Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2010

Le Pouvoir serait-il en réalité sous domination ?

.

    La déception semble immense, après l'intervention du chef de l'Etat sur plusieurs chaînes de télévision et pendant un long, très long moment. Il aura donc fallu beaucoup de temps et d'espace pour annoncer que le Président est bien lui-même, le Premier ministre aussi, et qu'on va voir ce qu'on va voir, dans la continuité car elle a ses vertus, mais avec de la nouveauté car c'est encore une fois promis.

    Apparemment, auprès d'une grande partie de l'opinion, cela n'a pas suffi pour convaincre. On peut plus particulièrement prendre connaissance des réactions au parti socialiste (site de ce parti), ou dans d'autres sphères politiques (Humanité en ligne).

    On pourrait cependant considérer les choses d'un tout autre point de vue. On pourrait cesser de rester "suspendu" aux paroles du chef de l'Etat, on pourrait essayer de comprendre non seulement ce qu'il nous dit, mais surtout ce qu'il fait, ce qu'il ne fait pas, et pourquoi. Et l'on pourrait peut-être essayer de comprendre, avec sympathie et respect à son égard, dans quelle situation il se trouve.

    Et si le chef de l'Etat n'était pas aussi libre qu'on le croit ? S'il était à son poste suprême non pas par son seul mérite, pouvoir, talent, mais aussi et peut-être pour beaucoup parce que d'autres que lui ont bien voulu qu'il sy trouve ? Et si au lieu d'être totalement indépendant, il était celui que d'autres ont fait roi, et qui peuvent défaire sa royauté de la même manière qu'ils l'ont faite ?

    Et si le dieu Argent, qui se fait assez généreusement servir depuis quelque temps, était aussi le dieu capable de donner le pouvoir et de le reprendre ? Capable de faciliter le succès comme d'y faire obstacle ou d'en limiter l'envergure, ou la durée ?

    Alors nous aurions au-dessus de nous un homme (une personne humaine avec cette dignité particulière que nous lui reconnaissons dans ce blog), moins libre sans doute que lui-même n'avait imaginé l'être une fois au sommet, un homme dont le dieu Argent se jouerait sans pudeur, allant jusqu'à le livrer à nos propres critiques, presque chaque fois qu'il dit ou qu'il fait quoi que ce soit !

    Au-delà du Pouvoir, celui qu'il faut combattre et auquel il convient de résister, ce n'est pas la personne du Président : c'est surtout le dieu Argent.

    A l'inverse et comme par symétrie, servir

l'hôpital, 

l'Ecole publique,

la liberté de la pensée, de l'art, de l'expression, 

le mouvement associatif,

les collectivités locales, leur part de liberté,

l'indépendance des médias et celle de la Justice,

l'enseignement de l'Histoire par les historiens,

l'accueil de la petite enfance,

l'amour et le service des plus petits, des plus faibles, des plus fragiles, des moins rentables (....),

tout cela constitue une façon de lutter contre le dieu Argent, mais en prenant pour seule arme :  la paix qui construit. Et si de tels engagements attirent la désapprobation de la part de quelques "Puissants", ce sera un bon, un très bon signe, une invitation même à persévérer. Et cela permettra, de surcroît, de repérer quelques vrais amis, ou faux amis... 

La France n'étant pas une dictature, il importe et il convient

de considérer et examiner librement ce qui précède,

à titre d'hypothèses et dans le but de réfléchir. .

.

22:08 Publié dans réflexions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : argent, pouvoir

Les commentaires sont fermés.