout en soulignant que "Christian et sa famille ne seront pas expulsés grâce à la médiatisation", rappelle par ailleurs que des milliers d'autres enfants, ou jeunes majeurs étrangers, vivent dans l'angoisse permanente du risque d'être expulsés. RESF, 25 09 2012. Lien : médiatisation utile.

 

enfants enfermés,étrangers acteurs,étrangers pourchassés,expulsion,malades étrangers,naturalisation,opéra,régularisation,scolarisation enfants étrangers

L'argent, parfois compte beaucoup,

mais pas dans le sens qu'on croit.

Ou même il ne compte pas du tout,

car l'essentiel est nettement plus subtil !

Un peu de finesse.... et tout s'éclaire.

    10.  Les étrangers contribueraient-ils donc à la réussite de notre système de santé ? Oui : non seulement ils peuvent être de brillants étudiants en médecine, et éventuellement travailler pour nous par la suite, ou repartir au loin et y faire rayonner la médecine française, mais encore il arrive que des patients se présentent pour recevoir des soins dans nos hôpitaux, et il arrive que ces patients soient des étrangers riches. Pour "AP-HP" (hôpitaux de Paris) cette présence de malades étrangers riches comporte un immense avantage : "accroître ses recettes" ; et il est précisé que la proportion de ces étrangers n'a pas à dépasser "1% du total des malades", ce qui signifie que nos hôpitaux ne sont pas envahis à notre détriment ! Pas de panique, la France n'est pas menacée. Mais des patients qui paient bien, ça se respecte tout de même, on apprécie, n'est-ce pas ? Libération 05 08 2012. Lien : malades étrangers très utiles

    11.  Le point de vue se renverse dans l'exemple qui suit : ici, nous ne partons pas de l'étranger, et nous n'observons pas qu'il nous soit utile en termes financiers. Au contraire, nous partons de l'art, plus précisément de l'opéra, et nous avons affaire à un artiste, à un rayonnement, un enseignement, et des publics variés : deux cents acteurs qui sont des "immigrés, collégiens de banlieue, personnes âgées". L'étranger apparaît ici un peu comme à la marge, parmi d'autres personnes, dans un cadre de gratuité monétaire aussi bien que relationnelle et artistique. Car l'essentiel, c'est que la personne soit, ou redevienne une personne, un être humain créatif et heureux dans son identité. C'est tout un travail. Et ce travail si bénéfique n'est qu'une conséquence (heureuse) de l'art. Et de la bonté de l'artiste qui anime tout ce travail. N'est-ce pas là une jolie forme de résistance à la méchante bêtise ? Voir Libération, 08 07 2012. Lien : opéra pour identité

 

 

enfants enfermés,étrangers acteurs,étrangers pourchassés,expulsion,malades étrangers,naturalisation,opéra,régularisation,scolarisation enfants étrangers

 

    Comme on le voit, l'étranger nous révèle ce que nous sommes les uns ou les autres, mais il nous apprend beaucoup, aussi, tout simplement sur la valeur et la nature de la vie.

    Certains parmi nous se montrent plus artistes que d'autres, et c'est là que 'l'étranger' n'est pas le mot qui compte, mais plutôt 'l'humain'.  

    L'étranger est simplement un humain, le français présenté ci-dessus comme "artiste" est simplement humain lui aussi, tout autant que les collégiens, les personnes âgées, et peu importent les provenances, les origines, l'histoire et la tragédie dont on souffre, dès lors que l'identité se construit dans un avenir déjà bénéfique. Un avenir d'identité, non seulement pour la personne, mais aussi pour le groupe, pour la vie sociale... .

..

Les commentaires sont fermés.