Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2011

Haine de l'Autre : quelle rupture !

.

    1 . /  Ardi Vrenezi, adolescent, arraché à un Institut médical et expédié loin de France dans un état de santé extrêmement grave, voilà qui ne fait pas honneur à notre pays ! Aubry, Hessel, Resf ont immédiatement fait acte de mobilisation. ARTICLE dû à la plume de Willy Le Devin in Libération 02 06 2011.

    2 . /   Un an plus tard, l'état du malade est atterrant ! Il est pourtant dans son pays, non ? Oui, mais il "convulse trois à quatre fois par jour", et pendant ce temps les sollicitations ne manquent pas, en France, auprès des Autorités ! Les réponses ? (Apparemment, on attend, et on attend...). LIRE Mathias Destal, in Libération 07 06 2011

    3 . /  Pour découvrir d'autres prises de position en faveur d'Ardi Vrenezi, celles d'artistes, militants associatifs, un professeur de santé publique à la faculté de médecine Paris XI, et pour suivre l'évolution de la situation,  CONSULTER le blog de Ardi

    4 . /  D'autres adolescents arrivent en France, cherchant refuge et protection, et découvrent illico le charme trompeur des tests osseux, supposés permettre d'établir leur âge avec exactitude : petits fraudeurs, s'abstenir de venir chez nous en se prétendant mineurs ! Oui, mais voilà : des professionnels compétents estiment que ces tests comportent une marge d'erreur, ce qui est normal, et que (chose plus inquiétante) cette marge d'erreur est très importante. La fiabilité des fameux tests en prend un coup... Notons cependant que la pratique des tests osseux peut aller de pair avec le fait que, parfois, "le département (...) et le parquet attaquent ces jeunes mineurs dès leur arrivée", c'est à dire avant qu'ils n'aient commencé à saisir comment ils pourraient essayer de défendre leur propre intérêt et leur désir d'obtenir l'asile par exemple. Ah, bon ? C'est en France ! Nous devons à Mourad Guichard une convaincante EXPLICATION de toutes ces tristes réalité, in Libération 09 06 2011

    5 . /  En plus des malades mineurs, des mineurs cherchant asile, la France doit maintenant montrer son vrai visage aux libyens qui cherchent eux aussi à se réfugier auprès de nous. A leur sujet, le HCR a donné son avis, et les interventions ne manquent pas non plus en France de la part d'associations, notamment. Certains ont pour dessein de "protéger les réfugiés" libyens, et leur pétition, adressée au ministre de l'Intérieur, est à VOIR (éventuellement même à signer, c'est ainsi qu'elle est présentée) sur le site d'Amnesty International, 09 06 2011

    6 . /  Quand il n'est pas étranger, l'Autre peut se contenter de porter un foulard ! La HALDE a eu beau préciser que l'interdiction du foulard ne s'appliquait pas aus parents d'élèves, ces derniers, ou plus précisément ces dernières car ce sont les mamans que l'on met en cause, font l'objet de mesures inamicales, c'est le moins qu'on puisse dire. On tente de stigmatiser leur façon de s'habiller ; or, ce n'est pas le rôle d'un Etat démocratique que de dire aux citoyens ce qu'ils doivent mettre comme vêtements ! Et les mamans en question se trouvent privées de la possibilité de participer à la vie de l'école où vont leurs enfants, elles se trouvent privées d'une vraie proximité avec eux, avec les autres parents, avec le milieu éducatif, elles se trouvent discriminées. Contre cette façon d'utiliser un peu largement, semble-t-il, la législation (prévue pourant nous avait-il semblé contre le voile islamique), il existe une pétition A LIRE sur le site de l'UJFP (Union Juive Française pour la Paix), 08 06 2011

    Du mineur gravement malade à la maman habillée avec pudeur quoique sans l'excès de l'accoutrement reproché aux plus extrêmes terroristes afghans ou afghanes( ?), en passant par le malheureux libyen que nous épaulons militairement chez lui et qui a fui la guerre, comme tant d'autres avant lui venus des pays voisins et plus rapprochés de la France, sans oublier les jeunes mineurs dont on voudrait prouver qu'ils ne sont que des adultes dégusés en "mineurs", qu'y a-t-il de commun ? 

    Ce qu'il y a de commun c'est que la France voit dans ces diverses personnes le signal qui déclenche la peur, ou est-ce directement l'aversion envers l'Autre ? Qu'ils soient juifs, roms, arabes, musulmans, kosovars, malades, victimes de la guerre, ils étaient, ils sont parfois encore, ils se sont mis pour beaucoup à être : les Autres ! 

    A force de stigmatiser, nous finirons bien par la changer, la France ! Ce ne sera peut-être pas une réforme au pays des droits de l'Homme, mais ce sera tout de même une vraie rupture, eh oui quand même, rupture avec l'idéal qui anima jadis la Résistance ! 

La France n'étant pas une dictature, il importe,

et il convient de considérer et examiner 

librement ce qui précède.   

.

.

Les commentaires sont fermés.