Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2011

Quelles forces s'en prennent à la France ?

.

    Nous évoquions précédemment les forces obscures qui ont entrepris de détruire l'école publique si l'on en croit les articles dont nous donnions référence.

    L'ancien Président vient de déclarer qu'il votera pour un corrézien socialiste si un certain homme de droite ne se déclare pas candidat au poste suprême. Les commentaires ont fait état de l'importance de monsieur C., de la valeur de monsieur F. H., "homme d'Etat", enfin tout un tas de façons de tourner autour du sens des déclarations (avec ou sans humour) de l'ancien Président. 

    Disons, c'est si simple, que monsieur Alain J. va se porter candidat, et que monsieur C., ancien Président, l'a d'ores et déjà adoubé. Est-ce clair ?  

    Comme nous l'avons déjà exprimé dans ce blog*, l'actuel Pouvoir n'est pas la personne qui semble tout diriger, quand ce n'est pas régenter, mais bien plutôt ceux qui l'ont "fait", qui l'ont fait devenir ce qu'il est. Ce sont ces forces-là que nous retrouvons dans bien des caractéristiques de la période actuelle : attaques contre la laïcité, importance donnée à la religion, xénophobie, stigmatisation de l'immigration, mais aussi du Rrom, mépris des pauvres... 

    Alors, changeons-nous un peu les idées, espérons la prompte manifestation du Sauveur en la personne du "meilleur d'entre nous" (Alain J.), et revenons quelques années en arrière. Ouf ! Cela va nous faire prendre un bol d'air... pur ! Ah, que c'est bon...

    1./ En ce mois divin de janvier 2002, le maire très républicain et très laïc de la ville de Bordeaux (loin de Paris, loin de 2011, comme on respire !) a "attribué une église" à une association : l'église St-Eloi, l'association Saint Eloi. Avec cette association, nous entrons dans une zone de références du style : Fraternité Saint Pie X, abbé Laguérie...

    L'attribution ainsi décidée se voit opposer une décision de justice, plus tard corroborée et rendue décisive. Le maire de Bordeaux demande alors que ces décisions de justice soient appliquées, il est très républicain, très laïc. Or, rien ne se passe. Faut-il accuser monsieur le maire ? Certainement pas. Il a fait venir des intégristes (sans se rendre compte, certainement), il se déclare outré par certains propos choquants pour notre République, il est plus que partisan de faire partir les intégristes : tout est pour le mieux, et ce n'est tout de même pas de sa faute si d'autres que lui ne font pas le nécessaire pour que la justice soit mise en oeuvre. Les FAITS sont décrits, en termes moins indulgents peut-être pour monsieur le maire, sur le site de Jean-Marie Damian, 28 04 2010.

    2./ Un extrait de reportage réalisé en caméra cachée nous permet d'entrer dans la vie de l'"école Saint-Projet". On est surpris par la haine qui se joint à la foi religieuse chez ces adolescents, on est atterré par l'optique de l'éducation (si l'on peut dire!) qui leur est donnée (si l'on peut dire), on se demande intérieurement comment monsieur le maire a pu ne pas se rendre compte de la nature de cet établissement scolaire, de sa parenté avec le milieu intégriste, du danger qu'il constitue pour la République, pour les principes mêmes qui animent monsieur le maire. Ce sont les Infiltrés, sur Dailymotion. PERCUTANT. ATTENTION : en ce 13 septembre 2015, le lien "PERCUTANT" n'ouvre plus la page demandée.

    3./ Et voici que nous reprenons l'affaire de St-Eloi, et surtout les réactions et manifestations hostiles qu'elle a suscitées à partir du 7 avril 2004 jusqu'au 20 juin de la même année. Le blogueur présente un tableau qui n'est sans doute pas entièrement favorable à monsieur le maire, même si son blog s'intitule Bilan d'Alain Juppé à Bordeaux. Dans la page qui s'ouvre, cliquer en colonne de gauche sur "Juppé aide les intégristes" pour trouver "L'affaire de l'Eglise St Eloi". L'affaire serait-elle donc décidément MAUVAISE

    4./ Tout semble plaider en faveur de monsieur le maire, défenseur de la laïcité et des valeurs de la République. Ouf ! On avait tendance à devenir inquiets... Nombreuses sont les citations du journal "Le Parisien", c'est fouillé, convaincant. Bon, allez ! Disons que nous voilà rassurés. Mais que se passe-t-il vers la fin du message ? Une figure semble surgir entre les lignes, puis se détache nettement sur fond de socialisme : celle du conseiller régional Gilles Savary, qui évoque un acte de censure, et une tentative de falsification, et une volonté d'installer "un groupe d'intégristes dans une église de Bordeaux". Qui faut-il croire ? Le maire ou le socialiste ? Et que faut-il croire : les paroles du maire ou l'inaction des pouvoirs auxquels il s'adresse pour que s'applique la décision de justice ? C'est dans Première, 29 04 2010. FORT TROUBLANT

    5./ Eh bien, retrouvons Gilles Savary, ainsi que l'archevêque de Bordeaux aux prises avec l'affaire de l'église St-Eloi. Non seulement le maire de la ville est ici critiqué, mais il est dit que "tout l'appareil d'Etat couvrait Juppé" (...) et c'était "pour installer" les intégristes. Cette fois, c'en est trop et nous perdons carrément confiance. Le maire, l'Etat ? Est-ce possible ? Rêve, ou cauchemar ? Voyons donc tout simplement cet article écrit par Julien Martin pour Rue89, 29 04 2010. AMPLEUR DE LA CATASTROPHE

    6./ Eh bien non, monsieur le maire n'est pas intégriste. Le titre de l'article pose la question, mais ce point d'interrogation en exergue annonce une réponse somme toute rassurante, grâce à une argumentation qu'il convient de ne pas ignorer. C'est dans Authueil 30 04 2010. Rassurant et CONFORTABLE

    7./ D'autres observateurs trouvent que le reportage des Infiltrés serait audacieux quand il présente les intégristes, mais insuffisant quand il s'agit de monsieur le maire de la ville. Tout en considérant de nouveau l'ensemble de l'affaire, il est fait ici mention plus particulièrement des positions avancées par le socialiste Gilles Savary, et la lecture devient désormais plus vive, plus forte, plus insoutenable de malicieuse rigueur dans la pensée. L'article donne en quelque sorte la parole à tout le monde, si l'on peut dire, et cependant dirige le propos d'une main de fer. Ne nous étonnons pas : Laure Daussy a écrit pour Arrêt Sur Images et le coup semble bel et bien IMPARABLE.

    Comme vous l'avez remarqué en ouvrant les pages que vous offrent les liens hypertextes, chère lectrice ou cher lecteur, une certaine continuité est perceptible entre le présent message et celui qui l'a précédé. Quelques années pourtant séparent les événements évoqués. Mais tandis que l'affaire de St-Eloi disparaissait de nos mémoires, des forces trop souvent proches d'influences racistes, intégristes, inquiétantes en tout cas,  ont pris davantage d'importance en France. L'assaut est en cours. Ne cherchons pas à nous rassurer ! Défendons le pauvre, le faible, le petit, l'étranger, le laïque, le religieux sincère, le socialiste, l'universitaire, le chercheur dont l'esprit est libre, le défenseur des Droits de l'Homme, l'historien, la personne cultivée et profondément humaine : la résistance se nourrit de tout cela, ce sont de lumineuses merveilles que des forces horribles supportent mal et menacent. De la même façon elles menacent notre Constitution, notre justice, notre école dès le plus jeune âge, et jusqu'au contenu de nos pensées : par campagnes de "têtes de turcs" interposées !  

     Nous résistons. 

* France résiste, 17 11 2010 : "Le Pouvoir serait-il...", à propos de la brusque montée en puissance du Premier ministre, qui semblait jouir tout à coup d'une cote de confiance plus forte que celle du chef de l'Etat. Ce qui encourageait à envisager l'hypothèse d'un double Pouvoir : l'un,  apparent, issu d'élections, habituel et rassurant ; l'autre, dans une zone de pénombre, serait celui qui donne le succès, qui donne l'exercice du pouvoir, ce serait le pouvoir réel, discret, diaboliquement EFFICACE ! (4ème paragraphe : "Et si le chef...")  

.

Les commentaires sont fermés.