Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2012

Trois recettes au détriment de la vérité

.

chat12.jpg

           La vérité est un grand mot. Et le mot, pas plus que la réalité qu'il évoque ne font partie des gadgets à la mode ces temps-ci. La vie publique, les moeurs démocratiques ne s'en trouvent pas grandies. 

        a)  Si l'on me dit "Voici le plan de Paris", et que l'on me donne un plan de Grenoble, je dirai que l'information (Grenoble pour Paris) est inexacte.

        Si Marine candidate semble indiquer qu'en France, même pour les crimes les plus atroces, on ne fait pas de peines de prisons plus longues que 27 ans, ses propos au sujet de cette réalité sont inexacts : trois ou quatre mises en défaut lui sont opposées dans un article qui met en quelque sorte les pendules à l'heure. Lire Cédric Mathiot, Libération 28 03 2012. Lien : INEXACTITUDE.

 

     bret90.jpg   b)  Si l'on me dit "Voici le plan de Paris" et que l'on me tende un plan où ne figurent que les rues commerçantes, si donc dans ce plan manquent les places, les squares, les musées, les jardins, les monuments, les voies d'eau, je dirai que l'information est incomplète : elle est inexacte parce qu'incomplète. On parle aussi de "vérité incomplète". Ou encore de mensonge par omission.

Si les statisticiens de l'Education nationale ont réalisé dans l'année une cinquantaine d'études demandées officiellement, et si en l'espace de quelques mois une seule de ces études a été publiée, l'image que cela donne de leur travail est inexacte, car partielle (incomplète). Ce qui, au demeurant, n'est pas sans quelques conséquences sur l'image de l'Education nationale. C'est précisément pour cette raison que des statisticiens, soutenus par des syndicats, ont créé un collectif dont le but est d'oeuvrer pour que les études qu'ils réalisent soient publiées. Article de M. P., Libération, 29 03 2012. Lien : VéRITé INCOMPLèTE.

 

 bret164.jpg                             c)  Si je demande un plan de Paris et qu'on me tende un petit fascicule intitulé "Plan de Paris" ; si, une fois ouvert, cet objet ne contient que la liste des bureaux de poste de Dresden, en Allemagne, liste parfaitement exacte : le problème n'est pas la liste elle-même, puisqu'elle est excellente ; le problème, c'est que le fascicule annonce "Paris" et me fournit en réalité autre chose, à savoir les bureaux de poste, ceux de Dresden dans ce cas précis ! Il y a inexactitude de l'étiquette, ou encore annonce erronnée. On peut dire aussi que c'est une façon de m'obliger à voir la liste des bureaux de poste de la ville de Dresden, dont je me fiche complètement : on m'impose cette liste, c'est une sorte d'imposition de contenu. Le célèbre coup du cheval de Troie est un exemple de cette astuce : on reçoit un cheval, et finalement ce sont des guerriers ennemis qu'on a reçus chez soi, dans la ville ! Et on se fait trucider gaiement... Il y a eu imposition du contenu du cheval, à savoir les guerriers.

Si un institut de réflexion présente ses idées sous la forme d'une campagne publicitaire télé-radio, l'annonce est celle d'un acte de publicité, le contenu imposé est la présentation des idées. Et lorsque les idées sont proches des conceptions d'un candidat à des élections, cela donne lieu à une décision de la part du CSA : l'institut Montaigne cessera de faire sa campagne à partir du lundi 9 avril 2012. Nabil Touati évoquait récemment le problème et nous incitions à le lire ; il nous tient au courant de cette toute dernière évolution du dossier, in NouvelObs, 06 04 2012. Lien : IMPOSITION DE CONTENU.

        Voilà comment, parmi bien des manoeuvres possibles, on peut choisir l'une ou l'autre pour mettre la main sur la tête (le cerveau) de la population. On peut évoquer à ce sujet la grande question du conditionnement des esprits. Et la proximité d'une élection n'y change rien (tout au contraire, qui sait ?). Amie lectrice, ami lecteur, bonne fête de Pâques, ou tout ce que vous voudrez, mais attention : n'anoncez pas trente oeufs en chocolat pour ne donner que quatre roses fanées. Merci d'avance pour les gourmands que vous convaincrez !

.

Les commentaires sont fermés.