Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2011

Les gens de rien !

.

    1. Ils sont lycéens, apprentis, jeunes et désireux de mener leurs études à leur terme. Ce voeu, leur voeu, des conseillers régionaux le partagent avec eux et le font savoir de manière efficace. Résistance à la politique de l'interruption des études ou de l'apprentissage pour logique d'OQT...! Lire : 20minutes.fr, 29 11 2011. Lien : SOUTIEN JEUNES SANS PAPIERS.

 

    2. "Le risque du communautarisme", "notre société", "nos lois", "nos coutumes", nos règles de vie", "notre langue" ; mais aussi : "leur religion", "leur culture", "communautés étrangères refermées sur elles-mêmes".... Tels sont peut-être les rêves qui viennent visiter facilement, chez nous, certains esprits.

    "Sale noir", "frappé et insulté", "contrôle", "présence policière dans le quartier"... Tels sont peut-être les cauchemars qui assombrissent, chez nous, certaines vie.

    Pour méditer plus amplement sur ces deux dimensions du rêve à la française, on peut emprunter le chemin que nous offre Céline Rastello, à propos de la visite de l'un de nos ministres à Montfermeil : NouvelObs, 17 11 2011. Lien : NOUS NOUS NOUS.

 

    3. "Elle" a travaillé en France, pour la France, pour l'Université en France, pour la science, la liberté de l'esprit, l'intelligence dans le cadre de l'étude et de la recherche : des valeurs qui, traditionnellement, ignorent les frontières. La science est universelle, l'université nous vient de notre histoire comme l'amorce de la paix et de la lumière. Toujours est-il qu'"elle" n'a plus de visa d'études, qu'"elle" n'est plus la bienvenue, qu'"elle" n'a plus à terminer son travail, même si l'autorité universitaire (pour laquelle "elle" est venue travailler) considère qu'il faut absolument qu'"elle" mène son oeuvre à son terme ! Le préfet a décidé. Et d'une façon qui diffère profondément de ce que pense en la matière l'autorité universitaire, tiens, pardi !  Cela nous rappelle étrangement un précédent message daté du 4 décembre de cette année sous le titre : "Le maire, l'Université, l'inspecteur pédagogique, c'est moi ! Et puis voilà !" (dans la catégorie "Le Pouvoir à l'assaut des pouvoirs"). Pauvres étrangers ! Pauvres jeunes, lycéens, apprentis ! Etudiante, savante intellectuelle au service de l'intelligence sans frontières ! Seriez-vous tous des gens de rien ? cf. NouvelObs, 09 12 2011. Lien : INTELLIGENCE SANS FRONTIèRES.

 

    4. Le même drame est présenté sur le site web de RESF (qui cite RUSF) sous la forme d'une pétition pour soutenir cette jeune canadienne venue chez nous avec enthousiasme et foi dans notre France, (dans le cadre de l'Université, comme on le fait et on l'a fait en Europe depuis des siècles) : Lien : PéTITION EMILIE 

.

Les commentaires sont fermés.